Navigation – Plan du site
Recensions

Sigurd Hjelde, Sigmund Mowinckel und seine Zeit

Leben und Werk eines norwegischen Alttestamentlers, Tübingen, Mohr Siebeck (Forschungen zum Alten Testament 50), 2006
Eberhard Bons
p. 418-420
Référence(s) :

Sigurd Hjelde, Sigmund Mowinckel und seine Zeit. Leben und Werk eines norwegischen Alttestamentlers, Tübingen, Mohr Siebeck (Forschungen zum Alten Testament 50), 2006, 365 p.

Texte intégral

1À en croire de nombreux commentateurs du XXe siècle, l’origine du Psautier est à chercher dans le culte israélite. Citons, à titre d’exemple, le commentaire d’Évode Beaucamp pour lequel c’est un acquis de la recherche « que le Psautier est bien le recueil des chants liturgiques d’Israël » (Le Psautier. Ps 1-72, Paris, Gabalda, 1976, p. 11). Il serait facile de citer d’autres auteurs, français et étrangers, qui souscrivent à cet avis. Or il est étonnant de constater que la plupart des commentateurs du XIXe siècle sont loin d’affirmer que les Psaumes sont nés dans le culte. Comment alors expliquer que les chercheurs du XXe siècle s’éloignent sur ce point de leurs prédécesseurs ? On se gardera de proposer une explication simpliste de ce tournant qui marque l’exégèse psalmique au début du XXe siècle. Néanmoins, il importe de citer dans ce contexte le nom du protagoniste d’une approche nouvelle du Psautier dont l’influence sur les études du Psautier est indéniable : Sigmund Mowinckel (1884-1965), professeur d’Ancien Testament à l’Université d’Oslo, à qui est consacrée la monographie de Sigurd Hjelde. Celui-ci enseigne à la même université l’histoire des religions.

2À Hjelde revient le mérite d’avoir comblé une lacune dans la recherche, une biographie détaillée de Mowinckel faisant défaut depuis longtemps. On constate d’emblée que le livre de Hjelde représente une mine d’informations. Afin de mener une étude aussi fouillée, l’auteur procède avec une intuition et une sagacité remarquables. Plutôt que de s’appuyer sur les sources publiées – notamment les ouvrages de Mowinckel et les commentaires qu’ils ont provoqués – Hjelde a exploité une masse d’informations inédites et difficiles à repérer. Ainsi est-il arrivé à découvrir une partie de la correspondance de Mowinckel avec ses collègues. Parmi les savants étrangers avec lesquels Mowinckel était en contact, il convient de mentionner Hermann Gunkel (Giessen, puis Halle), Aage Bentzen (Copenhague), Johannes Lindblom (Lund) et Walter Baumgartner (Bâle). Les différentes lettres sont maintenant dispersées dans plusieurs archives scandinaves, suisses et allemandes. Par ailleurs, Hjelde a pu consulter les quelques documents privés que la famille de Mowinckel a conservés. À tout cela s’ajoutent les renseignements que l’auteur a obtenus en interviewant les anciens élèves de l’exégète. En un mot, l’auteur a réussi à recueillir une base d’informations dont l’ampleur et la richesse sont surprenantes.

3Le livre, qui est doté de différents index, s’articule selon deux grandes parties. Dans la première, plus courte, Hjelde aborde les sujets suivants : l’enfance et la jeunesse de Mowinckel, ses études de théologie à Kristiania, le séjour en Allemagne, la thèse de doctorat, enfin la vie privée de Mowinckel entre 1916 et 1965. Dans la seconde partie, qui comprend plus de 200 pages, Hjelde traite de manière méticuleuse plusieurs sujets : la participation de Mowinckel à la vie de l’Église luthérienne de Norvège, les activités associées à son service de pasteur, ses prises de position dans les débats concernant la vie de l’Église, ses fonctions dans l’administration universitaire et sa coopération à la traduction norvégienne de la Bible. Toutes ces informations détaillées permettent de mieux situer, à l’arrière-fond de la recherche scandinave, tant l’enseignement que la recherche de Mowinckel dans un contexte universitaire et ecclésiastique plus large. Pour les exégètes d’aujourd’hui, trois sujets sont d’un intérêt particulier : l’apport de Mowinckel à l’exégèse du Psautier, son débat avec l’école « Myth and Ritual » et sa position scientifique qui l’oriente tantôt vers la théologie proprement dite, tantôt vers l’histoire des religions.

4Un des points forts du livre réside dans le fait qu’il jette un jour nouveau sur les étapes de l’itinéraire scientifique de Mowinckel. Alors que le vétérotestamentaire Johannes Pedersen, professeur à Copenhague, n’est apparemment pas à compter parmi les enseignants de Mowinckel, on apprend par ex. que l’influence d’un autre savant danois, Vilhelm Grønbech, se manifeste dans l’importance qu’accordera Mowinckel au culte jugé comme le noyau de la vie religieuse d’une société (p. 84.166). Or ce serait se méprendre que de croire que le culte est une forme inférieure de la religion par rapport aux formes supposées plus développées. Quoi qu’il en soit, la conception du culte que Mowinckel a faite sienne vers 1916 le conduira à élaborer, dans ses Psalmenstudien 1-2 (1921-1922), sa théorie d’un Sitz im Leben cultuel des Psaumes. Que cette théorie provoque la réaction de son ancien maître Gunkel n’a rien d’étonnant, car selon lui bien des Psaumes comportent tout au plus des allusions au culte (p. 179-182). Inutile de dire que ce débat a eu un impact fort sur l’exégèse psalmique jusqu’à une époque récente.

5Comme nous l’avons dit, l’apport le plus important du livre de Hjelde consiste à situer Mowinckel dans un contexte ecclésiastique et universitaire. Dans ce but, l’auteur a su identifier les courants théologiques et exégétiques exerçant une influence sur le savant norvégien. De plus, Hjelde a reconstitué, autant que faire se peut, le réseau des rapports scientifiques et ecclésiastiques dans lequel les recherches bibliques de Mowinckel se sont déroulées. Qu’il nous soit permis de signaler, en conclusion, deux points faibles de ce livre méritoire. (1) À partir du chapitre 7, Hjelde abandonne la démarche chronologique en faveur d’un procédé plutôt systématique. D’où le besoin de renvoyer systématiquement, dans la seconde partie du livre, à des sujets traités dans la première ou l’inverse. Une autre disposition des matières aurait sans doute facilité la lecture du livre. (2) L’auteur assortit ses chapitres de beaucoup de matériel anecdotique : les escapades du jeune stagiaire Mowinckel lors de la fête nationale (p. 47), l’impression douteuse qu’il a reçue du catholicisme bavarois (p. 61), etc. Bien entendu, ces anecdotes servent à dessiner un portrait plus « humain » d’un savant célèbre. Néanmoins, une sélection plus rigoureuse de ce matériel n’aurait pas été au détriment du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons, « Sigurd Hjelde, Sigmund Mowinckel und seine Zeit », Revue des sciences religieuses, 81/3 | 2007, 418-420.

Référence électronique

Eberhard Bons, « Sigurd Hjelde, Sigmund Mowinckel und seine Zeit », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/3 | 2007, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2425

Haut de page

Auteur

Eberhard Bons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page