Navigation – Plan du site
Recensions
82.208

Bernard Renaud, « Proche est ton nom ». De la révélation à l’invocation du Nom de Dieu

Paris, Éd. du Cerf (Lire la Bible 149), 2007,188 p.
Eberhard Bons
p. 273-275
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf (Lire la Bible 149), 2007,188 p.

Texte intégral

1Connaître le nom d’une personne permet d’entrer en contact avec elle et d’instaurer ainsi un dialogue. Mutatis mutandis, une telle idée n’est pas étrangère aux religions de l’Antiquité : afin de s’adresser à une divinité individuelle, en lui rendant grâce ou en lui présentant ses supplications, il était indispensable de connaître son nom, voire ses différents noms, titres et appellations qui sont souvent porteurs de sens. Concernant les caractéristiques de
la religion d’Israël, rien n’empêche d’emblée de les analyser en insistant sur le rapport entre le nom de Dieu, en particulier les circonstances de sa révéla­tion, et la manière dont ce Dieu est invoqué par les Israélites, puis par les Chrétiens. Voilà la question de départ du livre récent de B. Renaud, professeur émérite d’Ancien Testament de l’Université Marc Bloch, à Strasbourg. Pour approfondir cette matière, celui-ci peut s’appuyer sur d’amples recherches personnelles dans les domaines de l’Exode et du Psautier. L’ouvrage, qui se veut « une modeste contribution à la théologie biblique de la prière » (p. 8), s’articule selon deux grandes parties intitulées « La révélation du Nom de Dieu » et « L’invocation du Nom ».

2Dans la première, l’auteur analyse une série de textes clés empruntés au livre de l’Exode. Dans ce contexte, il s’avère incontournable d’accorder attention à la péricope comportant la révélation du nom « YHWH », Ex 3,13-15. Ce nom n’est pas du tout dépourvu de sens, et ce à plusieurs égards : s’inscrivant dans l’annonce de la délivrance du peuple d’Israël esclave en Egypte, le Nom de Dieu est inséparablement rattaché à cet événement fondateur de l’histoire d’Israël rappelé ensuite de génération en génération. De ce fait, le « mémorial » de Dieu (Ex 3,15) signifie qu’Israël ne cesse de se redire cette histoire et de l’actualiser. Ce faisant, il peut compter sur un Dieu dont le nom ’èhyèh ’asèr ’èhyèh aurait le sens « je suis là », c’est-à-dire « je le suis [aujourd’hui] et je serai là [demain] » (p. 39). Or le sens du nom de Dieu ne se réduit pas à cela. Il exprime également les idées de présence, compagnonnage et fidélité (p. 41). Néanmoins, Renaud ne se lasse pas de souli­gner que la révélation du Nom de Dieu a en fin de compte un caractère dialectique : tout en se révélant, Dieu, le « Seigneur », n’est pas à la mesure de l’homme. En effet, Dieu dépasse les catégories de ce dernier, restant ainsi insaisissable (p. 40 s., 59 s., etc.).

3Une telle présentation du début de l’histoire d’Israël avec son Dieu ne serait pas complète si elle ne tenait pas compte de deux autres passages du livre de l’Exode évoquant le nom de Dieu : Ex 6,2-8 et 34,5-7. Le premier texte fait le rapprochement entre le nom de YHWH et l’alliance avec les patriarches consistant dans le don de la terre. Le second, par contre, reflète le « grand péché » d’Israël, à savoir l’adoration du veau d’or dans le désert, et la réaction de Dieu. Celle-ci va débou­cher sur la déclaration solennelle d’Ex 34,6 citée à plusieurs reprises ailleurs dans l’Ancien Testament : le nom de Dieu implique aussi que Dieu est disposé à pardonner.

4La première partie du livre est enrichie par une analyse des textes dits deutéronomiques et deutéronomistes qui portent sur la demeure du Nom de Dieu. Plutôt que de s’imaginer Dieu « matériellement » dans le sanctuaire, la conception de la présence de son Nom permet de considérer Dieu à la fois comme présent et absent dans le Temple. Cela n’empêche pas de l’invoquer, même lorsque le Temple sera détruit (p. 77).

5La seconde partie du livre traite de l’invocation de Dieu qui, en dernière analyse, est rendue possible par sa révélation. Renaud argumente cette idée par une analyse en filigrane d’Ex 3,13-15 ; 34,5-7, ainsi que de 1 R 8,1-9,9. Si ce dernier texte élabore l’idée de l’invocation de Dieu dans le Temple, beaucoup d’autres, notamment la plupart des Psaumes, ne laissent guère entrevoir un cadre liturgique ou cultuel. Néanmoins, l’idée du Nom de Dieu n’est pas du tout absente du Psautier, ni des Psaumes de louange ni des sup­plications (cf. aussi le titre du livre « Proche est ton nom » qui est une citation du Ps 75,2). Dans ce cadre, deux Psaumes font l’objet d’une analyse plus détaillée : Ps 8et 113. Si l’idée du Nom de Dieu est attestée davantage dans les supplications, c’est que Dieu - un Dieu qui est là « s’offre à la rencontre » (p. 134). L’expérience faite par Israël lors de l’Exode est donc susceptible de se renouveler dans la vie de chaque individu croyant, idée qui ressort nettement du Ps 22 (voir v. 5-6.21-22). Le livre s’achève sur des réflexions relatives à trois textes du Nouveau Testament dont chacun met en relief le nom de Dieu qualifié désormais de « Père » : la première prière du Notre Père, la prière de Jésus selon Jn 17, enfin, l’hymne christologique en Ph 2,6-11.

6Le livre de Bernard Renaud confronte le lecteur à un parcours impressionnant des textes de la Bible. Conscient des problèmes de datation et de l’origine différente des textes à analyser, l’auteur choisit de les présenter dans leur teneur actuelle (p. 30 et 167). Cela ne signifie nullement que l’interprétation proposée ne soit pas suffisamment argumentée. Tout au contraire, on perçoit de bout en bout combien les interprétations sont nourries par une connaissance profonde de l’état de la recherche. Certes, il aurait été possible de rappeler l’une ou l’autre idée sans pour autant alourdir le texte. Il est p. ex. intéressant de constater que plusieurs supplications psalmiques reprennent le vocabulaire de l’Exode, notamment la terminologie relative à la délivrance (Ps 9,14a ; 31,8c, etc.). D’où la conclusion que ces Psaumes lisent effectivement l’Exode dans l’optique de la vie de l’individu en détresse. Quoi qu’il en soit, ces remarques n’enlèvent rien à la grande qualité du livre de Bernard Renaud dont la lecture est recommandée à tous ceux qui s’intéressent à la théologie - au sens étroit - de la Bible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eberhard Bons, « Bernard Renaud, « Proche est ton nom ». De la révélation à l’invocation du Nom de Dieu », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 273-275.

Référence électronique

Eberhard Bons, « Bernard Renaud, « Proche est ton nom ». De la révélation à l’invocation du Nom de Dieu », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, document 82.208, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2197

Haut de page

Auteur

Eberhard Bons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page