Navigation – Plan du site
Recensions

Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ. La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme.

Traduction de Dominique Barrios, Charles Ehlinger, Noël Lucas. Ouvrage publié avec le concours du CNRS. Paris, Lectio Divina, 2009 (Original : Lord Jesus Christ. Devotion to Jesus in Earliest Christianity, Eerdmans, 2003).
Michèle Morgen
Référence(s) :

Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ. La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme,Traduction de Dominique Barrios, Charles Ehlinger, Noël Lucas. Ouvrage publié avec le concours du CNRS. Paris, Lectio Divina, 2009 (Original: Lord Jesus Christ. Devotion to Jesus in Earliest Christianity, Eerdmans, 2003).

Texte intégral

1Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ. La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme. Traduction de Dominique Barrios, Charles Ehlinger, Noël Lucas. Ouvrage publié avec le concours du CNRS. Paris, Lectio Divina, 2009 (Original : Lord Jesus Christ. Devotion to Jesus in Earliest Christianity, Eerdmans, 2003).

2Dans un ouvrage impressionnant par le nombre de pages (782 p. ), par l’étendue de la recherche et par la connaissance des dossiers, Larry

3W. Hurtado propose une enquête sur la dévotion au Christ « depuis les débuts de ce qui est devenu le christianisme jusqu’à la fin du IIe siècle » (39). Hurtado le dit d’emblée, si le Kyrios Christos de Bousset s’est imposé par son érudition et par le retentissement de ses hypothèses, il faut aujourd’hui revenir sur ces données et les reprendre à frais nouveaux pour l’étude de la christologie.

4Après une bonne introduction au cours de laquelle il situe sa propre recherche, Hurtado envisage de définir d’abord les facteurs historiques et les influences qui ont conduit certains croyants, à l’intérieur du monothéisme juif, à une dévotion particulière au Christ. Hurtado le répète souvent et il l’a déjà fortement souligné dans un ouvrage précédent (One God, One Lord : Early Christian devotion and Ancient Jewish Monotheism), la dévotion au Christ est un phénomène surprenant. Pour bien avancer dans sa recherche, l’A. insiste sur la distinction à faire entre un Dieu reconnu entouré d’anges et de nombreuses puissances et le même Dieu célébré dans un culte exclusif. Il consacre plusieurs pages à définir au mieux le monothéisme juif que beau- coup d’auteurs s’attachent également à préciser aujourd’hui ; selon Hurtado en définitive, le monothéisme juif est un des facteurs importants pour la compréhension du mouvement de dévotion à Jésus dans le christianisme naissant. Car mouvement il y a. Les différents chapitres du livre tentent d’en dire l’évolution, les temps de crise, les orientations particulières mais aussi d’évaluer la construction d’une christologie et de montrer sa singularité surprenante. Pour ce faire, l’A. passe en revue différents corpus : le christia- nisme de Paul (93-164), le christianisme juif en Judée, notamment dans les Actes (165-224), Q et la première dévotion à Jésus (225-268), les « livres sur Jésus » parmi lesquels Hurtado examine surtout les évangiles synoptiques (269-364), le christianisme johannique avec ses crises et sa christologie (365-440), les autres livres anciens sur Jésus (441-504), le IIe siècle dans son courant principal et dans ses affluents (505-538), des tendances particulières, à savoir Valentin et Marcion (539-584) et pour terminer, la dévotion proto- orthodoxe (585-676).

5Nous ne ferons pas dans le détail la recension de toutes les pages de ce livre. Nous présenterons le travail fait sur Paul pour y souligner le modèle suivi par l’A. dans la suite de sa recherche. Paul est un Juif et un converti. C’est un Juif, et, par le fait même il se raccroche au monothéisme et à ses affirmations, à deux d’entre elles en particulier : d’une part, à la distinction du Dieu d’Israël et des figures éminentes (celle des anges ou celle de grands personnages, comme Moïse, Hénoch, etc.) car le culte doit être réservé au seul Dieu, et, d’autre part, à l’interdiction de la divinisation d’un être humain. Parce que Paul est aussi un converti, il fera de sa mission aux Gentils son domaine préférentiel. Sa judaïté et sa mission vers les païens colorent sa christologie. Hurtado précise alors le vocabulaire et les thèmes christologiques du christianisme de Paul.

