Navigation – Plan du site

« J’ai soif » l’accomplissement de l’Écriture en Jn 19, 28

Martine Windal
p. 25-46

Résumés

L’article retrace l’histoire de l’interprétation par les exégètes contemporains de la parole du Christ « J’ai soif », associée en Jn 19, 28 à la mention de « l’accomplissement de l’Écriture ». En analysant la structure syntaxique du verset et son lexique, son insertion dans le chapitre 19 et plus largement dans la christologie johannique, l’auteur met en évidence le sens plénier de l’affirmation, que les traductions disponibles ont parfois tendance à restreindre.

Haut de page

Texte intégral

1On le sait, tout l’évangile de Jean converge vers l’heure, celle de l’élévation du Fils de l’homme sur une croix. Or, précisément à cette heure où il est élevé de terre, Jésus dit : « j’ai soif ». On lui tendit du vinaigre. Quand il l’eut pris, il dit « c’est accompli », puis il inclina la tête et il rendit l’esprit. Ce sont les faits tels que Jean les rapporte, en 19, 28-30 :

  • 1 Traduction TOB.

Après quoi, sachant que dès lors tout était achevé, pour que l’Écriture soit accomplie jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif » ; il y avait là une cruche remplie de vinaigre, on fixa une éponge imbibée de ce vinaigre au bout d’une branche d’hysope et on l’approcha de sa bouche. Dès qu’il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est achevé » et, inclinant la tête, il remit l’esprit1.

  • 2 Factuellement, en Jn 19, 30, Jésus dit seulement « c’est accompli », sans autre forme de précision. (...)

2La question posée dans cette étude est celle de la pertinence d’un lien causal entre ce dit « j’ai soif » et l’accomplissement, précisément l’accomplissement de l’Écriture dont il est question au verset 282. Est-ce bien pour que l’Écriture soit totalement accomplie que Jésus dit « j’ai soif » ?

  • 3 Éditions Mame.
  • 4 Non plus : « Ne nous soumets pas à la tentation », mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».
  • 5 Traduction liturgique actuelle de Jn 19, 28.

3La question est d’actualité. Les évêques catholiques francophones ont publié le 22 novembre 2013 une nouvelle « traduction officielle liturgique3 ». C’est un événement dont la presse a fait grand bruit, en raison de la modification de la phrase du Notre Père qui concerne la tentation4. Mais il est une autre modification, qui, quant à elle, est passée inaperçue : précisément celle de ce verset 19, 28, qui prend place dans le récit de la Passion et de la mort du Christ, selon Jean, récit qui est lu dans toutes les églises catholiques, le Vendredi Saint. Quelle est donc la nature de cette modification ? Jusqu’à présent, les fidèles entendaient : « Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : J’ai soif5 ». La nouvelle traduction liturgique qui vient de sortir étant la matrice des futurs lectionnaires, ils entendront prochainement : « Après cela, sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : j’ai soif ».

4Peut-être faut-il s’y reprendre à deux fois avant de percevoir la nuance, et il y a fort à parier que bien peu de fidèles s’apercevront du changement. Après tout, il n’y a guère tellement plus qu’une virgule de différence… Mais toute la différence est bien dans la disparition de cette frontière qui séparait deux propositions, dorénavant unies. Le sens de la phrase en est complètement modifié. Dans le premier cas, c’est pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout que Jésus dit « J’ai soif ». Dans le second, tout était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, et Jésus le sait. Ensuite, mais sans lien de causalité, il dit « j’ai soif ».

  • 6 Nous nous intéresserons dans cette étude à ce que rapporte Jean, sans nous interroger sur ce qui fu (...)
  • 7 Dans cette étude ce verset 28 sera envisagé dans son lien avec les deux suivants, parce qu’ils form (...)
  • 8 J. L. Brawley, « An absent complement and intertextuality in John 19, 28-29 », JBL 112/3 (1993), p. (...)
  • 9 J. Zumstein, L’évangile selon saint Jean, Tome 2 (13-21), commentaire du Nouveau Testament IVb, deu (...)

5Après avoir envisagé la question grammaticale, cette étude, qui sera synchronique, s’attachera à envisager les mots choisis par Jean pour dire et donner du sens à ce qui se passa à cette heure où le Christ mourut sur la croix, tel que le texte le rapporte6. Jean les a assurément agencés selon une stratégie narrative consciente ou inconsciente ; il les a choisis pour leur valeur « performative », c’est-à-dire pour le sens dont ils sont chargés, non seulement dans le contexte le plus proche, c’est-à-dire au sein de la péricope 19, 28-307, mais encore dans leur cadre plus large, que ce soit l’évangile johannique, et même l’Écriture dans son ensemble. C’est sur ce triple niveau que cette étude veut se fonder. Ce type de démarche se justifie par ce que R.L Brawley appelle l’intertextualité : « Allusions belong to what Roland Barthes calls the cultural voice of the text. […] According to Hans Georg Gadamer, interpretation is a fusion of horizons8 ». Jean Zumstein, auteur d’une monographie sur Jean parue en 2007, abonde aussi en ce sens dans son commentaire de cet épisode : « à travers le sens premier s’annonce, en effet, un sens second, qu’il convient […] de décoder par le jeu de l’intertextualité9 ».

6Nous espérons dégager un faisceau convergent d’indices permettant de discerner laquelle de ces deux options pourrait être considérée comme la plus légitime : la traduction la plus largement admise, qui maintient le lien entre la soif et l’accomplissement, ou bien celle plus récente de la BJ et de la nouvelle traduction liturgique, qui le rompt ?

1. Approche grammaticale : deux traductions possibles

1.1. Présentation de la question

  • 10 Analyse établie sur la base du Nestle-Aland, avec l’aide de Yohanan Goldman (Université de Fribourg (...)
  • 11 « Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture fût parfaitement accompli (...)

7Précisons d’emblée que l’établissement du texte (19, 28-30) ne pose pas de problème10. Par contre, du point de vue grammatical, le verset 19, 28 – Meta touto, eidôs ho Ièsous hoti èdè panta tetelestai, hina teleiôthè hè graphè, legei dipsô – présente une difficulté majeure : deux options de traduction sont possibles. Jusqu’à récemment, la majorité des traducteurs avaient opté pour l’option induisant un lien entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement de l’Écriture, certains insistant même particulièrement sur le rapport causal : Ainsi, la BJ, en 1955, traduisait : « Puis, sachant que tout était achevé désormais, Jésus dit, pour que toute l’Écriture s’accomplît : J’ai soif ». Toutefois, en 1998, les traducteurs de la BJ changent radicalement de position, et choisissent l’autre option, celle qui conduit à rompre le lien entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement11. Ils ont donc été suivis dans ce choix par ceux de cette nouvelle version liturgique.

  • 12 Je garde cette dénomination trouvée dans les articles de langue allemande pour désigner la proposit (...)
  • 13 Daniel B. Wallace, Greek Grammar, Beyond the basics, an exegetical syntax of the new testament, Zon (...)

8Normalement, l’usage le plus fréquent de la conjonction hina avec le subjonctif est d’exprimer le but. Le centre de gravité de ce que nous appellerons une hina Satz12 est l’intention de l’action du verbe principal. La proposition subordonnée répond plutôt à la question « pourquoi ? », et donc la traduction appropriée serait « en vue de » avec un infinitif13. Ainsi, la subordonnée hina teliôthè hè graphè peut-elle se traduire : « afin que l’Écriture soit pleinement accomplie ».

  • 14 Blass, Debrunner, Rehkopf (BDR), Grammatik des neutestamentlichen Griechisch, Vandenhoeck & Ruprech (...)

9Ceci étant acquis, la difficulté de traduction du verset 28 provient du fait que le rattachement de cette subordonnée n’est pas univoquement clair. À quoi faut-il la rapporter ? La façon dont ce verset est rédigé laisse la question ouverte : il est possible de la rattacher à ce qui la précède ou bien à ce qui la suit. En effet, voici ce que stipule l’article 478 du BDR14 : « Des propositions subordonnées peuvent non seulement être placées en tête de la proposition principale, mais aussi insérées dans la proposition principale ». Et l’un des exemples donnés pour illustrer cette double possibilité est précisément Jn 19,28. Ce qui est clair, c’est que le BDR inclut meta touto (après cela) à la principale legei dipsô (après cela (Jésus) […] dit « j’ai soif »), et qu’il y a donc une proposition incise entre les deux. L’ambiguïté provient du fait que le rattachement de la proposition hina teleiôthè hè graphè n’est pas évident : se rapporte-t-elle à la subordonnée incise qui la précède (solution A), ou à la principale qui lui fait suite (solution B) ? Selon l’option choisie, il résulte deux possibilités de traduction, dans lesquelles la proposition subordonnée (soulignée) ne prend pas le même sens, ni, en conséquence, la proposition principale (en gras) :

  • solution A :
    Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : « J’ai soif. »

  • solution B :
    Après quoi, sachant que désormais tout était achevé, pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : « J’ai soif. »

  • 15 Léon-Dufour, Lecture…, p. 150. De même Jean Zumstein note : « la place de la proposition finale (af (...)
  • 16 « Après cela, Jésus sachant que tout était désormais achevé, afin que l’Écriture fut accomplie, dit (...)
  • 17 « Après cela, sachant que tout était désormais achevé, pour que l’Écriture soit pleinement accompli (...)
  • 18 « Après quoi, sachant que dès lors tout était achevé, pour que l’Écriture soit accompli jusqu’au bo (...)
  • 19 « Après cela, pour que l’Écriture fut accomplie, Jésus, sachant que déjà tout était achevé, dit « J (...)

