Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Luc Vesco, Le Psautier de David traduit et commenté

Paris, Éd. du Cerf (Lectio divina 210-211), 2006
Eberhard Bons
p. 416-418
Référence(s) :

Jean-Luc Vesco, Le Psautier de David traduit et commenté, Paris, Éd. du Cerf (Lectio divina 210-211), 2006, 1419 p.

Texte intégral

1Aborder tout seul la rédaction d’un commentaire de l’ensemble du Psautier est une entreprise qui demande non seulement une érudition remarquable mais aussi un effort personnel extraordinaire. À la différence de ses prédécesseurs, le commentateur du Psautier qui travaille au début du troisième millénaire se trouve devant une situation changée à plusieurs égards : d’une part, il est confronté à un grand éventail de recherches psalmiques récentes à prendre en compte (notamment dans les domaines de l’histoire du texte, de la philologie biblique, de l’iconographie et de l’histoire des religions proche orientales). D’autre part, il n’existe presque plus de consensus sur les questions méthodologiques. Alors que la Formgeschichte élaborée par l’exégète allemand Hermann Gunkel (1862-1932) a pendant longtemps dominé les recherches psalmiques, même en dehors du monde germanophone, ce « paradigme » est de plus en plus contesté ; cependant, un autre susceptible de le remplacer ne se dessine pas encore à l’horizon. Dans cette situation, il n’est pas étonnant que d’autres chercheurs aient choisi de se partager le travail (par ex. dans la future réédition du commentaire allemand Biblischer Kommentar zum Alten Testament), tout en se concertant sur les méthodes exégétiques à adopter ainsi que sur les résultats à atteindre. Inutile de dire qu’une telle démarche met en cause l’homogénéité dans le détail.

2Tel n’est pas le cas pour le nouveau commentaire français que soumet au public intéressé J.-L. Vesco, ancien directeur de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem. Ayant consacré de nombreuses études exégétiques au Psautier tout au long de sa vie, il en fournit maintenant la clef de voûte. En quoi cet opus magnum se distingue-t-il des commentaires du Psautier parus ces dernières décennies ? Il n’est pas exagéré de dire que le commentaire de Vesco est sans égal dans la bibliographie francophone relative au Psautier. Convaincu que le Psautier a eu sa place particulière dans la prière et dans la méditation, dès le moment où les 150 Psaumes furent réunis dans un livre, probablement entre 350 et 200 avant J.-C. (p. 31), Vesco cherche à rendre accessible au lecteur d’aujourd’hui le Psautier et sa finesse stylistique en proposant une traduction nouvelle. Il vise ainsi à rendre l’original hébreu en gardant, dans la mesure du possible, l’ordre des mots hébreux dans sa traduction, par ex. dans les chiasmes. Il choisit en outre de traduire de façon concordante, c’est-à-dire en employant le même mot français pour le même mot hébreu, à moins que ce procédé ne détériore le sens.

3Pour le commentaire proprement dit, Vesco ne renoue pas avec les approches s’inspirant de la Formgeschichte, ni avec les différentes approches structurelles qui ont imprégné la recherche francophone avant tout. Partant de l’hypothèse que le Psautier doit être étudié en tant que livre, et non pas comme une collection de 150 textes plus ou moins disparates dont l’articulation serait arbitraire, il fait siens les acquis de l’approche canonique du Psautier. Élaborée originellement aux États-Unis, cette approche a gagné de plus en plus de terrain depuis vingt ans, même dans les pays européens. Inutile de dire que les exégètes ont adopté l’approche canonique également dans le domaine des recherches psalmiques, en se focalisant sur les collections (par ex. Psaumes d’Asaph, Psaumes des montées, etc.). On ne s’étonne donc pas que le temps soit mûr pour analyser l’ensemble du Psautier sous cet angle. En cela, Vesco a un prédécesseur avec le commentaire italien récent de Tiziano Lorenzin (I Salmi, Milan, Paoline, 2001).

