Navigation – Plan du site

Jacques Maritain parmi les intellectuels du siècle

René Rémond
p. 301-306

Résumés

Maritain a laissé une image singulière d’intellectuel catholique dans l’opinion publique de son temps. Après une longue rupture entre la foi et la science, l’Église et les intellectuels, leur rapprochement s’est esquissé à partir de la Première Guerre mondiale. Il a été marqué par des conversions notoires, des entrées dans l’Université, la création d’associations, de collections et de périodiques. C’est dans ce contexte, traversé de crises politiques, que Jacques Maritain est apparu comme un intellectuel engagé, un maître à penser, un éducateur de la conscience. Il en recevra reconnaissance lors du concile Vatican II.

Haut de page

Notes de la rédaction

M. le Professeur René Rémond est décédé le jour même où nous parvenaient les premières épreuves de la présente livraison. Avec les Professeurs Bruno Neveu (†), Émile Poulat et François- Xavier Cuche, il avait représenté l’Université française au plus haut niveau lors du centenaire de notre Faculté en décembre 2002. À l’image de celle-ci, quoique dans un autre ordre, René Rémond a vécu une double fidélité : à la communauté scientifique et à l’Église catholique. Tout autrement que Maritain, au cours d’un demi-siècle en perpétuel changement, il a donné un visage à l’intellectuel catholique et par là maintenu son identité : celle d’une autorité à la fois scientifique et morale, unissant un fort engagement institutionnel à une généreuse et exigeante disponibilité. Dans l’espoir qu’un historien confirmé introduise bientôt nos lecteurs à l’oeuvre de René Rémond, notre reconnaissance s’adresse à celui qui nous a visités et honorés par deux fois au cours des premières années du XXIe siècle.

Texte intégral

1Un mot préalable de précision sur la genèse de cette communication éclairera l’orientation que je compte lui donner. Le projet initial du colloque comportait en son lieu et place une intervention toute différente tant par la personne que par son objet : le cardinal Cottier devait traiter de Foi et raison : le débat avec la modernité. C’était se situer d’emblée au cœur de ce colloque : le sujet est à la fois fondamental et d’une grande actualité. Le cardinal Cottier a dû renoncer à venir à Strasbourg. J’ai alors été sollicité par René Mougel pour le remplacer. Si j’ai accepté, non sans quelque imprudence, c’est que je me suis senti solidaire des organisateurs et c’était d’autre part pour moi une façon de témoigner ma fidèle et respectueuse amitié pour le cardinal Cottier dont j’ai fait la connaissance, il y a plus de quarante ans, lors d’une session au monastère bénédictin de Toumliline au Maroc, et que depuis j’ai souvent revu à Rome. On n’attendra pas de moi que je me substitue à lui : le cardinal Cottier est l’héritier d’une tradition orale et le témoin de l’amitié qui unissait les Maritain au futur cardinal Journet. Il n’était donc pas question que je traite le sujet prévu. Une suggestion de René Mougel a alors orienté ma réflexion : il me proposait, et je le cite littéralement, de « contextualiser Maritain parmi les intellectuels du siècle et aussi de définir un certain type de l’intellectuel catholique » : d’où le titre annoncé de mon intervention. Pour être assurément plus extérieur que le sujet premier, celui-ci n’est cependant pas étranger au thème général de notre colloque : il emprunte son inspiration à une circonstance particulière précisément datée, le baptême reçu par Jacques et Raïssa en 1906. Commémorer un siècle plus tard cet événement personnel oriente naturellement la réflexion en direction des cent années qui se sont écoulées depuis. Il convient en effet d’entendre la référence au siècle avec ses deux acceptions, l’une chronologique désignant une centaine d’années, l’autre évoquant la distinction entre la communauté chrétienne et la société. L’objet de ma communication n’est donc pas Jacques Maritain tel que lui-même se voyait ou tel que nous pouvons le saisir à travers son œuvre écrite, mais l’image de lui, qui s’est construite de son vivant dans l’opinion publique. Jacques Maritain a occupé en effet une position originale dans le paysage intellectuel français du XXe siècle. Il en est une figure singulière. Cette singularité apparaît par référence à la configuration générale du monde intellectuel et tout particulièrement par rapport à la situation qui était faite alors au catholicisme dans la vie de l’esprit et le mouvement des idées. Il est des quelques personnes à partir desquelles s’est peu à peu dessinée la notion d’intellectuel catholique.