10X. Léon-Dufour pose en ces termes la question : « l’expression pour que l’Écriture soit pleinement accomplie interprète-t-elle le constat précédent ou introduit-elle la parole J’ai soif ? Les deux constructions sont possibles15 ». Ce qui se joue est bien le lien entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement de l’Écriture. La nouvelle traduction officielle liturgique et la BJ ont opté pour la solution A. Dans ce cas, il ne faut voir aucun lien entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement de l’Écriture. Cependant, ainsi que nous l’avons dit, la plupart des autres traducteurs ont opté pour la solution B, laissant entendre que c’est bien afin que l’Écriture fût parfaitement accomplie que Jésus dit « j’ai soif ». Parmi les tenants de cette position, citons Jean Zumstein16, et avant lui, Xavier Léon-Dufour17. Récemment encore, la TOB, lors de la réédition de 1988, était restée sur cette position. La Bible Bayard de 2001 avait fait ce même choix18, de même que la NBS19 en 2002, malgré un remaniement dans la formulation.

1.2. Discussion

  • 20 Un second exemple donné par le BDR pour illustrer son propos sur les positions possibles d’une rela (...)
  • 21 L.TH. Witkamp, « Jezus’laatste woorden volgens Johannes 19, 28-30 », NTT 43 (1989), p. 11-20. Voir (...)

11En réalité, cet article du BDR affirme simplement qu’une subordonnée peut être incise dans la principale20. Il rend donc possible l’option de déconnexion entre soif et accomplissement. Mais en aucun cas il ne la commande ou même la justifie. D’ailleurs, L.TH.Witkamp21 comprend cet article du BDR dans le sens inverse, et range cette grammaire dans sa liste des partisans du rattachement de la hina Satz à la principale. Voyons maintenant la position des autres grammaires.

  • 22 Edwin A. Abbott, Johannine grammar, Adam and Charles Black, London, 1906.
  • 23 Ibid. article [2215] p. 124.
  • 24 Ibid. article [2215] p. 124. Il fait également remarquer au passage que cette compréhension de la c (...)
  • 25 Ibid. article [2623] p. 462.

12Dans la Johannine Grammar22, E. Abbott insiste lui aussi sur la difficulté de Jn 19, 28 : « The connexion (entre la proposition en hina et le verbe principal) is doubtful23 ». Il s’arrête d’ailleurs longuement sur cette question. Il rapporte, hélas sans en donner la référence, la paraphrase que Chrysostome fait de ce verset, et qui met en rapport la hina Satz avec legei dipsô24. Considérant tour à tour les deux solutions de rattachement, il conclut : « selon la grammaire johannique, la hina Satz dépend du premier tetelestai ; mais, selon la suggestion de Jean et son intention, la hina Satz est à répéter de manière à dépendre de legei ». Sa position semble donc être en faveur du lien entre accomplissement et soif, mais elle reste prudente. Toutefois, dans un autre article, à propos de la triple mention du vinaigre25, E. Abbott aborde à nouveau cette question du lien entre la soif, la prise du vinaigre et l’accomplissement. Il remarque que, si les synoptiques mentionnent également le vinaigre, Jean est le seul à introduire cet épisode en lien avec « l’accomplissement total de la volonté du Père sur le Fils, afin que l’Écriture puisse être menée à son terme parfaitement, comme cela a été introduit par le dit spécifique du Seigneur : j’ai soif, qui introduit les deux versets 29 et 30 ». Ces propos témoignent que, pour lui, le lien entre la soif et l’accomplissement est clairement acquis, déjà au verset 28.

  • 26 Ibid. article [2279a] p. 221.

13Par ailleurs, ce même auteur, dans un article qui concerne les propositions avec participe parfait26, constate que Jean les utilise, plus fréquemment que les trois autres évangélistes, pour préparer le lecteur à une action ou à une parole du Christ d’une importance particulière. Ainsi, le eidos ho Ièsus hoti èdè panta tetelestai invite donc le lecteur à considérer ce qui suit, c’est-à-dire hina teleiôthè hè graphè. Si cette proposition devait être rattachée à ce qui la précède, elle inviterait le lecteur à revenir sur ce qu’il vient de lire, comme en boucle. Au contraire, le lecteur semble donc appelé à accorder une attention particulière à l’ensemble de ce qui suit, et à le considérer alors de manière séquentielle.

  • 27 A.T. Robertson, A grammar of the Greek New Testament in the light of historical research, Broadman (...)
  • 28 Ibid. p. 425.
  • 29 Ibid.

14A.T. Robertson27, à propos de l’ordre des propositions dans la composition des phrases, reconnaît avec Blass que cette question est plus affaire de style que de grammaire. Il faut, dit-il, chercher la logique interne – fonction de la pensée de l’auteur – à l’origine de l’ordre entre proposition principale et proposition subordonnée28. Il prend précisément Jn 19, 28 comme exemple de difficulté. Selon lui, la proposition finale legei dipsô interrompt le déroulement de la phrase, mais il ajoute que, logiquement, l’intention précède l’action29, ce qui est un argument en faveur du rattachement de la hina Satz à la principale, c’est-à-dire en faveur du lien entre soif et accomplissement.

15Il ressort de cette rapide étude un faisceau qui semble convergent en faveur du rattachement de cette hina Satz à la principale legei dipsô. On peut donc penser légitimement que ce serait plutôt afin que l’Écriture fût accomplie parfaitement que le Christ dit « j’ai soif ».

1.3. Les tenants de la rupture du lien entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement de l’Écriture

  • 30 R.H. Lightfoot, St. John’s Gospel. A commentary, Oxford University Press, London, Oxford, New York, (...)
  • 31 Ibid., p. 317-318 : « Si, cependant, on préfère lier ces mots avec ce qui suit, plutôt qu’avec ce q (...)

16À ma connaissance, pour la première fois en 1956, R.H. Lightfoot30 fait remarquer qu’il est envisageable de rattacher la hina Satz à la proposition qui la précède, et non à la proposition principale qui la suit, rompant ainsi le lien habituellement admis entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement de l’Écriture. En fait, le centre de gravité de la réflexion de Lightfoot est l’expression meta touto, à laquelle il attribue la fonction de rappel des événements relatés juste avant, en 19,23-27, à savoir l’action des soldats d’une part, et l’épisode avec Marie et le disciple bien aimé d’autre part. Ainsi, pour lui, ces deux épisodes sont ceux qui sont visés par l’expression : afin que l’Écriture soit accomplie. Il voit là un argument en faveur du rattachement de la hina Satz au premier tetelestai. Mais il ne radicalise pas cette position, envisageant la possibilité de la rattacher non à ce qui précède mais à ce qui suit31. Sa position est ainsi assez mesurée.

  • 32 G. Bampfylde, « John XIX, 28. A case for a different translation », Novum Testamentum 11 (1969), p. (...)
  • 33 I. De la Potterie, Passion de Jésus, selon l’évangile de Jean, Texte et Esprit, Éditions du Cerf, P (...)
  • 34 R. Bergmeister, « TETELESTAI, Joh 19, 30 », ZNW 79 (1988), p. 282-290.
  • 35 Y. Simoens, Selon Jean, t. 3. Une interprétation, Éditions de l’Institut d’Études Théologiques, Bru (...)
  • 36 Ces auteurs parviennent à des interprétations différentes les unes des autres, que nous ne pouvons (...)

17G. Bampfylde32 en 1969, Ignace de la Potterie33 en 1986, Roland Bergmeister34 en 1988, ainsi que Yves Simoens35 en 1993, par exemple, ont bâti leur interprétation de cette séquence sur cette hypothèse de départ, pour fixer le centre de gravité de l’accomplissement soit en amont soit en aval, plutôt que dans la parole dipsô36.

2. Recherche dans le récit johannique d’éléments pouvant éclairer la question du rattachement de la proposition hina teleiôthè hè graphè

2.1. En première analyse

Voyons quels indices nous permettent déjà d’entrevoir le rythme naturel qui lie les éléments les uns aux autres.

18Il y a d’abord la répétition de tetelestai (19, 28.30) qui fait implicitement apparaître ce qui est en inclusion comme condition du passage entre le premier et le second, déterminant également comme une séquence entre tous ces événements : le dit « j’ai soif », le don et la prise du vinaigre, et le dit « c’est accompli ». Cette impression est encore renforcée par deux indications données par l’auteur : d’une part, le fait que, la première fois Jésus sait (eidôs) que tout est accompli, alors que la seconde fois, il le dit (eipen) ; d’autre part, le rythme interne donné à la péricope par la mention : « dès qu’il eut pris le vinaigre », qui induit un lien chronologique, et donc implicitement de causalité, entre la prise du vinaigre, et ce second tetelestai.

  • 37 Par exemple : « La mort de Jésus en 19, 28-30, situé en plein milieu de 19, 23-42, est centré sur l (...)
  • 38 Zumstein, L’évangile selon saint Jean, p. 253.
  • 39 Il faut noter donc que l’inclinaison de la tête intervient ici avant la mort de Jésus, signifiée pa (...)
  • 40 Zumstein, ibidem, note 13 p. 254.

