Navigation – Plan du site
Recensions

Vincent Creuz, La Paroisse de la cathédrale de Strasbourg, 1807-1870

Strasbourg, ERCAL Publications, 2006, 245 p. Préface du pro­fesseur Bernard Vogler, qui avait dirigé cette étude, comme mémoire de maîtrise en Histoire
Marcel Metzger
p. 290-291
Référence(s) :

Strasbourg, ERCAL Publications, 2006, 245 p. Préface du pro­fesseur Bernard Vogler, qui avait dirigé cette étude, comme mémoire de maîtrise en Histoire

Texte intégral

1En 1843, le loyer d’une chaise à la cathédrale allait de 9 à 12 F par trimestre ; bedeaux et suisses étaient chargés de repérer les resquilleurs (p. 144-145) ; à ce personnel de surveillance s’ajoutaient des balayeuses, des sonneurs de cloche, des souffleurs (chargés d’actionner les soufflets du grand orgue, p. 152), deux serpentistes (musiciens, p. 154), etc. Ces détails, et quantité d’autres, sont connus par les archives de la paroisse de la cathédrale. Vincent Creuz a méthodiquement dépouillé cette abondante documentation, pour raconter l’histoire religieuse et sociale du centre de la ville, dont la cathédrale et sa paroisse étaient le cœur. La période couverte va de la réorganisation des cultes par le Concordat et les Articles organiques jusqu’à l’occupation prussienne. Une présentation géographique et sociologique du quartier de la cathédrale et la biographie des quatre curés ou archiprêtres en activité pendant la période étudiée permettent de situer les institutions décrites et les faits rapportés. Les enquêtes historiques portent ensuite respectivement sur les activités cultuelles à l’intérieur de la cathédrale, celles de la liturgie régulière et celles des confréries, sur les charges assurées par la fabrique de la cathédrale, enfin, sur les relations de la paroisse avec les autres utilisateurs ou gestionnaires de l’édifice, évêque, chapitre, municipalité, Œuvre Notre-Dame. Le texte aurait pu être allégé de ses explications théologiques, d’une pertinence variable et parfois anachroniques (p. 79, 82, 87, etc.), car son principal intérêt tient à l’exploitation systématique d’une documentation très suggestive, qui fait connaître par les faits la vie des populations, avec ses difficultés, les mentalités religieuses, la piété et les dévotions, l’assiduité aux offices, les processions de la Fête-Dieu, les conflits religieux, en particulier lorsque les ouvriers chargés de l’entretien de la cathédrale (Œuvre Notre-Dame) étaient d’une autre confession (p. 142). Les informations fournies concernant aussi l’organisation du culte dans la cathédrale, avec ses vingt-cinq messes par jour, de 5h à 1 lh du matin (p. 81) et son calendrier (long extrait du cérémonial pontifical, p. 85), les relations entre les institutions canoniques (évêque, chapitre, paroisse), les tâches pastorales de l’époque, l’organisation et les tâches du conseil de fabrique, etc., avec « le meilleur et le pire », dont les conflits en tous genres, jusque dans les processions (p. 22) ou à propos de la compétence pour les funérailles de grands personnages (le général Kléber, p. 29). Bref, merci à Vincent Creuz et aux responsables de la collection pour la publication de ces tranches d’histoire authentique et vivante, agrémentées d’illustrations, de tableaux et de plans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Vincent Creuz, La Paroisse de la cathédrale de Strasbourg, 1807-1870 », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 290-291.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Vincent Creuz, La Paroisse de la cathédrale de Strasbourg, 1807-1870 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2226

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page