Navigation – Plan du site
82.204

Le Problème de la tradition chez Richard Simon et Jean Le Clerc

Jean Bernier
p. 199-223

Résumés

L’évaluation de la conception de la tradition dans l’œuvre de Richard Simon (f 1712) est contrastée. Plusieurs de ses contemporains , autant catholiques que protestants, ont considéré que la défense de la tradition par Simon n’était pas sincère. Des historiens ont toutefois pensé que Simon avait été mal compris et que celui-ci avait respecté les principes posés à l’égard de la tradition. Un examen plus approfondi s’imposait donc. Il semble que si Simon évalue positivement le concept de tradition, nombre de développements dans ses livres montrent que concrètement il n’accepte pas d’emblée les traditions. Il les soumet au contraire à un examen critique. Un regard jeté sur Jean Le Clerc (f 1736) le confirme : dénonçant les contradictions de Simon, il en a approuvé certains jugements.

Haut de page

Texte intégral

1Richard Simon (1638-1712) a défendu la place de la tradition dans l’herméneutique biblique. L’insistance qu’il a mise sur l’importance de la tradition le distingue, au plan théorique, d’autres auteurs qui avaient présenté le processus d’écriture et de transmission de la Bible en marge des orthodoxies catholique et protestante. En soutenant la valeur de la tradition, Simon tentait de donner une preuve de l’orthodoxie de son catholicisme et pouvait espérer légitimement que sa critique serait perçue, ainsi qu’il le prétendait, comme un outil efficace dans la lutte contre le protestantisme et la nouvelle critique de Spinoza. Cependant, évaluer la position de Simon requiert de distinguer son appréciation du concept de tradition de son évaluation des traditions particulières. Ainsi, malgré ses affirmations claires et répétées du bien-fondé de la tradition, Richard Simon ne cessa de montrer les insuffisances, les corruptions et l’absence de fondement de certaines des traditions. Dès lors, la différence remarquée entre lui-même et les autres sur le plan des principes se trouve annulée lorsque la pratique de l’exégèse est prise en compte.

2Après avoir recueilli les affirmations de principe de Richard Simon sur la nécessité de la tradition, il conviendra d’en examiner les écarts dans l’application à l’exégèse et à la patristique, ainsi que les réactions d’un contemporain, Jean Le Clerc (1657-1736).

I. Des principes clairs

  • 1 R.SlMON, Histoire critique du Vieux Testament, Rotterdam, 1685, préface de l’auteur, p. 8 ;R. Simon (...)

3À l’opposé de ses contemporains Baruch Spinoza et Jean Le Clerc, Richard Simon se présente comme un champion non seulement de la critique mais aussi de la tradition : celle-ci a sa place dans l’interprétation des textes sacrés et, liée à une méthode critique intelligente, elle peut devenir une arme efficace pour combattre les protestants1. A l’en croire, son approche critique de la Bible ne menace nullement la religion catholique, ni ne risque de le conduire à l’hérésie ou à l’incrédulité. Critique et tradition ne sont pas irréconciliables. Ce sont au contraire deux éléments déterminants du catholicisme.

  • 2 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface de l’auteur, p. 8. Nou­velle exposition de Sim (...)
  • 3 M. de Certeau, « L’idée de traduction de la Bible au xvnème siècle : Sacy et Simon », Recherches de (...)

4Pour tenter d’en convaincre ses lecteurs, Simon reconnaît que l’Église catholique repose sur deux règles distinctes, mais toutes aussi essentielles : l’Ecriture et la tradition2. Une approche critique de l’Ecriture n’implique pas contestation ou remise en cause des dogmes reçus par la tradition. Elle vise seulement à constituer une histoire des textes et à les rétablir dans un état qui se rapproche autant que possible de leur forme originale, qui demeurera toujours insaisissable3.

  • 4 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface de l’auteur, p. 8.
  • 5 Ibid., p. 364 ; Simon, Apologie pour l’auteur..., p. 79-80.
  • 6 R.SlMON, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, Rotterdam, 1693,préfa (...)

5L’obscurité de plusieurs passages de la Bible et, par conséquent, l’incertitude de l’interprétation qui doit en être dégagée rendent nécessaire le recours à la tradition. Bien que la majorité des dogmes prennent source dans la Bible, c’est la tradition qui en a précisé la signification : « Si on ne joint la Tradition avec l’Ecriture, affirme Simon, on ne peut presque rien assurer de certain dans la Religion4 ». Même la conception de la création du monde ex nihilo a été précisée par la tradition, car les textes des Ecritures ne disent rien à ce sujet5. La tradition peut donc être considérée comme une nécessité et il ne faut pas croire, comme les protestants, que faire dépendre en quelque sorte la Bible de l’autorité des hommes soit commettre une grossière injure envers Dieu6.

6Simon se rapprochait sur ce point de plusieurs apologistes catholiques pour qui la tradition permettait une régulation de la religion. Malgré ses nombreuses mentions de l’importance de la critique, il ne contesta jamais explicitement la valeur de ce principe. En accordant un rôle prépondérant à la tradition, il tenta de convaincre que la critique ne présentait aucun danger pour la religion catholique et qu’elle était essentielle pour purger les textes sacrés des erreurs qui s’y étaient glissées au cours des siècles.

  • 7 R.SlMON, De l’inspiration des livres sacrés, Rotterdam, 1687, p. 49.
  • 8 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 358.
  • 9 Bien qu’il semble fort possible que Richard Simon défendit ou condamna certaines idées à des fins s (...)

7La critique ne représente une véritable menace que pour les adversaires des catholiques, les protestants, car ceux-ci prétendent appuyer leurs dogmes uniquement sur la Bible7. Or, elle met en évidence que les textes perçus comme la pure parole de Dieu ont été sujets à de multiples changements : de nombreux passages étant devenus obscurs au lecteur du xviie siècle, leur interprétation est souvent très incertaine et, somme toute, ces textes ne peuvent soutenir à eux seuls l’édifice de la foi. Les protestants sont dans le paradoxe en refusant les traditions catholiques en raison de la part humaine qu’ils y décèlent, alors que les éditions de la Bible dans lesquelles ils puisent leurs dogmes sont remplies à chaque page de choix inéluctablement humains8. Lorsqu’ils rejettent la tradition et cherchent à bannir l’intervention de l’homme dans la religion, pensant définir leurs dogmes en s’inspirant directement du message divin, ils ne réalisent pas l’ampleur du rôle que les hommes ont joué dans la destinée du texte biblique. Une étude critique des textes sacrés appuyée sur la tradition constitue donc une arme de choix contre les protestants, car leurs dogmes récemment développés proviennent de l’interprétation de textes corrompus en maints endroits9.

  • 10 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 8.

8Au contraire, les catholiques admettent que la tradition, bien qu’humaine, est partie intégrante de la religion et ils ont démontré sa nécessité à plusieurs reprises. « Les Catholiques, qui sont persuadés que leur Religion ne dépend pas seulement du Texte de l’Ecriture, mais aussi de la Tradition de l’Eglise, écrit Simon, ne sont point scandalisés de voir que le malheur des tems et la négligence des Copistes ayent apporté des changemens aux Livres Sacrés, aussi bien qu’aux Livres profanes. Il n’y a que des Protestans préoccupés ou ignorans qui puissent s’en scandaliser10. » Ces traditions possédant chacune une longue histoire ont permis de garder une compréhension adéquate de certains passages difficiles de la Bible et sont le véhicule de dogmes essentiels à la religion, qui n’ont pas trouvé une place ou un développement suffisant dans les textes retenus par le christianisme.

  • 11 « Avant que la Loi eust été écrite par Moïse, les anciens Patriarches ne conservoient la pureté de (...)
  • 12 J.Steinmann, Richard Simon et les origines de l’exégèse biblique, Paris, i960, p. 259.

9Le concept de tradition est donc évalué de manière positive par Simon. Grâce à elle, les exégètes peuvent obtenir des éclaircissements sur l’interprétation de certains passages difficiles des Ecritures. La tradition rend plus malaisées les déviations hérétiques et permet de garder la religion dans sa pureté originelle. Elle est d’une importance égale aux saintes Ecritures pour le catholique du xviie siècle et il y eut une époque où la religion entière en dépendait. En effet, la tradition précéda historiquement les Ecritures et fut un temps le seul moyen d’assurer une bonne transmission de la religion. Les premiers patriarches ne purent se rapporter à aucun document écrit. C’est grâce uniquement à une tradition orale qu’ils réussirent à conserver la pureté du culte et des dogmes. Elle fut ensuite recueillie à l’époque de Moïse11. Il en fut de même pour le christianisme. Les prédications apostoliques précédèrent la rédaction des Évangiles et, pendant quelques décennies, cette nouvelle religion ne dépendait donc que de la tradition orale12. Si la situation changea par la suite, la tradition n’en fut pas invalidée.

  • 13 G. Tavard ajoute par la suite : « L’importance de Simon dans le contexte de la théologie du xviie s (...)

10Certains historiens ont défini la conception de la tradition chez Simon à partir des passages dans lesquels il l’évoque de manière abstraite et générale. Georges Tavard a même exprimé son incompréhension à l’égard de ceux qui n’avaient pas pris Simon au mot et avaient cherché à compliquer des principes simples : « Ce qui semble moins aisé à comprendre, écrit Tavard, c’est que L‘Histoire Critique du Vieux Testament ait été prise non seulement comme une critique de la Bible, mais encore comme une critique de la tradition. [...] L’étonnant, c’est qu’on ait pu lire l’œuvre de Simon dans cette perspective, qui contredit nettement les assertions les plus explicites de celui-ci13. »

  • 14 H.Margival, Essai sur Richard Simon et la critique biblique au XVIIe siècle, Paris, 1900,p. xiv-xv.
  • 15 R. Delville, « Richard Simon critique catholique du Pentateuque », Nouvelle Revue Théologique, 73 ( (...)
  • 16 Steinmann, Richard Simon..., p. 97-98.
  • 17 A.Ages, « Voltaire, Calmet and the Old Testament », Studies on Voltaire and theEighteenth Century,4 (...)
  • 18 P. Auvray, Richard Simon, Paris, 1974, p. 43 et 171-172.
  • 19 B. Sesboûé, « L’autorité de la tradition », dans Dieu au XVIIe siècle, H.Laux et D. Salin (dir.), P (...)
  • 20 M.-C. PNASSI ne partage pas cette opinion ; elle pense que Simon n’est pas le catholique orthodoxe (...)