19Élargissant notre perspective, nous pouvons prendre en compte aussi la tonalité d’ensemble du récit johannique. Ce qui frappe chez Jean, et que la plupart des auteurs citent d’ailleurs comme caractéristique johannique par rapport aux synoptiques, c’est bien la conscience, la maîtrise et la liberté avec laquelle Jésus traverse non seulement l’épreuve de sa Passion37, mais toute sa vie. Ainsi que le souligne Jean Zumstein, « ce n’est pas un Christ terrassé par la souffrance qui s’exprime, mais un Christ souverain et dominant son destin38 ». Dans ce cadre, il paraît naturel de concevoir Jésus menant activement et sciemment l’accomplissement à son terme par une parole qu’il choisit de dire (j’ai soif), un acte qu’il choisit de poser (boire le vinaigre), une autre parole qu’il choisit de dire (c’est accompli), avant de choisir d’incliner la tête, puis seulement de « rendre l’esprit », inversant par-là l’ordre naturel de ces deux séquences39. À propos de l’expression paradidômi to pneuma, Zumstein note : « (elle) n’est jamais utilisée dans la littérature de langue grecque pour exprimer un décès. […] En définitive, ultime ironie, le Christ n’est pas livré, mais il livre lui-même sa vie (cf.10, 17-18)40 ».

  • 41 Pour être complet, signalons une divergence entre les exégètes à propos du don du vinaigre. Faut-il (...)

20Au-delà de l’évangile johannique, nous devons constater aussi l’importance du « motif » du vinaigre41. Ce dernier se retrouve également chez les trois autres évangélistes. Jean est le seul à en faire un geste de réponse à la demande de Jésus, qui dit « J’ai soif ». Chez les synoptiques (Mt 27, 48 ; Mc 15, 36 ; Lc 23, 35) la présentation du vinaigre à Jésus se fait dans un contexte de malveillance et de raillerie de la part des soldats, et le texte ne précise pas si Jésus en prit. Chez Matthieu et chez Marc, ce motif apparaît, comme chez Jean, juste avant la mort de Jésus. Cela en dit déjà l’importance. Jean mentionne le vinaigre par trois fois dans cette courte péricope (une seule fois en Mt, Mc et Lc). Et surtout, il insiste sur le fait que ce n’est qu’une fois le vinaigre pris que Jésus dit « c’est accompli », liant de manière privilégiée vinaigre et accomplissement. Un autre indice encore : Matthieu et Marc notent qu’il a déjà été proposé à boire à Jésus dès son arrivée au Golgotha (Mt 27, 33-34 ; Mc 15, 23). Mais l’un comme l’autre précisent que Jésus ne voulut pas de ce qui lui était proposé, et n’en prit pas.

Ces éléments nous invitent certainement à voir dans le vinaigre un motif particulièrement significatif et déterminant dans la séquence.

21Ainsi, nous voyons que la « pente naturelle » du texte conduit plutôt le lecteur à percevoir cette péricope séquentiellement, les événements décrits s’enchaînant chronologiquement – et donc implicitement causalement – les uns aux autres. Ces premiers éléments d’analyse tendent à étayer la thèse du rattachement de la hina Satz à la principale legei dipsô.

2.2. Peut-on attribuer une connotation active à la proposition hina teleiôthè hè graphè ?

  • 42 Le passif « divin » désigne implicitement une action dont YHWH est l’auteur. Le passif permet d’en (...)

22Bien que teleiôthè soit un passif, une lecture plus approfondie du texte pourrait-elle mettre en évidence une connotation active à la proposition hina teleiôthè hè graphè, un peu à la manière d’un passif divin42 ? Cela permettrait de corroborer ce que nous venons d’entrevoir : à la fois la part active que prend Jésus, et l’idée de séquence entre les événements. Pour ce faire envisageons les deux verbes exprimant l’accomplissement teleioô et teleô, dans le cadre plus large de 19, 23-37, c’est à dire dans cette partie qui relate les événements qui se déroulèrent au pied de la croix, quand les soldats eurent achevé de crucifier le Fils de l’homme, à l’heure de sa mort.

Le système d’inclusion des verbes exprimant l’accomplissement en 19, 23-37

23Il faut d’abord noter l’emploi strictement répété de la proposition hina hè graphè plèrôthè des versets 19, 24.36, dans les deux épisodes qui encadrent notre section, et qui ont les soldats pour sujet : la décision de ne pas diviser la tunique et celle de ne pas briser les os. Nous trouvons alors un système d’inclusion de trois verbes marquant l’accomplissement, au cœur duquel se trouve notre hina Satz : deux hina hè graphè plèrôthè (19, 24.36) encadrent donc deux tetelestai (19, 28.30) qui eux-mêmes encadrent hina teleiôthè hè graphè (19, 28).

24Examinons donc maintenant successivement chacun de ces trois verbes d’accomplissement, les deux premiers appartenant à la même famille : teleô, teleioô, et plèroô.

plèrôthè (plèroô)

  • 43 Dont 16 occurrences chez Matthieu, 9 chez Luc et 2 chez Marc.
  • 44 Sur les 15 occurrences, une seule (16, 6), qui ne concerne d’ailleurs pas l’accomplissement d’une p (...)
  • 45 12, 3 : la maison remplie de parfum, par exemple.
  • 46 Par exemple le parfait ou la plénitude de la joie en 3, 29, en 15, 11, en 16, 24 et en 17, 13 ; la (...)
  • 47 Deux occurrences concernent l’accomplissement d’une parole que Jésus a dite (18, 9.32), et six l’ac (...)

25201 versets dans tout le corpus biblique comportent ce verbe, dont 86 dans le corpus néotestamentaire43. Ce verbe figure quinze fois dans l’évangile de Jean44. Il désigne sept fois l’idée de « remplissage », au sens propre45, comme au sens figuré46. Huit occurrences désignent l’accomplissement d’une parole spécifique de l’Écriture47. Important est de noter que ces dernières sont toutes au passif. Toutes ont d’ailleurs la même forme verbale : hina hè graphè (ou bien ho logos) plèrôthè.

tetelestai (teleô)

26Le corpus biblique compte 256 citations de ce verbe. Le corpus néotestamentaire n’en compte que 28, dont seulement 2 dans l’évangile de Jean. Ce sont les deux occurrences que nous étudions ici. L’usage de ce verbe est donc exceptionnel chez Jean. Comme telos, teleô contient une idée dynamique de tension vers un but ou une fin. La première occurrence a panta pour sujet. La seconde n’en a pas.

  • 48 Cité dans Simoens, Selon Jean, p. 830.
  • 49 A. T. Robertson, parlant de l’usage « proleptique » du parfait, choisit comme exemple le premier te (...)
  • 50 S. Légasse, Le procès de Jésus, Tome II, la Passion dans les quatre évangiles, coll. « Lectio Divin (...)

27On peut légitimement penser que la répétition de tetelestai souligne l’importance de ce qui se trouve en inclusion. A. Vanhoye le note également : « Saint Jean n’emploie ce verbe que deux fois dans son évangile, et jamais dans les épîtres, et ces deux emplois encadrent notre teleiôthè, venant définir avec lui un moment privilégié du récit48 ». Nous l’avons dit, le rythme logique du récit conduit implicitement le lecteur à voir dans cette inclusion comme une explicitation, une condition à remplir pour que la fin soit atteinte en plénitude : « Car en fait tout n’est pas achevé, comme Jésus le signifie en répétant immédiatement avant de mourir le même tetelestai, alors que quelque chose s’est passé entre temps. […] Le parfait tetelestai49 signifie non que cet accomplissement est révolu avec les paroles de Jésus qui précèdent, mais qu’il est sur le point de l’être. [ …] Loin de constituer une parenthèse, une addition à l’action messianique décrite dans la scène antérieure, ce qui va suivre (v28b-29) apparaît plutôt comme un sommet50 ».

  • 51 Dans les épisodes parallèles en Mt 27, 48 et Mc 15, 36, il est mentionné que quelqu’un (un de ceux (...)

28Entre ces deux tetelestai au passif, il y a eu une action, un événement, qui peut être interprété comme une condition remplie, qui lui permet ce « dire ». Nous pouvons certainement choisir à dessein le terme action, parce que, rappelons-le, tous les verbes de l’inclusion, et en particulier ceux qui ont Jésus pour sujet, sont en effet à la voix active : legei (dit), dipsô (j’ai soif), elaben (prit)51. Seul teleiôthè est, comme tetelestai, à la voix passive. Mais est-ce si évident ?

teleiôthè (teleioô)

  • 52 Le Neslte Aland mentionne la variante plèrôthè, à la place de teleiôthè, dans le Sinaïticus ainsi q (...)
  • 53 On en trouve également 4 occurrences dans la première lettre de Jean, aucune chez Matthieu et Marc, (...)
  • 54 Notons que sur les 5 occurrences de teleiôo chez Jn, 3 sont conjuguées à la voix active, alors que (...)
  • 55 R. Boily, « L’accomplissement parfait de l’Écriture, Étude sur Jean 19, 23-42 », BSW 1 (1998) 136-1 (...)

