Navigation – Plan du site

À la venue du Seigneur (1 Th 4, 13-18)

Claude Coulot
p. 499-509

Résumés

Lorsque, dans la première Lettre aux Thessaloniciens, Paul instruit ceux-ci sur le sort des morts, il ne s’en tient pas à rappeler aux chrétiens, qui s’interrogeaient, que les morts ressusciteront. Il évoque aussi la destinée des vivants, lorsque le Seigneur se manifestera, et esquisse un scénario de la parousie. Certes, Paul n’expose pas une réflexion achevée sur la résurrection et sur la parousie, mais une ébauche qu’il développera dans ses lettres ultérieures, en particulier dans la première épître aux Corinthiens. Une analyse de 1Th 4, 13-18 permet de découvrir les premiers linéaments d’une théologie de l’apôtre sur la résurrection ainsi que sa représentation de la parousie du Seigneur.

Haut de page

Texte intégral

1La seconde partie de la première épître de Paul aux Thessaloniciens (1 Th 4 - 5), consacrée à la parénèse, comporte une section assez longue dominée par l’idée de la venue du Seigneur (1 Th 4,13 -5,11). Dans celle-ci, Paul répond à des interrogations de la communauté chrétienne de Thessalonique, qu’il avait quittée quelques mois auparavant, et développe sa réponse en deux temps : en 1 Th 4,13-18, il aborde le sort des chrétiens défunts à la parousie ; en 1 Th 5,1-11, il traite du moment imprévisible de cette dernière et des conséquences pratiques qui en découlent pour le temps présent.

2Lorsqu’en 1 Th 4,13-18, Paul instruit les chrétiens de Thessalonique sur le sort des morts à la parousie, il paraît vouloir compléter un enseignement donné peut-être trop rapidement en raison des difficultés rencontrées lors de l’évangélisation ou encore il répond tout simplement à des questions que les chrétiens se posaient. En outre, Paul ne s’en tient pas à rappeler que les morts ressusciteront, il évoque aussi la destinée des vivants lorsque le Seigneur se manifestera et esquisse un scénario de la parousie. Certes, il n’expose pas une réflexion achevée sur la résurrection ni sur la parousie, mais une ébauche qu’il développera dans ses lettres ultérieures, en particulier dans la première épître aux Corinthiens. Une analyse de 1 Th 4,13-18 permettra de découvrir les premiers linéaments d’une théologie de l’apôtre sur la résurrection ainsi que sa représentation de la parousie du Seigneur.

3L’instruction de 1 Th 4,13-18 comporte une phrase introductive (4,13) annonçant le nouveau sujet abordé par Paul dans sa parénèse : « Nous ne voulons pas que vous soyez dans l’ignorance, frères, au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne soyez pas attristés comme les autres qui n’ont pas d’espérance. »

4Après cette courte introduction, Paul énonce une première propo­sition (4,14) comportant une confession de foi dont il va déduire l’information transmise aux Thessaloniciens : « Si, en effet, nous croyons que Jésus est mort et est ressuscité, de même, Dieu emmènera ceux qui se sont endormis par (à cause de) Jésus avec lui. »

5Ensuite, Paul aborde le point précis de son enseignement et traite de la destinée des morts et des vivants au moment de la venue du Seigneur (4,15-17). Le passage comporte une proposition principale suivie de deux propositions subordonnées introduites par la conjonction hoti où Paul explicite sa pensée. Son exposé est bâti selon une structure concentrique : il évoque la situation de ceux qui sont en vie, puis celle de ceux qui sont morts, pour revenir à ceux qui sont en vie :

C’est ceci, en effet, que nous vous disons d’après une parole du Seigneur :
[A] : à savoir que nous les vivants, les laissés en vie pour (ou à) la parousie du Seigneur, nous ne précéderons pas ceux qui se sont endormis ;
[B] : à savoir, le Seigneur lui-même, au commandement, à la voix de l’archange et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel et les morts en Christ ressusciteront d’abord,
[A’] : ensuite, nous les vivants, les laissés en vie, en même temps (ensemble) avec eux, nous serons enlevés dans les nuées à la rencontre du Seigneur dans l’air ; et ainsi toujours, nous serons avec le Seigneur.

6Une courte exhortation (4, 18) conclut l’enseignement de Paul : « Ainsi, exhortez-vous les uns les autres par ces paroles. »

7L’analyse suivra cette structuration de 1 Th 4,13-18.