11Tavard ne fut pas le seul à penser que les principes de Simon formulés le plus souvent dans les préfaces de ses ouvrages offraient une idée juste de son traitement de la tradition dans l’ensemble de son œuvre. En réalité, il adoptait une position très similaire à celles avancées plusieurs décennies auparavant par Henri Margival14 et, plus récemment, par Raymond Delville15, Jean Steinmann16 et Arnold Ages17. Paul Auvray allait reprendre à son tour cette thèse dans sa biographie de Simon18. Bernard Sesboué fit de même récemment dans un article portant sur l’autorité de la tradition au xvii siècle19. Ainsi, une certaine historiographie a cherché à accréditer Simon en le présentant comme la victime incomprise des préjugés dogmatiques de Bossuet20.

  • 21 F. Laplanche, Bible, sciences et pouvoirs au xvif siècle, Naples, 1997, p. 116.

12Il semble cependant que la question ne peut être résolue aussi sim­plement, car c’est négliger de considérer l’ensemble des affirmations de Simon à propos de la tradition ou des traditions. Sa pensée ne se laisse pas saisir par l’examen de ses seuls principes : les textes qu’il choisit de faire publier contiennent de nombreuses nuances et même des entorses fréquentes à ces principes. L’autorité réelle qu’il leur confère est ambiguë parce que l’exégète leur impose tellement de limites et d’exceptions qu’il les vide en quelque sorte de leur substance. François Laplanche a, selon nous, mieux perçu la complexité de la conception de la tradition dans l’œuvre de Simon : « Dans ce problème de la Tradition, écrit-il, Simon a une position difficile à saisir parce qu’il yaun décalage sensible entre ses affirmations théo­riques, très orthodoxes, et sa pratique d’historien21. » De fait, certaines pages renversent parfois les affirmations générales formulées par l’exégète.

II. Laplace de la tradition dans la pratique exégétique de Simon

  • 22 Dans le troisième tome des Lettres choisies (Amsterdam, 1730, p. 9-10), Simon rapporte une discussi (...)

13Simon écrit que la tradition est essentielle au sein de la religion catholique et il la décrit comme un rempart protégeant les dogmes fondamentaux de toute critique des livres sacrés. Cependant, parallèlement à cet éloge, il attaque directement plusieurs de ses composantes en les soumettant à des règles critiques similaires, sinon identiques, à celles qu’il applique au texte biblique. Simon omet d’instaurer des règles permettant de distinguer les dogmes pouvant être critiqués de ceux qui doivent être absolument acceptés. Il semble même que tous peuvent être soumis à une analyse minutieuse et être éventuellement invalidés. L’esprit critique ne doit pas céder devant le poids de la tradition. C’est pourquoi le prétendu respect pour la tradition souligné par certains historiens doit être accompagné d’importantes nuances22.

  • 23 Jean Morin, Isaac Vossius et l’abbé Pezron, notamment, exprimèrent leur préférence pour la Septante

14Il semble évident que l’acceptation de la tradition de la part de Si­mon est pour le moins restrictive, car celui-ci indique clairement que la tradition doit être écartée de toutes les questions textuelles. Cette limite imposée à la tradition n’est pas rendue évidente par sa seule pratique exégétique. Simon en formule également le principe. Dans le deuxième livre de L’Histoire critique du Vieux Testament, il consacre quelques chapitres à la version grecque de la Bible, la Septante. Certains exégètes affirmaient leur préférence pour cette version, notamment parce que les apôtres en avaient cité des passages dans leurs évangiles23. Ils considéraient qu’une version à laquelle les évangélistes avaient aporté leur autorité était inéluctablement de grande qualité. Ce jugement entraînerait des conséquences importantes à l’égard de la critique biblique si le concept de tradition y jouait un rôle déterminant. Devant des divergences textuelles entre les différentes versions, certains choix pouvaient être favorisés, voire clairement déterminés, en fonction du fort degré d’autorité recueilli par le texte grec. La version de la Septante pouvait donc devenir la version de référence sur laquelle les autres versions (hébraïque, latine et autres) seraient corrigées.

  • 24 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 186. L’exégète s’explique de manière similaire dans (...)

15Or, Simon refuse de telles conclusions et pour les prévenir, il ne craint pas de formuler un autre principe : « Quand il s’agit d’une matière qui est purement de Critique, il ne faut point s’arrêter aux simples autorités, si elles ne sont en même tems conformes à la vérité24. » Le choix d’une version et la correction d’un texte sont des matières qui, selon l’exégète, ne concernent que la critique, et la tradition doit par conséquent en être totalement exclue. Simon n’a aucune difficulté à concevoir que les apôtres, qu’il désigne comme de « simples autorités », aient pu faire des choix contestables sur le plan de la critique. Leur choix de la Septante fut motivé par des considérations pragmatiques et non pas critiques. Le contexte historique renseigne davantage sur le choix des apôtres que des questions philologiques. Au moment de la rédaction de leurs livres, les évangélistes prêchaient dans des régions où la langue commune était le grec. Il était tout à fait normal que, par commodité, ils écrivent en grec et qu’ils utilisent la version grecque de l’Ancien Testament lorsqu’ils voulaient faire référence à ce texte. Ils ont donc peut-être cité des passages qui diffèrent de la version hébraïque, mais il ne faudrait pas pour cette raison conclure que l’hébreu doit être corrigé sur le grec. Les témoignages passés ne doivent en rien influencer les choix du critique sur des questions se rapportant au texte ; celui-ci doit plutôt évaluer le texte par lui-même.

16Si un témoignage n’a pas, selon Simon, de valeur intrinsèque, peu importe sa provenance. L’exégète refuse l’infaillibilité aux grands de l’histoire du judaïsme et du christianisme, y compris les écrivains des livres sacrés. Il n’hésite pas à préférer ses conjectures aux leurs. Il remarque, en outre, que les interprètes se sont souvent trompés dans le passé en attribuant à certains hommes des livres sacrés qu’ils n’avaient pas écrits ou en imputant à des auteurs des intentions qu’ils n’avaient pas. Ainsi, les apôtres ne cherchaient probablement pas à accorder une autorité supérieure à la version des Septante et, même si ce fut le cas, ils n’avaient pas la formation nécessaire pour procéder à un examen rigoureux des différentes versions. De manière plus vraisemblable, ils cherchèrent tout simplement à rejoindre le plus de gens possible. Le privilège que reçoit la Septante dans le Nouveau Testament ne doit pas influencer le critique dans le choix d’une version.

17Simon considère déplorable le fait qu’au xviie siècle encore la tra­dition englobe un champ d’étude qui devrait être réservé à des gens rompus aux exigences des langues et de la critique historique. Il trouve absurde que le poids de la tradition fasse souvent battre en retraite la raison :

  • 25 Simon, De l’inspiration des livres sacrés, p. 56.

la plus-part des gens ne veulent point reformer les vieilles erreurs, sur tout dans les Livres qui servent aux usages de l’Eglise. On a beau dire, qu’il y a encore des fautes dans nôtre Edition Vulgate, et que les Censeurs même de Rome qui l’ont corrigée en demeurent d’accord : il suffit qu’une leçon soit ancienne pour être estimée véritable ; et dès lors qu’on la veut corriger, on s’attire la haine de ceux qui ont plus de zele que de science 25.

18S’il annonce dans la préface de l’Histoire critique du Vieux Testa­ment son intention de composer avec la tradition et reconnaît en elle un des deux piliers de l’Église, Simon en limite par la suite grandement la valeur et n’hésite pas à subordonner la tradition à la critique dans nombre de domaines, lorsqu’il ne l’exclut pas totalement, comme dans le cas des questions textuelles. En réalité, après avoir défendu la tradition, il la discrédite continuellement.

  • 26 Simon opère une dissolution de l’unité de la tradition patristique particulièrement détaillée dans (...)
  • 27 R. de la Broise, Bossuet et la Bible, Paris, 1890, p. 356.

19Simon montre aussi beaucoup de méfiance à l’égard des traditions en général, car celles-ci ne sont jamais aussi homogènes que les apologistes de la religion ont bien voulu le prétendre. C’est par cette insistance sur la divergence des témoignages qu’il contredit et pro­voqua l’évêque de Meaux26. Comme l’a remarqué jadis René de la Broise, Bossuet ne parle que de l’unité de la tradition, de la chaîne continue de témoignages, alors que Simon met volontiers en évidence les divergences d’opinions quand elles existent ; il écoute avec une attention particulière les voix qui ne sont pas à l’unisson, il examine tous les anneaux de la chaîne, il les ébranle et menace de les séparer27. Du coup, le nombre de véritables traditions se trouve énormément réduit, car une connaissance approfondie de l’histoire révèle beaucoup de dissonances et, lorsque les témoignages ne s’accordent pas, le critique n’est pas vraiment tenu d’en suivre un en particulier. Il doit plutôt faire un choix avec l’aide de ses propres facultés critiques ou encore les rejeter pour formuler sa propre thèse.

  • 28 A.-C. Kors, Atheism in France, Princeton, 1990, p. 139-140.