29Au centre de cette double inclusion, entre les deux tetelestai et les deux plèrôthè, se trouve teleiôthè52, introduite par la conjonction hina. Il n’est utilisé que 43 fois dans l’ensemble du corpus biblique, dont 23 fois53 dans le Nouveau Testament. Jean l’utilise à 5 reprises dans l’évangile54. S’il signifie également accomplir, il « souligne plus l’idée de totalité, de complétude, de perfection55 ».

30Examinons les 5 occurrences de ce verbe dans l’évangile de Jean : 4, 34 ; 5, 36 ; 17, 4.23 ; 19, 28. À la manière d’un « passif divin », ce passif pourrait bien pointer implicitement l’action volontaire de Jésus. À une exception près (17, 4), le verbe est chaque fois introduit par la conjonction hina qui ajoute l’idée de finalité à celle de complétude déjà contenue dans le verbe. Trois fois (4, 34 ; 5, 36 ; 17, 4), l’objet de l’accomplissement visé est l’œuvre du Père. C’est le Christ qui l’accomplit. Il est le sujet du verbe, conjugué à la voix active. D’ailleurs, l’actif de l’accomplissement par le Christ est encore renforcé par la proximité du verbe faire, poieô, dans chacun de ces trois versets : il s’agit pour lui de faire soit la volonté, soit les œuvres qui lui sont données (didômi en 5, 36 et 17, 4) par le Père. C’est pour cette raison qu’il a été envoyé (verbe pempô en 4, 34 et apostellô en 5, 36).

31Dans les contextes où il est employé, on peut remarquer aussi que le verbe teleioô est également en lien avec l’amour que le Père porte au Fils comme aux hommes (17, 23). D’une certaine manière, c’est le Père qui aime les hommes par le Fils. C’est le Fils qui accomplit cet amour et le porte à son terme (13, 1). Ainsi, dans cet accomplissement ultime de l’œuvre, à l’heure où le Fils aime ceux qui sont dans le monde eis telos, jusqu’au bout (13, 1), c’est l’amour du Père qui est en action. Là est peut-être la raison pour laquelle teleioô est conjugué au passif en 17, 23 et en 19, 28. Dans ce passif, c’est le Père qui est à l’œuvre. Plutôt, c’est le Père et le Fils qui agissent ensemble, pour qu’à leur tour, ceux qui sont dans le monde « parviennent à l’unité parfaite » (17, 23).

32L’œuvre, l’amour et l’unité entre le Père et le Fils sont donc ici convoqués par ce verbe teleioô au cœur du jeu inclusif. Et l’on peut penser qu’en 19,28 c’est bien tout cela qui se noue. C’est en tout cela que l’Écriture est menée à son terme.

  • 56 Boily, L’accomplissement, p. 164.

33Mais il y a un autre indice de la connotation active de ce passif teleiôthè, si on le compare à l’usage de plèroô, verbe qui marque les limites de l’inclusion que nous analysons, en 19, 24 et 19, 36. Les deux verbes ont en commun d’avoir le même sujet : hè graphè. La différence, est que le verbe teleioô a pour sujet hè graphè une seule et unique fois dans tout le corpus johannique, et c’est en 19, 28. Comme beaucoup d’autres auteurs, R. Boily note l’usage, inhabituel chez Jean, du verbe teleiôo pour exprimer l’accomplissement de l’Écriture, et il ajoute : « quand il (Jean) décrit Jésus portant à son terme l’Écriture ou l’œuvre du Père […] il utilise un verbe qui exprime non seulement un sens de perfection, mais aussi de dynamisme : teleiôo. Ce verbe est employé par Jean pour présenter Jésus comme celui qui mène à bonne fin l’œuvre du Père de manière active et consciente. C’est de cela que Jésus se nourrit : « faire la volonté de celui qui l’a envoyé et mener à bonne fin son œuvre » (4, 34 ; 5, 36 ; 17, 4)56 ».

34Considérer la hina Satz au cœur du jeu inclusif nous a permis de mettre le verbe teleiôthè en perspective par rapport aux deux autres verbes d’accomplissement, et de pointer ainsi la connotation active que l’on peut légitimement lui reconnaître : Jésus mène sciemment et activement l’Écriture à son accomplissement. C’est dans ce contexte que prend place le dit « j’ai soif ». Par ailleurs, l’examen de l’utilisation johannique du verbe teleiôthè nous a permis d’entrevoir que ce qui est porté ici à son accomplissement est sans doute autre chose qu’une parole précise de l’Écriture, comme en 19, 24, mais pouvait être plutôt compris au sens de l’œuvre de salut portée à cette heure à son accomplissement. Voyons si le sujet de ce verbe, hè graphè, tel que Jean en fait usage, peut confirmer l’interprétation déjà entrevue.

2.3. « l’Écriture »

35L’étude de l’utilisation johannique de hè graphè viendra surtout préciser en quel sens on peut plus légitimement l’entendre : au sens d’une parole spécifique de l’Écriture – ou même de plusieurs – ou alors en un sens que je qualifierais dans la suite de « plénier », ou « général », c’est-à-dire désignant la promesse de salut que contiennent effectivement les Écritures, salut qui est bien l’œuvre que le Père confie au Fils, et que le Fils porte, à cette dernière heure, à son achèvement. Une fois ce sens précisé davantage, nous pourrons peut-être, comme en rebond, envisager quelle option de traduction l’exprime le plus adéquatement.

Vers une compréhension de hè graphè en un sens plénier

  • 57 50 occurrences en tout. Marc ne l’utilise que 3 fois ; Matthieu et Marc chacun 4 fois.

36L’évangile de Jean ne compte que douze occurrences de hè graphè. Mais cela constitue près du quart du nombre total des occurrences dans tout le Nouveau Testament57. Notons que ce mot ne se trouve dans aucune des trois lettres de Jean. Tout ceci indique l’importance particulière de ce thème pour la théologie du quatrième évangile.

  • 58 13, 18 ; 17, 12 ; 19, 24.36.37.
  • 59 7, 38.42 ; 20, 9.
  • 60 2, 22 ; 5, 39 ; 10, 35.

37En exceptant pour le moment 19, 28, on peut considérer deux sortes d’emploi de ce mot : d’une part hè graphè désignant une parole précise, soit en lien avec un verbe d’accomplissement58 (et dans ce cas, en dehors de 19, 28, ce verbe est chaque fois plèrôthè), soit utilisé seul59, et d’autre part, hè graphè utilisé pour désigner l’Écriture au sens plénier60, mais alors, il est toujours employé seul, c’est-à-dire sans être le sujet d’un verbe d’accomplissement, comme on va le voir.

  • 61 En 7, 37, c’est bien Jésus également qui parle, et l’accomplissement implicite de 7, 38 peut semble (...)

38Considérons d’abord le cas qui nous occupe ici, c’est à dire les emplois du mot hè graphè en lien avec un verbe d’accomplissement. En 19, 24 et 19, 36.37, c’est le narrateur qui interprète l’action des soldats comme accomplissement des deux paroles spécifiques de l’Écriture. Dans les deux autres occurrences où hè graphè, est sujet de plèrôthè, c’est à dire en 13, 18 et en 17, 12, c’est Jésus lui-même qui souligne l’accomplissement de ce qui concerne Judas. Dans tous les cas, l’accomplissement se fait « en dehors » de Jésus : Il n’y prend pas une part active. Et à chaque fois, l’accomplissement, qu’il soit imminent ou qu’il ait eu lieu, concerne une parole qui a déjà été écrite. En fait, elle a déjà été dite. C’est très différent en 19, 28. L’accomplissement semble concerner cette fois une parole non du passé, mais une parole qui reste à dire, qui va être dite. Et c’est Jésus lui-même qui la prononce. Et même si l’on considère « j’ai soif » comme l’allusion à une parole déjà écrite, il n’en reste pas moins que c’est le seul cas où l’accomplissement relève de Jésus lui-même61. De ce point de vue aussi, le verset 19, 28 est très remarquable. Cette observation vient conforter l’hypothèse d’une connotation active du verbe teleiôthè. Mais surtout, elle plaide en faveur d’une compréhension du mot hè graphè, non au sens d’une parole particulière de l’Écriture, comme c’est le cas dans les 4 autres occurrences en lien avec plèrôthè, mais bien au sens plus général de l’œuvre que le Père confie au Fils et qui est ici portée à son achèvement.

  • 62 2, 22 ; 5, 39 ; 10, 35.

39Un autre fait remarquable est que ce verset contient aussi la seule occurrence du mot hè graphè utilisé en un sens général et en lien avec un verbe d’accomplissement. Ainsi que nous l’avons dit, quand hè graphè désigne l’Écriture au sens général, il est utilisé seul. C’est le cas trois fois62. Deux de ces occurrences sont très significatives : « Aussi, lorsque Jésus se releva d’entre les morts, ses disciples se souvinrent qu’il avait parlé ainsi, et ils crurent à l’Écriture ainsi qu’à la parole qu’il avait dite » (2, 22) et « Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez acquérir par elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage à mon sujet » (5, 39). Ces versets sont à mettre en rapport avec un autre, qui contient deux occurrences de panta : « le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses (panta) et vous fera ressouvenir de tout (panta) ce que je vous ai dit » (14, 26). En fait, ces versets mettent fondamentalement les Écritures en lien avec la reconnaissance de l’identité du Fils et avec le salut.

