Navigation – Plan du site
Recensions

Résistance chrétienne au nazisme

Œuvres complètes, Tome XXXIV
Jean-Pierre Wagner
Référence(s) :

Henri de Lubac, Résistance chrétienne au nazisme, Œuvres complètes, Tome XXXIV, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 773 p.

Texte intégral

1Ce volume ne doit en aucun cas passer inaperçu même s'il ne contient pas les œuvres dites majeures de Henri de Lubac. Volume précieux donc, utile au théologien et à l'historien de l'Église.

2Sont ainsi mis à notre disposition des textes rares, publiés dans des revues à l'époque de la Seconde Guerre mondiale et ayant pu échapper à la censure du gouvernement de Vichy. Certains furent repris, en 1990, dans Théologie dans l'histoire. II, Questions disputées et résistance au nazisme.

3Dans des articles vigoureux, de Lubac dénonçait l'idéologie nazie qualifiée de païenne, voire de mystique païenne, ainsi que toute trace d'antisémitisme, idéologie alors si présente dans les consciences. Dans diverses conférences sont posés les jalons d'une anthropologie chrétienne authentique, en vue de la construction d'un «homme nouveau», à l'image du Christ, véritable Homme Nouveau. Nous trouvons encore l'étude «Un nouveau 'front' religieux» publiée en Suisse; de Lubac y affirmait: «Il importe de nous ressaisir. Nul chrétien ne doit se laisser aller à penser qu'un mouvement de recul par rapport à l'Ancien Testament laisserait intacte sa foi » (p. 189). Nous relirons aussi le texte émouvant Lettre à mes supérieurs (1941) où Lubac se dit tourmenté par la situation qui dégrade les consciences ; il dénonce les camps de concentration et un culte de l'État contraire à la doctrine catholique, il s'élève contre le néo-paganisme qui menace la France. Mais avec simplicité et respect, il dit aussi s'interroger sur les propos de «certains de nos chefs spirituels» et s'inquiéter de constater que trop souvent les prêtres et les fidèles sont laissés sans avertissement, sans direction. Il se fait l'avocat d'un christianisme intégralement vécu: «N'y aurait-il pas en tout cas, alors que beaucoup sont portés sans bien s'en rendre compte à 'flotter à tout vent de doctrine', des vertus plus opportunes à leur prêcher que 'la vertu de souplesse' » (p. 121). Nous pouvons lire des textes pratiquement inconnus : les huit contributions du père de Lubac données aux Cahiers clandestins du Témoignage Chrétien. Ces cahiers se sont ouverts en novembre 1941 avec le fameux titre «France, prends garde de perdre ton âme» écrit par le Père Fessard. Cette grande aventure fut, on s'en souvient, lancée à Lyon par des jésuites, le Père Pierre Chaillet en fut l'organisateur avec l'aide active de G. Fessard et d'H. de Lubac. D'autres jésuites joueront un rôle actif dans une difficile diffusion, notamment Yves de Montcheuil et Jean Daniélou. Quant à Jacques Maritain, vivant alors à New York, il fit connaître les Cahiers. La première contribution du P. de Lubac date de 1942 dans des Cahiers intitulés précisément « Antisémites » (p. 355-372). « Il n'est pas nécessaire d'être grand clerc en théologie et en morale, ni en droit civil ou canonique, pour comprendre que l'attitude d'âme que suppose l'antisémitisme, et les applications juridiques et sociales qu'il entraîne, sont diamétralement opposées à l'esprit chrétien, autant qu'à la conscience humaine. Les subtilités n'y changent rien, et, encore une fois, il n'est pas d'arguties que ne puisse inventer une mauvaise conscience pour se justifier» (p. 364).

4Tous ces textes méritent bien le qualificatif de «résistance spirituelle». À travers les lignes de notre théologien, l'expression trouve toute son ampleur. Lubac est engagé, mais il ne se situe pas au niveau politique, le combat est plus profond et va jusqu'à la racine du mal.

5Le volume se termine par un texte beaucoup plus récent, Résistance chrétienne à l'antisémitisme, rédigé en 1983 et publié en 1998 : texte de souvenirs couvrant la période 1940-1944, de reprise historique des événements vécus. L'auteur témoigne mais, en même temps, il relit et interprète, d'où des pages et des portraits au ton personnel comme celui du cardinal Gerlier auquel de Lubac resta toujours fidèle.

6Ce tome des Œuvres Complètes édité sous la responsabilité du Professeur Prévotat est riche en introductions et en notices dues à Renée Bédarida, l'historienne bien connue des Cahiers du Témoignage chrétien et du P. Chaillet. Les textes sont toujours situés, ce qui facilite grandement leur lecture. Souhaitons que les historiens s'intéressent à l'ouvrage. Un jour peut-être, une thèse universitaire donnera l'occasion de comparer les attitudes et les écrits des amis que furent de Lubac, Chaillet, Fessard... liés dans une entreprise clandestine et collective, occasion aussi de se pencher sur le regard du théologien sur la société. Ce serait une erreur de considérer les textes d'Henri de Lubac contenus dans ce volume comme une sorte d'annexe peu articulée au reste de l'œuvre. Nous sommes toujours en présence d'une résistance spirituelle fondée sur une argumentation théologique ; et nous comprenons mieux les raisons pour lesquelles le cardinal de Lubac est bien un représentant de l'humanisme chrétien dans ce qu'il y a de plus noble et de plus exigeant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Résistance chrétienne au nazisme », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/1 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2148

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page