Navigation – Plan du site
Recensions

Saint Augustin, Sur la Genèse contre les Manichéens. Sur la Genèse au sens littéral, livre inachevé

Traduction de P. Monat, Introduction et notes de M. Dulaey, M. Scopello et A.-I. Bouton-Touboulic, Paris, Institut d’Études Augustiniennes (Bibliothèque Augustinienne 50), 2004
Françoise Vinel
p. 423-425
Référence(s) :

Saint Augustin, Sur la Genèse contre les Manichéens. Sur la Genèse au sens littéral, livre inachevé, traduction de P. Monat, Introduction et notes de M. Dulaey, M. Scopello et A.-I. Bouton-Touboulic, Paris, Institut d’Études Augustiniennes (Bibliothèque Augustinienne 50), 2004, 580 p.

Texte intégral

1Le livre de la Genèse occupe une place décisive dans l’œuvre d’Augustin (Aug.), comme l’attestent les derniers livres des Confessions. Les vol. 48 et 49 de la B.A. présentaient déjà son ouvrage La Genèse au sens littéral, dont la deuxième partie de ce nouveau volume constitue la première version, laissée inachevée par Aug. ; mais il a cependant voulu la publier, comme il le dit dans ses Révisions : « après avoir révisé ce livre, tout imparfait qu’il fût, j’ai voulu qu’on le conserve, afin qu’il fût un témoin, pas inutile à mon avis, de mes premiers essais dans l’explication et le commentaire des divines paroles. Et j’ai voulu que son titre fût : De la Genèse selon la lettre, livre inachevé » (cité p. 388). Bien qu’il invite ensuite à lire son commentaire postérieur, composé de douze livres, il nous laisse donc cette première lecture du récit de la création (jusqu’à Gn 1,26). Aug. fait apparaître la diversité de sens du langage biblique, ainsi par ex. pour « esprit de Dieu » (IV, 16-18), mais, insiste Aug., la foi devance la compréhension : « Quelle que soit, parmi ces explications, celle qui est exacte, on doit croire que Dieu est l’origine et le créateur de toutes les choses qui ont vu le jour » (IV, 18, 2 – signalons une divergence entre la traduction donnée dans l’introduction, p. 392, puis dans le texte, p. 425). Sans doute cela laisse-t-il quelque peu le lecteur – et l’auteur lui-même, à en croire son commentaire dans les Révisions ! – sur sa faim, mais les questions demeureront par la suite, comme l’avoue Aug. à propos des douze livres de La Genèse au sens littéral : « dans ces livres, on trouve plus de questions posées que de solutions » (cité p. 388). S’essayer à comprendre le récit de la création, c’est, pour Aug., l’œuvre de toute une vie !

2Mais la majeure partie du volume présente la traduction de son commentaire de la Genèse « contre les Manichéens », œuvre rédigée peu après sa conversion, une façon de marquer clairement sa rupture avec la secte qui l’a si longtemps attiré. Et Aug. aborde ce projet avec un net souci pédagogique : c’est « au moyen d’évidences concrètes qu’il faut convaincre (les manichéens) de fausseté » (p. 157), afin d’être compris de tous. Aug. reprend verset par verset, non sans polémique, les interprétations manichéennes de Gn 1-3. Il reproche aux Manichéens le caractère simpliste de leur lecture littéraliste. Mais l’ouvrage se clôt sur une liste des points de divergence : questions sur Dieu, sur le péché et le mal, qui seront encore au centre des six traités anti-manichéens d’Aug. (B.A. 17, Paris, 1961).

3Conformément aux normes de la collection, l’introduction et les « notes complémentaires » (p. 507-557) éclairent le contexte à l’aide des études les plus récentes et surtout invitent à faire le lien avec bien d’autres œuvres d’Aug. Propre à ce volume est une introduction en deux parties. La première est signée par M. Dulaey qui s’attache surtout à l’analyse de la méthode exégétique d’Aug., et elle est complétée par un chapitre de A.-I. Bouton sur la conception augustinienne de la création et de la chute. Dans la deuxième partie, il revient à M. Scopello de définir en une soixantaine de pages les points de la doctrine manichéenne auxquels s’oppose Aug. (un tableau synthétique, p. 147, met face à face les deux positions, résumées par Aug. à la fin de son traité) ; mais surtout elle éclaire par des références aux sources manichéennes, qu’elle connaît bien, l’exégèse des Manichéens et leur mode de propagande, liée en particulier au rôle donné aux images et à la diffusion de livres (p. 96-97). Bien qu’il soit difficile de savoir de façon sûre à quels textes manichéens, ou à quelles notices hérésiologiques Aug. a pu avoir accès, la référence privilégiée faite par M. Scopello aux Acta Archelaï, dont « la version latine remonte à 365 environ » (p. 94), ainsi qu’au résumé doctrinal des Kephalaia découverts au Fayoum donne au lecteur un accès clair aux traits principaux de la doctrine et du mythe cosmogonique hérités de Mani. Néanmoins, si importante que soit cette introduction, il est dommage que disparaisse de la table des matières la place prise par les textes mêmes d’Aug. (p. 156-383 et p. 396-505) ! Simple erreur dans un volume magnifique qu’on a bonheur à lire, revenant une fois de plus au texte fondateur de Gn 1-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Saint Augustin, Sur la Genèse contre les Manichéens. Sur la Genèse au sens littéral, livre inachevé », Revue des sciences religieuses, 81/3 | 2007, 423-425.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Saint Augustin, Sur la Genèse contre les Manichéens. Sur la Genèse au sens littéral, livre inachevé », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/3 | 2007, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2431

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page