20Certaines traditions ne peuvent être maintenues, car elles ne sont qu’une construction intellectuelle qui ne tient pas compte de la réalité historique. Un examen de leur genèse démontre souvent qu’elles furent contestées par les plus grandes autorités au sein même de l’Église dès le début et que, même si le temps fit un choix, nulle preuve satisfaisante de leur bien-fondé ne fut avancée par la suite. Alan Charles Kors a probablement raison d’affirmer que les historiens ont accordé une importance démesurée à l’originalité de la critique de l’universalité élaborée par Bayle, car un lecteur attentif en identifiera constamment des traces dispersées dans la production littéraire de la fin du xviie siècle28. En effet, Simon fait partie des précurseurs de Bayle qui ont le souci du détail plus que l’amour des grandes synthèses. Son érudition est un facteur d’atomisation, car sa profonde connaissance des sources lui permet de distinguer continuellement l’individualité d’un auteur. Là où le consensus semblait régner, Simon perçoit souvent des dissensions.

III. L'évaluation de l’œuvre des Pères de l’Église

  • 29 F.S.MlRRI, Richard Simon e il metodo storico di B. Spinoza, Florence, 1972, p. 79.
  • 30 Lettre à Pirot, 28 mai 1702 : Correspondance de Bossuet, C.Urbain et E.Levesque (éd.), Paris, 1920, (...)
  • 31 Lettre citée dans La Broise, Bossuet et la Bible, p. 358.

21La distance qui sépare Richard Simon d’un catholique orthodoxe comme Bossuet, sur la question de la tradition, n’est jamais mieux illustrée que par le traitement qu’il réserve à l’autorité des Pères de l’Église. L’évêque de Meaux avait très bien perçu le danger que les idées de Simon représentaient pour la religion catholique, dès qu’on lui avait remis une copie de la table des matières de L’Histoire critique du Vieux Testament. Bien que ce fût la révocation en doute de l’autorité mosaïque du Pentateuque qui motiva d’abord Bossuet à exiger l’arrêt du processus de publication, un des facteurs les plus déterminants dans la longue lutte qui opposa Simon au prélat et à plusieurs autres fut la question de la tradition29. Selon Bossuet, l’autorité de toute la religion demandait d’exposer au grand jour les erreurs de Simon qu’il considérait comme le chef d’une cabale de faux critiques « qui ne travaillent qu’à ôter toute autorité aux saints Pères et aux décisions de l’Eglise30. » Simon pouvait certes éblouir les lecteurs en exhibant sa connaissance de nombreuses langues, mais il importait de démontrer que, sous sa critique, se cachait « uneignorance profonde de la tradition et de la théologie des Pères31 ». A cette fin, Bossuet entreprit de rédiger la Défense de la tradition des saints Pères, qu’il ne put compléter avant sa mort parce que d’autres combats, comme celui du quiétisme, l’absorbèrent.

  • 32 Auvray, Richard Simon, p. 39.
  • 33 Notamment, Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface, p. 7 et 13 de la préface ; p. 6, 1 (...)
  • 34 Simon, Lettres choisies, 1, p. 195 ; Histoire critique du Vieux Testament, p. 457 : « 11 y a peu de (...)
  • 35 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 248 et 395.

22Or, malgré ce qu’en a dit Bossuet, l’exégèse de Richard Simon ne résulte probablement pas de l’ignorance des œuvres patristiques. Il avait lu, paraît-il, presque tous les Pères en l’espace de deux ans32. L’exégète fit de multiples références à leurs idées dans ses livres ; il les cite, résume leurs positions sur des sujets particuliers et analyse leurs thèses. Quelquefois, mettant en sourdine ses principes rigoureux sur l’autorité d’un témoignage, il les convoque pour appuyer sa démarche ou ses conclusions33. Il ne les considère cependant nullement infaillibles et encore moins divinement inspirés34. Leurs commentaires et traductions des livres saints, bien qu’admirables en plusieurs points, sont eux aussi sujets à l’erreur et, pour cette raison, leur lecture doit être accompagnée d’un examen critique. Leurs écrits n’expriment pas selon Simon une vérité pure, atemporelle, ils sont au contraire le produit d’un contexte historique particulier. Un examen sérieux de l’œuvre de Jérôme en donne la preuve inéluctable, car il n’est pas rare que le grand traducteur se corrige lui-même ou qu’il formule des avis différents sur le même sujet35. Il est par conséquent difficile d’invoquer systématiquement la tradition des saints Pères, qui en viennent à se contredire.

23Considérant les écrits des Pères de l’Église comme le produit d’une période historique déterminée, il convient selon Simon d’en étudier les différents éléments qui purent influencer leur composition. Il affectionne particulièrement le domaine de l’histoire des idées, aussi bien des courants intellectuels articulés de manière cohérente que des conceptions éparses, mais parfois très influentes, qui furent intégrées consciemment ou non à une œuvre.

  • 36 John Locke, qui connaissait bien les livres de Simon, souligna aussi l’influence du platonisme sur (...)
  • 37 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 399.
  • 38 L. Bochet, dans une analyse récente de la pensée d’Augustin, se montre beaucoup plus indulgente : « (...)
  • 39 P. Ranson, Richard Simm ou du caractère illégitime de l’augustinisme en théologie, Paris, 1990,p. 8 (...)

24Parmi les mouvements intellectuels des premiers siècles du chris­tianisme, le platonisme marqua fortement les Pères de l’Église36. Cette philosophie influença à plus d’un titre l’exégèse d’Augustin ; elle le mena, par exemple, à s’interroger sur la signification des chiffres dans la Bible37. Plus préoccupant, la philosophie a souvent servi chez lui à camoufler un manque de connaissances critiques. Il plia l’Écriture à son système philosophique, donnant ainsi une apparence de cohérence interne à ses commentaires, mais commettant par le fait même une grave erreur méthodologique susceptible de fausser l’interprétation38. Richard Simon est ainsi l’un des premiers à poser de façon rigoureuse la question du rôle du platonisme dans la formation du système théologique de l’évêque d’Hippone39.

  • 40 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 6-7 et 106.
  • 41 C’est également le cas du platonisme qui est parfois invoqué, non par véritable affiliation intelle (...)

25La vie culturelle de l’époque se caractérise aussi par une méfiance envers les Juifs, répandue dans les cercles de nouveaux convertis de la fin de l’Antiquité. Il n’est pas rare que dans leurs travaux Origène et Jérôme accusent les Juifs d’avoir corrompu les livres saints. En réalité, Simon pense que ces deux interprètes n’étaient pas aussi convaincus de la justesse de cette accusation qu’ils pouvaient le laisser croire, car, après tout, Jérôme avait lui-même énormément appris des Juifs en matière de critique biblique. Il semble que les reproches et accusations à l’endroit des Juifs allaient contre leurs propres convictions et ne consistaient qu’à s’accorder avec une opinion largement répandue40. La trace d’un courant idéologique dans un écrit ne permet donc pas toujours de conclure à son adoption par l’auteur. Simon n’écarte pas la possibilité de décalages importants entre la position affirmée et l’intime conviction41.

  • 42 « Les premiers Chrétiens paraissent à la vérité plus attachez aux sens spirituels et allégoriques, (...)
  • 43 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 392.
  • 44 « Cet Origene que vous louez si fort, écrit Simon, a détruit par ses allégories votre Religion et l (...)

26Afin de bien comprendre l’œuvre d’un Père de l’Église, il s’avère également très important de décrypter, dans la mesure du possible, les diverses opérations intellectuelles qui lui permirent de comprendre les saintes Écritures et d’en formuler une interprétation. L’une des plus communes manières de dégager l’intelligibilité d’un texte au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne était de recourir à l’allégorie, autre influence de la philosophie platonicienne. Les Pères, Clément d’Alexandrie et Origène en particulier, y firent de fréquents recours pour tenter de réaliser des conversions chez les membres de l’élite intellectuelle, elle aussi familière avec les figures de rhétorique de la Grèce antique. D’autres sectes, les gnostiques notamment, tentaient de charmer cette élite par les mêmes moyens42. Pour Simon, la détermination d’un sens allégorique ou spirituel est un exercice risqué, car souvent elle ne s’appuie pas sur une connaissance vérifiable et concrète, mais sur des concepts sans fondement valable, des préjugés. C’est pourquoi il n’hésite pas à prévenir de ne pas suivre ce type d’interprétation utilisé par plusieurs Pères de l’Église : « cette méthode est défectueuse, déclare-t-il, parce qu’il ne faut pas expliquer les choses par rapport à nôtre esprit, et aux idées que nous avons de leur bassesse, ou de leur grandeur ; mais il les faut considérer en elles-mêmes et selon leur nature. [...] [Sinon] chacun fera des sens sublimes et spirituels à sa manière ; et ainsi on méprisera le sens historique et literal de la Bible43. » Dans une de ses lettres, l’exégète se permit d’aller beaucoup plus loin encore dans son attaque de l’allégorie en affirmant d’un ton passionné qu’en raison de son ample utilisation par Origène, il tenait ce dernier pour responsable de la destruction de la pureté originelle du christianisme44.

  • 45 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface, p. 10.
  • 46 En fait ce chapitre s’insère dans un développement sur les mages. Le chapitre a pour titre : « Suit (...)
  • 47 Commentarii illustres planeque insignes in quinque Mosaicos libros, 1539.
  • 48 Simon évalue constamment les exégètes en fonction du rôle qu’ils attribuèrent au sens littéral. Dan (...)
  • 49 « Le sens primitif de l’Ecriture ne consiste pas toujours dans les explications des Pères, quand mê (...)

27Comme plusieurs principes herméneutiques des Pères de l’Église doivent être rejetés et remplacés par des principes plus rigoureux, il s’ensuit que plusieurs de leurs conclusions sont douteuses. Même si les Pères semblent avoir partagé le même avis sur certains points, leurs affirmations ne doivent pas être acceptées sans être soumises à la critique. Une interprétation moderne peut donc très bien remplacer les conclusions des Pères45. Simon s’opposait clairement à une interprétation étroited’un des décrets du concile de Trente qui stipulait que les Pères de l’Église avaient réglé avec certitude un point de foi à chaque occasion où ils avaient exprimé la même opinion à son sujet. Une opinion contraire pouvait donc être considérée hérétique. Simon tenta de proposer une autre lecture qui lui laissait beaucoup plus de liberté d’accepter ou de rejeter une tradition. Dans le deuxième volume de sa Bibliothèque choisie, le chapitre IX est consacré à cette question46. Il soutient que le concile de Trente n’a pas condamné explicitement la position du cardinal Cajetan développée dans la préface de son commentaire sur le Pentateuque47, selon laquelle l’interprétation de la Bible ne doit pas être soumise à l’autorité des Pères de l’Église. Le but principal d’un interprète des textes sacrés est de découvrir le sens littéral, souvent obscurci pour des raisons linguistiques et culturelles48. L’interprétation d’un bon exégète du xviie siècle s’appliquant au sens littéral est donc préférable aux conclusions des Pères de l’Église, car ces derniers se sont surtout préoccupés du sens allégorique49.

