Navigation – Plan du site
Recensions
84.315

Liliane Crété, Où va-t-on après la mort ? Le discours protestant sur l’au-delà : XVIe -XVIIIe siècles

Genève, Labor et Fides, 2009, 224 p.
Ataa Tobien
p. 422-423
Référence(s) :

Genève, Labor et Fides, 2009, 224 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Liliane Crété sur le discours protestant relatif à l’Au-delà se concentre sur les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, et honore les nombreuses et intéressantes variations de ce discours, en lien avec les diverses manières de percevoir et d’interpréter l’Écriture sur cette question de l’Au-delà. Pour bien saisir et suivre le fil conducteur sur l’Au-delà tel que L. Crété le présente, reprenons méthodiquement son analyse. Elle souligne combien, tout au long de la période, la « théologie de la peur » imprégnait les mentalités. Beaucoup d’événements y contribuaient : les fléaux liés aux nombreuses guerres de ce temps et qui décimaient les populations, les peurs ancestrales aussi. Tout cela avait remplacé l’image d’un Dieu sauveur par celle d’un Dieu vengeur. Mais il faut remonter aux premiers siècles du christianisme pour voir comment les notions de Jugement, de Ciel et d’Enfer s’enracinent fortement chez les chrétiens, pointant ainsi le caractère moral du christianisme dès son origine.

2La théologie de Luther, fondée sur la Parole incarnée, prêchée, confessé, reconnaît le Christ comme libérateur du péché et de la mort. Ce temps de Réforme, suggère l’A, suscita maints « Prophètes » qui prônaient un monde régénéré inspiré par l’Apocalypse. Luther donna une nouvelle dynamique à la théologie de la grâce et du salut par la foi mais il laissa une Réforme inachevée. Dans les pages qu’elle consacre à Calvin, l’A. suggère que ce Réformateur de la seconde génération gardait de l’ordre cosmique une perception encore proche du Moyen Âge, où Satan, anges et démons, Ciel et Enfer ont leur place. Calvin rappelle aux croyants ce que Paul évoque dans la 2ème épître aux Corinthiens, 5,1-4 : « Quand nous quittons notre demeure terrestre – qui n’est qu’une tente –, un édifice permanent, œuvre de Dieu, nous attend au ciel ».

3L’A. analyse les modalités de la diffusion progressive de la Réforme, sans uniformité à cause des mentalités et des traditions propres à chaque pays. Face à certaines défaites décourageant bon nombre de protestants, Agrippa d’Aubigné, à travers ses écrits, montre combien le concept réformé du « Sola Gratia – Sola Fide – Sola Scriptura » changea les comportements devant la mort. Entre le XVe et la fin du XVIIIe siècle, de nombreux manuels préparant à une bonne mort parurent, avec une nette spécificité chez les Réformés : « en raison du salut gratuit de Dieu, tous sont orientés vers une fin heureuse ». L’héritage paulinien de la justification des pécheurs est au cœur de ces manuels de consolation ainsi que des sermons funèbres protestants. Mais l’Au-delà ne cesse de poser problème aux fidèles et cette question prégnante revient sans cesse : comment penser le monde invisible ? Si, conformément à la Loi, on ne peut se représenter Dieu, les visions apocalyptiques comme celles de « l’An- cien des Jours » du Livre de Daniel (7,9 ; 13-14) et leur reprise dans l’Apocalypse johannique ont nourri l’imaginaire collectif des prédicateurs, des croyants et des artistes de cette période. La chrétienté s’empara des anges et les artistes leur donnèrent un visage et un corps les peignant, les sculptant, opposant leur beauté à la laideur hideuse des démons. Pourtant les Réformateurs marquèrent leur opposition à toute représentation de Dieu, y voyant une forme d’idolâtrie. Calvin invitait à la sobriété en disant qu’on peut connaître Dieu par sa Parole et par son action. Et le mystique allemand Jacob Böhme affirmait que chacun porte en soi-même le Paradis et l’Enfer, son propre Dieu et son Satan. Dans le bouillonnement intellectuel qui marque le passage du XVIIe au XVIIIe siècle et la naissance des « Lumières », la recherche philosophique avec l’appui de la science forma une chaîne de courants allant du platonisme à l’empirisme. La critique des représentations religieuses se développe et pourtant, comme le montre l’A. à l’aide de nombreuses références, la question de l’Au- delà garde sa place ; et sur ce point, l’A. s’intéresse particulièrement à plusieurs auteurs : John Tillotson cherchant à accorder la foi et la raison, Joseph Butler qui mène une réflexion approfondie sur la relation entre la morale et la religion, ou encore John Wesley auquel son enseignement sur la perfection chrétienne valut l’épithète de « sel régénérant » de son Angleterre natale. Avec lui commence « la troisième Réforme ». Sa campagne d’évangélisation s’était faite en écho au Grand Réveil américain des années 1735-1745. Le but de ce Réveil fut d’endiguer la montée du rationalisme et de l’arminianisme. Jonathan Edwards (1703-1758) fut le théoricien et l’initiateur historique de ce mouvement de renouveau spirituel. Pour lui, la Résurrection et le retour du Christ en gloire sont les moments suprêmes de l’espérance chrétienne.

4Les siècles passant, le chrétien face aux vicissitudes de la vie, porte toujours au fond de lui ces questions brûlantes : « d’où vient le Mal et pourquoi existe-t-il ? Que fait Dieu maintenant et après la mort ? » Le champ de réflexion reste ouvert et l’intérêt du livre de L. Crété est de montrer les réponses esquissées par les théologiens et prédicateurs de la Réforme tout autant que la richesse créative à l’œuvre dans l’imaginaire collectif durant cette période.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ataa Tobien, « Liliane Crété, Où va-t-on après la mort ? Le discours protestant sur l’au-delà : XVIe -XVIIIe siècles », Revue des sciences religieuses, 84/3 | 2010, 422-423.

Référence électronique

Ataa Tobien, « Liliane Crété, Où va-t-on après la mort ? Le discours protestant sur l’au-delà : XVIe -XVIIIe siècles », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/3 | 2010, document 84.315, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2296

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page