Navigation – Plan du site
Recensions

Philippe Chenaux, « Humanisme intégral » (1936) de Jacques Maritain

Paris, Éd. du Cerf, « Classiques du christianisme », 2006, 106 p.
Pierre Gauthier
p. 138-140
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, « Classiques du christianisme », 2006, 106 p.

Texte intégral

1Ce livre, sur le maître livre de Jacques Maritain, en explique la genèse, présente les thèses majeures et mesure l’influence jusqu’aujourd’hui. Écrit par un historien, il fait état des circonstances qui ont ponctué l’itinéraire de J.M. et se sont trouvées mêlées à la publication du livre et à sa réception. Nous en indiquons ici quelques-unes parmi celles qui ont été relevées par l’A. : elles nous aident à mieux comprendre la vie et l’œuvre de J.M.

2Celui-ci appartient à la génération des « convertis de la Belle Époque » ou encore « génération 1905 » dont l’entrée dans l’Église s’est faite à un moment de grave crise, interne, le Modernisme, et externe, la séparation des Églises et de l’État. Cette situation influa sur l’attachement de J.M. au thomisme que lui fit découvrir le père H. Clérissac, o.p. et peut expliquer son compagnonnage avec Maurras jusqu’à la condamnation de l’Action Française en 1926. Par ailleurs l’A. rappelle à juste titre « les racines dreyfusardes et républicaines » (p. 13) de J.M. : sa mère, Geneviève Favre, amie et confidente de Péguy, était la fille de Jules Favre ; au lycée Henri-IV, il se lia d’amitié avec Ernest Psichari, le petit-fils de Renan.

3La Grande Guerre, ce « suicide l’Europe civilisée », selon l’expression de Benoît XV, laissa des séquelles dans les esprits, qui firent naître une aspiration à un ordre nouveau en rupture avec le désordre établi. Ce fut le temps des « théologiens en veston » des années 30 et le temps des manifestes. À cette même époque des théologiens comme Romano Guardini et Karl Adam retrouvaient la dimension mystique de l’Église. J.M. lui-même publia, à titre posthume, le petit livre du père Clérissac, Le mystère de l’Eglise (1918). L’idée d’Un nouveau moyen âge, selon le titre de l’ouvrage de N. Berdiaev, que J.M. fit paraître en français en 1927, gagnait les esprits. Les premiers enseignements de Pie XI contribuaient à réhabiliter cet idéal de chrétienté. Dans Humanisme intégral (1936), J.M. fit sienne, en la développant, cette idée de « nouvelle chrétienté [...] qui allait devenir l’horizon de la pensée catholique jusqu’au concile Vatican II » (p. 24). Avant cela, soit dix ans plus tôt, la condamnation de l’Action Française avait été l’occasion de poursuivre sa réflexion sur les rapports entre le spirituel et le temporel. Dans ce vœu d’une nouvelle chrétienté, il rencontrait sur sa route son cadet, Mounier, bien différent de lui et pourtant avec qui il se retrouvait dans l’héritage de Péguy.

4Les « notes caractéristiques » de la nouvelle chrétienté sont d’être : (1) pluraliste ; (2) autonome par rapport à la tutelle de l’Église, dans la suite des enseignements de Léon XIII ; (3) garante de la liberté des personnes ; (4) garante de la « parité d’essence » entre gouvernants et gouvernés. Quand parut le livre, les idées qu’il contenait entrèrent de plein fouet dans les débats suscités par deux événements importants, le gouvernement de Front populaire en France et la guerre civile en Espagne. Quelle attitude les catholiques devaient-ils adopter ? La position courageuse et généreuse de J.M. envers les communistes et son refus net d’alliance stratégique avec les régimes fascistes se trouvaient en décalage avec l’opinion catholique et les orientations du Magistère. Le philosophe ne fut pas condamné mais les critiques ne lui furent pas épargnées : une forme d’« antimaritainisme de droite » (expression d’E. Fouilloux) apparut avec la légende des deux Maritain, le « bon », celui des années 20, le philosophe thomiste et antimoderne, et le « mauvais », celui des années 30, le penseur romantique et révolutionnaire. Vint la guerre pendant laquelle J.M. était aux États-Unis : là-bas il n’abandonna pas son idéal d’une nouvelle chrétienté, il l’affina et l’assouplit plutôt au contact de ses hôtes ; il y donna un contenu délibérément démocratique, réconciliant les deux traditions qu’il portait en lui, la tradition chrétienne, depuis sa conversion et son baptême, et la tradition « révolutionnaire » ou républicaine, depuis sa naissance. Son œuvre s’enrichit de deux ouvrages importants où il « acclimatait » à la pensée catholique deux concepts clés de la philosophie politique moderne, celui des droits de l’homme, dans Les droits de l’homme et la loi naturelle (1942) et celui de démocratie dans Christianisme et démocratie (1943) ; l’un et l’autre annonçaient le grand livre sur L’Homme et l’Etat (1951). À la suite de Bergson, il écrivait que « la démocratie est d’essence évangélique » et ajoutait que « l’état d’esprit démocratique ne peut subsister sans elle » [l’inspiration évangélique] (p. 26), par quoi il se trouvait d’accord avec le grand radiomessage de Noël 1944 de Pie XII.

5Dans la période qui suivit la Libération, les idées de J.M. sur la nouvelle chrétienté connurent des fortunes diverses suivant les hommes et les pays, glorieuses dans les pays de l’Europe et de l’Amérique latines, plus effacées dans l’Europe du Nord. Quant à son influence sur le Concile, « la lecture des textes du concile eux-mêmes révèle une indiscutable consonance avec les thèses sur la nouvelle chrétienté » (p. 96), et on peut l’y trouver au moins en trois d’entre eux : la constitution Gaudium et spes, le décret sur l’apostolat des laïcs et la déclaration sur la liberté religieuse. « Le grand mérite de Mari-tain, écrit l’A. à la fin du livre est d’avoir su, à partir d’une réflexion sur le sens de l’histoire analogue à celle d’un Karl Marx, acclimater l’idée du caractère inéluctable du devenir historique dans la pensée catholique contemporaine » (p. 101). Nous souhaitons à ce livre une large diffusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gauthier, « Philippe Chenaux, « Humanisme intégral » (1936) de Jacques Maritain », Revue des sciences religieuses, 81/1 | 2007, 138-140.

Référence électronique

Pierre Gauthier, « Philippe Chenaux, « Humanisme intégral » (1936) de Jacques Maritain », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/1 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2145

Haut de page

Auteur

Pierre Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page