Navigation – Plan du site
Recensions

Grégoire De Nysse, Homélies sur le Cantique des Cantiques, traduction et notes d’A. Rousseau, introduction et bibliographie de B. Pottier, Éditions Lessius

Bruxelles, 2008, 351 pages.
Françoise Vinel
Référence(s) :

Grégoire De Nysse, Homélies sur le Cantique des Cantiques, traduction et notes d’A. Rousseau, introduction et bibliographie de B. Pottier, Éditions Lessius, Bruxelles, 2008, 351 pages.

Texte intégral

1Plusieurs traductions en langues modernes des Homélies sur le Cantique existaient déjà, y compris en français (extraits traduits par M. Canévet sous le titre « La colombe et la ténèbre », Paris 1967 ; rééd. 1992 ; traduction de Ch. Bouchet et M. Devailly dans la coll. Pères dans la foi, Paris, 1992).

2B. Pottier rappelle l’importante contribution d’Adelin Rousseau, moine à Orval, décédé en 2009, à la traduction d’œuvres patristiques (Contre les hérésies de saint Irénée ; Discours contre les Ariens de saint Athanase). L’ampleur du commentaire nysséen du Cantique des Cantiques (qui s’arrête pourtant à Ct 6, 9, alors que Grégoire avait l’ambition, il le dit dans le Prologue, de commenter l’ensemble) explique que ce volume ne fasse place qu’à des notes portant sur le grec et les corrections qu’apporte A. Rousseau à l’édition de Langerbeck (Brill, 1960) ; B. Pottier ne retient pour sa part que « la thématique de sept homélies » (Introduction, p. 14-28) : il entend par là présenter des aspects majeurs de l’œuvre mais il n’est pas sûr que cela suffise à faire entrer le lecteur dans un commentaire théologique et spirituel (une tautologie !) complexe, touffu parfois. Mais le plus important n’est-il pas de disposer d’une traduction précise et élégante à la fois ? Divisées en para- graphes, et ponctuées de nombreux sous-titres, les quinze homélies constituent, comme le rappelle Grégoire de Nysse dans un Prologue où il dédie son œuvre à « la très noble Olympias », la dernière étape de l’enseignement salomonien, à la suite des Proverbes et de l’Ecclésiaste. Autre mention importante du Prologue, Origène : « Bien qu’Origène ait déjà traité de ce livre d’une manière approfondie, nous avons eu à cœur, nous aussi, de livrer à l’écriture le fruit de notre travail » (p. 40). Grégoire souligne ensuite explicitement que l’œuvre ainsi écrite a pour point de départ les notes prises par ses auditeurs. Le Préambule ouvrant la plupart des homélies affirme l’akolouthia, la logique et la progression du dialogue entre le bien-Aimé et la Bien- Aimée, et il vise le plus souvent, d’emblée, à souligner le lien avec des versets du Nouveau Testament (par ex. Homélies 3, 5, 8) ou à rappeler principes herméneutiques et conceptions philosophiques (mention de la dualité entre réalités corporelles, sensibles et réalités intelligibles au début de l’Homélies 6, p. 142). Grégoire insiste souvent sur la difficulté de l’écrit biblique, où tout pourtant fait sens et cela le conduit d’abord à s’interroger sur le sens littéral (par ex en Ct 3, 7 pour le distinguer du sens historique par comparaison avec le récit du règne de Salomon en 3 Rgn) voire à recourir à d’autres versions grecques (Ct 5, 8). À la différence d’Origène qui a distingué ses« homélies » sur le Ct de son « commentaire » du Ct, les Homélies de Grégoire offrent tout ensemble l’exégèse savante de chaque mot, l’interprétation théologique du livre qui, dans la tradition juive déjà, invite à la connaissance intime de Dieu, et l’exhortation morale et spirituelle de ses auditeurs et lecteurs. Merci au Père Adelin Rousseau d’avoir ainsi enrichi la bibliothèque patristique francophone !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Vinel, « Grégoire De Nysse, Homélies sur le Cantique des Cantiques, traduction et notes d’A. Rousseau, introduction et bibliographie de B. Pottier, Éditions Lessius  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2395

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page