L’introduction de la parénèse en 1 Th 4, 13

  • 1 Le substantif hoi koimômenoi est synonyme de hoi nekroi que Paul utilise au v. 16. C’est une expres (...)
  • 2 A. Lindemann « Paulus und die korinthische Eschatologie. Zur These eine ‘Entwicklung’ im paulinisch (...)
  • 3 La « pragmatique » du passage ne saurait en effet s’appliquer à l’humanité morte et vivante. Paul s (...)

8Lorsque, dans son introduction, Paul énonce le sujet, il parle de la mort en usant de la métaphore du sommeil largement répandue dans le monde gréco-romain1. Ceux qui sont endormis, c’est-à-dire les morts, ne doivent toutefois pas être identifiés avec les morts en général, comme le présument certains2. Il s’agit plutôt des morts de la communauté chrétienne à laquelle Paul s’adresse et à la foi de laquelle il fait appel. En 4,16, il les désignera à l’aide de la tournure « les morts en Christ »3.

  • 4 J. Becker, Paul « L’Apôtre des nations », (Théologies Bibliques), Paris, 1995, p. 169-170.
  • 5 G. Haufe, Der erste Brief des Paulus an die Thessalonicher (Theologischer Handkommentar zum Neuen T (...)
  • 6 C’est l’interprétation couramment admise. Par ailleurs, selon W. Schmlthals, Paul réagirait à la su (...)

9Certains ont compris les propos de Paul - « Nous ne voulons pas que vous soyez dans l’ignorance, frères, au sujet de ceux qui dorment... » - comme si les Thessaloniciens ignoraient tout de la résurrection des morts, Paul n’en ayant jamais parlé4. On conçoit cependant mal qu’il ait prêché la résurrection (1 Th 1,10) sans en tirer des conséquences pour ceux qui ont adhéré à la foi chrétienne. Compte tenu du début de la lettre (1,9-10), qui mentionne la mort et la résur­rection de Jésus arrachant les chrétiens « à la colère qui vient », ainsi que des versets suivants de la parénèse (4,14-17), qui apporte une réponse aux interrogations des Thessaloniciens, il convient mieux de penser que des chrétiens de Thessalonique étaient déjà morts, peut-être de façon inattendue5, et que l’on se demandait ce qu’il adviendrait d’eux à la parousie. C’est sur ce point que Paul instruit les Thessaloniciens6.

  • 7 C. Masson, Les deux épîtres aux Thessaloniciens (Commentaire du Nouveau Testament Xla), Neuchâtel-P (...)

10Son instruction vise à ce que les chrétiens de Thessalonique ne soient pas attristés comme les autres (hoi loipoi) qui n’ont pas d’espérance. Dans le contexte de la parénèse où Paul mentionne les païens (ta ethnè) qui ne connaissent pas Dieu (4, 5), il faut, certes, identifier « les autres » qui n’ont pas d’espérance avec les païens dont la désespérance devant la mort était bien réelle7, mais l’on peut se demander s’il convient de compter aussi parmi ces « autres » les Juifs, évoqués ailleurs dans l’épître, qui connaissent le Dieu unique et refusent les idoles. L’espérance dont parle Paul est celle de la résurrection des morts et de la participation des ressuscités à la parousie du Seigneur. Sur ce point, les chrétiens se distinguent des païens et des Juifs qui pourraient être ici évoqués sous l’expression « les autres ». Et s’il arrive aux chrétiens d’avoir du chagrin à cause d’un décès, Paul ne leur interdit pas de pleurer les morts, mais ils ne le feront pas comme les autres sans espérance. Ils savent ce qu’il adviendra à leurs défunts à la venue du Christ qu’ils sont en droit d’attendre dans un avenir proche. Paul va expliciter sa pensée sur ce point.

Le fondement théologique : 1 Th 4, 14

  • 8 On relève en 1 Th 4,14 trois irrégularités. 1) Une conditionnelle (réelle) est suivie du second mem (...)

