Navigation – Plan du site
Recensions

Le concile de Moscou (1917-1918). La création des institutions conciliaires de l'Église orthodoxe russe

Marc Aoun
Référence(s) :

Hyacinthe Destivelle, Le concile de Moscou (1917-1918). La création des institutions conciliaires de l'Église orthodoxe russe, Paris, Éd. du Cerf, Cogitatio fidei, 2006 505 p.

Texte intégral

1Le concile de Moscou, réuni en 1917-1918, constitue l'événement majeur de l'histoire moderne de l'Église orthodoxe russe. C'est précisément à ce titre que H. Destivelle lui consacre un ouvrage, dont le sous-titre traduit l'important rôle qu'il joua dans la création des institutions conciliaires au sein de celle-ci.

2Réuni après plus de deux siècles d'interruption - le dernier Grand Concile de Moscou remontait à 1666-1667 - le concile de 1917-1918 promulgua d'importants décrets qui marquèrent durablement l'Église orthodoxe de Russie. Cette Assemblée rétablit en effet l'institution patriarcale, supprimée par Pierre le Grand (1672-1725), entreprit de réformer les structures de l'Église orthodoxe de Russie, soutint la vie monastique, revivifia la liturgie.

3L'A. consacre les deux premières parties de son ouvrage (p. 27-48 ; 5192) au contexte historique, au demeurant fort particulier, dans lequel s'est préparé puis réuni le concile. Les années 1905 et 1917, qui évoquent les deux révolutions russes de la première moitié du siècle dernier, marquent respectivement le début des travaux et l'aboutissement de l'entreprise conciliaire.

4Soutenue par un exceptionnel renouveau, sur les différents plans théologique, spirituel, pastoral et missionnaire, paralysée néanmoins dans ses structures depuis les réformes de Pierre le Grand, l'Église orthodoxe russe put bénéficier d'un formidable concours d'intérêts, les siens propres naturellement (nécessité de réformes) avec ceux des autorités étatiques (aspiration à une réforme globale de la société russe). Entre les deux dates s'écoule une période de préparation longue de douze années.

5Le concile est finalement réuni à Moscou du 15 (28) août 1917 au 7 (20) septembre 1918. L'A. réserve la troisième partie de son livre à sa composition et à son déroulement (p. 95-118). Des deux règlements, élaborés à cette fin par le Conseil préconciliaire, le « Règlement de convocation du concile » et le «Règlement du concile», émergent, d'une part une procédure proprement démocratique quant à l'élection des membres du concile (dont nombre de laïcs), d'autre part une structure et des procédures de décision pour le moins originales.

6La quatrième partie de l'ouvrage, de loin la plus importante, présente principalement les décrets du concile, promulgués au terme du processus conciliaire entamé en 1905 (p. 121-232). Leur contenu trahit à la fois l'ambition des participants et le caractère crucial des questions traitées. L'A. a fait le choix de les regrouper en trois grands domaines : l'organisation conciliaire de l'Église, l'activité pastorale et la discipline de l'Église, les relations de l'Église avec l'État et la révolution.

7La première repose sur le principe de conciliarité (sobornost') cher à l'Église de Russie, qui s'applique à tous les niveaux de la vie de l'Église, du sommet (patriarcat) à la base (paroisse), en passant par l'éparchie. Le renouveau de l'activité ecclésiale, dans un contexte révolutionnaire hostile, devait se traduire dans le champ de la prédication, de la mission, de la formation théologique, de la liturgie, de la discipline ecclésiastique. Quant aux relations de l'Église avec l'État et la révolution, elles se devaient d'être repensées en fonction des bouleversements politiques et sociaux générés par la révolution soviétique, de façon à assurer à l'Église son indépendance, mais aussi sa prééminence sur les autres confessions.

8La réception des décrets fut largement empêchée par l'évolution politique qui a marqué l'après-concile. L'A. tente néanmoins d'en évaluer brièvement la portée, aussi bien au sein du patriarcat de Moscou que dans l'«Archevêché des Églises orthodoxes russes en Europe occidentale» (France) (cinquième partie, p. 235-278).

9L'ouvrage de H. Destivelle, présenté ici dans ses grandes lignes, met à la portée de la communauté scientifique francophone un outil indispensable à la connaissance de l'un des plus importants conciles que l'Église orthodoxe russe ait réuni, souvent considéré, non sans raison d'ailleurs, comme l'équivalent du concile Vatican II. Les deux précieuses annexes (p. 283-475), dont l'une offre une traduction française annotée du « Recueil des constitutions et décrets du Saint Concile de l'Église orthodoxe de Russie de 1917-1918» et l'autre une traduction française du «Règlement du Concile local de l'Église orthodoxe de toute la Russie», font de cette œuvre un instrument de travail incontournable pour tous ceux qui s'intéressent à l'Église orthodoxe russe et à sa très riche histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Aoun, « Le concile de Moscou (1917-1918). La création des institutions conciliaires de l'Église orthodoxe russe », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/4 | 2006, mis en ligne le 22 octobre 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/2095

Haut de page

Auteur

Marc Aoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page