Navigation – Plan du site

Liminaire

Maritain 1906 : entrée en catholicisme (1) Foi et société : d’antimoderne à humanisme intégral
Louis chamming’s
p. 295-300

Texte intégral

  • 1 Le 11 juin 1906, à Saint Jean de Montmartre, en même temps que Raïssa son épouse et Vera, la sœur d (...)

1À l’occasion du centième anniversaire du baptême de Jacques Maritain1, et sous le titre « Maritain 1906 : entrée en catholicisme », la Faculté de théologie catholique de l’Université Marc Bloch de Strasbourg et le Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain de Kolbsheim ont organisé conjointement à Strasbourg, les 15 et 16 novembre 2006, deux journées d’études en hommage au philosophe. En préambule, on peut se réjouir de la qualité des travaux de ces journées d’études, et des publications qui en sont le résultat, fruits prometteurs de cette première collaboration de l’Université Marc Bloch et du Cercle d’études J. et R. Maritain. Ils constituent un bel hommage à la pensée du philosophe catholique et à la permanence de son œuvre, et on ne peut que souhaiter la poursuite de cette coopération réussie.

  • 2 Chacune des deux livraisons proposera aussi des études étrangères au colloque Maritain (ndlr).

2Le colloque était consacré à l’œuvre de Jacques Maritain en tant précisément que philosophe catholique, ces deux termes étant pris à la fois dans leur unité et dans leur tension. La première journée, correspondant en gros à la première partie de la vie du philosophe, était centrée sur son engagement intellectuel dans le monde et son rapport à la question de la modernité. La deuxième journée était centrée sur ses rapports avec l’Église, Vatican II et la question de l’œcuménisme, correspondant plutôt à la deuxième partie de sa longue vie. Le contenu des deux journées devant se répartir sur deux livraisons successives de la Revue des sciences religieuses2, on présentera ici les travaux de la première journée, dont le thème était « Foi et société. D’Antimoderne à Humanisme intégral ».

*   *
*

3L’impression d’ensemble qui se dégage des contributions de la première journée, c’est la manière extraordinairement significative selon laquelle Jacques Maritain a réussi à exprimer, dans sa pensée, dans son œuvre et dans ses engagements, la complémentarité profonde et essentielle de deux vocations, à première vue si antithétiques (spécialement dans la France de l’époque), la vocation chrétienne et la vocation philosophique.

  • 3 Œuvres Complètes (OC), Fribourg – Paris, Éd. Universitaires – Éd. Saint-Paul, XIV, 1993.

4Dans des pages célèbres de leur autobiographie, Les Grandes amitiés3, Raïssa a raconté comment Jacques et elle avaient décidé de se suicider s’il s’avérait impossible de trouver une vérité capable de satisfaire la soif de leur intelligence et de tout leur être ; puis comment, tels des naufragés, ils furent sauvés du désespoir et ramenés sur la terre ferme en deux étapes dont la succession est déjà bien significative. Dans un premier temps, ils découvriront grâce à Péguy les cours de Bergson au Collège de France, qui produiront à leurs yeux une véritable réhabilitation philosophique de l’intelligence. Dans un deuxième temps, ils rencontreront Léon Bloy, qui leur fera voir dans le christianisme le salut véritable, les conduira au baptême et sera leur parrain. À cette époque, ils se mettront à lire avec enthousiasme la vie des saints et penseront qu’il faut renoncer à la philosophie, pour une vérité infiniment plus haute. Ce n’est que plus tard, en lisant la Somme théologique de saint Thomas, que Jacques Maritain comprendra que « sa vocation philosophique lui est rendue avec plénitude ».

