Navigation – Plan du site
Recensions

Michel Lefeuvre, La réhabilitation du temps.

Bergson et les sciences d'aujourd'hui Paris, L'Harmattan, 2005, 169 p.; Scientifiquement incorrect ou les dérives idéologiques de la science, Paris, Salvator, 2006, 154 p.
Yves Labbé
Référence(s) :

Michel Lefeuvre, La réhabilitation du temps. Bergson et les sciences d'aujourd'hui, Paris, L'Harmattan, 2005, 169 p.; Scientifiquement incorrect ou les dérives idéologiques de la science, Paris, Salvator, 2006, 154 p.

Texte intégral

1Philosophe des sciences, M. Lefeuvre poursuit un même objectif selon des démarches proches : montrer que le réel ne se réduit pas au matériel, mais sans revenir vers une vision dualiste du réel. Un ouvrage antérieur, recensé ici (1998, p. 117-118), parlait des «échelons de l'être». L'esprit n'est pas à côté de la matière. Il s'y affirme comme le sens de son devenir. Si le matérialisme n'est pas science mais idéologie, une place demeure pour une théologie naturelle - l'auteur évite le terme - qui saurait se faire discrète. Il n'est pas insensé de dire «que l'obsession de Dieu est de se communiquer, et que c'est pour cette raison qu'il a créé l'univers et l'humanité qui devait en sortir» (2005, p. 90). Ainsi, chercher la raison d'une orientation scientifiquement avérée «en postulant l'existence d'une causalité créatrice, à la fois immanente et transcendante au sens directionnel de l'évolution, n'est pas une réponse vide de sens » (2006, p. 134).

2Le lecteur ne pourra s'approprier ces propos, réfléchis mais incidents, qu'en payant le prix d'un parcours exigeant qui, par deux fois, le conduira des sciences de la matière aux neurosciences à travers des sciences de la vie qui continuent à occuper une place autant éminente que centrale. Il se réjouira qu'un lexique vienne chaque fois à son secours. Si le premier titre traite davantage des sciences contemporaines que de l'œuvre de Bergson, qui ne mérite pas son discrédit actuel, c'est pour reprendre le sillon d'une philosophie qui s'est opposée au matérialisme en manifestant une solidarité étroite entre la subjectivité et la temporalité, solidarité elle-même ancrée dans le mouvement créateur de la vie : « la vie c'est la conscience lancée à travers la matière» (2005, p. 25); dans l'évolution de ses formes, la vie met en œuvre les capacités à la fois intégratives et anticipatives d'une conscience qui est d'abord une mémoire.

3Avec les sciences de la matière, rapportées à la théorie des Quanta, l'auteur souligne comment la subjectivité fait partie de la réalité, prise comme totalité, également de sa connaissance, autorisant une seule objectivité faible. Les sciences de la vie suscitent de plus amples développements qui cherchent à établir une insuffisance foncière des théories (néo)darwinistes de l'évolution, sans adhérer jamais à quelque discours providentialiste. Au temps court des mutations occasionnelles s'ajoute rigoureusement le temps long des évolutions directionnelles. L'A. s'appuie, à deux reprises, sur la théorie cybernétique de l'évolution défendue par R. Chandebois. L'argumentation suit de près le travail de la chercheuse. La charge de la preuve passe par la finesse des analyses. On en retiendra l'idée d'une autofinalisation de plus en plus orientée de systèmes de plus en plus complexes. Face enfin aux neurosciences, celles qui ramènent le sujet à une multiplicité de systèmes neuro-naux, il faut identifier le cerveau à une interface entre l'intérieur et l'extérieur, entre le soi et le monde. Un retour sur le langage et la moralité devait y trouver une place de choix.

4Pour l'A., une philosophie des sciences ne se réduit pas à une réflexion sur l'activité des sciences. Elle s'élargit à la connaissance du réel qu'apporte l'état présent des sciences. Or, loin de justifier une vision matérialiste, devenue pensée dominante, une telle connaissance permet d'accréditer une autre vision selon laquelle «le cerveau humain ne serait pas seulement le terme de l'évolution; il en serait aussi la raison d'être» (2005, p. 164). On saura donc gré à l'auteur de s'être aventuré non pas plus loin que d'autres mais dans une tout autre direction, devant laquelle ni philosophes ni théologiens ne peuvent rester indifférents. Il convient cependant de n'être pas lecteurs trop pressés. Il y a ce qui est acquis, dans les limites des théories scientifiques de notre temps ; ce qui en constitue la reprise, posément affirmée, au fil d'une élaboration philosophique focalisée sur le temps et le sujet; enfin, ce qui redevient plausible, présenté comme à la dérobée, en termes de Dieu créateur et d'au-delà de la mort.

5Accuser l'auteur de tentation apologétique le provoquerait sans doute à récuser plus le terme «tentation» que le terme «apologétique». N'y aurait-il rien à défendre quand il en va d'une émergence de l'esprit dans la matière se vérifiant en orientation de la matière vers et par l'esprit? Le très ancien étudiant que je fus de M. Lefeuvre le remercie vivement de son entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Labbé, « Michel Lefeuvre, La réhabilitation du temps.  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/1 | 2007, mis en ligne le 03 novembre 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2144

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page