Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Mouriquand, Ancien Testament : quelles vérités historiques ? Les bouleversements dans la recherche actuelle

Genève, Labor et Fides, 2008.
Piotr Kuberski
Référence(s) :

Jacques Mouriquand, Ancien Testament : quelles vérités historiques ? Les bouleversements dans la recherche actuelle, Genève, Labor et Fides, 2008.

Texte intégral

1L’objectif du livre est clair dès le départ : raconter « avec des mots simples l’état des débats actuels à la lumière des recherches menées par des spécialistes de l’exégèse, l’histoire et l’archéologie» sur l’historicité des récits de l’Ancien Testament. L’auteur, journaliste et écrivain, après avoir piloté vingt émissions consacrées sur ce sujet à la radio Suisse Romande, décide de présenter au grand public l’état des recherches actuelles.

2Dans un style journalistique les questions suivantes sont posées : « Peut- on considérer l’Ancien Testament comme un livre d’histoire ? Les historiens et les archéologues confirment-ils les récits bibliques ? Quelles traces a-t-on d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Moïse, de David ou de Salomon de l’An- cien Testament ? Qui a écrit la Bible ? Peut-on résoudre les contradictions entre les différents passages du texte ? » (p. 9). Ainsi se dessine la trame de l’ouvrage.

3Dans le premier chapitre l’auteur se penche sur la critique des sources écrites et évoque brièvement la formation du texte biblique, « la terrible ques- tion des chronologies» (p. 36), les anachronismes, les contradictions et les incohérences au sein du texte biblique. Les chapitres suivants sont consacrés à la présentation succincte du contexte politique du Proche-Orient ancien (3 et 4), à l’Ancien Testament et enfin à l’historicité des principaux personnages vétérotestamentaires : Abraham, Moïse, David, Salomon ainsi qu’au problème du peuplement du Canaan.

4L’ouvrage est accessible à tous et en ce sens le pari est tenu. Mais si les uns vont apprécier, les autres seront peut-être agacés par certaines phrases :

5« Le Dieu que nous découvrons là est un Dieu cruel […] C’est ça le Bon Dieu ? Vous avez dit bon ? Admettons. À la guerre comme à la guerre. » (p. 119). L’emploi de quelques termes aussi comme « les Palestiniens » (p. 60, 109) en référence aux anciens habitants de la Palestine peut prêter à confusion et devrait être évité. Il convient de s’interroger sur la pertinence et le bien-fondé du propos accusant « des hommes d’Églises […] qui ont cru qu’il valait mieux laisser perdurer l’ignorance des nouveaux débats » (p. 51). Le court passage mentionnant l’Ashéra (un nom dont l’étymologie est sémi- tique et non grecque) semble un peu rapide (p. 65). Considérer Marie « comme une résurgence de cette parèdre disparue » est du point de vue de l’histoire des religions discutable.

6Tout au long du livre, l’auteur ne cesse de se demander à propos des récits bibliques si « tout est faux » (p. 94) s’il s’agit d’une « histoire vraie » ou d’une« histoire fausse » (p. 17), s’il s’agit de la « vérité historique » ou d’« un mythe » (p. 94). Une telle présentation manque cruellement de réflexion profonde sur la manière d’écrire l’histoire dans l’Antiquité et dans le monde biblique. Cette démarche méthodologiquement douteuse est donc stérile, car selon Mouriquand, « est vrai » ce qui s’est réellement passé. Cette prise de position néglige que pour les auteurs bibliques « l’histoire normale » et « l’histoire inventée » (M. Liverani) relèvent de l’histoire, cette différencia- tion étant anachronique. Ne sommes-nous pas en présence de « l’illusion positiviste » qui, selon Ph. Abadie, « consiste à croire qu’on ne peut atteindre le passé comme une donnée brute sans s’interroger sur le contexte de sa production, ni le milieu à l’origine de la mise en récit de ce passé » ?

7Enfin, dans le domaine archéologique, l’auteur s’appuie presque unique- ment sur les travaux d’I. Finkelstein et N. A. Silberman. Quoique saluées par le monde scientifique, ces recherches sont également critiquées. Bien qu’il évoque « l’école minimaliste » ainsi que la figure de W. F. Albright, grand représentant d’une « école maximaliste », il aurait été intéressant de présenter les travaux archéologiques de manière plus large en citant d’autres exemples. Pourquoi ne pas avoir aussi évoqué l’ouvrage de l’archéologue américain W.G. Dever (Aux origines d’Israël : Quand la Bible dit vrai, 2005) ou les nombreux travaux de J. Briend ?

8Pour conclure, si l’auteur a su présenter en 150 pages l’esquisse des débats complexes sur l’historicité de la Bible, il est regrettable que cette entreprise n’ait pas pris en considération plus de données et qu’elle ait manqué de rigueur quant à la notion de vérité historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Piotr Kuberski, « Jacques Mouriquand, Ancien Testament : quelles vérités historiques ? Les bouleversements dans la recherche actuelle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/2 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2348

Haut de page

Auteur

Piotr Kuberski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page