Navigation – Plan du site
Recensions
81.111

Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais

Introduction et notes par André Crépin, texte critique par Michael Lapidge, trad. par Pierre Monat et Philippe Robin, Paris, Éd. du Cerf, 2005, « Sources chrétiennes » 489-491, 433, 423 et 251 p.
Pierre Gauthier
p. 135-137
Référence(s) :

Introduction et notes par André Crépin, texte critique par Michael Lapidge, trad. par Pierre Monat et Philippe Robin, Paris, Éd. du Cerf, 2005, « Sources chrétiennes » 489-491, 433, 423 et 251 p.

Texte intégral

1Voici publiés le texte et la traduction française de l’Historia ecclesiastica gentis Anglorum, le livre le plus connu de Bède. L’œuvre écrite de ce moine stable et studieux comprend d’autres titres que l’auteur de l’introduction, M. André Crépin, répartit en trois catégories : propédeutique, exégèse et histoire. Propédeutique littéraire et scientifique : sous ce nom, il faut entendre des traités sur l’orthographe, la poétique, la rhétorique du latin mais aussi la chronologie pour la fixation de la date de Pâques et une brève cosmographie, De natura rerum, inspirée de l’ouvrage du même titre d’Isidore de Séville. Ces œuvres contiennent l’enseignement préalable à la compréhension de l’Écriture, comme saint Augustin l’avait établi dans le De doctrina christiana, soit l’héritage de la culture antique, et l’on peut dire qu’elles préfigurent l’enseignement qui sera donné à la Faculté des arts dans les Universités du XIIIe siècle, propédeutique à celui des autres Facultés. Exégèse : les livres sur ce sujet, que Bède jugeait le plus important, sont des commentaires de l’Ancien Testament, principalement du livre de la Genèse et des livres historiques, et du Nouveau Testament, ainsi que des homélies sur l’Évangile. His­toire : en plus de l’Historia, Bède nous a laissé une histoire en prose des abbés de Wearmouth et de Jarrow, deux vies de saint Cuthbert, l’une en vers, l’autre en prose. Ces ouvrages sont écrits en un latin sobre mais très soigné ; ils occupent près de six volumes dans la Patrologie latine de Migne.

2Bède naquit en 673 dans le Nord de l’Angleterre actuelle ; d’abord confié, à l’âge de sept ans, au monastère de Wearmouth, il suivit son tuteur, Benoît Biscop, au monastère de Jarrow où il passa le reste de sa vie, trouvant sa « joie à étudier, enseigner, écrire » - semper aut discere aut docere aut scribere dulce habui ; il mourut le 25 mai 735. Bède fut avant tout un enseignant, faisant le compte des connaissances profanes et sacrées pour les exposer et les transmettre. Aussi le rayonnement de son œuvre dans l’Europe latine ne se fit-il pas attendre : par ses disciples il affermit l’école d’York où se forma Alcuin ; ses études sur le calcul du calendrier liturgique furent rapidement adoptées sur le Continent : c’est grâce à lui que fut fixé le repère, proposé par Denys le Petit, de l’année de l’Incarnation du Christ pour dater les événements. L’Historia est divisée en cinq livres : le livre I s’ouvre sur les expéditions de Jules César et se ferme avec l’installation du moine Augustin ; le livre II relate l’œuvre de Grégoire, l’évangélisateur des Anglo-Saxons, la conversion du roi northumbrien Edwin et se termine avec la mort de celui-ci en 633 ; le livre III décrit les progrès du christianisme en divers royaumes anglais et l’adoption des usages liturgiques de Rome sur le comput et la tonsure, préférés aux usages celtes ; le livre IV est tout entier dédié au temps béni de l’archevêque de Cantorbéry, Théodore, de 668 à 690 ; enfin le livre V va de la mort de saint Cuthbert, en 687, à l’année de l’achèvement de l’Historia, en 731. Le dernier chapitre (V, 24) énumère, à la façon d’annales, les principales dates et les événements afférents et donne une notice autobiographique et bibliographique de l’auteur. Ils sont cinq livres parce qu’il y a cinq livres de Moïse et cinq langues parlées en Grande-Bretagne. L’ouvrage est à la gloire de Dieu : Bède attache beaucoup d’importance aux miracles et aux songes, et, dans la vision unifiée qu’il tient de la création et de l’histoire, il ne trace pas de séparation stricte entre le monde terrestre et le monde céleste : les deux ne forment qu’un seul univers créé que parcourent les anges en de nombreuses allées et venues. Le fil de l’œuvre est en général la chronologie : aussi Bède est-il conduit à privilégier la continuité de la succession des évêques, la « tradition apostolique ». Deux œuvres de prédécesseurs historiens l’ont inspiré, l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, traduite du grec en latin et actualisée par Rufin, et, à un degré moindre, les Histoires de Gré­goire de Tours. À la fin de son ouvrage, il indique les trois catégories de sources qu’il a utilisées, litterae antiquorum, traditio maiorum, mea cognitio, soit les documents écrits des gens du passé, la tradition orale, les témoignages dont il a eu lui-même connaissance ; « son souci de mentionner ses sources et d’évaluer leur qualité répond aux exigences modernes d’objectivité », écrit M. Crépin (p. 41).

3L’Historia fut, parmi les textes d’histoire du Moyen Âge, un des plus lus. Il existe deux séries de manuscrits identifiées par Plummer et désignées respectivement par C et M. Les manuscrits de la suite M sont les plus anciens : il y en a trois, un à Saint Pétersbourg, un à Cambridge, un à Londres ; l’édition présente est appuyée sur ces trois. Avec elle, parue dans la prestigieuse collection SC, le lecteur français dispose du texte et de la traduction en sa langue d’un livre très important pour la connaissance de la chrétienté médié­vale anglaise. Son usage est encore facilité par les tables des matières détail­lées à la fin de chaque tome. De plus chaque tome comprend une carte de l’Angleterre telle que la décrivait Bède, un index analytique portant sur les trois tomes ainsi que ses propres index scripturaire et onomastique ; enfin le troisième tome comprend un index cumulatif de tous les volumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gauthier, « Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais », Revue des sciences religieuses, 81/1 | 2007, 135-137.

Référence électronique

Pierre Gauthier, « Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/1 | 2007, document 81.111, mis en ligne le 03 novembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2142

Haut de page

Auteur

Pierre Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page