Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre De Bérulle, Œuvres Complètes, IV, Correspondance, tome 2

Paris, Cerf, 2010, 517p.
Jean-Pierre Wagner
Référence(s) :

Pierre De Bérulle, Œuvres Complètes, IV, Correspondance, tome 2, Paris, Cerf, 2010, 517p.

Texte intégral

1En présentant le premier tome de la correspondance de P. de Bérulle nous avons évoqué les modalités de cette nouvelle publication (Cf. RevSR 81, 3, 2007, pp. 425-426). L’entreprise se poursuit et nous offre, à présent, les lettres 206 à 442 couvrant la période 1618-1623. Il est intéressant de découvrir, au jour le jour, les diverses facettes d’un homme aux activités abondantes : religieuses, publiques, politiques… quand on sait que ce même homme est aussi un grand maître de la théologie spirituelle.

2Il est facile de relire les lettres du fondateur de l’Oratoire à partir de trois axes : la création attentive de nouvelles maisons de l’Oratoire, les relations difficiles de Bérulle avec les carmélites suite à sa spiritualité de la servitude et aux intrigues savamment orchestrées contre Bérulle, l’activité politique dominée par de patients efforts pour travailler à la réconciliation de la reine mère Marie de Médicis avec son fils le jeune roi Louis XIII. Enfin il est grati- fiant de rechercher les traces de la spiritualité bérullienne, traces qui affleurent au fil des pages et qui peuvent, parfois, éclairer les actions menées.

3La « Congrégation de l’Oratoire de Notre Seigneur Jésus-Christ en France » fut érigée par le Pape Paul V le 10 mai 1613. Les lettres de ce volume témoignent donc d’une rapide expansion de la nouvelle Société. Bérulle se montre attentif et vigilant, il choisit soigneusement les personnes à nommer ou à déplacer selon les besoins et les vocations de chaque fondation. Il n’hésite pas à se rendre sur les lieux, même si parfois d’autres activités viennent limiter ses possibilités de voyages. Dès 1618, plus de douze maisons sont ouvertes en France, mais aussi en Lorraine avec Nancy et Metz. Beaucoup plus tumultueuses et complexes sont les relations avec les carmélites. Bérulle avait beaucoup œuvré pour faire venir d’Espagne des religieuses vivant dans la mouvance de Thérèse d’Avila. Le Pape avait nommé en 1603 trois supérieures responsables de la conduite ordinaire des couvents, et parmi eux figurait Bérulle. Les Carmels se développèrent rapidement. Mais les années 1618-1622 furent des années de crise. Les carmé- lites ne partagent pas forcément la spiritualité de Bérulle, mais surtout des carmes déçus de ne pas être responsables des Carmels alimenteront la suspicion, dénonceront le vœu de servitude et encourageront la dissidence. La lettre 310 adressée au Nonce Guido Bentivoglio montre les blessures de Bérulle et les intrigues dont il est victime de la part de certains Pères déchaux. C’est à Bordeaux que la contestation est la plus vive, en partie à cause de l’attitude fortement mouvante et ambiguë du cardinal de Sourdis qui ira même jusqu’à retarder l’application des décisions romaines favorables à Bérulle. En effet ce dernier avait réussi à se faire confirmer comme Visiteur du Carmel par un Bref du Pape du 20 septembre 1621 qui sera à nouveau confirmé en 1622. Le dossier fut d’une grande complexité comme en témoignent l’abondance des lettres écrites par Bérulle, la dignité, souvent cardinalice, des destinataires, les recours à Rome et aussi le désir, toujours présent chez Bérulle, d’être mieux compris par les carmélites elles-mêmes.

4Troisième champ d’action de Bérulle : la politique intérieure du Royaume. Bérulle joue le rôle de conciliateur au sein de la famille royale. Il se trouve ainsi en relations avec les entourages de Marie de Médicis et de Louis XIII, il est amené à échanger avec le cardinal de Retz et se montre proche de Richelieu. Bérulle travaille laborieusement, avec beaucoup d’autres, à faire que le roi rencontre sa mère, que cette dernière accepte de rentrer à Paris et que la tentation d’en découdre par les armes soit exclue. Bérulle ne ménage pas sa peine pour se rendre de Paris à Angoulême ou d’Angoulême à Paris. Malgré la paix d’Angoulême signée par Marie de Médicis le 30 avril 1619, il faudra attendre septembre pour que le roi et sa mère se rencontrent à Tours. Devant la fragilité de la réconciliation, Bérulle fut à nouveau mis à contribution jusqu’en 1620.

5Ces lettres ne sont pas des traités de spiritualité, c’est trop évident. Mais elles révèlent l’âme du futur cardinal ainsi que les grands axes de sa spiritualité. Le lecteur retrouvera avec plaisir des termes typiques : anéantissement, humilité, adhérence, nécessité d’honorer, état de souffrance honorant les souffrances du Christ, soumission à Marie et à Jésus. A Bertin, Bérulle écrit (lettre 220) : « Occupez-vous peu des choses publiques, mais beaucoup des choses intérieures où est la vraie vie et la vraie adoration de Dieu ». Aux carmélites de Bordeaux, il écrit (lettre 427) : « La croix doit être assez familière à ceux qui servent et adorent tous les jours un Dieu crucifié. La croix ne doit pas être étrange ni suspecte en l’école de Jésus ». A une carmélite, il écrit (lettre 403) : « Vous devez faire un général délaissement de vous-même entre les mains de Dieu pour détruire les secrètes et inconnues opérations de l’amour propre (…) Par cette abnégation vous devez aspirer à l’adhérence de la vie parfaite de Jésus et de Marie ». Mais les plus beaux morceaux se trou- vent dans les lettres parlant de Noël et du thème de l’Incarnation. La longue lettre 299 aux carmélites de Caen est un lumineux petit traité sur l’Incarnation, en commençant par l’Annonciation : « Cette solennité est toute de vie. Elle est Vie et pour les anges et pour les hommes et pour le ciel et pour la terre. Et, ce qui passe toute pensée, elle est une solennité de vie, même pour Dieu qui a une sorte de vie par ce mystère, qu’il n’avait point auparavant. Car il est vivant d’une vie divinement humaine et humainement divine par l’union personnelle et ineffable de deux natures ensemble ». Thème de l’In- carnation fortement présent encore dans les lettres 412 et 421 : « Au ciel Jésus dirigeait les anges et en terre il était dirigé de Marie et soumis à Marie, selon ces divines paroles de l’Évangile « ‘Et il leur obéissait’ ».

6De l’Annonciation à la Croix, Bérulle n’a cessé de contempler les mystères du Verbe incarné dont il est bien le théologien et l’apôtre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Pierre De Bérulle, Œuvres Complètes, IV, Correspondance, tome 2 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2405

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page