5Désormais, Jacques Maritain aura à cœur d’être à la fois pleinement chrétien et pleinement philosophe, convaincu à la suite de saint Thomas qu’il ne saurait y avoir de contradiction entre la vérité que découvre la raison et la vérité révélée. Conséquence de cette rencontre décisive, la caractéristique la plus obvie de l’œuvre de Maritain sera sa fidélité à Thomas d’Aquin, ainsi qu’à ses commentateurs (avec une préférence marquée pour Jean de Saint Thomas), et à l’effort de synthèse de la révélation chrétienne et de la philosophie aristotélicienne qu’ils représentent : « Vae mihi si non thomistizavero ! » pourra-t-il déclarer en paraphrasant saint Paul. Cette vigoureuse adhésion à une doctrine qui est avant tout théologique, dans sa nature et dans sa visée, ne manquera pas d’exposer notre philosophe à la double incompréhension des philosophes et des théologiens.

  • 4 Cf. De la philosophie chrétienne (1933), OC V ; Science et Sagesse (1935), OC VI.

6Du côté des philosophes, on lui reprochera la référence chrétienne et a fortiori l’allégeance thomiste : « Il n’y a pas plus de philosophie chrétienne que de mathématique chrétienne », déclarera Émile Bréhier en 1931, soulevant ainsi un débat resté emblématique sur la nature, et la possibilité même, de la philosophie chrétienne. Cette controverse conduira aux belles élucidations de Maritain sur les différences d’incidence de la foi sur la philosophie selon que l’on considère celle-ci dans sa nature propre, ou dans son état existentiel dans un sujet philosophant ou dans l’histoire4. Du côté des théologiens, un certain nombre d’adversaires s’acharneront contre ce qu’ils dénonceront comme une sécularisation de la foi chrétienne, et plus particulièrement contre ce que d’aucuns appelleront, après 1936, son « naturalisme intégral » ! Il faudra attendre la fin du concile Vatican II (8 décembre 1965), où Paul VI remet solennellement à Jacques Maritain le « message du Concile » adressé aux hommes de la pensée et de la science, pour que cette opposition soit officiellement désarmée.

  • 5 OC XIII.

7Mais, toujours du côté chrétien, il faut signaler un malentendu, plus insidieux peut-être en raison de son intention bienveillante, qui veut faire de Maritain un théologien : on le rangera volontiers, comme le rappelle René Rémond, parmi les « théologiens en veston ». Maritain lui-même n’a jamais voulu se déclarer théologien, et pas seulement par humilité personnelle. Lorsqu’il abordait une question d’ordre théologique, avec sa foi chrétienne et sa solide culture théologique (il n’était pas disciple de saint Thomas pour rien !), il entendait le faire avec son habitus de philosophe, c’est-à-dire avec la compétence du philosophe, mais aussi la liberté qui appartient en propre au philosophe qui s’aventure dans le domaine théologique en research worker, selon les termes qu’il emploie pour se définir lui-même dans Approches sans entraves5. Ce qui est en jeu n’est pas une question plus ou moins anecdotique de vocabulaire, ou d’humilité, ou encore d’une éventuelle prudence vis-à-vis du magistère. Il me semble au contraire qu’il y a ici un point tout à fait capital pour bien comprendre le sens profond de l’entreprise intellectuelle de Jacques Maritain. Par rapport à un héritage thomiste de caractère essentiellement théologique, dans lequel la philosophie est subordonnée à la théologie, ancilla theologiae, Maritain a vu la nécessité de dégager pour aujourd’hui la philosophie thomiste dans sa pleine stature de sagesse rationnelle et autonome (ce qui ne veut pas dire autarcique), perfectum opus rationis. C’est dans cette perspective que Jacques Maritain tient absolument à être et à rester formellement philosophe, lors même qu’il aborde « à ses risques et périls » des questions proprement théologiques ; et ce, parfois, d’une façon extrêmement profonde et novatrice, et fructueuse pour la théologie.