  • 50 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 391.

28L’Histoire critique du Vieux Testament note, un peu à la décharge des Pères, que ce choix de l’allégorie s’explique dans plusieurs cas par le mode discursif employé. En effet, celui-ci peut avoir un effet considérable sur le traitement du sujet abordé : la rédaction d’un traité visant à combattre des hérétiques, un commentaire érudit et une lettre à un ami commandent tous un développement particulier d’un même sujet. Or, parmi les écrits des Pères sauvegardés, figurent bon nombre d’homélies et de discours ; Simon trouve dans cette forme une explication partielle de l’utilisation si fréquente de l’allégorie, car celle-ci était beaucoup plus propre à l’exhortation des foules qu’une étude méthodique, pourtant essentielle à l’explication du sens littéral50. Les œuvres des Pères de l’Église ne sont donc pas seulement inscrites dans leur époque ; elles sont parfois tout simplement des œuvres de circonstances qui ne traduisent pas avec la plus grande exactitude la pensée de l’auteur.

  • 51 Simon, Bibliothèque critique, ll,p. 182-183.

29En s’appuyant toujours sur l’exemple de Cajetan, Simon révèle encore une fois à quel point il privilégie la critique par rapport à la tradition lorsqu’il affirme que les exégètes contemporains peuvent se prononcer non seulement sur des matières d’importance secondaire -comme les généalogies, les chronologies, les rites judaïques ou autres curiosités de l’histoire - mais que même leurs conclusions sur des questions de dogmes peuvent être préférées à l’accord unanime des Pères51. Ainsi, malgré les principes établis par l’auteur qui accordaient une importance égale aux deux règles de l’Eglise catholique, l’Ecriture et la tradition, il semble que plusieurs passages établissent clairement le peu de cas que l’exégète faisait du second élément.

  • 52 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 398.
  • 53 En fait, il semble qu’Augustin lui-même n’était pas tout à fait satisfait des résultats auxquels il (...)

30Tandis que les Pères de l’Eglise développèrent une théologie en fonction de circonstances historiques et que leurs conclusions portent la marque d’une époque particulière, non d’une vérité éternelle, Simon ajoute même qu’ils ont à l’occasion tout simplement été dans l’erreur : car ils n’ont pas toujours disposé de bonnes versions des textes sacrés ou le temps d’assimiler les connaissances nécessaires leur a parfois manqué. Ainsi, Augustin entreprit un ouvrage sur la Genèse pour combattreles Manichéensalors qu’il ignoraittotalement l’hébreu et connaissait très peu le grec52. Malgré sa grande intelligence et sa perspicacité, ce manque flagrant de connaissances nécessaires à l’exercice rend ses conclusions suspectes aux yeux de Simon53. En raison des nombreuses limites repérées dans les écrits des Pères, le critique de Dieppe croit donc que ceux-ci ne doivent pas être acceptés comme une autorité inébranlable et atemporelle. Au contraire, les travaux des exégètes modernes doivent, dans l’ensemble, être préférés à ceux des anciens.

  • 54 Simon, Bibliothèque critique, 11, p. 178.
  • 55 Cette position, qui témoigne clairement du peu de respect de Simon pour la tradition, est développé (...)

31L’examen de sa réception de l’œuvre des Pères de l’Eglise semble rendre évident que Simon se détachait de la grande majorité des catholiques orthodoxes du xviie siècle au sujet de la tradition. L’autorité des Pères de l’Eglise y était entourée d’un profond respect ; elle était considérée comme un maillon fort de la longue tradition religieuse. L’œuvre de ces grands chrétiens était vaste et offrait presque toujours les justifications désirées. Pour ces raisons, les apologistes se référaient continuellement aux Pères des premiers siècles. Or, l’attitude de l’exégète est tout autre. Il invalide constamment l’autorité des Pères. Encore plus que pour les textes sacrés, il explique les circonstances de leur rédaction et démontre que ce qu’on croyait vénérable est en réalité souvent contestable. Il en découle que l’exégète moderne doit analyser les textes sacrés avec l’aide de la critique et de l’histoire, sans accepter aveuglément les conclusions des Pères de l’Eglise, même lorsqu’ils partageaient le même avis sur un point particulier54. Les Pères occupent certes une place de choix parmi les théologiens du christianisme à étudier, mais les courants intellectuels, leurs buts, les destinataires de leurs travaux, les documents à leur disposition et plusieurs autres facteurs ont fortement influencé la formation et l’expression de leurs idées. On devra toujours se rappeler que leurs thèses sont potentiellement fausses et que leurs conclusions peuvent donc être remplacées par celles de critiques modernes55.

  • 56 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 67. Simon se montre souvent très critique à l’endro (...)
  • 57 J.Le Clerc, Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, Amsterdam, 1686,p. 57.

32Simon ne manifeste pas de là méfiance uniquement à l’égard des traditions dont les Pères de l’Eglise se sont fait les porte-parole, il doute de la validité de l’ensemble des traditions. En fait, la tradition des Pères de l’Eglise a même un avantage certain sur les autres : il s’agit d’une tradition documentée. Plusieurs textes écrits par les Pères ont traversé les siècles sans problèmes majeurs. Ainsi, dans l’éventualité d’une controverse il demeure possible de se rapporter aux sources mêmes. Le débat peut porter sur l’interprétation à tirer des paroles de l’auteur, mais pas sur les paroles elles-mêmes. Or, plusieurs traditions n’ayant pas d’assises textuelles, leurs origines étant purement orales, leur risque de corruption augmente considérablement. Les critiques disposent alors de peu de moyens pour se prononcer sur la validité d’une tradition particulière, alors qu’ils ont pu observer que les traditions en général changent avec le temps. Simon remarque, à l’endroit des traditions judaïques, qu’« il arrive souvent, que les hommes étant les dépositaires des Traditions, y mêlent ce qu’ils ont inventé ; et il est alors difficile de distinguer les véritables Traditions d’avec les fausses56. » La composante humaine de toutes les traditions vient constamment poser le problème de la fidélité de leur transmission et de leur légitimité. Jean Le Clerc lui fera remarquer que si ce raisonnement vaut pour les traditions du judaïsme, il faut admettre qu’il n’est pas moins bon pour les traditions catholiques romaines57. Ainsi, quoi qu’il en dise, Simon pose des principes qui discréditent les traditions.

  • 58 Simon, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, préface p. 8. En fait, (...)

33Les remarques de Jean Le Clerc et d’autres critiques firent sans doute réfléchir l’ex-oratorien et le poussèrent à définir un peu plus clairement sa position par rapport à la tradition pour éviter d’être constamment attaqué. Dans son Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, publiée en 1693, Simon tenta de convaincre ses lecteurs, comme il l’avait fait au début de L’Histoire critique du Vieux Testament, que sa méthode n’était pas dangereuse pour la religion catholique, car celle-ci reposait sur deux règles distinctes, l’Écriture et la tradition. Sa critique ne concernait que la première des deux règles ; elle visait à améliorer l’état des textes sacrés. Or, cette fois-ci, Simon prit la peine d’ajouter que même s’il n’envisageait pas de faire une critique systématique de la tradition, il ne saurait en accepter toutes les composantes, certaines n’étant pas justifiées. En dénonçant le rejet des traditions par les protestants, il admet sans détour que s’ilen accepte la valeur de manière générale, il doit lui être permis de choisir : « Quoy qu’il en soit, le défaut de tous ces Sectaires est de n’avoir pas associé au texte de l’Ecriture les véri­tables Traditions de l’Eglise. Je dis les véritables Traditions, ne parlant que de celles qui sont fondées sur de bons Actes58. »

34Simon ne laisse ici plus de doute possible. Selon lui, l’Église catholique rassemble des traditions de différentes qualités, des bonnes et des mauvaises. L’ensemble doit donc être soumis à la critique. Après une étude minutieuse, certaines traditions apparaissent comme pleinement justifiées, d’autres sont de toute évidence défigurées par l’ampleur des modifications subies ou encore dépourvues de toute justification à l’origine même. La critique de Simon envahit tous les domaines de la religion. L’exégète ne reconnaît une légitimité aux traditions qu’après les avoir examinées et s’être assuré qu’elles ont une assise solide. Seule la critique leur offre donc une crédibilité.

35Une telle position ne fut pas sans soulever de vives réactions. Plusieurs catholiques reprochèrent à Simon de ne pas respecter la tradition. Bossuet ne s’était pas laissé tromper par les quelques passages où il se portait à la défense d’une conception catholique de la tradition. Il s’était bien aperçu que les principes posés dans la préface de L’Histoire critique du Vieux Testament ne l’avaient pas empêché de malmener nombre de traditions que lui-même considérait fondamentales.

IV. Le Clerc contre Simon et la tradition

  • 59 Par exemple, 1. de Laubrussel, Traité des Abus de la critique en matière de religion, Paris, 1710, (...)

36Plusieurs catholiques n’avaient pas cru sincères ou suffisants les quelques passages en faveur de la tradition que Simon avait insérés dans son œuvre etjugeaient, par conséquent, son œuvre critique dan­gereuse pour la religion59. Cependant, Simon s’était aussi trop avancé pour plaire aux protestants. En clamant son attachement à l’Église romaine et en exposant, à quelques reprises, les conceptions qui s’imposaient, l’exégète s’était exposé aux attaques des protestants. Parmi ceux-ci, Jean Le Clerc formula la critique la plus complète de la position de Simon sur la tradition.