  • 63 P. Beauchamp,  Article « Accomplissement des Écritures », dans J.-Y. Lacoste (dir), Dictionnaire cr (...)
  • 64 Zumstein, L’évangile selon saint Jean, p. 254.

40Notre analyse rejoint d’ailleurs la conception de l’accomplissement de l’Écriture de Jean Zumstein et de Paul Beauchamp. En effet, pour ce dernier, « accomplir les Écritures, c’est, de la part de l’homme, exécuter une volonté […]. C’est, de la part de Dieu, tenir une promesse […] ; c’est aussi mener jusqu’au bout son dessein à partir de la création63 ». Zumstein quant à lui, pointe la dimension « révélatrice » de l’accomplissement de l’Écriture, et on peut entendre par là : révélation de l’identité de celui qui, à cette heure, dit « j’ai soif » : « Après avoir bu, il prononce son ultime parole. Lue au sens premier, cette déclaration (tetelestai) signifie que le Crucifié sait l’heure de sa fin venue. Mais tant le verset 29a que 13, 1 – mais aussi l’ensemble du récit johannique – amènent le lecteur à voir dans cette fin une dimension supplémentaire, celle de l’accomplissement. La fin de la vie de Jésus est l’heure de l’accomplissement de la révélation64 ».

L’accomplissement plénier dans le cadre d’une interprétation liant la soif et l’accomplissement

41Il me semble que le récit johannique entrecroise deux plans d’accomplissement, et que d’une certaine manière, l’un est là pour rendre témoignage à l’autre. C’est comme si le Christ laissait les Écritures lui rendre témoignage, alors que lui-même accomplit – activement – la promesse qu’elle contient. L’option de traduction qui lie le dit « j’ai soif » à l’accomplissement de l’Écriture – comprise en un sens plénier- me semble bien rendre compte de cela. Cela permet de donner un sens – même en creux, c’est-à-dire même sans encore préciser un contenu de sens – au dit « j’ai soif ». Cela permet de le hisser à un autre registre, comme l’indiquent tous les marqueurs que nous avons envisagés jusqu’ici. Bien sûr, le sens reste mystérieux. Nous y reviendrons en conclusion.

  • 65 Ibid., note 9 p. 254. D’autres auteurs ont avancé aussi cet aspect, en lien notamment avec l’hysope (...)
  • 66 Il y a bien là une bizarrerie, ainsi que le font remarquer en note la BJ, la TOB et la NBS : il sem (...)

42Par ailleurs, comprendre l’Écriture en un sens plénier nous invite davantage à lire le dit « j’ai soif » en un sens non pas littéral – c’est-à-dire non pas en vue d’accomplir une parole précise de l’Écriture – mais bien plutôt en un sens symbolique. En effet, avec Zumstein notamment, nous devons constater que « l’écriture johannique a dans ce passage une forte connotation symbolique65 ». Pourquoi ? En raison de la convocation du motif de l’hysope. Jean est le seul à en faire mention, là où Matthieu et Marc mentionnent un roseau. Or, il est impossible de fixer une éponge, encore moins emplie de vinaigre, sur une branche d’hysope66. On peut légitimement penser que si Jean mentionne l’hysope, malgré l’invraisemblance, c’est bien en raison de la symbolique pascale que ce mot convoque, en renvoyant clairement non seulement à Ex 12, 22, mais aussi, au début de l’évangile, à la désignation de Jésus comme « agneau de Dieu » (1, 29), désignation, faut-il le rappeler, propre à Jean. C’est donc dans ce cadre symbolique que l’on pourrait interpréter le « j’ai soif ».

L’accomplissement plénier dans le cadre d’une traduction brisant le lien entre la soif et l’accomplissement

  • 67 Ou « sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie » selon (...)
  • 68 La numérotation des psaumes est celle de la Bible hébraïque.

43À l’inverse, dans le cas de la déconnexion du dit « j’ai soif » et de l’accomplissement de l’Écriture, l’expression « tout était achevé pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout67 », est assez énigmatique. Elle apparaît un peu comme une expression alambiquée et tautologique dont on imagine qu’elle veut dire que toutes les paroles de l’Écriture ont été accomplies. Leur « accomplissement » est achevé. Même si hè graphè n’y est certes pas entendu au sens d’une parole particulière à accomplir, cette formulation laisse implicitement transparaître l’idée d’un accomplissement de l’Écriture, au sens plénier, qui se serait fait, en amont, par la réalisation de paroles spécifiques, comme celle qui concerne la tunique sans couture qui vient d’être mentionnée. Du coup, le dit « j’ai soif » et toute la séquence que ce dit déclenche tombent alors un peu dans le vide. Cette séquence n’est plus reliée en aucune façon à l’accomplissement plénier, qui est « bouclé » – aux deux sens du terme – dans la proposition incise qui précède. La seule manière de donner du sens au dit « j’ai soif » est alors de l’assimiler à une ultime parole à accomplir. C’est d’ailleurs ce que semble indiquer la note de la nouvelle traduction officielle liturgique : comme la plupart des exégètes et des traducteurs, elle note la proximité avec le psaume 69, 2268 : « quand j’ai soif, ils me donnent du vinaigre ».

  • 69 Ainsi, pour C. H. Dodd, L’interprétation du quatrième évangile, coll. « Lectio Divina » 82, Édition (...)

44En effet, s’il faut chercher le sens du dit « j’ai soif » dans la désignation d’une ultime parole restant à accomplir, si donc on entend l’accomplissement de cette parole « au sens propre », le verset 22 du psaume 69 serait en effet le plus légitime69 : c’est le seul verset biblique, qui conjugue soif et vinaigre, comme c’est le cas en 19, 28. Cela dit, les choses ne sont pas aussi évidentes qu’il y paraît, au moins pour deux raisons : tout d’abord, ce psaume 69 est bien connu comme étant celui du « Serviteur souffrant ». C’est une typologie d’interprétation de la figure du Christ qui est utilisée pour approcher le scandale du Juste sacrifié. Il est cependant clair que cette typologie est à priori peu appropriée chez Jean, le « serviteur » johannique étant plus triomphant que souffrant. Ensuite, on peut remarquer que l’accomplissement de cette parole spécifique n’implique pas que le Christ boive le vinaigre. Il eût suffit qu’il lui soit offert. Or Jean, et lui seul, insiste sur le fait que c’est seulement une fois que Jésus eut pris le vinaigre qu’il dit « c’est accompli ». Pareille insistance a sans doute un sens dont nous pouvons penser qu’il dépasse l’accomplissement de cette parole précise du Ps 69, 22.

  • 70 Certains auteurs comme R.L. Brawley, « An absent complement and intertextualty in John 19, 28-29 », (...)

45En fait, il n’est pas évident d’identifier quelle est cette parole de l’Écriture, en lien avec la soif et avec le vinaigre, qui resterait à accomplir. Cette question fait débat70 sans rassembler aucune unanimité.

  • 71 Est-il sérieusement envisageable que, à cette heure vers laquelle converge toute sa trame narrative (...)
  • 72 Curieusement, les traducteurs de cette nouvelle version liturgique officielle ont traduit le verbe (...)

46Et quoi qu’il en soit de cette parole, le plus grave dans l’hypothèse du rattachement de la hina Satz à ce qui la précède, c’est-à-dire de la déconnexion du dit « j’ai soif » de l’accomplissement de l’Écriture, c’est que cette hypothèse présente un Jésus très peu en cohérence avec tout ce que l’évangile en a montré. À l’heure où il est élevé de terre (3, 14-15), il est présenté comme dépossédé de la part active et maîtrisée qu’il prend à l’accomplissement de l’œuvre du salut. Soit ce qu’il dit et ce qu’il fait n’a aucun rapport avec l’accomplissement, soit cela fait de lui cet « écolier appliqué » dont parle Jean-Noël Aletti71. Dans les deux cas, il est présenté comme passif alors que l’Écriture « s’accomplit72 ».

47On le voit : l’option de traduction rattachant la hina Satz à ce qui la précède, la déconnectant de l’assertion « j’ai soif », ne semble pas permettre une compréhension de ces versets qui soit cohérente du point de vue de la théologie de quatrième évangile.

**

*

48Au terme de cette étude, nous pouvons dire sans ambiguïté que la solution préservant le lien entre la soif et l’accomplissement nous apparaît, et de loin, rendre davantage raison de l’intention du rédacteur du 4e évangile.

49Devant une telle convergence d’arguments, on peut se demander pourquoi les traducteurs de la BJ ainsi que les évêques catholiques francophones ont saisi cette opportunité offerte par la grammaire – et par Jean – pour déconnecter le lien causal implicite entre le dit « j’ai soif » et l’accomplissement de l’Écriture. En fait, qu’il se passe quelque chose d’essentiel à l’heure de l’élévation du fils de l’homme, tout lecteur un peu averti de l’évangile johannique en a conscience. D’autant que cette courte péricope compte, rappelons-le, trois mentions de l’accomplissement.

  • 73 Simoens, Selon Jean, p. 829 note en effet que « J’ai soif n’est pas une citation de l’Écriture ». L (...)