*   *
*

8René Rémond, sollicité pour remplacer le Cardinal Cottier qui ne pouvait être présent au colloque, nous propose, en quelques pages suggestives, « d’esquisser une histoire de la figure de Jacques Maritain parmi les intellectuels du siècle ». Au départ (1906), l’Église et le monde intellectuel constituent deux univers séparés et antagonistes, et Maritain est en quelque sorte contraint de s’affirmer intellectuellement en dehors du cadre universitaire, par des conférences, des publications, des entreprises éditoriales. On voit comment la personnalité et l’influence intellectuelles de Maritain contribuent à modifier la situation, évoluant progressivement en interaction avec un contexte qui lui aussi évolue. Pour René Rémond, Jacques Maritain, en tant qu’intellectuel catholique « maître à penser et éducateur de la conscience collective », finira par obtenir le double hommage de la société, concrétisé par sa nomination à Rome comme ambassadeur auprès du Saint-Siège, et de l’Église, en recevant le message du concile Vatican II aux intellectuels.

  • 6 OC III.
  • 7 Cf. Antimoderne, OC I.
  • 8 OC I.
  • 9 OC III.

9Dans la contribution qu’il a adressée au colloque, le Père Georges Cottier, fidèle compagnon et disciple de Jacques Maritain, aujourd’hui Cardinal, s’emploie à dégager la genèse et les articulations essentielles de sa double vocation chrétienne et philosophique. Pour cela, il distingue une première période de la vie du philosophe, correspondant à celle couverte par les trois premiers volumes des Œuvres complètes, qui va de 1906 à 1926, en excluant les ouvrages concernant la condamnation de l’Action Française. C’est en effet cette condamnation qui constituera le tournant à partir duquel Maritain produira une œuvre proprement politique, inaugurée par Primauté du spirituel6. Le Cardinal retrace la crise intellectuelle vitale de Jacques et Raïssa qui se résoudra d’abord intellectuellement avec Bergson, puis religieusement par leur conversion ; la découverte de saint Thomas et la controverse, assez polémique au départ, qu’elle entraîne avec Bergson – le dialogue se poursuivra, évoluant dans le respect mutuel et une compréhension grandissante, jusqu’à la mort de celui-ci – ; la modification du contexte religieux en France due à la guerre de 14-18, qui débouche pour les Maritain sur la création des Cercles thomistes et l’intense rayonnement intellectuel et spirituel de la période de Meudon ; le rapport polémique avec la modernité, symbolisé par l’antithèse « Antimoderne – Ultramoderne »7, avec l’émergence d’une philosophie de l’histoire et l’idée d’un monde nouveau à construire. Et le Cardinal termine en évoquant l’influence particulière du renouveau thomiste sur les artistes, grâce notamment à des ouvrages tels que Art et scolastique8 et Réponse à Jean Cocteau9.

10Jacques Gadille nous offre une étude très approfondie sur « Les Fondements spirituels d’une théologie du laïcat selon Jacques Maritain ». Commençons par répondre à une interrogation possible : n’y a-t-il pas dans ce titre une contradiction avec le fait, rappelé plus haut, que Maritain ne voulait pas être considéré comme un théologien ? En réalité, cette position toujours très fermement maintenue par lui n’exclut ni des avancées substantielles dans des domaines théologiques, en qualité de research worker, comme on l’a dit ; ni l’expression d’une doctrine spirituelle fondée sur l’expérience de vie partagée avec Raïssa et Véra, qui ne prétend pas constituer directement et comme telle une théologie du laïcat, mais bien, comme le dit judicieusement le titre en question, les « fondements spirituels » présupposés par l’élaboration d’une telle théologie. S’il est impossible de résumer ici la riche contribution de Jacques Gadille, je me contenterai de relever avec lui certaines des intuitions centrales de ce que l’on peut bien appeler la doctrine spirituelle des Maritain.

  • Tous les baptisés sont appelés à la sainteté ; de plus, les laïcs dans le monde sont appelés à « un nouveau style de sainteté », moyennant un certain de degré de vie contemplative et mystique : « le grand besoin de notre âge en ce qui concerne la vie spirituelle est de mettre la contemplation sur les chemins ».

  • L’Esprit Saint agit à son gré : tantôt à travers des institutions faites pour durer dans le temps, comme les grands ordres religieux, tantôt, comme c’est particulièrement le cas aujourd’hui, à travers des « petits troupeaux » et par des moyens d’action éphémères. Il faut donner la priorité aux « moyens pauvres ».