  • 60 Bayle semble avoir renouvelé plus efficacement la critique de la tradition. Dans ses Pensées sur le (...)
  • 61 J. Solé, « Le débat de 1685 entre Jean Le Clerc et Richard Simon », dans De la mort de Colbert à la (...)
  • 62 Labrousse, Pierre Bayle, 11, p. 322.
  • 63 J. Le Clerc, Sentimens de quelques théologiens de Hollande, Amsterdam, 1685, p. 38-39.

37Plusieurs arguments avancés par Le Clerc apparaissent assez peu originaux60. Nombre d’entre eux avaient été développés de longue date pour les besoins de la controverse opposant catholiques et protestants, et Le Clerc ne fit que les recycler61. L’arminien s’efforça de démontrer que l’Écriture suffisait à enseigner les doctrines essentielles de la religion ; c’était là un point défendu par l’ensemble de la communauté protestante depuis le début de la Réforme62. Le Clerc était probablement plus conscient que la plupart de ses coreligionnaires des difficultés d’interprétation engendrée par la distance temporelle et culturelle, les caractéristiques de l’hébreu et l’évolution du texte, mais les saintes Écritures demeuraient également pour lui, malgré tout, le meilleur support de la foi. Le Clerc réaffirmait donc toute la force du sola scriptura63.

  • 64 Le Clerc, Défense des sentiment de quelques théologiens de Hollande, p. 70.

38La valorisation de ce principe entraînait évidemment l’attitude inverse envers la tradition. Le Clerc exposa en plusieurs endroits l’incertitude de la tradition. Des deux types de tradition, l’orale et l’écrite, la première est assurément la moins fiable, car elle est insaisissable ; l’absence de support matériel empêche une définition précise. Un examen sérieux se révèle impossible. Le Clerc a la conviction qu’il ne reste « rien d’assuré64 » des traditions orales prenant leur origine au début du christianisme, voire plus tôt.

  • 65 M.-C. Pitassi, « Jean Le Clerc éditeur des Pères malgré lui », dans Les Pères de l’Église au xvif s (...)

39Si la tradition écrite pose des problèmes différents, leur importance ne doit pas être sous-estimée. S’il est possible de se référer plus facilement à une telle tradition, celle-ci ne s’en retrouve pas accré­ditée pour autant. Ainsi, même si des passages des œuvres des Pères de l’Église sont cités par les catholiques dans le but de démontrer l’existence d’une tradition, cet exercice est inutile, car la preuve que l’assertion fut réellement effectuée ne suffit pas. Encore faut-il s’assurer que l’affirmation était bien fondée65. Un examen critique de l’œuvre des Pères de l’Église donne la preuve que ceux-ci pouvaient également être sujet à l’erreur :

  • 66 Le Clerc, Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 55-56.

on nous pourrait dire, qu’ils ont eût un jugement si solide et un savoir si profond, que nous ne sommes que des bêtes, en comparaison de ces qui se démarque de la critique façonnée par les luttes confessionnelles : voir chap. VII : « De l’autorité de la tradition ». Messieurs là : qu’enfin l’on voit briller tant d’esprit et d’érudition dans leurs Ecrits, que nos Auteurs d’aujourd’hui ne sont que des ignorans et des aveugles,et n’écrivent rien qui vaille, si on les considère par raport à l’Antiquité ; en sorte que nous ne saurions mieux faire que de lire jour et nuit les Saints Pères, pour nous accoutumer à raisonner juste, pour bien entendre l’Ecriture et pour nous instuire à fonds de la Religion. Nous avons un peu trop de leurs nouvelles pour croire tout cela. Le bon sens est de nôtre siècle, aussi bien que du leur66.

  • 67 J.Solé, « Religion et méthode critique dans le Dictionnaire de Bayle », dans Religion, érudition et (...)

40Le Clerc réclame donc le droit de formuler librement une opinion sur toutes matières, y compris celles traitées par les Pères de l’Église, car il pense que ceux-ci sont parfois arrivés à des résultats discutables. Il ne veut certes pas dénigrer systématiquement leurs œuvres. Jacques Solé rappela que ces quelques « coups de pattes critiques » donnés aux Pères sont une constante de la polémique protestante qui vise avant tout à mettre en évidence, contre les prétentions des catholiques, la pureté sans égale de l’Écriture67. Les attaques de Le Clerc doivent souvent être placées dans cette perspective.

  • 68 « 11 est fort aisé de dire en général que l’Ecriture est si obscure, que l’on n’en peut apprendre l (...)
  • 69 Ibid.,p. 58.
  • 70 Ibid.,p. 75.
  • 71 LE Clerc, Sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 49.

41Contre Richard Simon, qui affirme que la tradition est nécessaire
pour l’interprétation du texte biblique, car celui-ci est souvent obscur, Jean Le Clerc argumente que le recours à la tradition risque plus d’embrouiller que de clarifier certains points de la religion68. L’histoire du christianisme étant plusieurs fois centenaire et ses théologiens nombreux, la détermination d’un dogme en fonction de la tradition est complexe et incertaine. La papauté a fait tout ce qu’elle a pu pour obliger les peuples à regarder ses prétentions comme des traditions des apôtres69, mais pour s’assurer de l’existence d’une seule d’entre elles, il faudrait procéder à un long examen comparatif des positions de chacun des Pères de l’Église et des conciles sur le sujet en question. La personne ayant cette patience n’aurait pas la certitude d’être au bout de ses peines, car les paroles des Pères peuvent être à l’occasion encore plus difficiles à interpréter que celles de l’Écriture. Ainsi, en s’inspirant d’une remarque de Simon, Le Clerc souligne que les premiers Pères ont été si obscurs,même dans des articles de foi de la plus grande importance, que leurs lecteurs se virent obligés de deviner leurs pensées touchant la Trinité70. Cet exemple et plusieurs autres démontrent clairement aux yeux de Le Clerc « qu’il n’y a rien de moins assuré que la Tradition, et que si l’on jugeoit du sens de l’Ecriture, par les sentimens que l’on a eu en divers temps parmi les Chrétiens, il n’y auroit rien de moins assuré, ni de plus changeant71. »

  • 72 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface p. 8.
  • 73 Le Clerc, Sentiment de quelques théologiens de Hollande, p. 51.

42Richard Simon avait ingénieusement avancé que le maintien de la pureté de la religion chez les patriarches par le seul moyen de la tradition était une preuve éclatante de son utilité72. Jean Le Clerc remarqua que, si la tradition avait rendu des services appréciables aux hommes de l’ancienne alliance, il en allait autrement pour la nouvelle alliance. La religion avait atteint un degré de perfection supérieur avec la venue du Christ. « Dieu a si bien exprimé sa volonté dans le Nouveau Testament, affirme Le Clerc, que les Chrétiens n’ont pas besoin de la Tradition73 ». Le chrétien se trouve donc complètement dégagé du devoir de recourir à la tradition.

43Pour combattre Simon, Le Clerc ne se limita pas à ces critiques de la tradition qu’il avait lues maintes fois chez les grands auteurs du protestantisme. Il s’attaqua aux contradictions de l’oratorien sur ce sujet précis. Les formulations très catholiques au sujet de la tradition, qui se trouvent principalement dans la préface de L’Histoire critique du Vieux Testament, devaient être attribuées à la prise de conscience par son auteur que son approche critique et ses conclusions pouvaient lui attirer des ennuis. Simon avait choisi de clamer son attachement à la tradition au début de son ouvrage pour tenter de duper des lecteurs naïfs. La lecture entière de l’ouvrage révélait toutefois que ses véritables conceptions sur la tradition l’éloignaient beaucoup du catholicisme :

  • 74 Ibid.,p. 37.

Il n’entre dans tout son dessein autre chose que de la Critique. La Tradition, ni l’autorité de l’Eglise, n’y ont aucune part. [...] Cette méthode étant la même, que celle dont se servent ceux qui se sont séparez de l’Eglise Romaine, il étoit dangereux qu’on ne prit l’Auteur pour un Hérétique, s’il n’eût rien ajoûté à son Ouvrage, pour faire connoître qu’il est bon Catholique Romain. Il a donc été obligé d’y faire entrer, par quelque endroit, les sentimens de son Eglise, touchant la Tradition, de peur qu’on ne crût qu’il eût voulu expliquer l’Ecriture, par les régies de la seule Critique ; comme font les prétendus Hérétiques. Il est vrai que les réflexions qu’il fait touchant la Tradition, sont tout à fait hors d’œuvre, et n’ont aucun rapport à son dessein74.

44Un peu comme Jérôme et Augustin avaient accusé les Juifs à quelques reprises d’avoir corrompu les textes sacrés sans vraiment y croire, tout simplement pour se conformer à l’esprit du temps, Simon avait exposé en certains endroits de son livre une conception de la tradition qu’il ne partageait pas. Sa conception personnelle était de toute évidence très différente de celle qu’il présentait. L’oratorien avait préféré qu’on lui reproche ses contradictions plutôt que des positions franchement hérétiques. Il pensait probablement que, dans le premier cas, il pouvait toujours se défiler, alors que, dans le second, il risquait de fortes représailles. Il avait de toute évidence très mal évalué le degré d’intolérance auquel était parvenu la monarchie de Louis XIV quelques années avant la révocation de l’édit de Nantes. Ces quelques phrases en faveur de la tradition avaient d’abord réussi à tromper les censeurs, mais Bossuet avait bien vu, d’un seul coup d’œil sur la table des matières, que ce livre ne pouvait pas être en harmonie avec la tra­dition et il avait eu parfaitement raison.