50Certains ont vu dans la difficulté de comprendre le lien entre soif et accomplissement de l’Écriture – que celle-ci soit d’ailleurs entendue au sens d’une parole spécifique, ou au sens plénier – une raison qui peut avoir amené les exégètes à sortir de cette impasse, et à déconnecter le dit « j’ai soif » de l’accomplissement73. Nous avons constaté que c’est probablement là s’engager dans une autre impasse.

51On peut se demander si, « ironiquement », selon ce procédé johannique bien connu, le lecteur n’est pas conduit à confondre les registres, comme d’ailleurs la Samaritaine avant lui. Mais, plutôt que de déconnecter le dit « j’ai soif » de l’accomplissement, cette impasse nous invite peut-être bien plutôt à considérer cette parole non pas en lien avec l’accomplissement d’une parole précise de l’Écriture, mais avec l’accomplissement plénier tel qu’il a été ci-dessus défini. Le texte johannique nous invite donc à comprendre que c’est bien en vue de l’accomplissement de l’Écriture que Jésus dit « j’ai soif », à condition de ne pas entendre l’Écriture au sens d’une dernière parole à accomplir, mais au sens de l’accomplissement de la promesse du salut que l’Écriture contient, ou bien, mais c’est sans doute dire la même chose, au sens de la révélation du Sauveur qu’elle annonce.

  • 74 Zumstein, L’évangile selon Jean, p. 253. En note 6, il ajoute : « dans la même direction, Brown, Ja (...)

52Bien sûr, le rapport entre la soif et l’accomplissement reste à priori mystérieux. Toutefois, si l’on accepte le sens second et symbolique de cette péricope, il est une interprétation qui remporte une certaine unanimité : « Ce j’ai soif fait écho à la déclaration par laquelle le Christ johannique concluait le récit de son arrestation : Comment ? Je ne boirais pas la coupe que mon Père m’a donnée ? (18, 11). En profonde cohérence avec l’ultime tetelestai, le Christ johannique affirme, par cette parole, sa volonté d’accomplir la volonté du Père, et par là-même de mener sa mission à son terme74 ».

  • 75 Citons par exemple Jürgen Moltmann, Eberhard Jüngel, Hans Urs von Balthasar.

53Sans remettre en cause cette interprétation, il me semble que l’on pourrait chercher encore plus loin, du côté de la christologie/sotériologie johannique. Selon les autres évangiles, à l’instant de sa mort, c’est vers son Dieu et Père que le Crucifié se tourne, remettant son esprit entre les mains de son Père (Lc 23, 45), ou demandant pourquoi son Dieu l’a abandonné (Mt 27, 46 ; Mc, 15, 34). Ces paroles donnent à penser quelque chose de la relation entre le Père et le Fils. En particulier, la théologie trinitaire du xxe siècle, notamment les théologies dites « de la croix »75, se sont largement inspirées du cri de déréliction de Jésus sur la croix. Si l’on peut considérer légitimement que, sur le plan de l’exégèse, le dit « j’ai soif » peut bien être mis en relation avec l’accomplissement de l’Écriture, au sens où nous venons de le dire, on serait en droit de s’interroger sur le sens sotériologique de la soif dans l’évangile johannique. C’est aux théologiens que cette question est posée. Mais elle pourrait venir éclairer le sens du lien entre la soif du Christ, et l’accomplissement, sens qui, pour l’heure, demeure obscur.

  • 76 Il y a d’ailleurs une proximité intéressante entre ce verset et 19,28 : une même question non résol (...)
  • 77 Ainsi Zumstein, L’évangile selon saint Jean, note 7 p. 253.

54La soif est pourtant un motif qui ouvre de nombreuses pistes d’interprétation. Le motif de la soif n’est pas sans écho dans le 4e évangile lui-même. On pense bien sûr au dialogue avec la Samaritaine (4, 1-25). On peut se souvenir aussi que celui qui affirme sa soif sur la Croix est celui qui proclamait : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et que boive celui qui croit en moi. Comme l’a dit l’Écriture : “De son sein couleront des fleuves d’eau vive” » (7, 37b-38)76. On pourrait également mettre en parallèle le vin des noces de Cana (2, 1-11), qui inaugure le ministère public de Jésus, et le vin aigre – ou le vinaigre – donné au moment où sa mission terrestre est menée à son accomplissement ultime77. Et ces deux épisodes révèlent bien l’identité du Fils…

  • 78 Par exemple Is 35, 1.6-7 ; 41 17-18 ; 44, 3 ; 55, 1.
  • 79 Remarquons que le mot « fin » traduit ici le mot grec telos. À mettre en parallèle avec la notion d (...)
  • 80 Voir aussi Ap 7, 16-17 ; 22, 17.

55Élargissant la perspective à l’échelle de l’Écriture toute entière, il faut remarquer que motif de la soif est d’ailleurs très présent dans l’Ancien Testament, où il est présenté en lien avec le Salut78. Et dans l’Apocalypse, l’assouvissement de la soif est même présenté comme motif eschatologique : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin79. À celui qui a soif, je donnerai de la source d’eau vive, gratuitement » (Ap 21, 6)80. Et ces paroles achèvent pratiquement l’Écriture, non pas au sens figuré, mais au sens propre.

Pour une traduction ouverte…

56Deux options de traduction étant ouvertes par le récit johannique, ne peut-on pas reprocher à la traduction de la BJ, et à celle de la nouvelle traduction liturgique, de restreindre le contenu de sens en optant nettement pour la rupture entre la soif et l’accomplissement, alors même que ce sens, ainsi que nous l’avons montré, est davantage induit par le texte lui-même dans son ensemble, et en parfait cohérence avec la théologie du quatrième évangile.

57Au niveau de la traduction, l’important est de préserver l’ampleur du contenu de sens, c’est-à-dire de respecter dans la mesure du possible cette équivocité du texte. Et c’est bien ce que font finalement l’ensemble des traducteurs : ils prennent une position mesurée, le jeu des virgules laissant en fait le champ libre à l’interprétation du lecteur, l’obligeant à percevoir, même inconsciemment, ces deux dimensions de l’accomplissement présentes dans le texte, qui sont ici à la fois distinguées, mais indissociables. Reste bien sûr, à creuser le sens de cette soif du Christ, en lien avec l’accomplissement de tout et de l’Écriture, en lien donc avec la révélation de celui qui a dit : « quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, vous saurez que Je Suis » (8, 28), et aussi, « si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et que boive celui qui croit en moi ». Comme l’a dit l’Écriture : « De son sein couleront des fleuves d’eau vive » (7, 37b-38).

Haut de page

Notes

1 Traduction TOB.

2 Factuellement, en Jn 19, 30, Jésus dit seulement « c’est accompli », sans autre forme de précision. En réalité, c’est Jean qui se fait l’interprète de ce qui est accompli. C’est Jean qui précise que Jésus sait que « tout » est déjà accompli avant de dire : j’ai soif. Et c’est encore Jean qui précise : « pour que l’Écriture soit portée à son achèvement », ou « totalement accomplie ». Ainsi, formellement, ces deux accomplissements doivent être distingués. Il nous semble légitime de considérer qu’ils sont cependant indissociables l’un de l’autre, l’accomplissement du verset 29 ne désignant sans doute pas autre chose que l’accomplissement de la promesse de salut que contiennent les Écritures, salut qui est bien l’œuvre que le Père confie au Fils, et qui est portée ici et à cette heure à son achèvement. Nous reviendrons plus loin sur cette question.

3 Éditions Mame.

4 Non plus : « Ne nous soumets pas à la tentation », mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

5 Traduction liturgique actuelle de Jn 19, 28.

6 Nous nous intéresserons dans cette étude à ce que rapporte Jean, sans nous interroger sur ce qui fut ou non la « réalité ». Toutefois, pour être complet, mentionnons une thèse mettant en cause la réalité de cette parole du Christ « j’ai soif » : le Christ ne l’aurait jamais prononcée. Il s’agit d’une thèse déjà proposée par H. Sahlin en 1952 (Bib 33 (1952), p. 53-66), puis par T. Boman dans Studia Theologica 17 (1963), p. 103-119, et reprise notamment par X. Léon-Dufour, selon laquelle les interprétations divergentes des quatre évangélistes des dernières paroles de Jésus en croix proviendraient en réalité d’une source unique : « Selon Mt 27,47 = Mc 15,35, les soldats ont entendu le Crucifié appeler Elie, en araméen « Elia ta’ » (« Elie, viens »), alors que Jésus aurait dit en hébreu « Eli atta’ » (« Mon Dieu, c’est toi »). Voir X. Léon-Dufour, Lecture de l’évangile selon Jean, Tome IV l’heure de la glorification (chapitres 18-21), coll. « Parole de Dieu », Editions du Seuil, Paris, 1996, p. 152.

7 Dans cette étude ce verset 28 sera envisagé dans son lien avec les deux suivants, parce qu’ils forment ensemble une unité clairement identifiée, entre l’épisode qui concerne Marie et Jean, et l’épisode du brisement des os des deux larrons.

8 J. L. Brawley, « An absent complement and intertextuality in John 19, 28-29 », JBL 112/3 (1993), p. 427-428.

9 J. Zumstein, L’évangile selon saint Jean, Tome 2 (13-21), commentaire du Nouveau Testament IVb, deuxième série, Labor et Fides, Genève, 2007, p. 253.

10 Analyse établie sur la base du Nestle-Aland, avec l’aide de Yohanan Goldman (Université de Fribourg). Voir aussi infra note 52.