11Paul commence son enseignement en en posant le fondement théologique. Dans une phrase grammaticalement incorrecte8, il rappelle aux Thessaloniciens l’essentiel de la foi chrétienne et en tire les conséquences au sujet de la destinée de ceux qui sont morts : « Si, en effet, nous croyons que Jésus est mort et est ressuscité, de même, Dieu emmènera ceux qui se sont endormis par (à cause de) Jésus avec lui. »

  • 9 Le verbe anistèmi est rare dans les lettres pauliniennes. Il se lit en Rm 15,12 (une citation d’Is (...)

12Dans la proposition conditionnelle qui commence la phrase, Paul cite une confession de foi traditionnelle9 introduite par le verbe pisteuomen et résumant l’essentiel de la foi chrétienne. Deux aspects de la destinée de Jésus y sont évoqués : la mort, avec le verbe apethanen, et la résurrection, par le verbe anestè. Ces deux verbes sont reliés par une conjonction kai pouvant avoir le sens adversatif : Jésus est mort, et (mais aussi) il est ressuscité.

  • 10 Legasse a bien résumé la discussion (Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 249-252).

13Dans la seconde proposition introduite par « de même », Paul ne parle pas directement de la résurrection des morts, mais il annonce que « Dieu emmènera ceux qui se sont endormis par Jésus avec lui ». Il laisse entendre ainsi à ses correspondants que les morts ressusciteront. Sa déclaration, qui est ambiguë, a suscité une longue discussion10, car les auteurs se sont demandé à quoi rattacher la tournure dia tou Ièsou : au mot précédent ou bien au suivant, ou bien encore ni au mot précédent ni au suivant. Si l’on rattache cette tournure au mot précédent, c’est-à-dire au participe koimèthentas, comment comprendre le propos de Paul ? Si l’on rattache la tournure à ce qui suit, axei sun autôi, le sens obtenu est conforme à l’usage paulinien constant de dia avec la personne de Jésus, pour exprimer la médiation du Christ dans l’œuvre de salut. Mais alors comment interpréter la fin du verset sun autôi : en fonction de Jésus ou de Dieu ? Enfin, si dia tou Ièsou n’est rattaché ni au mot précédent, ni au suivant, il faudrait lire la phrase de la façon suivante : en fonction de Jésus (mort et ressus­cité), ceux qui se sont endormis, Dieu les conduira avec lui.

14Pour comprendre le propos de Paul, il conviendrait peut-être de l’interpréter en fonction de la suite de sa parénèse où il esquisse un scénario de la parousie. Selon celui-ci, le Seigneur descendra du ciel. Ensuite, les morts qui ressusciteront et les vivants seront enlevés pour aller à sa rencontre et pour être toujours avec lui. Aussi dia tou Ièsou serait à saisir en fonction de la démarche du Seigneur descendant des cieux et accueillant les morts et les vivants pour être avec lui. Il faudrait comprendre que Dieu emmènera par Jésus (qui descendra du ciel) les morts pour qu’ils soient avec lui. Ainsi Paul amorcerait déjà l’esquisse du scénario de la parousie qu’il va décrire dans la suite de son propos.

Le scénario de la parousie en 1 Th 4,15-17

15La brève description par Paul du scénario de la parousie est reliée à ce qui précède par la particule gar qui marque un nouveau développement. Celui-ci est introduit par une déclaration de l’apôtre qui a suscité de nombreuses interprétations : « Ceci, je vous le dis, en effet, grâce (ou d’après) une parole du Seigneur... ». Certes, dans la phrase, le substantif Kuriou doit être compris de Jésus, mais il est beaucoup plus difficile de percevoir à quoi Paul se réfère lorsqu’il précise qu’il communique une information aux Thessaloniciens « selon (ou d’après) une parole du Seigneur... ».

  • 11 F. Bassin, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens (Commentaire évangélique de la Bible), Vaux-sur- (...)
  • 12 M. Trimaille, « La première épître aux Thessaloniciens », dans C. Reynier, M. Trimaille, Les épître (...)
  • 13 Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 255.

16On pourrait penser à une parole du Seigneur, comme celles de Mt 24,3011, de Jn 6,39 ou de Mc 9,112, mais les passages allégués restent approximatifs. Peu d’entre eux traitent de la résurrection et, s’ils le font, ils ne la mettent pas en rapport avec la parousie. De toute façon, avec le pronom « nous » au v. 15 et l’expression « le Seigneur lui-même » au v. 16, il ne peut s’agir d’une sentence de Jésus13.