45L’effort de Simon pour masquer l’ampleur de son radicalisme ne se remarque pas uniquement dans L’Histoire critique du Vieux Testament. Le Clerc émet l’hypothèse que, dans sa Réponse aux Sentimens de quelques théologiens de Hollande, Simon a évité de traiter de la tradition systématiquement afin de rendre plus difficile la compréhension de sa véritable position, qui pouvait évidemment faire l’objet de fortes critiques de la part des catholiques. Ses vues sur des sujets se rapportant à la tradition, il les avait intentionnellement développées en divers chapitres éparpillés dans son œuvre, de manière à livrer des positions toujours partielles, et même parfois divergentes, sans le rendre trop évident. Face aux critiques qu’il pressentait, il se gardait la possibilité de leur indiquer quelques passages dans lesquels il formulait une conception orthodoxe de la tradition. D’autres passages, cependant, révélaient clairement que la mise en œuvre de sa méthode critique le détachait nettement des principes dont il se réclamait :

  • 75 Le Clerc, Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 56-57. Plus loin, il soulig (...)

Il parle dans son troisième chapitre de la Tradition, et c’est en quoi je prétends montrer qu’il raisonne comme un homme, qui abandonne les principes de la Religion Chrétienne en général, et de celle des Catholiques Romains, dont il fait profession. Pour cela il faut que j’examine d’abord ce qu’il a répondu à mes raisonnemens touchant les articles fondamentaux, et en suite que je rassemble tous ses principes, qu’il a répandus en divers endroits, et entrecoupez de diverses matières, comme s’il avoit eu peur qu’on n’en découvrit la foiblesse, si on les pouvoit envisager tout d’un coup, ou les examiner de suite et les comparer avec ceux de l’Eglise Romaine75.

  • 76 Le Clerc, Sentiment de quelques théologiens de Hollande, p. 47.

46Simon offre un exemple très clair de l’incertitude de la tradition en avouant que toute l’Antiquité a cru, jusqu’à Jérôme, que la traduc­tion de la Septante avait été réalisée par des prophètes. « C’étoit donc la Tradition de l’Eglise Universelle, avant le temps de Saint Jérôme, que cette Version étoit inspirée de l’Esprit de Dieu76 », commente Le Clerc. Il apparaît difficile, de l’aveu même de l’oratorien, de trouver une tradition plus répandue dans l’Antiquité. Or, le père Simon préfère adopter la position d’un seul homme, plutôt que celle de tous les autres auteurs qui l’ont précédé et qui se sont prononcés en faveur de cette tradition, remarque l’arminien. De toute évidence, son choix n’est pas motivé par le respect de la tradition, mais plutôt par des considérations critiques. Simon accepte la tradition quand elle lui convient, c’est-à-dire quand il en trouve des justifications ; il ne la reçoit pas passivement, il s’en fait plutôt le juge par le moyen de la critique.

  • 77 Pttassi, Entre croire et savoir, p. 74 et 93.

47Le Clerc critiqua les contradictions de Simon, mais il ne désap­prouva pas toutes ses conclusions critiques. Au contraire, il faisait partie des rares lecteurs suffisamment instruits en matière d’exégèse et assez indépendants d’esprit pour en apprécier la justesse. L’œuvre de Le Clerc est aussi un effort de réflexion indépendant, complètement dégagé des cadres théologiques et du poids des dogmes77. Ainsi, malgré l’apparence d’un désaccord, Simon et Le Clerc s’entendent dans la plupart des cas pour soumettre la tradition à la critique. C’est en bonne partie par cette confiance à l’égard de leurs facultés d’analyse et leur rupture avec les témoignages du passé qu’ils se démarquent des autres exégètes de la même période.

Haut de page

Notes

1 R.SlMON, Histoire critique du Vieux Testament, Rotterdam, 1685, préface de l’auteur, p. 8 ;R. Simon, Bibliothèque critique ou recueil de diverses pièces critiques, Amsterdam, 1708,1V, p. 478.Cf. M. Yardeni, « Richard Simon et la Réforme », dans Historiographie de la Réforme, P.Joutard (dir.), Paris, 1977, p. 60-70 et H.Bouchilloux, « Foi et histoire : les enjeux théologiques de la notion de ‘cri­tique’ », Revue de Métaphysique et de Morale, 4 (1999), p. 448-49.

2 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface de l’auteur, p. 8. Nou­velle exposition de Simon dans son Apologie pour l’auteur de l’Histoire critique du Vieux Testament, Rotterdam, 1689, p. 78.

3 M. de Certeau, « L’idée de traduction de la Bible au xvnème siècle : Sacy et Simon », Recherches de Science Religieuse, 66 (1978), p. 86 ; J. Le Brun, « Sens et portée du retour aux origines dans l’œuvre de Richard Simon », Dix-septième siècle, 131 (1981), p. 190.

4 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface de l’auteur, p. 8.

5 Ibid., p. 364 ; Simon, Apologie pour l’auteur..., p. 79-80.

6 R.SlMON, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, Rotterdam, 1693,préface,p. 8.

7 R.SlMON, De l’inspiration des livres sacrés, Rotterdam, 1687, p. 49.

8 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 358.

9 Bien qu’il semble fort possible que Richard Simon défendit ou condamna certaines idées à des fins stratégiques (en réponse à des pressions externes ou par désir de convaincre une personne d’autorité), la franchise de ses attaques contre le protes­tantisme ne doit pas être mise en doute. 11 comptait parmi ses amis plusieurs protestants (Henri Justel, Frémont d’Ablancourt, Pierre Allix, notamment), il accepta de participer à un projet de traduction de la Bible mis en avant par des réformés et il fit souvent dans ses travaux des remarques positives à l’endroit d’érudits protestants. 11 n’en demeure pas moins qu’il fut continuellement animé par un désir de réfuter les thèses centrales des « schismatiques », comme il n’hésitait pas à les appeler. Ainsi, la majorité des livres de Simon comportent des attaques destinées aux protestants. É.Labrousse a fait la remarque tout à fait juste que « Simon concevait subsidiaire-ment son exégèse comme une arme de controverse particulièrement puissante contre la ‘bibliolâtrie’ des protestants » (Pierre Bayle : Hétérodoxie et rigorisme L1964J, Paris, 1996,tome ll,p. 325). Simon est d’abord un érudit préoccupé par des questions de critique, mais certaines de ses remarques s’apparentent à celles des controversistes.

10 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 8.

11 « Avant que la Loi eust été écrite par Moïse, les anciens Patriarches ne conservoient la pureté de la Religion, que par le moyen de la Tradition. Après que la Loi a été écrite, les Juifs ont toujours consulté dans leurs difficultés les Interprètes de cette Loi ; & bien qu’ils ayent trop étendu dans la suite des tems leurs Traditions, on ne doit pas pour cela accuser ces mêmes Traditions, mais les hommes qui en ont été les dépositaires. » (Ibid., préface de l’auteur, p. 8) - Simon adopte une position très claire en cet endroit : aucun document concernant la religion juive ne précéda les textes de Moïse. Cependant, il utilise plus loin des formulations beaucoup moins catégoriques. Au chapitre VII du premier livre de L’Histoire critique, il écrit : « On ne peut néanmoins appliquer aux Livres de la Genèse ce que nous venons de rapporter touchant la manière dont nous croyons qu’on enregistroit les Actes publics du tems de Moïse. Ces Livres contiennent la Création du Monde & une infinité de faits qui sont arrivés plusieurs siècles avant lui : & il n’est point marqué dans toute la Genèse, que Dieu ait dicté à Moïse ce qui y est rapporté : il n’est point aussi dit qu’il l’ait écrit par un esprit de Prophétie. Mais toutes ces Histoires & Généalogies sont rapportées simplement, comme si Moïse les avoit prises de quelques Livres authentiques, ou qu’il y en eût une Tradition constante. » (p. 46-47) Quelques lignes plus loin, Simon réitère cette position qui laisse place autant aux sources écrites qu’à la tradition orale : « Moïse a eu sans doute d’autres Mémoires, soit qu’ils fussent écrits, ou qu’ils eussent été conservés de vive voix jusqu’à lui dans les familles que Dieu avoit choisies pour lui être fidélles dans le véritable culte de la Religion. » (p. 47) - voir dans le même sens De l’inspiration des livres sacrés, p. 20 - Simon se montre par contre constant dans son rejet de quelques textes désignés par certains comme ayant été écrits par les patriarches (Testament des douze patriarches, Livre d’Enoch) ou reçus par eux (notamment un livre envoyé à Adam par Dieu). Voir à ce sujet : Histoire critique du Vieux Testament, p. 47 ; Apologie pour l’auteur de l’Histoire critique du Vieux Testament, p. 62-63 ; Bibliothèque critique, 1, p. 172 ; 11, p. 228 ; 111, p. 41-42 et 171-172.

12 J.Steinmann, Richard Simon et les origines de l’exégèse biblique, Paris, i960, p. 259.

13 G. Tavard ajoute par la suite : « L’importance de Simon dans le contexte de la théologie du xviie siècle vient justement de ce que,tout en introduisant un principe alors relativement nouveau dans la lecture de l’Écriture - le principe critique - il demeure un témoin certain de la théologie de la tradition. » (La Tradition au xvif siècle en France eten Angleterre, Paris, 1969,p. 124-125).

14 H.Margival, Essai sur Richard Simon et la critique biblique au XVIIe siècle, Paris, 1900,p. xiv-xv.

15 R. Delville, « Richard Simon critique catholique du Pentateuque », Nouvelle Revue Théologique, 73 (1951), p. 726.

16 Steinmann, Richard Simon..., p. 97-98.

17 A.Ages, « Voltaire, Calmet and the Old Testament », Studies on Voltaire and theEighteenth Century,4\ (1966), p. 132.

18 P. Auvray, Richard Simon, Paris, 1974, p. 43 et 171-172.

19 B. Sesboûé, « L’autorité de la tradition », dans Dieu au XVIIe siècle, H.Laux et D. Salin (dir.), Paris, 2002, p. 230. L’auteur semble en fait s’appuyer sur l’autorité de Tavard qu’il cite.

