Navigation – Plan du site
Recensions
81.109

John Granger Cook, The Interpretation ofthe Old Testament in Greco-Roman Paganism

Studien und Texte zu Antike und Christentum 23, Tübingen, éd. Mohr Siebeck, 2004, 400 p.
Françoise Vinel
p. 133-134
Référence(s) :

Studien und Texte zu Antike und Christentum 23, Tübingen, éd. Mohr Siebeck, 2004, 400 p.

Texte intégral

1L’enquête de J.G. Cook s’inscrit à la suite d’un premier ouvrage, publié en 2000, The Interpretation of the New Testament in Greco-Roman Paganism, ou de l’étude, plus ancienne, de G. Rinaldi, Biblia Gentium : primo contributo per un indice delle citazioni, dei riferimenti e delle allusioni alla Bibbia negli autori pagani, greci e latini, di eta imperiale (Rome, 1989). Cherchant d’abord à vérifier les propos de V. Tcherikover selon qui la traduction grecque de la Bible n’avait eu aucun écho sur les écrivains grecs avant l’avènement du christianisme, l’A. examine dans son introduction le cas de 20 auteurs, historiens pour la plupart, ainsi que des textes magiques et hermétiques : en relevant toutes les allusions possibles à des événements, des personnages ou des institutions qui ont leur place dans les écrits bibliques, il peut nuancer les affirmations de Tcherikover mais la preuve d’un contact avec le texte même de la LXX reste impossible à avancer (par ex. dans le cas d’Alexandre Polyhistor cité par Eusèbe ou celui du philosophe Nicolas de Damas). Il ne faut toutefois pas négliger, note l’A. dans sa conclusion, la perte de textes, et donc de preuves.

2Mais l’essentiel de l’ouvrage s’organise en trois chapitres consacrés respectivement à Celse, Porphyre et Julien. Soucieux d’une étude systématique (et on ne peut qu’apprécier l’extrême précision des références données en note et l’utilité des trente pages d’index en fin d’ouvrage) l’A. adopte un plan similaire pour les trois chapitres : quelques réflexions sur l’attitude de chaque auteur à l’égard de la Bible, sur son herméneutique, puis l’examen, en suivant l’ordre des livres de l’Ancien Testament, des citations et commentaires de versets ou d’épisodes, afin de définir l’image du Dieu de l’AT qui s’en dégage. L’anti-christianisme des trois auteurs est connu mais leur appréciation du judaïsme l’est moins, même si l’assimilation de la LXX au livre des chrétiens les conduit, surtout dans le cas de Celse, à un a priori défavorable. Les textes répertoriés par l’A. sont connus grâce aux éditions disponibles, en anglais, français ou allemand, du Contre Celse d’Origène, des fragments du Contre les Chrétiens de Porphyre, et de l’écrit Contre les Galiléens de Julien. Quel est alors l’apport des analyses de Cook ? Son travail minutieux révèle que chacun des trois auteurs a une attitude spécifique, qu’on ne peut donc pas définir de façon monolithique une position des païens à l’égard de l’AT. Là où Celse s’affirme résolument hostile à tous les anthropomorphismes des récits de la Genèse, la place faite par Porphyre, dans les fragments transmis par Jérôme, aux livres de Daniel et des Maccabées, montre qu’il prend au sérieux ces récits et leurs interrogations eschatologiques.

3L’écrit de Julien Contre les Galiléens laisse transparaître l’influence de ses deux prédécesseurs, mais l’A. souligne l’ambiguïté de l’attitude de Julien : il récuse, bien sûr, les prophéties de la venue d’un Sauveur et tient à séparer AT et NT. Il connaît assez bien la Bible (99 citations, plus que les références à Platon, note J. Bouffartigue - cité p. 249) et si d’un côté il critique les récits de l’origine dans la Genèse, l’histoire de Babel lui fournit un argument en faveur du polythéisme et son anti-christianisme se traduit par une certaine admiration pour la tradition juive.

4Autrement dit, l’étude de Cook nous fait entendre les arguments de ces philosophes grecs, et comprendre la vive polémique qui y a répondu chez les auteurs chrétiens, mais peut-être aussi le sérieux des interrogations et des discussions qu’ils ont pu susciter dans les métropoles intellectuelles et religieuses comme Alexandrie ou Athènes, des questions qui ne nous sont pas tout à fait étrangères, aujourd’hui encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « John Granger Cook, The Interpretation ofthe Old Testament in Greco-Roman Paganism », Revue des sciences religieuses, 81/1 | 2007, 133-134.

Référence électronique

Françoise Vinel, « John Granger Cook, The Interpretation ofthe Old Testament in Greco-Roman Paganism », Revue des sciences religieuses [En ligne], 81/1 | 2007, document 81.109, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2141

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page