Navigation – Plan du site
Recensions

L. Gioia, The Theological Epistemology of Augustine’s De Trinitate,

Oxford Theological Monographs, Oxford, 2008, 330 pages.
Françoise Vinel
Référence(s) :

L. Gioia, The Theological Epistemology of Augustine’s De Trinitate, Oxford Theological Monographs, Oxford, 2008, 330 pages.

Texte intégral

1Bénédictin dans le Sud de la France, L. Gioia a passé plusieurs années à l’université d’Oxford et il publie sa thèse sur le De Trinitate (De Tr.) ; il s’inscrit dans la lignée de plusieurs spécialistes anglophones d’Augustin, le Professeur O. O’Donovan notamment. De la Lettre 174 d’Augustin, Gioia tire la conviction que cette œuvre forme un tout structuré, à contre-courant de l’habitude si bien ancrée d’en faire un écrit bi-partite, sur la Trinité et sur les facultés de l’âme.

2C’est une lecture très rigoureuse du De Tr. que bâtit l’A. dans les 11 chapitres de son livre. Une lecture à deux niveaux, imposée par l’objet même, Dieu (p. 30ss.) : au plan externe, qui est à la fois historique et dogmatique, le De Tr est à resituer dans le contexte de la crise arienne et les livres I-VII sont, sur un mode souvent polémique, la réponse d’Augustin qui reprend les concepts de consubstantialité, d’unité, de personne ; mais il y a un niveau de lecture plus profond, qui fait découvrir l’unité de l’ensemble: la réflexion d’Augustin sur la connaissance de Dieu et ses fruits. Le livre IV est le lieu de convergence de ces deux niveaux et s’y affirme le lien entre réconciliation et révélation. Les chapitres centraux montrent l’articulation forte entre l’économie de la révélation (l’envoi et le sacrifice du Fils et le don de l’Esprit) et l’accès à la vie intra-trinitaire (p.112-116) – occasion pour l’A. de souligner à maintes reprises les fondements scripturaires de l’argumentation augustinienne. Et il saisit ainsi l’intuition qui guide l’ensemble de son interprétation (p. 161-169) : « Plus ou moins intentionnellement, c’est tout spécialement grâce à sa doctrine de l’Esprit Saint qu’Augustin montre ce qui l’intéresse vraiment : une ‘connaissance’ dont la visée n’est pas d’être systématique mais de coïncider avec le désir de jouir (frui) du don de la vie divine révélé par le mystère de la Trinité » (p. 166). Il reste alors à scruter la nature de la connaissance de Dieu (chap. 8 et 9) et le lecteur retrouve dans ces chapitres une des interrogations de fond de l’étude de L. Gioia : comment se situe Augustin par rapport aux philosophes ? Le chapitre 3 était déjà consacré à ce point ; dans les derniers chapitres, il s’agit plutôt de lier philosophie et sagesse – cette dernière étant « adoration », en référence à une affirmation du livre de Job : « ecce pietas est sapientia » (Job 28, 28 – p. 229). Le livre XIV du De Tr s’achève sur une définition de la vraie sagesse et, souligne Gioia, c’est à partir d’une citation de l’Hortensius de Cicéron, le livre de sa jeunesse étudiante, qu’Augustin définit sa position : « philosopher avec le Christ », c’est la seule voie, condition de la dilectio et garantie de l’humilitas, à l’inverse de la superbia prêtée aux philosophes (cf. De Tr XIV, 26 ; p. 229-231).

3L’A. aborde dans un long chapitre final la question de l’image, occasion d’un nouveau parcours dans l’œuvre augustinienne; la réflexion sur l’acte créateur y est réexaminée, non sans un dialogue critique avec des études comme celles d’O. du Roy (L’expérience de la foi en la Trinité selon Saint Augustin, 1966), A. Solignac (dans ses introductions et notes aux volumes de la Bibliothèque Augustinienne), et M.-A. Vannier (Creatio, formatio, conversio chez saint Augustin, 1997). L’A. peut après cela analyser la nature de l’image dans les livres 12 à 14 du De Tr et en affirmer le dynamisme : l’image de Dieu en l’homme, créée par Dieu, « est une image qui est ‘à l’image de..’ » – ita imago est ut ad imaginem sit, dans le latin rigoureux d’Augustin (expression du De Tr. VII, 12, citée p. 294).

4On ne saurait lire l’étude de L. Gioia sans avoir à portée de main le De Trinitate, voire bien d’autres œuvres d’Augustin, comme en témoigne le riche index des références. C’est donc à un travail lent et exigeant qu’est invité le lecteur. Mais la portée du De Tr en sort très éclairée ; au-delà même de l’unité de ce traité, c’est celle des intuitions majeures d’Augustin, débiteur des philosophes puis disciple du Christ, qui est mise en évidence. Un livre qui fera date dans l’immense bibliographie augustinienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Vinel, « L. Gioia, The Theological Epistemology of Augustine’s De Trinitate,  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2361

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page