20 M.-C. PNASSI ne partage pas cette opinion ; elle pense que Simon n’est pas le catholique orthodoxe que les travaux de Margival et Steinmann, en particulier, ont tenté de dépeindre (Entre croire et savoir. Le problème de la méthode critique chez Jean Le Clerc, Leyde, 1987, p. 16). J.D. Woodbridge pense pour sa part que Paul Auvray a surestimé l’orthodoxie de Richard Simon (« Richard Simon’s Reaction to Spinoza’s ‘Tractatus Theologico-Politicus’ », dans Spinoza in der Fruhzeit seiner religiôsen Wirkung, K.Grûnder et W.Schmidt-Biggeman (éd.), Heidelberg, 1984, p. 213-14.

21 F. Laplanche, Bible, sciences et pouvoirs au xvif siècle, Naples, 1997, p. 116.

22 Dans le troisième tome des Lettres choisies (Amsterdam, 1730, p. 9-10), Simon rapporte une discussion avec Jona Salvador dans laquelle il avait pris la défense des Karaïtes, généralement honnis par les Juifs selon son interlocuteur. Ceux-ci étaient pour Simon « des Juifs épurez » qui avaient éliminé plusieurs « traditions ridicules » souvent rapportées par les rabbins. « 11 est vrai, écrit-il, qu’il m’oposa, que parmi les Chrétiens les Catholiques ne faisoient pas moins valoir les Traditions dans leurs disputes contre les Protestans, à quoi je fis réponse, que les Caraïtes ne rejet-toient pas toutes sortes de Traditions, mais seulement celles qui leur paroissoient n’avoir aucun fondement ; qu’il en étoit de même des Catholiques qui ne recevoient pas indifféremment toutes sortes de Traditions, mais seulement celles qui étaient apuiées sur de bons Actes. » Simon attaqua aussi les traditions juives dans son essai intitulé Comparaison des Cérémonies des Juifs et de la Discipline de l’Église, qu’il avait ajouté en appendice à sa traduction du livre de Léon de Modène, Les Juifs présentés aux chrétiens. Dans le chapitre XII, il explique qu’après l’exil certains docteurs dujudaïsme avaient élaboré des commentaires des livres sacrés qui avaient par la suite été intégrés au Talmud. Or, ces nouvelles expositions avaient divisé les Juifs en différentes sectes, dont celles des Pharisiens et des Sadducéens. « Ces deux sectes ne purent garder le milieu, qui était de retenir de leurs traditions précisément ce qui était nécessaire, pour interpréter les passages obscurs de la Loi, et pour maintenir la discipline et le bon ordre dans leur Etat. » Les Pharisiens l’emportant par le nombre et l’influence, ils répandirent nombre de traditions que Simon n’hésite pas à qualifier encore de « ridicules ». En cherchant à éliminer toutes les traditions, les Sadducéens étaient toutefois dans l’erreur également. Ainsi, Jésus s’était vu forcé d’attaquer les deux sectes, car les Sadducéens « détruisaient la meilleure partie de la religion juive, en rejetant toutes les traditions » et les Pharisiens « avaient rendu ridicule la religion de leurs pères, en multipliant ces mêmes traditions par des subtilités trop éloignées du texte de la Loi. » Simon fait de son mieux pour transformer le Christ en une espèce de critique qui ne rejette pas d’emblée les traditions, mais qui ne les accepte pas aveu­glément non plus. Voir p. 193-197 (195 pour les citations) de l’édition critique de J.Le Brun et G.G. Stroumsa publiée à Paris en 1998.

23 Jean Morin, Isaac Vossius et l’abbé Pezron, notamment, exprimèrent leur préférence pour la Septante.

24 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 186. L’exégète s’explique de manière similaire dans une lettre reproduite dans la Bibliothèque critique, IV, p. 477. Utilisant la troisième personne du singulier pour se désigner, Simon écrit : « Quelques-uns mêmes ont voulu lui en faire un crime, comme s’il avoit mis les Traditions au dessus de l’Ecriture sainte : et aujourd’hui il semble qu’on lui veuille faire un procès pour avoir trop loué l’étude des langues et de la Critique par rapport à l’Ecriture. Mais il faut distinguer ici deux choses. Sçavoir la Science Ecclésiastique qui consiste principalement dans la connoissance des Dogmes et de la Tradition, et la Science des Livres sacrez, qu’on ne peut pas posséder sans être habile dans les langues, et dans la Critique. » Comme nous le verrons plus loin, si Simon conçoit que la tradition n’a pas son rôle à jouer dans les questions textuelles, « la Sciences des Livres sacrez » peut inversement se révéler très importante dans l’examen de la validité des dogmes et des traditions.

25 Simon, De l’inspiration des livres sacrés, p. 56.

26 Simon opère une dissolution de l’unité de la tradition patristique particulièrement détaillée dans son Histoire critique des commentateurs du Nouveau Testament : J.-L.Quanttn, Le catholicisme classique et les Pères de l’Eglise, Paris, 1999, p. 105.

27 R. de la Broise, Bossuet et la Bible, Paris, 1890, p. 356.

28 A.-C. Kors, Atheism in France, Princeton, 1990, p. 139-140.

29 F.S.MlRRI, Richard Simon e il metodo storico di B. Spinoza, Florence, 1972, p. 79.

30 Lettre à Pirot, 28 mai 1702 : Correspondance de Bossuet, C.Urbain et E.Levesque (éd.), Paris, 1920, vol. XIII, p. 334.

31 Lettre citée dans La Broise, Bossuet et la Bible, p. 358.

32 Auvray, Richard Simon, p. 39.

33 Notamment, Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface, p. 7 et 13 de la préface ; p. 6, 10, 16-18 et 28 ; De l’inspiration des livres sacrés, p. 5 et 25.

34 Simon, Lettres choisies, 1, p. 195 ; Histoire critique du Vieux Testament, p. 457 : « 11 y a peu de personnes sçavantes et judicieuses, qui croyent que Saint Jérôme ait été véritablement Prophète, et dirigé par l’Esprit de Dieu pour faire sa nouvelle Traduction de la Bible, puis qu’il n’a pas crû lui-même être Prophète. »

35 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 248 et 395.

36 John Locke, qui connaissait bien les livres de Simon, souligna aussi l’influence du platonisme sur les Pères de l’Église et y vit une raison de se méfier de leurs interprétations : A Paraphrase and Notes on the Epistles of St Paul L1707J, Oxford, 1987,1, p. 114. Cf. G.G. Pahl, « John Locke as Literary Critic and Biblical Interpréter », dans Essays Critical and Historical dedicated to Lily B. Campbell, Berkeley, 1950, p. 144.

37 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 399.

38 L. Bochet, dans une analyse récente de la pensée d’Augustin, se montre beaucoup plus indulgente : « il utilise [....] à maintes reprises le platonisme pour préparer ses lecteurs à reconnaître la vérité du christianisme et à lire l’Écriture sans prévention. » (« Le firmament de l’Écriture » : l’herméneutique augustinienne, Paris, 2004, p. 331).

39 P. Ranson, Richard Simm ou du caractère illégitime de l’augustinisme en théologie, Paris, 1990,p. 86-88. Bayle a aussi traité dans son Dictionnaire historique et critique des dangers d’interpréter le texte de la Bible en fonction de présupposés philosophiques hérités de l’Antiquité. Cf. M. Doueihi, « Adam critique et historique », Revue de l’histoire des religions, 214 (1997), p. 321.

40 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 6-7 et 106.

41 C’est également le cas du platonisme qui est parfois invoqué, non par véritable affiliation intellectuelle de l’auteur, mais dans le but d’attirer plus facilement des gens à la religion chrétienne. Cf. Simon, Bibliothèque critique, 11, p. 476.

42 « Les premiers Chrétiens paraissent à la vérité plus attachez aux sens spirituels et allégoriques, qu’aux explications literales ; mais ils ne laissent pas de nous apprendre l’ancienne Théologie. Si Clément d’Alexandrie et Origene se sont quelquefois émancipez, il est aisé de les redresser ; le tems auquel ils ont écrit les rend en quelque façon excusables. Ils avoient souvent à faire aux Gnostiques, qui tâchoient de plaire au peuple par la subtilité de leurs Allégories, traitant même les Catholiques de gens simples et sans érudition. Les interprétations sublimes et allégoriques étaient alors de saison ; outre qu’il semble que cette manière d’expliquer l’Ecriture soit née avec l’Eglise, et qu’elle soit venue de l’usage des Synagogues. Ces deux grands hommes ont aussi mêlé beaucoup de Philosophie dans leurs Ecrits, s’accommodant à la foiblesse des Grecs qu’ils vouloient attirer plus facilement par cette voye à la Religion Chrétienne. Ils font assez connoître qu’ils n’ont agi en cela que par condescen­dance, et qu’ils n’ont été Grecs avec les Grecs que pour les gagner. » (Simon, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, préface, p. 1).

43 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 392.

44 « Cet Origene que vous louez si fort, écrit Simon, a détruit par ses allégories votre Religion et la nôtre. » L’autre religion ici désignée est bien entendu le judaïsme (Lettres choisies, l,p. 335). L’auteur accusa également Origène dans son Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament de négliger le sens littéral : « Origène établit avec tant de force en plusieurs endroits de ce Commentaire sur S. Jean le sens spirituel, qu’il détruit entièrement la vérité de l’histoire, si l’on n’aporte quelqu’adoucissement à ses expressions. C’est assez que les Evangelistes raportent les mêmes faits avec quelque différence, pour luy faire dire qu’il faut avoir recours au sens anagogique. Il se jette dans des extremitez fâcheuses, comme s’il étoit impossible de concilier ensemble les Evangiles, en s’attachant au sens literal : mais on doit considérer, qu’il ne songeoit alors qu’à faire valoir les interprétations mystiques, & qu’en d’autres endroits il n’oublie rien, pour accorder ces prétendues contradictions. Il est néanmoins difficile de l’excuser entièrement là-dessus : car il porte si loin le sens spirituel, qu’il semble détruire la vérité de l’histoire. » (p. 447)

45 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface, p. 10.

