Navigation – Plan du site
Recensions
84.313

Michel Corbin, La vie de Moïse selon Grégoire de Nysse

Paris, Cerf, 2008, coll. « Initiations aux Pères de l’Église », 391 pages
Françoise Vinel
p. 418-420
Référence(s) :

Paris, Cerf, 2008, coll. « Initiations aux Pères de l’Église », 391 pages

Texte intégral

1La traduction de La Vie de Moïse par J. Daniélou ouvrit en 1944 la collec- tion Sources chrétiennes et fut rééditée en 1955 et, dans une version revue et corrigée, en 1968, accompagnée du texte grec, avait paru en 1964 une édition du texte grec dans les Gregorii Nysseni Opera, volumes à l’initiative de W. Jaeger et toujours en cours de parution chez Brill. M. Corbin souligne dans son « Argument » combien il est redevable aux œuvres de J. Daniélou, H. de Lubac et Urs von Balthasar, grands lecteurs et commentateurs des Pères grecs. À son tour, il se lance dans un commentaire de La vie de Moïse, plaidant précisément pour le retour à « un genre littéraire délaissé depuis longtemps, celui du commentaire suivi d’une œuvre particulièrement importante, celui que l’Aquinate a illustré en lisant pas à pas les Opuscules sacrés de Boèce et les Noms divins de Denys, celui qu’ont pratiqué, à l’égard de la Somme théologique, maints auteurs des XVIe et XVIIe siècles » (p. 15). Dès lors, le livre se compose d’un double texte : en retrait et en petits caractères, l’œuvre de Grégoire de Nysse, alternant avec les explications de M. Corbin qui n’hésite pas non plus à citer bien d’autres œuvres, du Cappadocien lui-même ou d’autres Pères et particulièrement Origène (voir l’index des auteurs cités, p. 379-380) mais aussi des philosophes et théologiens jusqu’à l’époque contemporaine. À plusieurs reprises, la traduction de Daniélou est discutée, ou modifiée pour éviter des termes trop techniques (p. 15 ; p. 228 à propos de la traduction de skènè par « Demeure » au lieu de « tabernacle » par Daniélou) et quelques sondages confirment ce travail sur la traduction, qui gagne souvent en précision, mais certaines décisions peuvent paraître discutables (par ex. II, 67 : alors qu’un terme rare désigne l’eau rougie par le sang, le choix du verbe « se mêler » supprime l’allusion au récit biblique) ; les termes grecs sont mentionnés entre parenthèses lorsqu’ils nourrissent le commentaire.

2Le travail de lecture suivie exige de prêter attention à la composition de l’œuvre et, tout en gardant la numérotation des paragraphes faite par Daniélou, M. Corbin repère vingt six grandes sections dans l’œuvre, à l’intérieur de la division entre « histoire » et « contemplation », sur laquelle Grégoire de Nysse base son interprétation.

3Il est clair dès le début que l’A. ne veut pas s’enfermer dans un travail d’érudition patristique. Néanmoins, les nombreux parallèles établis avec d’autres œuvres de Grégoire de Nysse ou la confrontation avec la pensée d’Origène, qu’il s’agisse d’herméneutique du texte biblique ou de prises de position théologiques – par ex. à propos de la « restauration finale », l’apocatastase, p. 116-119 – offrent une mise en contexte très éclairante, d’autant que M. Corbin ne se contente pas de renvoyer à ce large corpus mais cite les textes. Autre souci de l’historien des doctrines, l’insistance avec laquelle est indiquée l’écart qui sépare Grégoire d’Augustin et de ses adversaires pélagiens : c’est, à plusieurs reprises (l’index des auteurs cités montre la place tenue par Anselme, Augustin et Origène), l’occasion de prendre conscience des convergences et des divergences, au plan théologique et anthropologique.

4Mais les réflexions inspirées à Grégoire de Nysse par l’itinéraire de Moïse amènent également le commentateur à convoquer bien des écrits postérieurs : c’est parfois pour souligner une sorte de consensus ou d’épanouissement de l’interprétation – ainsi des références à Bernard de Clairvaux ou Anselme, mais aussi deux parallèles avec Kierkegaard (p. 19 et 58). D’au- tres passages appellent au contraire diverses remarques pour exprimer combien certaines interprétation sont aujourd’hui difficilement acceptables, qu’il s’agisse de l’exégèse allégorique (« Avouons notre frustration devant cette interprétation du vêtement comme ‘parure de l’âme’« , p. 252), ou du fait de la distance temporelle (p. 272 au sujet de la lecture actualisante que Grégoire de la destruction du veau d’or, des idoles).

5En commençant, Corbin s’interroge sur la notion de progrès « dans le domaine de la philosophie et de la théologie » (p. 8-9). La vie de Moïse ne pouvait que le combler, à double titre : le progrès, c’est l’expérience même de Moïse qui culmine dans l’épectase (p.282-318) ; mais l’herméneutique biblique du Cappadocien, si attentive aux images et au récit de l’Exode devient elle-même source d’une interrogation sur les progrès de la pensée. « L’heure des relectures a sonné », écrit-il (p.14) à la suite de remarques critiques sur la pratique actuelle des disciplines théologiques (p. 11).

6Même si la bibliographie (p. 385-388) n’a aucune prétention à l’exhaustivité, on peut regretter l’absence de référence à la Bibliographie zu Gregor von Nyssa. Editionen, Übersetzungen, Literatur, publiée en 1988 par M. Altenburger et F. Manns (Brill, Leyden) ; ancienne déjà, elle peut cepen- dant rendre service à ceux qui découvrent Grégoire de Nysse, ce qui reste sans doute une des vocations de la collection dans laquelle M. Corbin publie son riche commentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Michel Corbin, La vie de Moïse selon Grégoire de Nysse », Revue des sciences religieuses, 84/3 | 2010, 418-420.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Michel Corbin, La vie de Moïse selon Grégoire de Nysse », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/3 | 2010, document 84.313, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2292

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page