4Dans la lignée des adeptes de l’approche canonique (par ex. Gerald H. Wilson, Matthias Millard), mais s’inspirant aussi des observations remontant aux commentaires rabbiniques et patristiques, Vesco s’interroge non seulement sur la place du Psautier dans les différents arrangements des livres de l’Ancien Testament (par ex. Job – Psautier, 2 Chroniques – Psautier) mais aussi sur l’ordre des Psaumes individuels, sur les liens existant entre deux ou plusieurs Psaumes voisins et sur le « tissu » de rapports qui permettent d’interpréter un Psaume particulier à la lumière de son contexte psalmique immédiat ou plutôt lointain. D’où l’importance d’étudier un Psaume donné non pas comme un texte autonome mais de déceler les points de contact avec le contexte. Par conséquent, Vesco consacre respectivement un chapitre à l’introduction du Psautier (Ps 1-2) ainsi qu’aux recueils suivants (Ps 3-14 ; 15-24 ; 25-34, etc.). Afin d’illustrer l’utilité de cette approche donnons deux échantillons : à la lumière des Psaumes 1-2, l’issue du combat devant lequel est placé le locuteur du Psaume 3 ne fait plus aucun doute : « YHWH connaît la voie des justes [ = Ps 1,6], et ceux qui s’abritent en lui trouveront le bonheur [ = Ps 2,12] » (p. 100). Pour les rapports entre les Psaumes 32 et 33, dont les différences littéraires sautent aux yeux, Vesco fait remarquer que l’amour de Dieu (hæsæd) « s’amplifie aux dimensions du monde (Ps 32,10 ; 33, 5.8.22) » (p. 307). Reste à savoir si tous les rapprochements de ce genre sont concluants. Est-ce que tous les « sens insoupçonnés » (p. 31) auxquels une telle démarche aboutit sont susceptibles d’éclairer un Psaume individuel ? Y a-t-il des rapprochements illégitimes qui risquent de fausser le sens d’un verset, d’un Psaume ? Voilà certainement une des « taches aveugles » de cette approche. Il est d’autant plus indispensable d’approfondir le débat herméneutique relatif à cette question.

5Quoi qu’il en soit, le commentaire de Vesco comble une lacune dans la recherche. Il lui revient le mérite d’avoir rédigé, en adoptant rigoureusement l’approche canonique, le premier commentaire complet du Psautier de cette taille. Pour se faire une idée de la masse d’informations que fournit cet ouvrage, notamment sur les nombreux « fils souterrains » qui unissent plusieurs Psaumes entre eux, voire l’ensemble du Psautier, il convient de lire à chaque fois le paragraphe qui précède la traduction d’un Psaume individuel. Faisons encore remarquer deux caractéristiques du commentaire.

61. Conscient des différences entre d’une part, le Texte Massorétique, d’autre part, les traductions anciennes (Septante, Vulgate, etc.), Vesco cite sans cesse ces versions, non dans le but de mélanger les textes sources et leurs interprétations de façon illégitime, mais pour faire apparaître les différentes lectures qu’un Psaume donné a engendrées depuis l’Antiquité, sans parler de la riche Wirkungsgeschichte que ces versions ont déployée dans les Églises orientales et occidentales pendant deux millénaires.

72. Les deux volumes du commentaire sont assortis de plusieurs chapitres qui, à l’instar d’un excursus, font le point de plusieurs matières abordées dans plus d’un Psaume : David selon les Psaumes, les fils de Coré, Jérusalem en ruine, etc. De même, chaque livre du Psautier est introduit par un chapitre qui en présente les caractéristiques littéraires.

8Chaque commentaire a ses avantages et ses limites, bien sûr. Celui de Vesco ne se prête sans doute pas au lecteur désireux de trouver un état des recherches concernant chaque Psaume. En général, on cherche en vain même un bref résumé des lectures qui ont fait école au fil des deux siècles derniers. Le lecteur est encore moins placé devant le dédale d’hypothèses innombrables qui le laisse perplexe parce qu’il est amené à comprendre que « anything is possible » en exégèse biblique. Cela n’empêche pas que le lecteur attentif du commentaire note de bout en bout que Vesco prend position. En effet, il ne souscrit pas du tout à différentes exégèses traditionnelles et l’on constate très vite comment le commentateur se situe par rapport à certaines hypothèses. Ainsi il rejette l’idée que le locuteur du Psaume 23 soit un « Israélite qui […] trouverait refuge au temple en vertu du droit d’asile » (p. 247), que le Psaume 31 soit « un centon de textes mal liés entre eux » (p. 301), etc. Néanmoins, le commentaire aurait certainement gagné à rendre un peu plus explicite ce dialogue discret avec les différents courants de l’exégèse du Psautier dont l’impact sur la recherche récente est incontestable (des noms tels Gunkel, Podechard et Alonso Schökel ne figurent nulle part dans l’index des auteurs cités, bien que Vesco les cite parmi les commentaires utilisés). Mais il serait injuste d’insister sur de tels défauts. Les avantages indéniables du commentaire résident dans une langue très peu technique et, dès lors, accessible à un public large, dans un style parfois méditatif qui invite à suivre patiemment l’auteur dans ses réflexions et, enfin, dans une richesse théologique et spirituelle qui encourage le lecteur « à mieux comprendre et à prier les psaumes » (p. 39).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons, « Jean-Luc Vesco, Le Psautier de David traduit et commenté », Revue des sciences religieuses, 81/3 | 2007, 416-418.

Référence électronique

Eberhard Bons, « Jean-Luc Vesco, Le Psautier de David traduit et commenté », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/3 | 2007, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2423

Haut de page

Auteur

Eberhard Bons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page