Navigation – Plan du site
Recensions
84.311

Craig R. Koester, Reimund Bieringer (éds), The Resurrection of Jesus in the Gospel of John

Tübingen, Mohr Siebeck (WUNT 222) 2008, 367 p.
Michèle Morgen
p. 415-416
Référence(s) :

Tübingen, Mohr Siebeck (WUNT 222) 2008, 367 p.

Texte intégral

1Issu en partie des séminaires johanniques de la Society for New Testaments Studies (SNTS) et de quelques études postérieures aux congrès de 2005-2007, le volume collectif édité par C. R. Koester et R. Bieringer porte sur le thème de la résurrection de Jésus dans le quatrième évangile. Les 13 articles proviennent de spécialistes de la littérature johannique avec des orientations diverses : historico-critique, narratologie, théologie, rhétorique. Comme il est impossible en si peu de lignes de faire droit à chacune de ces études, j’ai retenu les axes principaux et noté plus en détail l’un ou l’autre article qui me paraissait plus pertinent sur le plan méthodologique ou pour des questions théologiques.

2À propos de la résurrection dans Jean plusieurs articles abordent – inéluctablement peut-on dire – la question de l’eschatologie, pour deux raisons essentiellement. Tout d’abord parce que le lecteur du quatrième évangile peut s’interroger sur la nécessité des récits de résurrection dans cet évangile ou sur l’importance de cette thématique propre ; pour certains auteurs en effet, le motif de la croix et la valeur que la théologie johannique lui accorde (source de vie, signe de l’accomplissement du Christ exalté/élevé) ne marquent-ils pas le sommet de la théologie dans le quatrième évangile ? Les récits de résurrection ne sont-ils là que parce qu’ils font inévitablement partie de la tradition ou comme des illustrations thématiques de la piété première ? Ou au contraire ont-ils une fonction spécifique dans Jean ? Le problème de l’importance de la résurrection dans Jean est encore exacerbé par la présence redondante du chapitre 21, considéré par certains comme un « appendice » du fait aussi de sa place postérieure à une première édition de l’évangile.

3H. W. Attridge rappelle les propos de nombreux exégètes pour lesquels, à franchement parler, « il n’y a pas de place dans le quatrième évangile pour les récits de résurrection, puisque l’ascension ou l’exaltation a déjà pris place » (p. 2). On trouvera dans l’article de U. Schnelle une réflexion théologique importante sur le lien entre la croix et la résurrection.

4Une deuxième raison qui a poussé les auteurs à travailler le thème de l’eschatologie à l’intérieur et en lien avec celui de la résurrection tient à la présentation spécifique de l’eschatologie johannique qui insiste sur le double aspect d’une eschatologie, à la fois « réalisée » et future. Attridge examine l’interaction des deux aspects de l’eschatologie johannique dans chacun des passages sur la résurrection. Le lecteur est amené à comprendre que le futur de la vie ressuscitée est une réalité présente, et réciproquement, l’expérience croyante de l’ « eschatologie réalisée » s’appuie sur la réalité de la résurrection du Christ. De ce fait elle demeure en espérance, maintenue comme telle par la présence de l’Esprit Saint. On pourra compléter cette réflexion par l’ar- ticle de J. Zumstein qui s’est fait aujourd’hui une spécialité de l’étude de Jn 13 – 17 et du procédé de la relecture ; le Commentaire de l’évangile de Jean qu’il vient de publier commence précisément par les chapitres de la fin de l’évangile. En prolongeant ces réflexions, R. A. Culpepper renvoie à l’expérience de la communauté johannique. H.-U.Weideman et d’autres contributeurs redisent l’importance de la progression narrative des données sur la résurrection dans l’évangile de Jean.

5Plusieurs auteurs sont attentifs aux récits relatant la résurrection de Jésus en Jn 20 (S. Schneiders sur « Marie de Magadala et le jumeau Thomas »), Jn 20,17 (R. Bieringer), Jn 20,23 (J. Beutler sur les paroles sur la rémission des péchés et le sous-bassement vétérotestamentaire), Jn 21 (M. Hasitchka), ainsi que sur la résurrection de Lazare en Jn 11 (R. Zimmermann). D’autres encore ont choisi de travailler plutôt sur un registre thématique : résurrection et lumière (J. Painter), résurrection et signes (C.R. Koester). Enfin certains tentent des perspectives nouvelles comme J.T. Nielsen ; il prend en compte la théorie d’Aristote dans la Poétique et les reprises sémiotiques modernes sur la « péripétie » et la « reconnaissance » pour faire découvrir la fonction de la résurrection de Jésus dans le quatrième évangile. Il aurait été utile cependant de faire référence à Paul Ricœur qui a tant travaillé ces catégories aristotéliciennes de la peripateia et de l’anagnôrisis (pour les définitions dans l’ouvrage ici recensé, voir aux pages 187 et 205 par exemple).

6S’il me fallait retenir une donnée importante des différents articles proposés dans ce volume collectif, je retiendrais l’idée récurrente que Jean présente de différentes manières les effets de la résurrection dans la vie présente du croyant. C’est ce qui permet de comprendre la tension entre eschatologie réalisée et future, tension orchestrée par le théologien johannique dans un accord harmonieux. Je laisse le dernier mot à l’un des auteurs qui a cherché à dénir l’eschatologie johannique dans son lien intrinsèque à la résurrection de Jésus : « Therefore, while the Gospel of John testies to the revelation in Jesus de Nazareth, it also bears witness to the way in which revelation transformed the lives of those who sought to be faithful to it in one early Christian community » (p. 276).

7Ajoutons quelques petites corrections en vue d’une prochaine édition. Il faut lire :

8Page 9 ligne 1. : 52-58. Page 12 avant-dernière ligne : 11 :3,5,36. Page 68 n. 42 Genèse de la foi pascale d’après Jn 20. Page 180 n. 11 l.4 énoncia- tion. Page 157 et 356 Moingt. Page 221 n. 42 l.3 matthéenne. Page 356 Mussner, Franz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « Craig R. Koester, Reimund Bieringer (éds), The Resurrection of Jesus in the Gospel of John », Revue des sciences religieuses, 84/3 | 2010, 415-416.

Référence électronique

Michèle Morgen, « Craig R. Koester, Reimund Bieringer (éds), The Resurrection of Jesus in the Gospel of John », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/3 | 2010, document 84.311, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2288

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page