11 « Après quoi, sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : J’ai soif ». Pourtant, en 1974, la BJ avait maintenu le lien de causalité : « Après quoi, sachant que désormais tout était achevé, pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : J’ai soif ».

12 Je garde cette dénomination trouvée dans les articles de langue allemande pour désigner la proposition hina teleiôthè hè grafè. L’expression [hina Satz] présente l’avantage d’être plus concise que [la proposition en hina].

13 Daniel B. Wallace, Greek Grammar, Beyond the basics, an exegetical syntax of the new testament, Zondervan, Grand Rapids, 1996, p. 472-473.

14 Blass, Debrunner, Rehkopf (BDR), Grammatik des neutestamentlichen Griechisch, Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen, 2001, n° 478.

15 Léon-Dufour, Lecture…, p. 150. De même Jean Zumstein note : « la place de la proposition finale (afin que l’Écriture fut accomplie) est litigieuse : doit-elle être reliée à tetelestai (« fut accompli » ainsi Bergmeier, TETELESTAI) ou à legei (« il dit » ainsi Klauck, Geschrieben, erfüllt, vollendet) ? », L’évangile selon saint Jean, p. 252.

16 « Après cela, Jésus sachant que tout était désormais achevé, afin que l’Écriture fut accomplie, dit : j’ai soif », L’évangile selon saint Jean, p. 252.

17 « Après cela, sachant que tout était désormais achevé, pour que l’Écriture soit pleinement accomplie, Jésus dit : j’ai soif », Lecture…, p. 149.

18 « Après quoi, sachant que dès lors tout était achevé, pour que l’Écriture soit accompli jusqu’au bout, Jésus dit : j’ai soif ». Voir aussi Louis Segond en 1901 ; Chanoine Crampon 1923 ; Bible Colombe 1978 ; Bible Darby 1991, Bible du Semeur 2000, Bible Parole de Vie 2000.

19 « Après cela, pour que l’Écriture fut accomplie, Jésus, sachant que déjà tout était achevé, dit « J’ai soif ». Dans sa première édition de 1901, la Bible Segond insistait vraiment sur le lien de causalité entre la subordonnée et le verbe principal : « Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l’Écriture fût accomplie : J’ai soif ».

20 Un second exemple donné par le BDR pour illustrer son propos sur les positions possibles d’une relative par rapport à la principale est Jn 19, 31. Or, dans ce cas précis, même si la subordonnée occupe bien une position « incise » dans la principale, le lien de causalité entre le verbe principal et la hina Satz est néanmoins évident. On peut donc déduire de cet article du BDR que le poids de la hina Satz peut bel et bien s’exercer sur le verbe principal, et non sur celui de la subordonnée dans laquelle elle est imbriquée.

21 L.TH. Witkamp, « Jezus’laatste woorden volgens Johannes 19, 28-30 », NTT 43 (1989), p. 11-20. Voir note 8. Parmi les exégètes favorables au rattachement de la hina Satz à la principale, il nomme Wescott, Zahn, Bauer, Thüsing, Schnackenburg.

22 Edwin A. Abbott, Johannine grammar, Adam and Charles Black, London, 1906.

23 Ibid. article [2215] p. 124.

24 Ibid. article [2215] p. 124. Il fait également remarquer au passage que cette compréhension de la construction de 19,28 est similaire à la compréhension que l’on a de la construction parallèle en 19, 31.

25 Ibid. article [2623] p. 462.

26 Ibid. article [2279a] p. 221.

27 A.T. Robertson, A grammar of the Greek New Testament in the light of historical research, Broadman Press, Nashville (Ten.), 1934.

28 Ibid. p. 425.

29 Ibid.

30 R.H. Lightfoot, St. John’s Gospel. A commentary, Oxford University Press, London, Oxford, New York, 1969 (1er édition 1956).

31 Ibid., p. 317-318 : « Si, cependant, on préfère lier ces mots avec ce qui suit, plutôt qu’avec ce qui précède, nous trouvons en 19,28 une référence au psaume 69,22, dans lesquels ils sont les soldats, qui accomplissent l’Écriture inconsciemment ».

32 G. Bampfylde, « John XIX, 28. A case for a different translation », Novum Testamentum 11 (1969), p. 247-260. Il conclut son analyse en disant : “The scripture has nothing to do with the thirst of Jesus” (p. 260).

33 I. De la Potterie, Passion de Jésus, selon l’évangile de Jean, Texte et Esprit, Éditions du Cerf, Paris, 1986, p. 167-180.

34 R. Bergmeister, « TETELESTAI, Joh 19, 30 », ZNW 79 (1988), p. 282-290.

35 Y. Simoens, Selon Jean, t. 3. Une interprétation, Éditions de l’Institut d’Études Théologiques, Bruxelles, 1997, p. 825-950.

36 Ces auteurs parviennent à des interprétations différentes les unes des autres, que nous ne pouvons cependant développer ici sans nous écarter de notre propos. Chacune de ces études comportent des éléments très intéressants. Pour autant, il me semble que certaines conclusions paraissent contestables sur le plan théologique.

37 Par exemple : « La mort de Jésus en 19, 28-30, situé en plein milieu de 19, 23-42, est centré sur la conscience qu’a Jésus de mener à terme, délibérément, ce que requérait sa fidélité au dessein de Dieu », Léon-Dufour, Lecture …, p. 148. Voir aussi R. E. Brown, La communauté du disciple bien-aimé, coll. « Lectio Divina » 115, Les Éditions du Cerf, Paris, 2002, p. 128-130.

38 Zumstein, L’évangile selon saint Jean, p. 253.

39 Il faut noter donc que l’inclinaison de la tête intervient ici avant la mort de Jésus, signifiée par la remise de l’Esprit. Logiquement, l’inclinaison de la tête devrait suivre la mort, et non la précéder. Nombreux sont les exégètes qui mentionnent cette inversion par rapport à l’ordre logique pour illustrer la parfaite maîtrise de Jésus dans le récit johannique de la Passion : il rend son dernier souffle exactement au moment où il le choisit.

40 Zumstein, ibidem, note 13 p. 254.

41 Pour être complet, signalons une divergence entre les exégètes à propos du don du vinaigre. Faut-il y voir un geste malveillant, ou bien au contraire un geste bienveillant. S’agit-il du vinaigre au sens où nous l’entendons actuellement ? Ne s’agirait-il pas plutôt de « vin aigre », destiné à désaltérer les suppliciés ? Léon-Dufour le comprend dans ce sens positif : « La boisson oxos n’est pas du vinaigre, mais du vin aigre mélangé d’eau, boisson populaire qui était donnée aux travailleurs (Rt 2, 14) et aux soldats » (Léon-Dufour, Lecture…, note 69 p. 153). Jean-Noël Aletti voit d’ailleurs dans ce don du vinaigre un geste positif qui permet même de faire advenir l’achèvement : « Le vinaigre qui, dans le psaume, souligne l’agression, permet à l’inverse en Jn 19,29 de faire advenir l’achèvement » (J.-N. Aletti, « Mort de Jésus et théorie du récit », RSR 73/1, 1985, p. 157). Voir aussi Simoens, Selon Jean, p. 836-838.

42 Le passif « divin » désigne implicitement une action dont YHWH est l’auteur. Le passif permet d’en taire le nom.

43 Dont 16 occurrences chez Matthieu, 9 chez Luc et 2 chez Marc.

44 Sur les 15 occurrences, une seule (16, 6), qui ne concerne d’ailleurs pas l’accomplissement d’une parole de l’Écriture, est conjuguée à la voix active.

45 12, 3 : la maison remplie de parfum, par exemple.

46 Par exemple le parfait ou la plénitude de la joie en 3, 29, en 15, 11, en 16, 24 et en 17, 13 ; la tristesse qui emplit le cœur en 16, 6 ; l’accomplissement du temps en 7, 8.

47 Deux occurrences concernent l’accomplissement d’une parole que Jésus a dite (18, 9.32), et six l’accomplissement d’une parole spécifique de l’Écriture, facilement identifiable. Dans ce cas, quatre occurrences utilisent le mot hè graphè (13, 18 ; 17, 12 ; 18, 24.36) et deux le mot ho logos (12, 38 ; 15, 25).

48 Cité dans Simoens, Selon Jean, p. 830.

49 A. T. Robertson, parlant de l’usage « proleptique » du parfait, choisit comme exemple le premier teteslestai, allant également dans le sens d’une compréhension séquentielle de ce passage. Voir A. T. Robertson, A Grammar, p. 898.

50 S. Légasse, Le procès de Jésus, Tome II, la Passion dans les quatre évangiles, coll. « Lectio Divina Commentaires » 3, Éditions du Cerf, Paris, 1995, p. 553.

51 Dans les épisodes parallèles en Mt 27, 48 et Mc 15, 36, il est mentionné que quelqu’un (un de ceux qui se trouvaient là) « lui donnait à boire ». En Lc 23, 35, ce sont les soldats qui lui « présentent » le vinaigre. En Jn 19, 29-30, « on » porte à sa bouche l’éponge imbibée de vinaigre. Mais c’est Jésus qui fait l’action de « le prendre ». Voilà qui renforce encore la connotation active de cette séquence.

