Navigation – Plan du site
Recensions

John Paul Meier, Un certain Juif Jésus. Les données de l’histoire. IV. La Loi et l’amour.

Paris (Lectio Divina) Cerf 2009, 744 p. Traduit de l’anglais par Dominique Barrios, Charles Ehlinger et Noël Lucas (Original : Jesus, A Marginal Jew. Rethinking the Historical Jesus. IV. Law and Love, 2009).
Michèle Morgen
Référence(s) :

John Paul Meier, Un certain Juif Jésus. Les données de l’histoire. IV. La Loi et l’amour. Paris (Lectio Divina) Cerf 2009, 744 p. Traduit de l’anglais par Dominique Barrios, Charles Ehlinger et Noël Lucas (Original : Jesus, A Marginal Jew. Rethinking the Historical Jesus. IV. Law and Love, 2009).

Texte intégral

1L’œuvre de J. P. Meier destinée à « repenser» le Jésus historique se pour- suit (voir la recension des trois premiers volumes dans RSR 82 n° 4, p. 567- 569). Le quatrième volume porte le titre apparemment très simple « Law and Love ». Comme les ouvrages précédents ce volume comporte d’abondantes notes (266 pages de notes sur 400 pages de texte). À la fin de l’ouvrage l’auteur ajoute une liste des abréviations de différents écrits anciens, des périodiques, des usuels et des collections couramment utilisés et quelques autres abréviations. Il fournit en outre plusieurs index : auteurs cités, textes scripturaires (y compris des apocryphes), littérature ancienne, termes et thèmes spécifiques. Une carte de la Palestine au temps de Jésus clôt l’ouvrage.

2L’introduction (13-32) relève d’abord les questions soulevées par l’usage du mot « loi » et par le rapport de Jésus à la halakha. Elle rappelle ensuite les données méthodologiques principales de la recherche entreprise jusqu’ici, notamment la question des critères d’historicité. Meier introduit aussi aux problèmes spécifiques du quatrième tome. Le livre comprend 6 chapitres. Les cinq premiers portent sur diverses thématiques de la Loi et des lois ; le dernier élargit et restreint tout à la fois la thématique en abordant l’étude particulière du « commandement d’amour ». Dans les premiers chapitres, l’auteur commence par focaliser l’attention de ses lecteurs sur la question de la Loi et de la relation de Jésus à la Loi (chapitre XXXI). Il aborde ensuite les points suivants : l’enseignement de Jésus sur le divorce (XXXII), l’interdiction des serments (XXXIII), la relation de Jésus au Sabbat d’abord

3(XXXIV) puis aux règles juives de pureté (XXXV). Le dernier chapitre (XXXVI) revient plus amplement sur le motif du « commandement d’amour », à travers trois corpus principaux, l’un dans la tradition marcienne (Mc 12,28-34 et par.), l’autre dans la source Q avec le motif de l’amour des ennemis, l’autre dans le corpus johannique (quatrième évangile et épîtres). Cet ensemble de chapitres justifie bien le titre donné au volume, et, je dirais volontiers, le passage de la Loi et des lois à la Loi unique du commandement d’amour. C’est du moins la lecture que j’ai faite.

4À l’instar de ce qui a été dégagé dans les ouvrages précédents, dans ce quatrième tome Jésus est présenté comme « un prophète eschatologique et thaumaturge dans le style d’Élie. Il n’était pas un maître, un scribe ou un rabbin ayant une méthode systématique : il était un charismatique religieux. » [… Ce charismatique peut] « prétendre savoir directement et intuitivement quelle est la volonté de Dieu dans une situation particulière ou sur une question particulière » (275). Après avoir examiné la position de Jésus dans des déclarations halakhiques (de comportement) sur des points précis de la Loi (divorce, serments, sabbat, règles de pureté) et par l’étude minutieuse des textes (voir aussi les notes), et avant de passer à l’examen des commandements d’amour, Meier fait une pause pour reprendre le contact avec son lecteur et le guider de la Loi vers l’amour (277-281). Meier ménage très souvent ce genre de pause où, d’une part, il ramasse les résultats de l’en- semble de ses recherches développées dans le volume qu’il rédige et dans les précédents, et où, d’autre part, il introduit le lecteur vers la partie suivante. On ne saurait donc négliger la lecture des importantes transitions.

