Navigation – Plan du site
Recensions

Antoon Schoors, Ecclesiastes

Leuven, Peeters, coll. « Historical Commentary on the Old Testament » 2013, 856 p.
Françoise Vinel
p. 106-107
Référence(s) :

Antoon Schoors, Ecclesiastes, Leuven, Peeters, coll. « Historical Commentary on the Old Testament », 2013, 856 p.

Texte intégral

1Une somme, qui couronne tous les travaux d’A. Schoors consacrés à Qohéleth (Qo) – et tout particulièrement : The Preacher Sought to Find Pleasant Words : A Study of the Language of Qoheleth, Part I : Grammar, Leuven 1992 ; Part II : Vocabulary, Leuven 2004, ainsi que le colloque de Leuven consacré à Qo en 1997 (publié en 1998 : Qoheleth in the context of Wisdom, BETL 136). Comme les autres volumes composant la série « Historical Commentary on the Old Testament », l’A. nous propose avant tout un commentaire suivi du livre biblique, par sections de quelques versets d’abord traduits.

2L’abondante bibliographie (p. XXI-LXVI) donne d’abord les références des commentaires du livre biblique parus depuis l’époque ancienne – où l’on voit que l’intérêt pour Qo ne se dément pas : une centaine de commentaire au xxe siècle et déjà onze commentaires parus depuis 2000 ! Tout au long du commentaire, la masse imposante des études antérieures est convoquée, les positions discutées sur la base d’une présentation des différentes versions et d’un regard attentif à toutes les difficultés lexicales ou syntaxiques. Les choix de traduction sont aussi présentés, particulièrement pour les mots les plus caractéristiques du livre biblique, et en tout premier lieu hebel, dont la traduction reçue « vanity / vanité » dérive de la Vulgate « vanitas ». Après examen (p. 40-47), Schoors récuse la traduction par « vanity » et propose « absurde /absurdité », ainsi pour Qo 1, 2 : « Utterly absurd, said Qoheleth, utterly absurd. It’s all absurd » – ce choix d’un terme abstrait surprend plutôt.

3Tout au long de son minutieux travail, Schoors procède par choix prudents, même s’il récuse parfois fermement certains points de vue. Abordant dès l’introduction la question de la structure d’ensemble du livre, il s’en tient à la proposition de Zimmerli (p. 18-19), mais c’est faute de mieux, puisqu’il note que ses analyses ne résolvent pas toutes les difficultés. Après la présentation des douze chapitres, le commentaire suit ensuite le texte, presque mot par mot, méthodiquement, suivant un même plan (traduction du mot ou de l’expression biblique ; bibliographie ; « essentials and perspectives » ; histoire de l’exégèse et position de Schoors). L’A. construit ainsi la synthèse de ses travaux antérieurs sur le langage de Qo. On remarquera la place faite à la version grecque de l’Ecclésiaste, souvent donnée au début de chaque explication d’un verset, principalement dans l’intention de marquer les écarts par rapport à l’hébreu ; de même pour les autres versions anciennes, Peshitta, Vulgate et traduction arabe de Sa’adya Ga’on.

4Le commentaire procède par accumulation érudite et systématique de données, mais l’ordre suivi permet aisément au lecteur de s’y repérer. Une référence obligée pour qui voudrait encore se lancer dans l’exégèse de Qohélet !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Antoon Schoors, Ecclesiastes », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 106-107.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Antoon Schoors, Ecclesiastes », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2500

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page