Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Jacques Pérennès, Georges Anawati (1905-1994). Un chrétien égyptien devant le mystère de l’islam

Paris, Cerf, coll. « L’histoire à vif », 2008, 366 p.
Françoise Vinel
p. 424
Référence(s) :

Paris, Cerf, coll. « L’histoire à vif », 2008, 366 p.

Texte intégral

1Présenté par Z. El-Khodeiry, du Département de Philosophie de l’Université du Caire, ce livre relève du genre biographique, bien sûr, mais son sous-titre, autant que la carrière et les recherches du Père Anawati, qui y sont présentées, nous introduisent aussi dans l’histoire d’étapes importantes du dialogue islamo-chrétien. On découvre d’abord dans ces pages tout l’intérêt d’une biographie : J.-J. Pérennès a eu accès à la très riche documentation laissée par le P. Anawati, dont « un diaire de plus de deux mille pages » couvrant les années 1921 à 1985, et il retrace avec autant de précision historique que d’amitié pour le personnage les différentes étapes d’une vie. Du milieu aisé des familles chrétiennes d’Alexandrie dans les années 1930 aux années plus solitaires d’études en France, on perçoit comment diverses rencontres suscitent des choix irréversibles, et une véritable vocation pour l’étude de l’islam. L. Massignon (chap. 2 et 3) puis L. Gardet, ainsi qu’un séjour de plusieurs années en Algérie ont un rôle déterminant. Dans les années 40, le projet d’ « une étude approfondie de l’islam », prend forme avec les dominicains installés au Caire et en contact avec les spécialistes de la pensée musulmane à l’Université du Caire. L’auteur nous présente dans son contexte l’œuvre savante d’Anawati, éditeur et traducteur, auteur avec Gardet d’une Introduction à la théologie musulmane, parue en 1948 et encore rééditée en 2006, conférencier invité dans bien des universités d’Europe et d’Amérique du Nord. Mais au-delà de la découverte d’un travailleur inlassable et passionné, l’enjeu de telles études et de tous ces contacts apparaît particulièrement dans les chapitres 5 (« 1945-1955. L’invention d’un espace pour le dialogue avec les musulmans ») et 7 (« L’islam à l’heure du concile : le temps de la moisson »). « Ce dialogue que nous appelons de tout notre cœur, et à la possibilité duquel, de tout notre cœur, nous croyons, c’est à travers le domaine entier de la culture qu’il devra s’établir », écrivent Anawati et Gardet en 1948 dans l’avant-propos de leur Introduction à la théologie musulmane, et c’est bien dans cette optique que sera fondé l’IDEO en 1953. À Rome à l’automne 1963 lors de la seconde session du concile de Vatican II, Anawati donne à l’Angelicum une conférence qui a pour titre « L’Islam à l’heure du concile ». Un changement profond du regard de l’Église, des chrétiens sur l’Islam, tel est le combat d’Anawati et de ses amis. J.-J. Pérennès éclaire les aspects politiques d’une telle avancée, et analyse les paragraphes de Nostra Aetate sur les religions non chrétiennes (p. 215-221). Riche en références bibliographiques (même si elles ne sont pas regroupées à la fin du livre) mais aussi hommage à la mémoire d’un maître, ce livre retrace, à travers l’aventure d’un chercheur, l’histoire de toute une période pour la présence chrétienne en Égypte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Jean-Jacques Pérennès, Georges Anawati (1905-1994). Un chrétien égyptien devant le mystère de l’islam », Revue des sciences religieuses, 84/3 | 2010, 424.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Jean-Jacques Pérennès, Georges Anawati (1905-1994). Un chrétien égyptien devant le mystère de l’islam », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/3 | 2010, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/2299

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page