2Sa position a évolué tout au long de son existence. En partie à son initiative : ses œuvres principales, Primauté du spirituel, Humanisme intégral entre autres, jalonnent, en même temps que l’élaboration de sa pensée personnelle, l’évolution de son magistère. Mais aussi du fait des changements qui ont affecté l’ensemble du système de relations entre l’Église et la société, entre la foi et l’activité intellectuelle, d’où la nécessité de distinguer sommairement dans cet itinéraire quelques séquences. Mon propos, qui relève plus de l’intuition que de l’érudition, n’a pas d’autre ambition que d’esquisser une histoire de la figure de Jacques Maritain parmi les intellectuels du siècle. 1906 qui donne sa raison d’être à notre colloque sera naturellement aussi le point de départ de notre parcours rétrospectif. La situation générale est alors éminemment conflictuelle. L’Église et le monde intellectuel constituent deux univers séparés qui s’ignorent et se combattent. Le conflit n’est pas seulement politique et ne se réduit pas à la compétition pour le pouvoir de deux institutions qui se disputent la tutelle des âmes et le contrôle des intelligences. Il est de nature philosophique et même idéologique : il oppose deux systèmes de pensée irréductibles.

3À l’incompréhension partagée concourt l’évolution des institutions. En particulier avec la disparition de l’Université française des Facultés de théologie, qui a pour conséquence l’expulsion des sciences religieuses, l’absence désormais de tout contact entre elles et les sciences profanes et leur exclusion de l’arbre du savoir. Situation propre à la France et dont nous avons bien perçu, ici-même à Strasbourg, la singularité lors de la célébration du centenaire de la création de la Faculté de théologie de l’Université de Strasbourg, celle même qui nous accueille aujourd’hui.

4Il existe bien alors dans l’Université française une sorte de philosophie officielle qui revendique les droits de la raison à l’encontre de l’enseignement du dogme par voie d’autorité. Elle se réclame de Descartes que le Maritain d’Antimoderne tiendra pour responsable de toutes les erreurs modernes. Cette philosophie se réfère aussi au kantisme et le positivisme a achevé de convaincre qu’il était difficile, voire impossible, d’être à la fois un universitaire observant les exigences de son métier et un catholique fidèle à la foi de son Église.

5Que trouve-t-on en regard dans le camp catholique comme institutions ayant vocation à jeter un trait d’union entre la foi et l’intelligence ? Peu de chose en dehors des jeunes Instituts catholiques nés de la loi qui a proclamé en 1875 la liberté de l’enseignement supérieur, mais à qui est interdite l’appellation d’université et qui se trouvent, de par le monopole de la collation des grades réservée aux facultés d’État, privées d’une attribution essentielle : voilà qui restreint singulièrement leur champ d’activité. L’enseignement dispensé ne peut dans ces conditions intéresser que des clercs. En dépit du désir de quelques Recteurs, tel Mgr d’Hulst à Paris, les Instituts catholiques ne sont pas des foyers de réflexion ni des centres de recherche. De surcroît la querelle religieuse les enferme sur une position essentiellement défensive : ils s’inscrivent dans une problématique conflictuelle où le thomisme est appelé à contrebattre le cartésianisme.

6On peut pour mémoire évoquer les grands ordres religieux dont quelques-uns publient des périodiques d’un bon niveau culturel, telle la revue Études de la Compagnie de Jésus qui joue un peu pour le monde catholique le même rôle que la Revue des Deux Mondes pour le public intellectuel. Mais ces congrégations sont en butte aux tracasseries de l’administration, à la persécution du pouvoir qui les conduiront à s’expatrier.