  • 14 J. Jeremias, Unbekannte Jesusworte, Gutersloh, 1963 (3e éd.), p. 77-79.
  • 15 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 538.
  • 16 Masson, Les deux épîtres aux Thessaloniciens, p. 63.

17Paul pourrait faire allusion à un agraphon14, mais il est malaisé de le recomposer15, et s’il a eu connaissance, par la tradition, d’une telle parole, comment celle-ci, qui répondait à une question importante pour les chrétiens d’alors, n’aurait-elle pas trouvé place dans les évan­giles16 ?

  • 17 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 539.
  • 18 Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 256.

18On a aussi renoncé à identifier ici une parole particulière de Jésus et perçu dans l’expression « une parole du seigneur » une référence à l’enseignement eschatologique de Jésus, en particulier au message apocalyptique, dans le genre de celui rapporté en Mc 1317. Il faut tou­tefois reconnaître que le contact avec cet enseignement, tel qu’il est rapporté dans les évangiles, est trop vague pour qu’on puisse interpréter de la sorte la pensée de Paul18.

  • 19 M. Dibelius, An die Thessaloniker I-II. An die Philipper, (Handbuch zum Neuen Testament 11), Tubing (...)
  • 20 Becker, Paul « L’Apôtre des nations », p. 172.

19En outre, la parole à laquelle Paul se référerait pourrait être une citation, littérale ou altérée, d’un apocryphe judéo-chrétien19, ou bien une parole communautaire20. Cependant on peut se demander si le texte laisse entendre que Paul cite quoi que ce soit.

  • 21 E. von Dobschutz, Die Thessalonicher-Briefe, (Kritisch-exegetischer Kommentar über das Neue Testame (...)

20En référence à la déclaration de 1 Co 15,51 - « Voici que je vais vous dire un mystère... » -, introduisant un enseignement sur le sort eschatologique des croyants morts ou vivants, on a encore supposé qu’en 1 Th 4,15-17, Paul renvoie à une révélation qui lui aurait été faite par le Seigneur21 ainsi qu’en témoignent plusieurs passages des épîtres et des Actes (Ga 2,2 ; Ac 18,9 ; 22,18 s. ; 27,23-24). Cette interprétation pourrait être plausible dans la mesure où Paul révélerait explicitement qu’il a eu une révélation, comme en Ga 2,2. Il ne le déclare pas clairement en 1 Th 4,15.

21Par ailleurs, on remarquera qu’à l’exemple de 1 Co 7,10.12, Paul sait distinguer entre une parole du Seigneur et ses propres consignes.

  • 22 Bassin, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 143.

22De plus, en 1 Th 4,15, la préposition en peut aussi signifier « d’après », ou « selon »22. Si Paul dit quelque chose d’après une parole du Seigneur, cela ne signifie en rien qu’il reproduit la parole elle-même. Son propos peut découler d’une parole du Seigneur qui a été transmise par les communautés chrétiennes et qu’il est malaisé de déceler ou de caractériser comme le montrent les lignes précédentes. Il fait alors référence à cette parole pour esquisser son scénario sur la venue du Seigneur.

23En citant une confession de foi en 1Th 4,14, Paul rappelle aux Thessaloniciens que la foi en la résurrection de Jésus impliquait aussi le fait de croire en la résurrection des morts. En fondant sur une parole du Seigneur son ébauche de la venue du Seigneur, il étaye sa pensée sur un autre élément de la tradition chrétienne. Quelle que soit la nature de la parole invoquée, en se référant au Seigneur lui-même, il donne plus de force à sa catéchèse. Désormais celle-ci s’appuie non seulement sur une confession de foi, mais encore sur un enseignement du Seigneur.

  • 23 En 4 Esd 13,14-24, le participe hoi perileipomenoi désigne ceux qui seront en vie à la fin des temp (...)
  • 24 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 539.

