Navigation – Plan du site
Recensions

Eusèbe De Césarée, Questions évangéliques, Introduction, texte critique, traduction et notes de C. Zamagni

coll. Sources Chrétiennes n° 523, Paris 2008, 255 pages.
Françoise Vinel
Référence(s) :

Eusèbe De Césarée, Questions évangéliques, Introduction, texte critique, traduction et notes de C. Zamagni, coll. Sources Chrétiennes n° 523, Paris 2008, 255 pages.

Texte intégral

1Comme le rappelle C. Zamagni dès la première phrase de son introduction, « le texte original des questions d’Eusèbe de Césarée est perdu ». L’editio princeps de Mai en 1825 reste la base du travail de Zamagni mais après avoir repris à nouveaux frais les différents témoins du texte (ms. grec unique de l’eklogè, fragments transmis par la Chaîne de Nicétas et ms. syriaque), il propose, sous la forme d’un apparat critique succinct, un certain nombre de modifications à l’édition de Mai, souvent minimes mais qui améliorent la compréhension du texte. L’ouvrage d’Eusèbe appartient au genre des « Questions et réponses sur l’Écriture » et un colloque tenu en 2003 a étudié cet aspect important de la littérature patristique (Erotapokriseis. Early Christian Question-and-Answer Literature in Context, Louvain 2004).

2Deux parties composent l’ouvrage, sans doute nées des interrogations des deux destinataires, Stéphanos et Marinos : une première série de seize questions porte sur le début des évangiles et principalement les généalogies du Christ, la seconde, de quatre questions seulement, porte sur les récits de la résurrection. Pour qui connaît avant tout Eusèbe comme l’auteur de la première Histoire ecclésiastique, ces « questions » non seulement témoignent des difficultés des contemporains devant le début et la fin des Évangiles synoptiques (5 références seulement à l’Évangile de Jean) mais montrent aussi la manière dont Eusèbe travaille : à plusieurs reprises, il cite d’autres points de vue sur un passage (Ignace d’Antioche dans la question 1, 3 ou Julius Africanus sur les généalogies dans la question 4) ; comme le note Zamagni, Eusèbe œuvre en érudit, il s’interroge sur la ponctuation et les diverses leçons des textes, sur les rapport entre les différents personnages portant le nom de Marie (Qu. 2 à Marinos) mais en même temps il aime insister sur le caractère caché de la vie du Christ, le mystère de sa naissance : « personne, à l’exception de quelques-uns, n’en avait acquis la connaissance » (I, 2). Les interprétations typologiques et allégoriques ne sont pas non plus totalement absentes, par ex. à propos des deux fils de Thamar (Qu. 7, 3 à Stéphanos) ou les étapes de l’histoire du salut dans la généalogie du Christ (Qu. 11). Plus courtes, les quatre questions à Marinos sur la résurrection ont quelque chose de technique, un peu sec : une collection de remarques, où Eusèbe tient surtout à démontrer que les divergences des récits en font la richesse. Zamagni rappelle (p. 64) que cette œuvre d’Eusèbe a eu un large écho chez les Pères ; cela ne fait que confirmer l’intérêt de son étude, où édition du texte et traduction sont d’une grande qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Vinel, « Eusèbe De Césarée, Questions évangéliques, Introduction, texte critique, traduction et notes de C. Zamagni  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2397

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page