Navigation – Plan du site
Recensions
82.22

Olivier Riaudel, Le monde comme histoire de Dieu. Foi et raison dans l’œuvre de Wolfhart Pannenberg

Paris, Éd. du Cerf, Cogitatio Fidei, 2007, 429 p.
Yves Labbé
p. 285-287
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, Cogitatio Fidei, 2007, 429 p.

Texte intégral

1L’auteur apparaît immédiatement à la hauteur de l’œuvre étudiée, celle d’un théologien luthérien dont l’Esquisse d’une christologie, traduite en 1971, a fortement marqué l’enseignement de cette discipline dans la théologie catholique française. Travaillant à la traduction en cours de la Théologie systématique, l’auteur suit ici, dans ce qui fut sa thèse, un parcours conduisant de la Révélation à la Trinité, à travers une articulation de la théologie et de la philosophie. Divisée en 4 chapitres, l’étude s’appuie non seulement sur l’œuvre entière de Pannenberg mais sur une connaissance aussi précise qu’étendue de la théologie protestante et de la philosophie allemande des deux derniers siècles. Le dominicain O. Riaudel est avéré aussi bon philosophe que théologien. Il ne relâche ni son information ni son argumentation. L’effort attendu du lecteur est assurément en conséquence, même si l’écriture n’est pas inutilement sollicitée.

2Allant des écrits les plus anciens à de plus récents, le chapitre premier établit que la substitution initiale d’une théologie de l’histoire à une théologie de la parole a finalement réconcilié Pannenberg avec le langage. Si l’autorévélation de Dieu passe dans l’histoire universelle, elle implique d’en anticiper la fin. Or, c’est au langage qu’il revient de rapporter les événements à leur sens total, de sorte que la révélation comme manifestation ne saurait être coupée de la révélation comme inspiration.

3A la suite du caractère indirect de la révélation, le chapitre 2 assoit la qualification scientifique de la théologie. Celle-ci a pour objet Dieu et non la foi. Universelle, la révélation est accessible à tous. Aussi, après avoir inscrit la recherche de Pannenberg dans le débat plus que centenaire sur la place de la théologie dans l’Université, l’A. en reprend deux thèses : la méthode en sciences humaines doit être définie par son objet ; l’homme est un être religieux, la subjectivité n’est pas seulement conscience de soi mais ouverture à et par l’Absolu.

4Le chapitre 3 examine les exigences d’une science théologique de Dieu en regard de la philosophie entendue comme métaphysique et d’une histoire déterminée comme histoire des religions. S’il respecte la puissance absolue de Dieu et la contingence radicale du monde, à l’encontre de l’analogie de l’être, un concept métaphysique de Dieu permet seul à la théologie chrétienne d’accéder à une connaissance de Dieu qui en préserve l’universalité et la réalité. C’est toutefois seulement dans les religions, dont aucune n’est absolue, que sont donnés des témoignages explicites de ce qui est à venir.

5Une fois soulignée l’impossibilité de séparer la connaissance de Dieu de la connaissance du Christ, le chapitre 4 montre comment la révélation com- prise à son terme et par anticipation est constitutive de l’identité trinitaire de Dieu. Si ce chapitre reste le plus difficile, c’est en raison de la pensée de Pannenberg plus que de son interprète. Le théologien luthérien resserre à l’extrême l’identité de Dieu pour nous et de Dieu en soi, l’histoire de Dieu dans un monde encore à venir devenant constitutive de l’être éternel de Dieu, à condition d’avoir consenti à l’absolue liberté de Dieu dans la création du monde. Ne distinguant plus « missions » et « processions », il ne reconnaît plus en Dieu que des relations de réciprocité, pour comprendre à la fois l’unité de nature et la distinction des personnes. Voici donc renvoyées dos-à- dos l’unicité de l’origine et l’unicité de la nature qui, de l’Orient à l’Occident, ont maintenu jusqu’à nous la pensée de l’unité trinitaire de Dieu.

6Notre parcours d’une thèse magistralement conduite sur Pannenberg a renoncé à faire valoir la précision de ses analyses conceptuelles. Signalons pourtant tout l’intérêt du dernier chapitre, qui relève de nouveau ce qui sépare le théologien luthérien de la philosophie de Hegel : une autodistinction des personnes divines pour le premier contre leur autodifférenciation chez le second. La circularité entre le Père, le Fils et l’Esprit, déployée dans le monde et recueillie en Dieu, se trouve opposée, avec justesse, à la différenciation de l’essence éternelle en elle-même puis dans sa manifestation. A plusieurs reprises et dans quelques dernières pages (393 s.), l’interprète prend de la distance à l’égard de l’œuvre étudiée. La conclusion assume pleinement sa fonction alors qu’un index thématique offrira la possibilité au lecteur de Pannenberg de faire le point sur une question ou un concept, en le rapportant à l’œuvre elle-même comme à ses antécédents philosophiques et théologiques.

7Il faudrait disposer de connaissances égales à celles d’Olivier Riaudel pour amorcer une discussion avec lui et ce n’est pas rien. En retour, s’il rend compte avec justesse de la théologie de Pannenberg, ainsi qu’on peut le penser, les interrogations ne manqueraient pas sur la chose même. Elles ne seraient pas entièrement nouvelles. L’œuvre est arrivée depuis longtemps à maturité. La publication de sa christologie avait fait craindre un risque d’identifier le fait et le sens, l’histoire et la foi. Aujourd’hui, il conviendrait de s’interroger sur un risque plus général : qu’une rationalité spéculative ne fasse pas droit à la rationalité critique, que l’identité écrase la différence, que le système se ferme sur lui-même. A la suite de la christologie, la théologie cherche à comprendre la révélation dans l’histoire. Mais qu’en est-il d’une histoire où le particulier et l’universel se déterminent réciproquement ? Qu’en est-il d’une science où le savoir et la réalité se conjuguent toujours harmonieusement ? Qu’en est-il d’une théologie où la puissance de révélation de l’histoire requiert de renoncer à toute analogie dans la création ? Qu’en est-il enfin d’une théologie trinitaire qui s’affranchit de la distinction reçue entre relations de réciprocité et relations d’origine, en surchargeant l’axiome rahnérien de l’identité entre Trinité économique et Trinité imma­nente ? La pression de l’anticipation eschatologique ne ferait-elle pas oublier une nécessaire discrétion théologique ?

8On doit souhaiter un bel avenir au présent livre, également à son auteur qui justifie ainsi d’être distingué dans la théologie systématique catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Olivier Riaudel, Le monde comme histoire de Dieu. Foi et raison dans l’œuvre de Wolfhart Pannenberg », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 285-287.

Référence électronique

Yves Labbé, « Olivier Riaudel, Le monde comme histoire de Dieu. Foi et raison dans l’œuvre de Wolfhart Pannenberg », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, document 82.22, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2219

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page