Navigation – Plan du site
Recensions

P. Maraval, Théodose le Grand, Le pouvoir et la foi

Paris, Fayard, 2009, 381 pages.
Françoise Vinel
Référence(s) :

P. Maraval, Théodose le Grand. Le pouvoir et la foi, Paris, Fayard, 2009, 381 pages.

Texte intégral

1Le titre de la nouvelle publication de P. Maraval annonce une monographie, et la succession des chapitres correspond à la chronologie de la vie de Théodose, de la bataille d’Andrinople en 378 et son accession au trône impérial jusqu’à sa mort en 395. Une telle étude comble un manque dans l’édition française, rappelle l’A. en mentionnant le livre d’E. Fléchier, Histoire de Théodose le Grand, paru en 1679 ; mais la bibliographie mentionne deux études allemandes récentes, celle de J. Leppin parue en 2003 à Darmstadt et celle de J. Ernesti publiée à Paderborn en 1998.

2Retracer la biographie de Théodose, c’est tout autant entrer dans la complexité de l’histoire de l’Empire romain à la fin du 4e siècle. Théodose, originaire d’Espagne, est empereur d’Orient puis de tout l’Empire à partir de 388, après sa lutte contre Maxime l’usurpateur du pouvoir en Occident. Cette complexité apparaît très concrètement dans le nombre de personnages, hauts fonctionnaires, militaires, chefs ennemis, ou encore évêques présentés par l’A. et que l’on retrouve facilement dans l’index des noms propres : cette dimension prosopographique de l’étude est très éclairante

3Les sources, nous prévient l’A., « nous renseignent très inégalement sur les événements du règne et la personnalité de l’Empereur » (p. 12) ; le lecteur est donc d’emblée mis en présence du travail de l’historien. Tout en nous faisant ainsi découvrir la complexité de l’histoire – rivalités et violences, crises de succession –, l’A. met en évidence quelques traits majeurs, au fil des chapitres d’abord, puis en les reprenant dans le dernier chapitre (« L’homme, le bilan », p. 301-320). A plusieurs reprises, sa relecture des sources l’amène à souligner la manière dont les historiens ont parfois surinterprété certaines données ; il proteste notamment contre la tendance à lire dans l’édit du 28 février 380 « l’établissement d’une religion d’État, le catholicisme : (c’)est un véritable contresens » (p. 105-106). En lien avec ce point décisif sont abordées la question de la tolérance religieuse et l’attitude de l’Empereur à l’égard du paganisme, en particulier à travers une analyse de ses nominations aux postes de hauts fonctionnaires et de sa législation.

4Autre aspect important d’une période de crise de l’Empire, comment traiter avec les Barbares ? Les Goths sortent victorieux de la bataille d’Andrinople, les Barbares – un terme dont l’A. rappelle à ses lecteurs qu’il cache des réalités bien diverses – ne sont plus seulement aux frontières. P. Maraval analyse la politique souvent contestée de Théodose à l’égard des Goths, de l’affrontement militaire à la recherche d’une entente qui n’est pas sans risque.

5Enfin, pour évaluer le lien entre Théodose et le christianisme – non pas sa foi personnelle mais plutôt la manière dont il se situe par rapport aux « passions religieuses » (p. 314) qui agitent l’Empire –, la convocation du concile de Constantinople en 381 est évidemment mise en relief (p. 118s.). Mais P. Maraval donne surtout du relief à la relation difficile – un euphémisme ! – entre Théodose et Ambroise de Milan ; toujours parfaitement documenté, le récit devient ici haut en couleurs !

6Au total, l’A. propose un jugement plutôt positif sur Théodose le Grand, qui corrige l’image habituellement donnée de cet empereur.

7La brièveté des chapitres et les intertitres guident bien le lecteur, qui se trouve vite plongé dans le récit de ce règne mouvementé. Si les dates indiquées dans les titres de chapitres suffisent à clarifier la chronologie, on peut regretter l’absence de carte ; de même, si le report des notes en fin d’ouvrage se justifie par le souci de ne pas charger d’érudition les bas de pages, les références aux pages des chapitres dans les titres courants des notes en facilite- rait le maniement. Mais ce ne sont là que des détails au regard du tableau précis et nuancé de la fin du 4ème s. que nous propose P. Maraval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Vinel, « P. Maraval, Théodose le Grand, Le pouvoir et la foi », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2359

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page