52 Le Neslte Aland mentionne la variante plèrôthè, à la place de teleiôthè, dans le Sinaïticus ainsi que dans une quinzaine de manuscrits, mais il retient la leçon teleiôthè en raison de l’ampleur du soutien à cette version, et aussi certainement du fait qu’il s’agit là sans conteste de la lectio difficilior (plèrôthè étant le verbe utilisé habituellement pour exprimer l’accomplissement de l’Écriture).

53 On en trouve également 4 occurrences dans la première lettre de Jean, aucune chez Matthieu et Marc, et seulement 2 chez Luc.

54 Notons que sur les 5 occurrences de teleiôo chez Jn, 3 sont conjuguées à la voix active, alors que toutes les occurrences de plèroô sont conjuguées au passif.

55 R. Boily, « L’accomplissement parfait de l’Écriture, Étude sur Jean 19, 23-42 », BSW 1 (1998) 136-176, p. 165. Internet (10.07.2013) http://www.bsw.org/?l=1111&a=arti6.html.

56 Boily, L’accomplissement, p. 164.

57 50 occurrences en tout. Marc ne l’utilise que 3 fois ; Matthieu et Marc chacun 4 fois.

58 13, 18 ; 17, 12 ; 19, 24.36.37.

59 7, 38.42 ; 20, 9.

60 2, 22 ; 5, 39 ; 10, 35.

61 En 7, 37, c’est bien Jésus également qui parle, et l’accomplissement implicite de 7, 38 peut sembler donc dépendre de lui. En réalité, ce n’est pas le cas car ce verset, remarquons-le, ne concerne pas à proprement parler l’accomplissement. Il a plutôt valeur proleptique eschatologique, et conditionnelle.

62 2, 22 ; 5, 39 ; 10, 35.

63 P. Beauchamp,  Article « Accomplissement des Écritures », dans J.-Y. Lacoste (dir), Dictionnaire critique de Théologie, PUF, 1998, p. 2-3. Sur la notion d’accomplissement, voir aussi P. Beauchamp, L’un et l’autre Testament, Tome 2, Accomplir les Écritures, coll. « Parole de vie », Éditions du Seuil, Paris, 1990.

64 Zumstein, L’évangile selon saint Jean, p. 254.

65 Ibid., note 9 p. 254. D’autres auteurs ont avancé aussi cet aspect, en lien notamment avec l’hysope Outre Simoens, Selon Jean, p. 843-844, voir Legasse, Le procès de Jésus, p. 555-556 et G. Schwarz, USSWPW PERIQENTES, NTS 30 (1984) p. 625-626).

66 Il y a bien là une bizarrerie, ainsi que le font remarquer en note la BJ, la TOB et la NBS : il semble impossible de fixer une éponge à un rameau d’hysope, qui est « une plante aux feuilles chevelues utilisée pour les aspersions rituelles. On l’identifie à la marjolaine qui ne dépasse guère un mètre » (TOB). Le terme est inusité : seulement douze citations dans tout le corpus biblique, dont deux pour tout le Nouveau Testament (Jn 19,29 et He 9,19).
Un manuscrit grec du xie siècle porte un mot grec ressemblant qui signifie javelot. En raison de cette invraisemblance, certains envisagent donc l’hypothèse d’une correction, ou une erreur de transcription du texte grec, par un copiste qui aurait écrit hyssôi (hysope) au lieu de hyssôpôi (javelot). Cette thèse me paraît peu convaincante. Voir G. Schwarz, USSWPW, p. 625-626.

67 Ou « sachant que désormais tout était achevé pour que l’Écriture fût parfaitement accomplie » selon la traduction de la BJ en 1998.

68 La numérotation des psaumes est celle de la Bible hébraïque.

69 Ainsi, pour C. H. Dodd, L’interprétation du quatrième évangile, coll. « Lectio Divina » 82, Éditions du Cerf, Paris, 1975, p. 538. Voir aussi note 4, ou Léon-Dufour, Lecture …, p. 20.

70 Certains auteurs comme R.L. Brawley, « An absent complement and intertextualty in John 19, 28-29 », JBL 112/3 (1993) p. 437-443, et R. E. Brown, The death of the Messiah, from Gethsemane to the Grave, a commentary on the passion narratives in the fourth Gospels, Volume II, New York, 1994, p. 1072-1074 rapprochent aussi ce « J’ai soif » du psaume 22, 16 : Ma vigueur est devenue sèche comme un tesson, la langue me colle aux mâchoires, mettant en évidence la proximité thématique de ces deux psaumes par rapport à la figure du juste persécuté, qui en appelle à Dieu pour le sauver. Le rapport entre 19, 28 est un peu plus distendu. Malgré le fait que Jean cite déjà ce psaume 22 pour la tunique tirée au sort, je ne pense pas qu’il faille voir en 19, 28 une allusion à ce verset 16 en particulier. En effet, la fin de ce verset 16 est « Tu me déposes dans la poussière de la mort ». Voilà qui est particulièrement éloigné de la présentation de la mort du Jésus johannique, lui qui affirmait de sa vie : « Personne ne me l’enlève mais je m’en dessaisis de moi-même ; j’ai le pouvoir de m’en dessaisir et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père » (10, 18). Ce lien vers Ps 69, 22 ou Ps 22, 16 est aussi celui qui est donné en note par la BJ et par la TOB. La NBS y ajoute aussi la référence à Ps 63, 2, qui invite plutôt à comprendre la soif en un sens plus figuré.

71 Est-il sérieusement envisageable que, à cette heure vers laquelle converge toute sa trame narrative, Jean mette dans la bouche de Jésus une parole qui serait à accomplir formellement, au même titre que celles dont il est question en 19, 24 ou en 19, 36 ? Ne serait-ce pas, dans ce cas, faire de Jésus « un écolier appliqué, en ses paroles et en ses gestes, à copier l’Écriture pour que cette dernière soit réalisée », ainsi que le souligne Jean-Noël Aletti, qui ajoute : « Afin que l’Écriture s’accomplît ne signifie pas pour que le modèle soit respecté, comme s’il fallait que Jésus, tel un automate, calque son comportement sur une parole du passé qui le déterminerait totalement ». J.-N. Aletti, Mort de Jésus, p. 157. Aletti est pourtant lui-même partisan de l’allusion au psaume 69, mais dans un sens moins littéral, qu’il ne développe pas.

72 Curieusement, les traducteurs de cette nouvelle version liturgique officielle ont traduit le verbe teleiôthè – un subjonctif aoriste passif- par un subjonctif présent actif du verbe à la forme pronominale : « pour que l’Écriture s’accomplisse ». Ainsi, la connotation « active » du verbe peut sembler être préservée, mais pas avec le même sujet… Il ne s’agit plus de l’Écriture accomplie implicitement par le Christ – le Christ est donc acteur – mais de l’Écriture qui, à cause de la forme pronominale, semble s’accomplir d’elle-même – ce qui induit l’idée d’un Christ passif.

73 Simoens, Selon Jean, p. 829 note en effet que « J’ai soif n’est pas une citation de l’Écriture ». L’argument est utilisé par G. Bampfylde, John XIX 28, p. 247 et repris par d’autres. Voir Brown, The death of the Messiah, p. 1072 : « The main objection to having the hina clause points forward is that what Jesus says is not an explicit citation from Scripture ».

74 Zumstein, L’évangile selon Jean, p. 253. En note 6, il ajoute : « dans la même direction, Brown, Jaubert, O’Day, Schnackenburg ».

75 Citons par exemple Jürgen Moltmann, Eberhard Jüngel, Hans Urs von Balthasar.

76 Il y a d’ailleurs une proximité intéressante entre ce verset et 19,28 : une même question non résolue du rattachement de proposition se pose. Ici la question se pose pour la proposition « celui qui croit en moi ». Comme en 19, 28, il y a deux options de traduction possible, ainsi que le notent notamment la BJ, la TOB et la NBS :
Solution A : rattachement à ce qui précède : « si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et que boive celui qui croit en moi. Comme l’a dit l’Écriture : « de son sein couleront des fleuves d’eau vive ». Dans ce cas, Jésus est considéré comme la source d’eau vive pour ceux qui croient en lui
Solution B : rattachement à ce qui suit : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive. De celui qui croit en moi, comme le dit l’Écriture, couleront des fleuves d’eau vive ». Dans ce cas, la parole de l’Écriture est appliquée au croyant qui devient lui-même source de vie. Voir 4,14.

77 Ainsi Zumstein, L’évangile selon saint Jean, note 7 p. 253.

78 Par exemple Is 35, 1.6-7 ; 41 17-18 ; 44, 3 ; 55, 1.

79 Remarquons que le mot « fin » traduit ici le mot grec telos. À mettre en parallèle avec la notion de « but », ou de « fin » que nous avions noté comme point commun entre en 13, 1 ([le Christ] les aima jusqu’à l’extrême : eis telos) et en 19, 28.30 (les verbes teleô et teleiôo).

80 Voir aussi Ap 7, 16-17 ; 22, 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Windal, « « J’ai soif » l’accomplissement de l’Écriture en Jn 19, 28 », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 25-46.

Référence électronique

Martine Windal, « « J’ai soif » l’accomplissement de l’Écriture en Jn 19, 28 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2449 ; DOI : 10.4000/rsr.2449

Haut de page

Auteur

Martine Windal

Directrice de l’Institut Supérieur de Théologie Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page