Navigation – Plan du site
Recensions

Marguerite Harl, avec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli Voix de louange. Les cantiques bibliques dans la littérature chrétienne

Paris, Les Belles Lettres, coll. « Anagôgè » 2014, 358 p.
Françoise Vinel
p. 105
Référence(s) :

Marguerite Harl, avec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli, Voix de louange. Les cantiques bibliques dans la littérature chrétienne, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Anagôgè », 2014, 358 p.

Texte intégral

1Voici un livre important, tant pour l’histoire de la Bible et de sa réception dans la littérature juive et chrétienne que pour l’histoire de la liturgie ancienne. M. Harl (MH) et ses deux collaborateurs, en s’intéressant à la série des quatorze cantiques insérés à la suite du psautier christianisé de l’Alexandrinus, apportent des éléments précieux à la connaissance de ces prières et de leur interprétation – une seule étude antérieure, celle de H. Schneider, Die altlatinischen biblischen Cantica, Beuron 1938, complétée par plusieurs articles postérieurs, portait sur ce groupe de textes.

2MH définit avec plusieurs questions cette enquête sur « l’histoire (voire la « préhistoire » jusqu’à sa présence dans l’Alexandrinus) de la composition de la liste des quatorze cantiques : comment les sources bibliques, juives, patristiques se sont-elles combinées ? Quel est l’héritage des premières listes d’odes ou de prières de la littérature juive chez les chrétiens ? Comment est-on passé des listes d’Hébreux qui ont été sauvés par Dieu à des listes de prières proposées en exemple pour la liturgie ? » (p. 14).

3La série de ces Cantiques est donnée, en suivant l’ordre de l’Alexandrinus, en grec et en traduction française (p. 43-103), puis illustrée par la reproduction en couleurs de quatre enluminures extraites d’un psautier de la deuxième moitié du xe siècle (ms Parisinus gr. 139), qui mettent en valeur des héros de ces cantiques, Moïse, Jonas, Ésaïe, Ézéchias. Après une « description des quatorze cantiques » (2e partie) qui permet de dégager la « visée théologique du recueil chrétien » s’achevant avec trois cantiques du Nouveau Testament – Magnificat, Nunc dimittis de Syméon et Benedictus de Zacharie (p. 163-173), le repérage des liens lexicaux et thématiques entre les textes de l’AT et ceux du NT montre la densité messianique de l’ensemble, de la prophétie à l’accomplissement du salut. L’« enquête archéologique sur la composition du recueil » offre un parcours passionnant, particulièrement avec le chapitre 10 consacré aux « listes d’Hébreux « sauvés » dans la Bible et le judaïsme hellénistique » (avec un tableau récapitulatif, p. 220). On notera tout l’intérêt accordé à la présence de l’expression kai nun, « et maintenant » dans les prières d’intercession : l’exemple des additions de la version grecque d’Esther (p. 199-203) présente « la forme la plus ancienne d’une énumération de sept Hébreux sauvés dans le passé faite pour introduire une nouvelle prière » ; elle est reprise chez Origène et dans les Constitutions Apostoliques. La dernière partie de l’étude est davantage centrée sur les aspects liturgiques : le sermon de Nicéta de Remesiana (une ville de Dacie, à la croisée de l’Orient grec et de l’Occident latin), au tout début du ve siècle, « sur l’utilité des hymnes » (traduction la plus récente par M. Morard dans J.-F. Cottier, éd. : La prière en latin de l’Antiquité au xvie siècle, Turnhout 2006, p. 393-417) donne une liste de neuf chants utilisés dans la liturgie et dont les personnages sont présentés comme des modèles pour la prière des chrétiens. Ces neuf chants sont présents dans la liste de l’Alexandrinus, ce qui pose la question de la datation respective des deux listes : « tout, conclut MH, nous invite à voir dans la liste des neuf cantiques du Sermon de Nicéta, faite de cantiques traditionnels auxquels s’ajoutent des cantiques nouveaux, la dernière strate de cantiques reprise comme base et enrichie dans le recueil de l’Alexandrinus, disons même qu’il atteste l’existence d’un recueil analogue à celui qui est copié dans l’Alexandrinus » (p. 284).

4On apprend beaucoup à la lecture de ce livre et l’on pourrait en faire aussi un modèle de travail à plusieurs voix – si MH est maître d’œuvre, B. Meynadier et A. Pietrobelli ont leur part, ainsi que ceux, collègues et amis, qui sont mentionnés dans l’avant-propos : C. Dogniez,  A. Le Boulluec,  A. Guggenheim, M. Casevitz et G. Dorival. Les dernières pages, qui font place à la liturgie byzantine et au plaidoyer d’Hildegarde de Bingen pour le chant liturgique, redisent avec conviction l’importance de cette liste de cantiques… et la passion de l’étude, toujours à poursuivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Marguerite Harl, avec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli Voix de louange. Les cantiques bibliques dans la littérature chrétienne », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 105.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Marguerite Harl, avec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli Voix de louange. Les cantiques bibliques dans la littérature chrétienne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2497

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page