Navigation – Plan du site
Recensions

Michel Lefeuvre, Le Cerveau et la Putain. Quand la science oublie la finalité

Paris, Salvator, 2010, 170 pages.Yves Labbé
Référence(s) :

Michel Lefeuvre, Le Cerveau et la Putain. Quand la science oublie la finalité, Paris, Salvator, 2010, 170 pages.

Texte intégral

1Le sous-titre de l’ouvrage peine à lever le caractère à la fois énigmatique et racoleur du titre. On patientera pour apprendre que la finalité « était comme une femme de mauvaise vie dont on ne pouvait se passer, mais avec laquelle on ne voudrait pas être aperçu en public » (p. 73). La métaphore est polémique : c’est en vain que les sciences de la vie ont cherché depuis long- temps à faire l’économie de la finalité. Beaucoup se souviennent du manifeste de J. Monod, Le Hasard et la Nécessité (1970).

2L’auteur du présent ouvrage n’est pas inconnu de la Revue des sciences religieuses : il y a publié un article (2007/2) et trois de ses titres ont été recensés (1998/1 et 2007/1). Devenu philosophe des sciences, après une thèse sur Merleau-Ponty, il poursuit sa critique du matérialisme mécaniste, fondement de l’idéologie scientiste, en ouvrant une nouvelle voie à la recherche de l’invisible du visible, qui est conscience ou esprit.

3La première moitié du livre, composée de textes déjà publiés, revient sur le parcours intellectuel de l’auteur en même temps que sur quelques débats majeurs du siècle dernier. Elle a pour intrigue commune l’opposition entre le désenchantement diffusé par l’ethnologie structurale de Lévi-Strauss et une confiance retrouvée à travers la pensée phénoménologique de Merleau-Ponty. Abordés dans l’horizon d’une philosophie de l’art, les deux penseurs sont interrogés sur leur rapport soit à la musique, une suppression du temps pour le premier, soit à la peinture, un commerce avec l’être pour le second. Ce dernier avait finalement entrepris « de donner à l’esprit l’épaisseur charnelle de l’œil qui voit d’un certain lieu, mais à l’œil son pouvoir de voir l’in- visible dans le visible, d’assister du dedans de lui-même, dans son exercice même, à l’éclosion de l’Être dans une forme matérielle » (p. 50).

4C’est dans la seconde moitié du livre que la finalité se trouve homologuée dans l’évolution, d’abord celle de la vie, ensuite celle du cerveau. À une théorie génétique de l’évolution, qui en appelle aux perturbations externes d’un processus reproductif, l’auteur oppose une théorie embryologique où s’affirme l’autonomie du vivant par interaction, intégration et projection internes. La vie est finalisée, orientée, directionnelle. « En fait, écrit-il, la vie fonctionne comme un immense système cybernétique qui fonctionne par ses propres moyens sans secours extérieur, simplement par la mise en mémoire de ce qui vient de se passer » (p. 100). Passant de la vie au cerveau, l’étude cherche à surprendre l’émergence de la conscience, un écart marqué entre la vie psychique de l’être humain et le mouvement même intériorisé des structures neuronales. Une attestation en est apportée par la différence entre la perception et la réflexion. « Une conclusion ne peut manquer de s’imposer, déclare notre auteur : l’esprit en tant que singularité immatérielle, propre à chaque être humain, est une réalité incontournable ; c’est lui qui en fait la dignité » (p. 138).

5Appuyée sur une culture biologique de haut niveau, qu’une recension ne permet pas de soupçonner, la seconde moitié du livre se montre plus exigeante que la première. Une référence occupe une place centrale dans chacun des deux chapitres : R. Chandebois, dont notre auteur a postfacé l’un des livres ; et A.R. Damasio, dont il cherche à dépasser le concept de « proto- soi ». La pensée de Bergson, réhabilitée dans un livre antérieur, revient en toile de fond. On aura compris que le nouvel ouvrage continue à défendre une thèse métaphysique sur la matière et l’esprit, qui ne saurait laisser le croyant indifférent, au terme d’un parcours épistémologique qui se veut accordé à l’actualité des savoirs. Il est complété par une bibliographie accessible et sélective, où l’on regrettera de ne pas y retrouver les dates d’édition. Sur le fond, il solliciterait un débat sur les choix scientifiques, leurs interprétations et, assurément, sur le rapport entre épistémologie et métaphysique. Voici au moins une philosophie qui ne parle pas uniquement d’elle-même en s’aventurant professionnellement dans un domaine aussi déterminant que difficile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Michel Lefeuvre, Le Cerveau et la Putain. Quand la science oublie la finalité », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2402

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page