Navigation – Plan du site
Recensions
82.217

Gaëlle Jeanmart, Généalogie de la docilité dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge

Paris, J. Vrin, 2007, 271 p.
Françoise Vinel
p. 282-284
Référence(s) :

Paris, J. Vrin, 2007, 271 p.

Texte intégral

1Publié dans une collection consacrée à la philosophie de l’éducation, l’ouvrage de G. Jeanmmart, qui enseigne l’histoire de la philosophie ancienne et médiévale à Louvain-la Neuve et Liège, répond à des préoccupations contemporaines - la double question du pouvoir et de l’obéissance dans les systèmes éducatifs - mais l’intuition qui conduit l’auteur à analyser et à mettre en parallèle deux formes d’éducation, la paideia grecque d’un côté et la formation monastique du haut Moyen-Âge de l’autre, principalement à partir des Institutions cénobitiques de Cassien et de la Règle de saint Benoît, nous offre une lecture très stimulante.

2L’opposition entre les deux modèles envisagés est exprimée dès l’introduction : « Pour ce qui concerne l’organisation de l’enseignement, nous sommes des médiévaux. Pour ce qui concerne l’idéal de formation et la théorie de l’éducation, nous sommes des Grecs » (p. 13). L’ouvrage se présente en conséquence en deux grandes parties : « La notion de docilité dans le système éducatif grec » (p. 17-92) et « la notion de docilité dans les monastères du Haut-Moyen-Age » (p. 93-293). Plusieurs sous-parties composent chaque ensemble, mais la mise en page est serrée, sous-parties et paragraphes s’enchaînent sans aucun blanc, ce qu’on peut se permettre de regretter.

3Plus courte, peut-être parce que les aspects présentés sont assez bien connus, la première partie se partage entre une présentation de la parrhèsia socratique (p. 17-57) et de la visée aristotélicienne de l’éducation : « la liberté de définir et de réaliser sa nature propre » (p. 57-92). La réflexion de G. Jeanmart est jalonnée de références aux textes, de façon à mettre en évidence un aspect paradoxal de cette éducation antique : du côté de Socrate et de son enseignement par le dialogue, « la dimension pédagogique de la parrhèsia socratique tient paradoxalement à la qualité du rapport à soi par opposition à celle du rapport à autrui qu’il faudrait persuader » (p. 49) ; et du côté d’Aristote, l’apprentissage du « gouvernement de soi » est la condition néces­saire à la formation d’un homme libre capable de vivre et d’agir dans la cité. La soumission au maître, l’obéissance ou docilité, est nécessaire pour l’apprentissage de la liberté, qui est d’abord éducation des plaisirs et formation du jugement (p. 84 s.). Son analyse de la phronèsis conduit l’A. à souligner la distance qui la sépare de la parrhèsia socratique, l’opposition entre un citoyen formé à vivre parmi les autres et un philosophe qu’isole le courage même qu’il met à dire la vérité. Au terme de cette première partie, la philosophie hellénistique manque ainsi à l’appel et si G. Jeanmart renvoie dès la note 1 (p. 17) aux réflexions de J. Domanski (La philosophie, théorie ou manière de vivre ? Fribourg-Paris, 1998), il est dommage que la bibliographie ne fasse aucune mention des nombreux travaux de Pierre Hadot se rapportant à la même problématique.

4La deuxième partie présente trois études : la première, générale, sur « l’esprit de la formation monastique », les deux autres s’attachant à l’analyse de textes (Cassien, Règle du Maître et Règle bénédictine). Les pages introduisant au rôle de la docilité ne vont pas sans quelques généralisations, ainsi sur la valeur de l’obéissance qui « tient essentiellement au fait que l’on obéit, et cela quel que soit l’ordre et quel que soit le maître » (p. 103) ; une obéissance qui est un but en soi mais doit se muer en obéissance au Christ dans la sequela Christi. N’est-il pas excessif d’en conclure à une « valorisation chrétienne de l’esclavage » ? Les réflexions qui portent ensuite sur le combat intérieur, l’unification de la volonté et l’appel à l’humilité sont inspirées par bien des pages d’Augustin, mais la volonté de maintenir la comparaison avec Socrate et Aristote crée parfois un certain flou. On lit avec beaucoup plus d’intérêt les deux chapitres consacrés à l’analyse des textes, et l’A. montre bien tout ce qui, dans la vie cénobitique, relève d’une critique de la parrhèsia. Évidemment la place faite à l’abbé dans le monachisme bénédictin est examinée de près,les mécanismes de pouvoir s’équilibrant par un appel à la soumission mutuelle.

5Loin de se contenter d’une approche archéologique des sources, l’A. sait les faire résonner par l’appel à des auteurs contemporains, tout particulièrement M. Foucault et H. Arendt. Bien que la présentation de l’ouvrage en deux parties risque de forcer l’antithèse entre deux formes de docilité, le dessein de G. Jeanmart, montrer que la réflexion sur l’éducation comme lieu de pouvoir peut se nourrir de cette « généalogie de la docilité », est un pari réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Gaëlle Jeanmart, Généalogie de la docilité dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 282-284.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Gaëlle Jeanmart, Généalogie de la docilité dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, document 82.217, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2213

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page