Navigation – Plan du site
Recensions

Étienne Nodet, La crise maccabéenne

Historiographie juive et traditions bibliques. Préface de M.-F. Baslez, Paris, Éd. du Cerf, 2005
Françoise Vinel
p. 420-422
Référence(s) :

Étienne Nodet, La crise maccabéenne. Historiographie juive et traditions bibliques. Préface de M.-F. Baslez, Paris, Éd. du Cerf, 2005, 446 p.

Texte intégral

1Le nouvel ouvrage d’E. Nodet (N.) constitue la sixième contribution de la collection « Josèphe et son temps », N. dirigeant par ailleurs la publication d’une traduction française des Antiquités juives (4 volumes parus). L’analyse des textes de l’historien juif tient encore ici une place importante. Comme N. le dit lui-même, l’expression « crise maccabéenne » est une dénomination commode, mais elle recouvre des réalités – événements et textes – complexes, qui font l’objet d’une enquête minutieuse. Sans doute l’histoire y perd-elle sa linéarité, mais celle-ci n’est-elle pas une illusion d’optique ou le choix, implicite ou explicite, d’un point de vue qui interprète les faits ? Les deux livres des Maccabées, inclus dans le canon chrétien mais non dans le canon juif, fournissent le point de départ des analyses et ils révèlent d’emblée des contradictions dans le récit des événements et le rôle des différents protagonistes, des divergences de dates ; mais au-delà, la question décisive est celle de l’interprétation que ces récits, dans leur orchestration comme dans leurs silences, donnent d’un moment de l’histoire, de l’avènement d’Antiochos IV, en – 175, au règne d’Antiochos VII, à partir de – 139, alors que s’affirme la puissance romaine, qui apporte son soutien au grand prêtre Simon. La réalité d’un « judaïsme pluriel » est désormais acquise, mais N., fait remarquer M.F. Baslez dans sa préface (p. IX), « en relit différemment les composantes, en nous obligeant à sortir une fois pour toutes de l’opposition bipolaire réductrice entre judaïsme hellénisé et judaïsme de stricte observance ».

2Les étapes de la recherche sont récapitulées par 9 tableaux répartis dans les trois premiers chapitres mais elles donnent aussi lieu à une évaluation de la méthode : ainsi la reconstitution de la chronologie des faits relatés dans 1-2 M montre ses limites et mène N. à une analyse littéraire des textes, qui commence par la présentation des différents acteurs : du côté juif, les grands prêtres Simon et Jonathan, et, bien sûr, Judas Maccabée ; en face d’eux, grecs et romains, dont l’image est loin d’être uniforme. Pour faire apparaître la diversité des points de vue juifs, N. ajoute à 1-2 M le livre de Daniel, dont les allusions à Antiochos Epiphane sont avérées, les récits de Flavius Josèphe, dans leurs variations de la Guerre des Juifs aux Antiquités juives et à son Autobiographie, et enfin la perception de la période dans les sources rabbiniques ; la référence aux Histoires de Polybe, autorité aux yeux de Josèphe, sert elle aussi à la compréhension des événements. La complexité et la diversité des interprétations suggèrent que cette crise est bien ce que N. nomme « une crise de fondation » (p. 57), avec des objets multiples : la signification de la fête de la Dédicace instituée pendant cette période, la place du Temple et le rôle du grand prêtre, le rapport à la Loi elle-même et plus particulièrement au respect ou non du sabbat en temps de guerre (ce dernier aspect est réexaminé dans un dernier chapitre). Mais ces aspects internes au judaïsme ne se comprennent qu’en lien avec deux autres questions, celle des rapports entre la Judée et la Samarie, et celle de l’hellénisation de la Judée au milieu du deuxième siècle, avec à l’horizon les relations complexes et souvent conflictuelles entre royauté séleucide et royauté lagide, entre la Syrie-Palestine et l’Égypte hellénistiques. Au cœur de cette question, le statut de Jérusalem, à qui Antiochos ôte son statut juif en – 175 sur l’intervention du grand prêtre Jason, pour le lui rendre quelques années plus tard, en – 164. Les tableaux 1 à 7 présentent avec grande clarté la synthèse des données chronologiques et narratives.

3Le chapitre 3, le plus long de l’ouvrage (p. 181-379), divisé en cinq sections, aborde la crise du point de vue des « institutions et structures ». On notera tout l’intérêt des pages consacrées aux Samaritains et la manière dont N. se situe par rapport aux différentes sources et aux hypothèses des historiens contemporains et propose de comprendre que « le judaïsme dérive d’une ancienne réalité israélite, dont les Samaritains sont largement restés témoins » ; la rupture est alors inévitable entre la Samarie et le judaïsme défini par un mouvement réformateur strict, illustré par le second voyage de Néhémie (Ne 13). De ce point de vue, conclut encore N., « la crise maccabéenne n’est autre que la montée en puissance de ce mouvement (réformateur) à l’occasion de l’hellénisation promue par les ‘vauriens’«  (p. 207-208), ce dernier terme désignant les Israélites traditionnels, c’est-à-dire les Samaritains, qui, selon Ne 13, ne respectent pas le sabbat, épousent des étrangères et qui ensuite ne participeront pas au mouvement de résistance à l’hellénisation.

4On retrouve dans les chapitres qui suivent les intuitions et la méthode de N. : la crise du sacerdoce israélite (les tableaux 8 et 9 mettent en évidence la discontinuité des généalogies pontificales) et l’avènement de l’état asmonéen comme état pharisien (p. 290) ; l’enquête sur le sens exact de « l’Abomination de la Désolation » (1 M 1,54) ramène N. à la question de l’hellénisation, mais c’est pour la déplacer en soulignant que « l’acte provocateur d’Antiochos IV, l’installation de l’Abomination de la Désolation, ne fut nullement une hellénisation, mais une tentative pour faire de Jérusalem une ville phénicienne ordinaire » (p. 308). Plus globalement, il faut reconnaître la « tendance archaïsante » de l’époque hellénistique, qui permet la « résurgence de rites et de symboles anciens » (p. 310).

5Ces quelques exemples montrent toute la richesse de l’étude d’E. Nodet ; son souci d’être attentif à toutes les sources, bibliques, juives et profanes, et de les comparer point par point, peut rendre parfois la lecture difficile pour qui n’est pas familier de l’ensemble des textes. Son livre s’inscrit entre autres à la suite des travaux d’E. Bickerman, de M. Hengel et du volume II de la Cambridge History of Judaïsm, consacré à la période hellénistique. Sans aucun doute, il y a là matière à des discussions fécondes et N. ouvre des perspectives sur l’histoire du pluralisme religieux au deuxième siècle avant notre ère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Étienne Nodet, La crise maccabéenne », Revue des sciences religieuses, 81/3 | 2007, 420-422.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Étienne Nodet, La crise maccabéenne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/3 | 2007, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2427

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page