Navigation – Plan du site
Recensions

La Mystagogie. Introduction, traduction, notes, glossaires et index, par Marie-Lucie Charpin-Ploix

Raymond Winling
Référence(s) :

Maxime le Confesseur, La Mystagogie. Introduction, traduction, notes, glossaires et index, par Marie-Lucie Charpin-Ploix, Paris, Migne (Les Pères dans la foi), 2003, 196 p.

Texte intégral

1La Mystagogie de Maxime le Confesseur (580-662) n'est pas simplement une présentation descriptive des rites d'initiation, comme le sont les mystagogies du IVe siècle qui s'adressent aux catéchumènes; elle est de l'ordre des commentaires liturgiques qui insistent sur le symbolisme des rites et sur leur efficacité mystérique, visant à faire de ceux qui assistent à la célébration partie prenante du mystère même qui est célébré. Cependant, sous ce rapport, Maxime le Confesseur se montre original, car il propose une « contemplation » qui met l'accent sur l'initiation au mystère du Christ, compris comme puissance d'unification respectueuse de la différence des êtres.

2Dans son introduction, M.-L. Charpin-Ploix situe la Mystagogie dans le contexte des controverses du VIIe siècle et montre que Maxime le Confesseur entendait rester fidèle à Chalcédoine, en défendant la thèse de la volonté divine et de la volonté humaine en Jésus-Christ, contre une majorité acquise à la thèse de la volonté unique. Cette conviction s'exprime dans la Mystagogie. En effet, selon Maxime, le contenu de l'église (chœur-nef) et des rites qui s'y accomplissent nous introduit dans le mystère du Christ, vrai Dieu et vrai homme en une seule hypostase, et dans le mystère de l'Église, où s'effectue la coopération active entre Dieu et les hommes, sans qu'il y ait confusion par absorption de ce qui est humain. Loin de s'opposer, l'action divine et l'action humaine se conjuguent, pour former une symphonie où chaque élément apporte sa contribution.

3La traduction est réalisée sur la base de l'édition critique, établie par C. Boudignon pour la collection CCSG, mais vu que celle-ci n'était pas encore sous presse, M.-L. Charpin-Ploix a indiqué les références à PG 91, 658-717. Le texte de la traduction comporte des sous-titres qui permettent d'offrir une présentation plus aérée et de bien suivre le déploiement de la pensée de Maxime. Les notes sont abondantes et éclairantes. L'index des noms propres est constitué de notes biographiques, le glossaire thématique apporte d'utiles précisions. La publication de ce volume honore la collection Les Pères dans la foi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Winling, « La Mystagogie. Introduction, traduction, notes, glossaires et index, par Marie-Lucie Charpin-Ploix », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/4 | 2006, mis en ligne le 16 octobre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2084

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page