5Pour comprendre la question de « Jésus et l’amour», Meier examine les différentes déclarations attribuées à Jésus en s’interrogeant sur le ou les divers types de commandement(s): viennent-ils réellement du Jésus historique ? La péricope sur le double commandement d’amour (Mc 12,28-34 par.) est présentée très longuement à partir de l’étude de son contexte, de sa structure, de sa tradition et de ses remaniements rédactionnels dans Mc et ailleurs. La réflexion reprend ensuite les données pour les soumettre aux critères d’historicité. En définitive, et une nouvelle fois, Meier conclut que le Jésus historique est le Jésus halakhique et le prophète eschatologique; il s’adressait à un public qui « comprenait parfaitement ce que voulait dire son Dieu quand il donnait le commandement d’aimer ».

6Le même travail d’analyse est fait pour l’examen du commandement d’amour des ennemis dans la source Q (331-356). Cette partie de l’étude conduit l’A. vers une ample recherche de parallèles dans la littérature biblique et ancienne sur la présence ou l’absence de cette « [.. ] injonction ‘aimez vos ennemis’ [qui] correspond parfaitement au style péremptoire de cet étrange prophète » (356). Les lecteurs trouveront dans ces pages une documentation de qualité et pourront apprendre par l’exemple à découvrir les méthodes appropriées pour utiliser les parallèles.

7Après avoir consacré quelques pages à la « règle d’or », Meier aborde la question du commandement d’amour dans la tradition johannique. Il le fait en le situant dans la théologie spécifique de Jean qu’il développe en trois points : christologie haute très condensée, eschatologie fortement réalisée, dualisme marqué. La suite de l’étude du commandement johannique procède à une comparaison entre Jean et les synoptiques. Dans Jean, le commande- ment d’amour s’adresse au public restreint des disciples, singularité johannique sur laquelle Meier s’attarde. Cela lui permet de faire des mises au point sur plusieurs questions récentes : engouement pour la « communauté » johannique, discussions sur le caractère sectaire de cette communauté, importance d’une communauté fondée sur l’amour et recherches concernant les implications éthiques, autant de problèmes et bien d’autres sont examinés par Meier (366-372) avant de se pencher sur la question de l’historicité. Comme je l’avais relevé dans la recension des tomes précédents, les enquêtes de Meier me paraissent fort judicieuses dans la manière dont il aborde les textes johan- niques au cours de son enquête sur le Jésus historique. Nous en avons là encore un exemple magnifique, mais il faut bien comprendre sa manière de faire, et l’étude sur la spécificité de la théologie johannique, comme il le dit lui-même doit précéder la question de l’historicité (372). Pour les conclusions concernant le quatrième évangile et la première épître, Meier estime qu’il s’agit davantage d’une réinterprétation : pour l’évangile d’une « réinterprétation faite par Jean, du commandement d’amour du Lévitique » (374) ; pour 1 Jn 4, 20-21 aussi il s’agit « de la part de la communauté johannique, [d’]une ‘réinterprétation’ (ou simplement un lointain écho ?) du double commandement d’amour. C’est une conjecture fort intéressante, mais ce n’est qu’une conjecture » (378). Pour ma part je pense que la discussion reste encore ouverte. Meier engage à la poursuivre.

8Le livre s’achève sur une double conclusion. Une importante pré-conclusion (378-383) termine le présent parcours avec des expressions sans aucune ambiguïté : « L’amour – de Dieu en premier et de notre prochain en second, dans cet ordre précis – est le sommet de la Loi. (383) ». Comme il l’a fait dans les précédents volumes, Meier conclut l’ouvrage en permettant à son lecteur de réfléchir aux perspectives qui se sont ouvertes positivement (notamment l’importance de la judaïté de Jésus, une des avancées de la « troisième quête » sur le Jésus de l’Histoire). Il revient aussi sur l’ensemble du parcours étudié dans ce volume et dans les précédents, pour souligner le caractère inéluctablement fragmentaire de la recherche. Il annonce enfin les trois énigmes à prendre en compte pour la suite : l’énigme du discours en paraboles, celle des auto-désignations de Jésus et celle de la mort de Jésus. Le lecteur est ainsi maintenu en haleine. Ceux qui ont déjà parcouru ce tome et les précédents savent qu’ils ont à y retourner et qu’il leur faudra du temps pour le faire. Il convient pour finir de remercier les traducteurs et les éditions du Cerf, qui ont accompli, eux aussi, un travail de fourmi, en un temps record.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Morgen, « John Paul Meier, Un certain Juif Jésus. Les données de l’histoire. IV. La Loi et l’amour. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2352

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page