7C’est dans ce contexte que survient la conversion de Jacques et Raïssa Maritain. Leur trajectoire est originale. Comme le souligne avec raison Philippe Chenaux, ils ne viennent pas du milieu catholique. Ils ont grandi dans l’autre univers intellectuel, celui de la pensée libérale et positiviste. D’où le titre judicieusement retenu pour notre colloque : « Entrée en catholicisme ». À l’évocation du climat d’alors, on mesure la portée du choix qu’ils ont fait. Et pourtant cet itinéraire n’est pas exceptionnel. La conversion des Maritain s’inscrit dans un mouvement d’ensemble dont ils sont une des figures emblématiques. C’est un fait mémorable de notre histoire intellectuelle que le mouvement par lequel, des années 1880 jusque vers 1930, nombre d’écrivains, de poètes, d’artistes se sont convertis. Frédéric Gougelot leur a consacré une thèse qui éclaire tout un chapitre de notre histoire culturelle contemporaine. Pour les uns ce fut le retour à la foi de leur enfance et à un approfondissement, pour d’autres une découverte et l’entrée dans un autre univers. On peut être tenté de parler d’émergence des intellectuels catholiques à condition de bien préciser que le mouvement concerne peu de philosophes ou de penseurs et est plutôt le fait d’écrivains, de romanciers, de poètes, d’artistes aussi, peintres ou musiciens : à cet égard l’activité de l’association des catholiques des Beaux-Arts mériterait que des historiens s’y intéressent.

8L’épreuve de la grande guerre, les souffrances partagées ont profondément modifié le climat en apaisant les tensions et en rapprochant les points de vue, la problématique intellectuelle aussi. L’incompatibilité entre l’intelligence et la foi ne paraît plus comme une évidence. Une authentique activité intellectuelle se développe dans l’Église dont l’hebdomadaire la Vie catholique, fondé alors par Francisque Gay, se donne pour objectif de proposer une image fidèle. C’est aussi le temps où les éditions dominicaines du Cerf lancent plusieurs publications, dont la Vie intellectuelle à partir de 1927. On perçoit aussi les débuts d’une certaine structuration de l’intelligentsia catholique avec la création, au début des années 1920, de la Semaine des écrivains catholiques. Le plus important pour l’avenir est peut-être ailleurs : dans l’apparition d’une génération intellectuelle qui entend mener de front une activité scientifique en tous points conforme aux exigences épistémologiques et l’approfondissement de leur culture religieuse. J’ai eu récemment la curiosité en vue de cette intervention de feuilleter l’Annuaire des anciens élèves de la rue d’Ulm et j’ai eu la surprise, sur de petites promotions dans les années 1920-1930, de dénombrer plusieurs dizaines de noms qui nous parlent aujourd’hui encore, d’hommes qui ont joué un rôle déterminant dans l’histoire du catholicisme en France au XXe siècle. Je cite dans le désordre Étienne Borne, Henri-Irénée Marrou, Paul Vignaux, Maurice de Gandillac, Pierre Henri Simon, Henri Guillemin, Bernard Guyon, Roger Pons et Roger Dumaine qui ont successivement présidé la paroisse universitaire. Ils représentent un type d’intellectuel catholique tout différent de celui des générations précédentes. Ils ont dépassé la problématique de la défense religieuse et entendent réconcilier l’Église avec le siècle, la foi avec l’intelligence.