46 En fait ce chapitre s’insère dans un développement sur les mages. Le chapitre a pour titre : « Suite de la Dissertation critique sur l’adoration des Mages. L’on examine à fond la Règle du Concile de Trente, qui défend d’interpréter l’Ecriture contre le consentement unanime des Pères. Nouvelles reflexions sur cette adoration. »

47 Commentarii illustres planeque insignes in quinque Mosaicos libros, 1539.

48 Simon évalue constamment les exégètes en fonction du rôle qu’ils attribuèrent au sens littéral. Dans son Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, il félicite Jean Chrysostome de s’être appliqué à ce sens littéral et d’avoir évité, à l’opposé d’Origène et Augustin, le sens allégorique (p. 147 et 205). Il écrit à propos de Grotius que même s’il se trompe parfois dans les auteurs qu’il cite, car il ne les a pas consultés de première main, et qu’il n’est donc pas toujours fiable sur certains points, la lecture de ses œuvres de critique biblique en vaut la peine : « Nonobstant ces défauts on doit luy rendre cette justice, que pour ce qui est de l’érudition & du bon sens, il surpasse les autres Commentateurs qui ont écrit avant luy sur le Nouv. Testament. Il recherche avec soin le sens Grammatical & literal : & pour l’entendre mieux il remonte jusques à l’origine des mots. Il explique les Ebraïsmes, ayant souvent recours à la version Grecque des Septante, pour donner un plus grand jour aux expressions des Evangelistes & des Apôtres. Il n’a pas même négligé les façons de parler des Rabbins, qui sont aussi d’un grand usage. » (p. 805) D’autre part, il rapporte que ses discussions avec le Juif Jona Salvador lui avaient révélé que ce dernier donnait « trop dans les visions de la Cabale & dans les allégories ». Pour tenter de corriger ceci, Simon lui avait parlé d’Abarbanel « comme d’un Commentateur exact pour le sens literal » (Lettres choisies, 111, p. 11).

49 « Le sens primitif de l’Ecriture ne consiste pas toujours dans les explications des Pères, quand même elles seraient uniformes ; parce que souvent elles ne sont que des conjectures ; une bonne partie d’eux s’étant peu appliquez au sens literal. C’est ce qui a donné lieu aux plus sçavans Commentateurs, d’apporter des interprétations plus literales, en des endroits mêmes où les Pères sont d’un sentiment unanime. » (Bibliothèque critique, II,p. 178 Lp. 170-178]).

50 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 391.

51 Simon, Bibliothèque critique, ll,p. 182-183.

52 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 398.

53 En fait, il semble qu’Augustin lui-même n’était pas tout à fait satisfait des résultats auxquels il était parvenu car, après avoir complété son De Genesi contra Manichaeos, il rédigea un autre commentaire intitulé De Genesi ad litteram, dans lequel il utilisa une tout autre méthode d’exégèse. Cf. S. Mandelbrote, « Isaac Newton and Thomas Burnet », dans The Books ofNature and Scripture,3.E. Force et R.H.Popkin (éd.), Dordrecht, 1994, p. 150-152. Augustin n’avait toutefois guère amélioré dans l’intervalle ses connaissances de l’hébreu et du grec.

54 Simon, Bibliothèque critique, 11, p. 178.

55 Cette position, qui témoigne clairement du peu de respect de Simon pour la tradition, est développée dès la préface de L’Histoire critique du Vieux Testament (p. 10) : « nous voyons aujourdhui des personnes sçavantes qui se contentent de recueillir tout ce qu’ils trouvent dans les Livres des Pères sur l’Ecriture, comme si les Pères avoient mieux réussi que les autres Interprètes de la Bible. Ceux qui recherchent la vérité en elle-même, et sans préoccupation, ne s’arrêtent point aux noms des personnes, ni à leur antiquité, principalement lors qu’il ne s’agit point de la foi. Et en effet, il est certain que la plus-part des Pères n’ont pas eu tous les secours nécessaires, ni même assez de tems, pour approfondir les grandes difficultés qui se rencontrent dans l’Ecriture. Les Commentaires des nouveaux Interprètes doivent être préférés en beaucoup d’endroits à ceux des anciens. » L’auteur prend la peine de préciser que ce principe est valide surtout quand « il ne s’agit point de la foi. » Or, comme nous l’avons vu, même sur des questions de dogme, Simon ose préférer les modernes aux anciens. Remarquons toutefois que cette position trouve son expression la plus claire dans un recueil d’essais publiés tardivement. En 1678, Simon ne semble pas avoir eu l’audace de s’exprimer de cette manière, mais sa pratique exégétique démontre suffisamment qu’il a beaucoup plus confiance en la critique qu’en la tradition.

56 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, p. 67. Simon se montre souvent très critique à l’endroit des traditions juives. Il écrit plus loin : « Si l’Ecriture et la Tradition venoient également de Dieu, comme les Juifs prétendent, on devrait sans doute préférer la Tradition, qui explique nettement les Mystères, à un Texte qui est rempli d’obscurités et d’équivoques. Mais les Juifs ont inventé une infinité de fables, qu’ils ont en-suite ornées du nom spécieux de Tradition. » (p. 372-373).

57 J.Le Clerc, Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, Amsterdam, 1686,p. 57.

58 Simon, Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament, préface p. 8. En fait, déjà dans sa Réponse au livre intitulé Sentimens de quelques théologiens de Hollande, Simon parlait de traditions appuyées sur « de bons témoignages », mais il laissait entendre que l’Église avait déjà fait œuvre de critique en retenant uniquement les traditions justifiées. Toutes les traditions actuelles de l’Église catholique étaient par conséquent acceptables. « Ce qui trompe la plupart des Protestans, écrit-il, c’est qu’ils s’imaginent que l’Eglise dans ses décisions n’emploie que son autorité ; au lieu qu’elle ne juge de quoi que ce soit que sur de bons témoi­gnages, qui sont les véritables preuves en matière de fait, et c’est ce qu’elle nomme Tradition » (p. 262). Simon se montre beaucoup moins catégorique dans la préface de L’Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament.

59 Par exemple, 1. de Laubrussel, Traité des Abus de la critique en matière de religion, Paris, 1710, p. 199-201.

60 Bayle semble avoir renouvelé plus efficacement la critique de la tradition. Dans ses Pensées sur les comètes il formule déjà une critique globale de la tradition.

61 J. Solé, « Le débat de 1685 entre Jean Le Clerc et Richard Simon », dans De la mort de Colbert à la révocation de l’édit de Nantes : Un monde nouveau ? L.Godard de Donville et R.Duchêne (éd.), Marseille, 1985,p. 230.

62 Labrousse, Pierre Bayle, 11, p. 322.

63 J. Le Clerc, Sentimens de quelques théologiens de Hollande, Amsterdam, 1685, p. 38-39.

64 Le Clerc, Défense des sentiment de quelques théologiens de Hollande, p. 70.

65 M.-C. Pitassi, « Jean Le Clerc éditeur des Pères malgré lui », dans Les Pères de l’Église au xvif siècle, E.Bury et B.Meumer (dir.), Paris, 1993, p. 281-283 et 289-292.

66 Le Clerc, Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 55-56.

67 J.Solé, « Religion et méthode critique dans le Dictionnaire de Bayle », dans Religion, érudition et critique à la fin du xvif siècle etau début du XVIII’, Paris, 1968, p. 75.

68 « 11 est fort aisé de dire en général que l’Ecriture est si obscure, que l’on n’en peut apprendre la Religion sans le secours de la Tradition. Mais lors qu’il faut venir à l’examen de quelque point particulier, c’est alors que l’on sent par expérience que c’est une voie si difficile et si embarrassée, que la plus vaste lecture et la plus grande pénétration d’esprit n’y peut suffire. » (Le Clerc,Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 86).

69 Ibid.,p. 58.

70 Ibid.,p. 75.

71 LE Clerc, Sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 49.

72 Simon, Histoire critique du Vieux Testament, préface p. 8.

73 Le Clerc, Sentiment de quelques théologiens de Hollande, p. 51.

74 Ibid.,p. 37.

75 Le Clerc, Défense des sentimens de quelques théologiens de Hollande, p. 56-57. Plus loin, il souligne à nouveau les contradictions de Simon sur la capacité de l’Église à définir les bonnes et les mauvaises traditions : « 11 n’est pas mal-aisé de conclure de tout ce qu’on vient de dire, que M. Simon doit reconnoître, ou que l’Eglise est infaillible dans les faits : ou qu’il n’y a aucune infaillibilité dans l’Eglise, puisqu’il est visible, selon lui, qu’elle ne peut définir ce qui est de Tradition Apostolique, que par la connoissance de divers faits. Je ne saurais dire si M. Simon a vû qu’on lui ferait quelques-unes de ces objections, mais je vous avoué que si j’étois soupçonneux, je me sentirais extrêmement porté à croire que l’infaillibilité n’est qu’une pure chimère dans son esprit, et qu’il n’a retenu ce mot, que de peur de scandaliser trop les Théologiens du second ordre, à qui il reproche de ne savoir ce que c’est que Tradition. Car enfin l’infaillibilité, de la manière dont il l’explique, n’est point du tout ce qu’on appelle infaillibilité, et ne mérite point un nom si vénérable. » (p. 100-101)

76 Le Clerc, Sentiment de quelques théologiens de Hollande, p. 47.

77 Pttassi, Entre croire et savoir, p. 74 et 93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Bernier, « Le Problème de la tradition chez Richard Simon et Jean Le Clerc », Revue des sciences religieuses, 82/2 | 2008, 199-223.

Référence électronique

Jean Bernier, « Le Problème de la tradition chez Richard Simon et Jean Le Clerc », Revue des sciences religieuses [En ligne], 82/2 | 2008, document 82.204, mis en ligne le 04 novembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2155 ; DOI : 10.4000/rsr.2155

Haut de page

Auteur

Jean Bernier

Stanbridge-East, Canada

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page