24Dans la suite de son propos - « à savoir que nous les vivants, les laissés en vie pour (ou à) la parousie du Seigneur, nous ne précéderons pas ceux qui se sont endormis... » -, Paul distingue deux groupes : les vivants et les morts. De nouveau, il recourt à la métaphore du sommeil pour désigner les morts comme « ceux qui sont endormis » (tous koimèthentas). Il qualifie ensuite les « vivants » de « laissés en vie pour la parousie » en usant du participe hoi perileipomenoi dans le sens de « laissés en vie » comme en 4 Esd 13,20-2423. En employant le pronom « nous » pour désigner les vivants, Paul considère qu’il sera encore vivant lorsque le Seigneur viendra. On a proposé de rattacher le complément eis tèn parousian au verbe phthasômen et de traduire ainsi : « nous les vivants les laissés en vie, à la parousie du Seigneur nous ne devancerons pas les morts. » On éviterait de faire dire à Paul que lui, ses collaborateurs et aussi ses lecteurs seraient encore vivants à la parousie. Mais c’est un maigre bénéfice : au moment où Paul rédige sa lettre, lui-même, ses compagnons de mission et les destinataires de son épître croyaient certainement à une parousie prochaine24. Cette exégèse n’a donc pas été suivie.

25En poursuivant sa lettre par le scénario de la parousie, Paul explique pourquoi les vivants ne devanceront pas les morts. En effet, selon 1 Th 4,16-17, la parousie se déroulera en trois actes.

  • 25 Le verbe katabainô est encore utilisé pour décrire la descente de Dieu en vue du jugement (Mi 1,3).

26Il y aura d’abord la descente du Seigneur (1 Th 4,16a) : « à savoir, le Seigneur lui-même, au commandement, à la voix de l’archange et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel... ». Ici, le substantif Kurios désigne le Seigneur dans sa gloire, le Christ glorifié. Selon les représentations cosmologiques contemporaines, il descend lui-même du ciel, le lieu de son séjour à la droite de Dieu, car depuis la résurrection il est dans la gloire au ciel (Rm 8,34). Il descend, comme Dieu était descendu (katabainô, également 1 Th 4,1625) sur le mont Sinaï (Ex 19,18.20).

  • 26 Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 261.

27La descente du Seigneur se fait « au commandement, à la voix de l’archange et au son de la trompette de Dieu. ». On a fait remarquer que, dans ce membre de phrase, les deux actes de la scène, la voix de l’archange et la trompette de Dieu, étaient reliés par la conjonction kai et distincts de « au commandement ». On s’est alors posé la question : qui a donné le commandement, l’archange ou Dieu lui-même ? On a ainsi compris que le commandement était donné par les deux : au commandement, c’est-à-dire à la voix de l’archange et à la trompette de Dieu, (le Seigneur) descendra du ciel26.

  • 27 Bruce, 1&2 Thessalonians, p. 100-101 ; Bassin, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 146.

28Faut-il s’imaginer un scénario aussi précis ? Peut-être pas. Paul, qui a déjà employé le verbe katabainô utilisé en Ex 19,18.20, se sert aussi en 1 Th 4,16 de motifs théophaniques et apocalyptiques. Ainsi le motif de la voix des anges apparaît en Ap 5,2 et 7,2, alors que le motif de la voix est présent dans le récit de la théophanie au Sinaï (Ex 19,16). En outre, dans l’Ancien Testament, le motif de la trompette apparaît dans des évocations du jour de Yahvé (Jo 2,1 ; So 1,16 ; Za 9,14), les récits de rassemblement du peuple (Jo 27,12-13)27 et de théophanie (Is 27,13), en particulier dans celui de la théophanie au Sinaï (Ex 19,13.16.19). En recourant à de tels motifs qui se retrouvent, entre autres, dans le récit de la théophanie au Sinaï, Paul n’entend peut-être pas décrire de façon précise, en 1 Th 4,16-17, la venue du Seigneur, mais il semble avoir l’intention de donner à l’événement une portée qu’il convient de déceler au terme de la lecture du passage.

29A la descente du Seigneur succédera d’abord (prôton) la résurrection des morts (4,16b) : « et les morts en Christ ressusciteront d’abord. » Ici, Paul explicite ce qu’il avait suggéré en 4,14 et répond à l’anxiété des Thessaloniciens en affirmant clairement que les morts ressusciteront d’abord. En désignant les morts par l’expression « morts en Christ (nekroi en christôi) », il pense aux chrétiens décédés. Pour lui, leur situation de « morts en Christ » leur vaut en effet de ressusciter pour la parousie. Paul ne précise pas comment les morts ressusciteront, car, vraisemblablement, ce n’est l’objet de son propos. Il le fera plus tard. En 4,16, son intention est plutôt de rappeler que les morts comme les vivants seront à la parousie avec le Seigneur.

