Navigation – Plan du site
Recensions

Jörg Frey, Jens Herzer, Martina Janssen, Clare K. Rothschild, Pseudepigraphie und Verfasserktion in frühchristlichen Briefen. Pseudepigraphy and Author Fiction in Early Christian Letters

Tübingen, Mohr Siebeck, 2009, XII + 902 pages.
Daniel Gerber
Référence(s) :

Jörg Frey, Jens Herzer, Martina Janssen, Clare K. Rothschild, Pseudepigraphie und Verfasserktion in frühchristlichen Briefen. Pseudepigraphy and Author Fiction in Early Christian Letters, Tübingen, Mohr Siebeck, 2009, XII + 902 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour objectif de nuancer et d’élargir un débat trop souvent biaisé par une position de principe conservatrice. Aussi propose-t-il une fine enquête sur ce procédé d’écriture antique couramment appelé « pseudépigraphie » et que certains préfèrent nommer de manière plus neutre « fiction d’auteur ». Introduits et présentés par M. Janssen et J. Frey, les 25 textes réunis– 14 en allemand et 11 en anglais – sont regroupés en trois parties : le contexte juif est sondé par L.G. Perdue, K. Martin Hogan et E. Tigchelaar qui portent leur attention respectivement sur la Sagesse de Salomon, les apocalypses juives et les manuscrits de la Mer Morte ; W. Speyer, M. Janssen, M. Frenschkowski, K. Luchner, T. Glaser et R.M. Calhoun explorent quant à eux plus largement le contexte gréco-romain, cet autre arrière-plan qui ap- porte un éclairage indispensable et déterminant pour la question traitée ; après une reprise de la question de la pseudépigraphie en lien avec le canon néotestamentaire en général ou le corpus paulinien en particulier par H.Y. Gamble et E.-M. Becker, c’est à M. Hüneburg, N. Frank, T. Thompson, E. Krentz, J. Herzer, C.K. Rothschild, M. Konradt, M. Jackson-Mc Cabe, K.M. Schmidt, L. Doering, J. Frey et J. Leonardt-Balzer qu’il revient d’abor- der successivement les différentes lettres dont le caractère pseudépigraphe est, sinon reconnu, du moins discuté (Ep, Col, 2 Th, 1 Tm, 2 Tm, Tt, Hb, Jc, 1 P, 2 P, Jude, 1 Jn, 2 Jn et 3 Jn). À titre d’exemple de « mauvaise pseudé- pigraphie », S. Krauter s’intéresse pour finir à la correspondance de Paul et de Sénèque. L’ensemble est repris par D. E. Aune sous la forme d’un épilogue intitulé : « Reconceptualizing the Phenomenon of Ancient Pseudepigraphy ».

2La longue visite guidée à laquelle invite cette recherche pointue remonte à la notion mythique d’écriture inspirée par une divinité, passe par celles d’auteur collectif, d’orthonymie, de propriété littéraire, de développement du sens critique. Elle rappelle les techniques de la prosopopée et de l’imitatio, aborde les questions de transparence ou d’opacité, de pseudépigraphie d’école, de collection de « lettres d’hommes fameux », du roman épistolaire, de la lettre-guide, etc. Pour faire bref, disons que beaucoup de ce que l’Antiquité a d’essentiel à nous apprendre pour traiter de manière critique de la pseudépigraphie néotestamentaire est rappelé en ces pages érudites.

3Outre la riche information sur le sujet, on appréciera tout particulière- ment l’honnêteté intellectuelle avec laquelle l’hypothèse d’un nom de plume est réexaminée pour chaque lettre concernée, de même que la prudence préconisée pour ne pas confondre trop rapidement les intentions des épistoliers du Nouveau Testament avec celles des écrivains d’alors. On se souviendra aussi que le recours à la fiction d’auteur exigeait de veiller à une nécessaire correspondance entre le texte produit et l’identité choisie, surtout lorsqu’il s’agissait d’une personnalité contemporaine dont les idées-forces et le style étaient connus. Car placer son écrit sous l’autorité d’un nom, cela est également rappelé, était une opération complexe, qui, pour réussir, devait passer par l’application de règles précises. On n’oubliera pas non plus que la question de la pseudépigraphie, commune par certains aspects à chaque livre concerné, doit être abordée au cas par cas, car le procédé utilisé est complexe et ne se limite pas à la question de l’auteur. Il est aussi susceptible de concerner les destinataires, les situations ou les adversaires supposés, ce qui oblige à une méthodologie de lecture précise. Pour terminer, on retiendra encore la pauvreté des connaissances sur la manière dont les lettres pseudépigraphes ont été introduites dans les communautés chrétiennes.

4Solidement documentée, cette entreprise collective a largement atteint l’objectif qu’elle s’était fixée. Elle relance avec pertinence la réflexion sur un sujet important qui ne met que davantage en évidence l’exception autographe paulinienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Gerber, « Jörg Frey, Jens Herzer, Martina Janssen, Clare K. Rothschild, Pseudepigraphie und Verfasserktion in frühchristlichen Briefen. Pseudepigraphy and Author Fiction in Early Christian Letters », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2386

Haut de page

Auteur

Daniel Gerber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page