6Il commence par l’examen de christos, qui est devenu très tôt « un terme normal de l’affirmation de la foi chrétienne » (113). Une autre donnée forte- ment soulignée chez Paul sera de faire comprendre comment l’identité et l’œuvre du Messie sont marquées inéluctablement par la mort de Jésus et par la conviction de sa résurrection. Ce kérygme paulinien devient la manière caractéristique de la foi chrétienne primitive. Hurtado poursuit sa recherche par l’étude du titre de Fils de Dieu. Telle qu’elle est appliquée à Jésus par Paul, la notion de filiation divine ne relève pas du monde hellénistique. Le vocabulaire chrétien est à rapprocher plutôt de la tradition biblique, juive en particulier, des références au roi davidique, aux justes et à Israël considéré collectivement. Dans ce travail sur Paul déjà et il y reviendra ailleurs, Hurtado définit le « binitarisme » à distinguer d’un dithéisme. Pour Paul, Jésus n’est pas un autre dieu à côté du premier (dithéisme) mais il est constamment célébré en référence à son Père (binitarisme). Nous retenons aussi, des remarques de Hurtado, que la filiation divine du Christ porte plus sur la relation unique et privilégiée à Dieu que à proprement parler sur sa « divinité ». Dieu est directement concerné dans l’œuvre de salut de Jésus (117-120). Après les titres de Christ et de Fils de Dieu, vient enfin le titre de Seigneur (Kurios). Ce terme se retrouve dans de multiples contextes : il marque la révérence envers une divinité, il désigne l’empereur et il remplace souvent Adonai chez les Juifs pieux du premier siècle. Si Paul nomme habituellement Dieu Kurios lorsqu’il se réfère à l’AT, il importe de noter les passages où Jésus est désigné comme Kurios là où normalement il s’agirait de Dieu. Paul exprime ainsi la proximité singulière de Jésus à Dieu. Selon Hurtado, Paul et les communautés chrétiennes pauliniennes insistaient moins sur la différence exacte entre Christ et Seigneur que ne le font aujourd’hui les exégètes dans un souci d’analyse exacte. Sans doute, mais j’estime que la rigueur de l’analyse doit ici l’emporter sur des généralités. Vient en dernier l’examen de la préexistence. Comme chacun sait, pour cette question épineuse, les avis sont partagés. Pour les uns, quelques passages renvoient à l’idée de préexistence de Jésus ; c’est relativement clair dans Ph 2,6-11. Pour d’autres (notamment J. Dunn, Christology in the Making), aucune lettre de Paul ne renvoie à l’idée de préexistence ou d’incarnation. Les passages examinés renvoient plutôt au concept juif de la sagesse de Dieu. Hurtado engage le dialogue avec ces positions exégétiques et montre comment comprendre certains passages du NT où Jésus est surtout « agent eschatologique (c’est nous qui soulignons) du salut… il était ‘là’ avec Dieu et en Dieu, avant la création du monde » (136).

7Dans ce long passage consacré aux épîtres pauliniennes, Hurtado a donné le ton et le modèle de la recherche sur les titres christologiques. Il se demande ensuite si la dévotion au Christ, Seigneur, Fils de Dieu que les passages pauliniens ont permis de faire ressortir existait dans d’autres cadres chrétiens. Du chapitre III jusqu’à la fin, la recherche se poursuit sur le même modèle dans chacun des corpus mentionnés ci-dessus. La place manque pour donner des résultats de l’enquête dans le détail, mais le lecteur trouvera à chaque chapitre un récapitulatif conséquent qui permet de saisir le fil de la recherche à chaque étape et dans son ensemble. Vu la diversité des textes parcourus, l’A. est contraint ou s’est senti obligé de donner parfois des indi- cations pédagogiques assez longues sur chacun des livres envisagés, au détriment de l’analyse précise des textes. C’est un des reproches que l’on peut faire à ce merveilleux travail. Pouvait-il d’ailleurs faire autrement ? L’A. veut être clair pour ses destinataires et son souci pédagogique est constant. En tous les cas, le lecteur français dispose d’un ouvrage remarquable qui lui permet de relire les textes et de suivre le démarrage et l’évolution du mouvement chrétien dans le culte rendu à Jésus, le Christ, Seigneur et Fils de Dieu. L’ouvrage est technique sur certains points, moins sur d’autres, parfois au contraire très large pour la présentation des textes. De ce fait ce livre convient au chercheur (rappelons toutefois que l’original date de 2003 et qu’il est donc déjà bien connu) et aux étudiants, tant en exégèse qu’en dogmatique. À la demande de l’éditeur pour la traduction française, Hurtado transmet en finale de l’ouvrage une mise au point de l’évolution de la recherche depuis la parution de l’original jusqu’à sa traduction française en 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Morgen, « Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ. La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2354

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page