  • 28 Vie grecque d’Adam et d’Ève 37,3 ; Apocalypse d’Esdras 5,7 ; Jubilés 4,23 ; Ap 12, 5.

30La résurrection des morts dont Paul vient de parler est différenciée d’un autre acte, l’enlèvement des morts et des vivants à la rencontre du Christ qui adviendra ensuite (epeitha) (4,17) : « ensuite, nous les vivants, les laissés en vie, en même temps (ensemble) avec eux, nous serons enlevés dans les nuées à la rencontre du Seigneur dans l’air ; et ainsi toujours, nous serons avec le Seigneur. » En employant le pronom hèmeis dans le membre de phrase « nous les vivants », comme en 4,15, Paul se compte parmi les vivants lorsque le Seigneur se manifestera. Il précise aussi que les morts et les vivants seront enlevés ensemble (hèmeis hoi zontes [...] ama sun autois) à la rencontre du Seigneur. Pour parler de cet « enlèvement », il use du verbe harpazein conjugué au passif théologique. Ce motif, utilisé dans les écrits apocalyptiques28, Paul l’emploie aussi pour évoquer ses propres expériences spirituelles (2 Co 12,2.4).

  • 29 E. Peterson, « Apantèsis », Theologisches Wôrterburch zum Neuen Testament, 1.1, p. 380.
  • 30 Par ex. Jg 4,18 ; 6,35 ; 11,31.34 ; 14,5 ; 15,14, etc.

31Les « nuées » dans lesquelles les morts et les vivants sont enlevés constituent un autre élément du décor des apocalypses (Dn 7,13, LXX) et des théophanies (Ex 16,10), comme celle du Sinaï (Ex 19,16). A l’exemple de la description de la venue du Fils de l’homme en Mc 13,26 et de l’enlèvement des deux témoins en Ap 11,12, les nuées servent de véhicules. Selon 1 Th 4,17, elles permettent aux morts et aux vivants d’aller à la rencontre du Seigneur. Pour désigner cette rencontre, Paul utilise le substantif apantèsis employé dans la littérature grecque à propos de l’accueil solennel d’un souverain dans une ville hellénistique29. Par ailleurs, l’expression eis apantèsin est utilisée à de nombreuses reprises dans la Septante pour traduire l’hébreu lqr’t30, alors qu’une expression analogue (eis synapantèsin tou theou) se retrouve dans l’épisode du Sinaï (Ex 19, 17) qui raconte comment Moïse fit sortir le peuple à la rencontre de Dieu, hors du camp. Après avoir employé en 1 Th 4,16-17 plusieurs mots ou motifs utilisés dans le récit de la théophanie du Sinaï, Paul peut très bien reprendre en 4,17 l’expression eis apantèsin en faisant écho à la scène vétérotestamentaire.

  • 31 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 548.

32Dans sa lettre, Paul relate ensuite que la rencontre des vivants et des morts qui ont été enlevés dans les nuées se fera dans « l’aèr », là où, selon les anciens, se meuvent les astres, entre la terre et l’éther31, et il précise que la rencontre avec le Seigneur inaugure un état durable, éternel : « et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » Sans apporter d’autres précisions, il conclut sa parénèse en invitant les Thessaloniciens à s’exhorter eux-mêmes par ses paroles. On peut se demander pourquoi, dans sa lettre, Paul n’en dit pas plus sur ce temps où morts et vivants enlevés dans « l’aèr » seront avec le Seigneur. La raison en est peut-être qu’il a donné une réponse à la question posée par les chrétiens de Thessalonique. Il les a rassurés en leur confirmant que les morts ressusciteront et qu’enlevés avec les vivants ils seront toujours avec le Seigneur. Cela suffit. Par contre, dans la deuxième partie de sa parénèse (5,1-11), Paul prendra soin d’exhorter ses correspondants à veiller et à se tenir prêts pour le jour du Seigneur qui viendra soudain comme un voleur.

  • 32 La catéchèse paulinienne sur la résurrection des morts en 1 Co 15 commence, elle aussi, par une int (...)
  • 33 Trimaille, « La première épître aux Thessaloniciens », p. 214.