9Cependant, Jacques Maritain enseigne, lui, à l’Institut catholique. Cette intervention d’un laïc a frappé d’autant plus l’imagination qu’on a fait le rapprochement avec Étienne Gilson et a donné naissance à la formule des théologiens en veston qui traduisait la surprise d’un catholicisme où l’accès aux sciences religieuses avait toujours été réservé aux clercs. Mais l’un comme l’autre sont plus connus du monde religieux que de la société : le fait pour l’un d’enseigner à l’Institut catholique et pour l’autre au Collège de France, qui à l’époque ne délivre pas de doctorat, les retranche de l’université où s’enseigne encore la philosophie officielle de XIXe siècle. Mais pour être absents du monde universitaire ils ne le sont pas de celui de l’édition et de la littérature. Le cercle de Meudon exerce une attirance et Jacques Maritain occupe dans l’édition, par les collections qu’il dirige (le Roseau d’or) et les revues dont il encourage la naissance (Esprit), un rôle essentiel. C’est alors que lui-même acquiert une notoriété qui va au-delà du public confessionnel. Il le doit en partie aux engagements politiques qui procèdent de ses choix intellectuels. Son implication dans la crise de l’Action française lui confère une autorité morale : il devient une référence. À preuve qu’en 1935, au moment de lancer un hebdomadaire de gauche, antifasciste, qui s’appellera Vendredi, ses fondateurs, André Chamson, protestant cévenol, et Jean Guéhenno, représentant de l’humanisme laïque, typiquement l’un et l’autre des intellectuels de gauche, ont pressenti Jacques Maritain pour s’associer à eux. Le rapprochement comportait dès le départ un malentendu et l’épisode ne durera guère, mais il est significatif de l’audience dont jouit alors Jacques Maritain. Le succès d’Humanisme intégral au début de 1936 consacre sa figure d’intellectuel catholique, préoccupé des problèmes de son temps.

10Il est de lui une autre image contemporaine : celle d’un maître à penser et d’un éducateur de la conscience collective. En particulier pour une génération de jeunes chrétiens désireux d’engagement et soucieux de concilier leurs choix temporels avec leur inspiration spirituelle. Beaucoup ne l’ont pas lu ni n’ont reçu directement son enseignement, mais ont su quelque chose de sa pensée à travers des relais, des aînés ou des aumôniers qui diffusaient les formules qui résumaient l’apport de Jacques Maritain à une réflexion sur l’engagement chrétien. Par exemple la distinction fameuse énoncée entre l’action menée en chrétien, n’engageant que lui-même, mais qui se réfère à son christianisme, et l’action menée en tant que chrétien, qui se réclame explicitement de son appartenance et pense faire œuvre d’Église, en libérant l’initiative et en faisant appel au jugement personnel, a préparé indirectement des milliers de militants aux choix décisifs que les circonstances les appelleront à faire à partir de 1939. Les événements successifs, le choix de Maritain de l’exil aux États-Unis, son ralliement à la France libre, sa défense et illustration de la démocratie à travers l’expérience des États-Unis, sa nomination à Rome comme ambassadeur auprès du Saint-Siège qui vaut hommage de la société achèvent d’en faire une figure emblématique de l’intellectuel catholique. Son amitié avec Paul VI, parallèlement à l’invitation faite à Jean Guitton d’assister au Concile, témoigne de la considération que l’Église accorde aux intellectuels comme tels. Il y a plus : le choix de Jacques Maritain pour recevoir le message que le Concile Vatican II adresse aux intellectuels. De l’entrée solitaire en catholicisme en 1906 à cette apothéose en décembre 1965, quelle trajectoire ! On pourrait la prolonger au-delà, jusqu’à la fin de son existence terrestre avec notamment le débat suscité par la publication du Paysan de la Garonne, une autre de ses œuvres majeures qui a jeté le trouble. Je préfère m’arrêter là. Pour sommaire qu’il soit, ce modeste rappel suffit, je pense, pour manifester la pluralité des figures qu’a assumées successivement Jacques Maritain, décrire un itinéraire original, à un moment déterminant de l’histoire des relations entre le catholicisme, comme système de pensée et fait culturel, et le mouvement des idées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Rémond, « Jacques Maritain parmi les intellectuels du siècle », Revue des sciences religieuses, 81/3 | 2007, 301-306.

Référence électronique

René Rémond, « Jacques Maritain parmi les intellectuels du siècle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/3 | 2007, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2338 ; DOI : 10.4000/rsr.2338

Haut de page

Auteur

René Rémond

Académie française

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page