  • Le propre des laïcs est qu’ils doivent accepter une tension, qui peut aller jusqu’au déchirement, entre leur engagement « en tant que chrétiens », au service du Christ et de l’Église, et leur engagement « en chrétiens », au service des besoins temporels du monde.

11À Luc Perrin revient la tâche d’examiner le contexte de l’ouvrage sans doute le plus célèbre et le plus influent de Jacques Maritain, Humanisme intégral10. De façon judicieuse, il note que ce contexte renvoie à deux perspectives différentes selon que l’on considère « le temps court », c’est-à-dire la période de l’entre-deux guerres contemporaine de la genèse du livre : les suites de la crise de l’Action Française, l’avènement du Front populaire, les prodromes de la guerre civile en Espagne, la montée des totalitarismes, etc. ; ou selon que l’on considère « le temps long », c’est-à-dire celui de « la confrontation entre le catholicisme intransigeant et le modernisme libéral ». Dans la perspective longue, Maritain proposera, comme issue à cette confrontation, la perspective d’une chrétienté « profane » rompant avec l’idéal historiquement dépassé d’une chrétienté « sacrale » de type médiéval. Dans la perspective courte, le sentiment contemporain de crise, non seulement de la démocratie libérale parlementaire, mais encore des bases mêmes de la civilisation occidentale, se traduit par un ton d’exceptionnelle gravité par rapport aux enjeux de la réflexion politique proposée. Luc Perrin souligne également la clarté et la fermeté de l’engagement de Maritain contre l’antisémitisme, qui lui vaudra de nombreuses et parfois violentes inimitiés.

12Pour ma part, j’ai entrepris d’évaluer l’actualité d’Humanisme intégral aujourd’hui, soixante-dix ans après sa publication, à la fois quant à son diagnostic sur la civilisation moderne, et quant aux perspectives esquissées pour un nouvel âge de civilisation. Pour cela, la nécessité posée par Maritain d’une philosophie de l’histoire « adéquatement prise », c’est-à-dire tenant compte du déchiffrement du sens ultime de l’histoire et des signes des temps par la théologie chrétienne, reste toujours valide. C’est aussi le cas du diagnostic de « fin des Temps modernes », qui n’a fait que croître en évidence, et qui nous presse plus que jamais de formuler un « idéal historique concret » pour un nouvel âge de civilisation. Mais, si l’on veut tenir compte de l’évolution du contexte historique, tant la nécessaire distinction du spirituel et du temporel que le respect de l’exigence pluraliste, principes posés par Maritain lui-même, nous conduisent à discuter la notion de chrétienté dans l’idéal proposé. On lui préférera la visée d’une démocratie substantiellement renouvelée, aussi chrétiennement inspirée que possible, mais non qualifiée formellement de chrétienne. Pour réaliser un tel idéal, il nous faudra une base de sagesse rationnelle commune et des élites au service du bien commun.

Haut de page

Notes

1 Le 11 juin 1906, à Saint Jean de Montmartre, en même temps que Raïssa son épouse et Vera, la sœur de Raïssa.

2 Chacune des deux livraisons proposera aussi des études étrangères au colloque Maritain (ndlr).

3 Œuvres Complètes (OC), Fribourg – Paris, Éd. Universitaires – Éd. Saint-Paul, XIV, 1993.

4 Cf. De la philosophie chrétienne (1933), OC V ; Science et Sagesse (1935), OC VI.

5 OC XIII.

6 OC III.

7 Cf. Antimoderne, OC I.

8 OC I.

9 OC III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis chamming’s, « Liminaire », Revue des sciences religieuses, 81/3 | 2007, 295-300.

Référence électronique

Louis chamming’s, « Liminaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/3 | 2007, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2336

Haut de page

Auteur

Louis chamming’s

Président du Cercle d’études Jacques et Raïssa Maritain 10. OC VI.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page