Navigation – Plan du site
Recensions
82.209

Raymond Winling, La Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ. Sotériologie du Nouveau Testament

Paris, Éd. du Cerf, 2007, 527 p.
Charles Wackenheim
p. 275-276
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, 2007, 527 p.

Texte intégral

1L’auteur, professeur émérite à la Faculté de Théologie Catholique de Strasbourg, est connu pour ses travaux sur la littérature patristique et, plus largement, sur l’histoire doctrinale du christianisme. Or voici qu’il publie une étude magistrale qui se situe aux confins de l’exégèse biblique, de la connaissance des origines chrétiennes et de la théologie dogmatique.

2A quiconque aurait un mouvement de recul devant les dimensions imposantes de l’ouvrage, on pourrait conseiller de passer d’emblée de l’introduction (p. 7-28) au chapitre final, intitulé « Reprise systématique » (p. 397-478). Ces 80 pages offrent un exposé synthétique de la méthode suivie par l’auteur ainsi que de ses principaux résultats. A partir de là, le lecteur a ensuite tout loisir de se reporter à la partie analytique du livre, répartie en cinq sections : I. Dimension sotériologique de la prédication et de l’agir du Jésus prépascal (p. 31-111) ; II. Mort et résurrection de Jésus (p. 113-165) ; III. Les écrits pauliniens et deutéro-pauliniens (p. 167-301) ; IV. L’évangile de Jean et les épîtres johanniques (p. 303-349) ; V. L’épître aux Hébreux, la première épître de Pierre et l’Apocalypse (p. 351-396).

3Tout au long de ce parcours, R. Winling interroge le texte néotestamentaire en prenant acte de l’apport multiforme des exégètes et des historiens. Jamais il ne dévie de son objectif proprement théologique, qui consiste à inventorier l’extraordinaire richesse de l’annonce du salut attestée par l’Ecriture. Cette richesse est plurielle. Tout en émargeant à de multiples langages, métaphores et catégories, elle s’unifie cependant en la personne de Jésus Sauveur. Le salut n’est pas une abstraction, mais une relation établie gratuitement par Dieu, d’abord avec le peuple de la première Alliance, puis avec l’humanité entière. Et c’est le Christ qui, par sa vie d’homme, sa passion, sa mort en croix, sa résurrection et son exaltation, incarne de façon définitive le projet salvifique de Dieu.

4Le travail de R. Winling constitue une « somme » admirablement documentée concernant les fondements de la sotériologie chrétienne. Il apporte un éclairage précieux aux débats christologiques du moment, par exemple sur l’identité de Jésus de Nazareth, les rapports du Jésus de l’histoire et du Christ de la foi ou encore la portée universelle du salut opéré par le Christ. Par ailleurs, la présente enquête relativise les théories sotériologiques qui émaillent la tradition chrétienne : rédemption, divinisation, satisfaction vicaire, justification ou expiation pénale. Chacune de ces doctrines a certes des racines dans le Nouveau Testament, mais chacune n’exprime qu’un aspect de l’action salutaire de Dieu à l’égard du monde. Le retour aux sources bibliques restitue à ce mystère central de la foi l’ensemble de ses harmoniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Wackenheim, « Raymond Winling, La Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ. Sotériologie du Nouveau Testament », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 275-276.

Référence électronique

Charles Wackenheim, « Raymond Winling, La Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ. Sotériologie du Nouveau Testament », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, document 82.209, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2199

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page