33C’est la première fois dans une lettre à une communauté chrétienne que Paul expose par écrit sur quoi repose l’espérance en la résurrection des morts et comment il la conçoit. Son exposé est succinct. Si Paul a pris soin de poser en 1 Th 4,14 un fondement théologique, c’est que, pour lui, la foi en la résurrection des morts s’enracine dans la foi en la mort et la résurrection de Jésus. Il développera ce point beaucoup plus amplement dans une autre catéchèse sur la résurrection des morts (1 Co 15,1-58), construite selon un schéma analogue à 1 Th 4,13-1832. En 1 Co 15,35-55, Paul présente tout un déve­loppement sur la transformation des corps à la résurrection. S’il n’y a pas de parallèle direct avec 1 Th 4, 15-17, il n’est pas impossible qu’en déclarant dans son scénario de la parousie que les vivants et les morts seront enlevés sur les nuées à la rencontre du Seigneur, Paul suggère discrètement, à l’aide d’une représentation spatiale, cette idée de « transformation »33.

34Le scénario par lequel Paul se représente la venue du seigneur est simple et se déroule en trois temps :

35- la descente du Seigneur, au commandement, c’est-à-dire à la voix de l’archange et au son de la trompette de Dieu (4, 16a),
- la résurrection des morts (4, 16b),
- l’enlèvement des morts et des vivants à la rencontre du Seigneur pour être toujours avec lui.

  • 34 J. Dupont, SYN CHRISTÔI. L’union avec le Christ suivant saint Paul, 1ère partie, « Avec le Christ » (...)

36Pour esquisser ce scénario, Paul se sert de motifs apocalyptiques relevés au cours de notre lecture. À plusieurs reprises, celle-ci a mis en évidence que plusieurs d’entre eux apparaissaient dans le récit de la théophanie au Sinaï’ en Ex 19,10-25 : la descente du Seigneur, la voix, la trompette, la nuée, la rencontre. On conclura que Paul n’ignorait pas la scène du Sinaï’ et que, s’il en reprend des motifs pour ébaucher un scénario de la parousie, il rédige sa parénèse de 1 Th 4,13-18 en écho à la théophanie sinaïtique34. Au Sinaï, il s’agissait du rassemblement du peuple et de la rencontre avec Dieu en vue de l’Alliance et du don de la Loi. Selon l’épître aux Thessaloniciens, une nouvelle rencontre se profile pour la fin des temps, celle du nouveau peuple de Dieu avec son Seigneur, le Ressuscité, rassemblant définitivement autour de lui les morts qui ressusciteront et les vivants qui seront transformés.

Haut de page

Notes

1 Le substantif hoi koimômenoi est synonyme de hoi nekroi que Paul utilise au v. 16. C’est une expression largement répandue dans le monde gréco-romain qui compare la mort à un sommeil : B. Rigaux, Saint Paul. Les épîtres aux Thessaloniciens (Études bibliques), Paris-Gembloux, 1956, p. 529 ; J.E. Frame, A Critical and Exegetical Commentary on the Epistles of St. Paul to the Thessalonians (The International Critical Commentary), Edinburgh, 1975, p. 166 ; F.F. Bruce, 1&2 Thessalo-nians (Word Biblical Commentary 45), Waco, 1982, p. 95-96 ; E. Best, A Commentary on the First and second Epistles to the Thessalonians (Black’s New Testament Commentary), London, 1986, p. 186 ; S. Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, (Lectio Divina - Commentaires 7), Paris, 1999, p. 244, n. 6.

2 A. Lindemann « Paulus und die korinthische Eschatologie. Zur These eine ‘Entwicklung’ im paulinischen Denken », New Testament Studies (NTS), 37 (1991), p. 377-378. 382. 391.

3 La « pragmatique » du passage ne saurait en effet s’appliquer à l’humanité morte et vivante. Paul s’adresse à la communauté (v. 13), fait appel à sa foi (v. 14), demande à ses membres de se réconforter mutuellement (v. 18) : H. Merklein, « Der Theologe als Prophet. Zur Funktion prophetischen redens im theologischen Diskurs des Paulus », NTS, 38 (1992), p. 403-404.

4 J. Becker, Paul « L’Apôtre des nations », (Théologies Bibliques), Paris, 1995, p. 169-170.

5 G. Haufe, Der erste Brief des Paulus an die Thessalonicher (Theologischer Handkommentar zum Neuen Testament 12/1), Leipzig, 1999, p. 78.

6 C’est l’interprétation couramment admise. Par ailleurs, selon W. Schmlthals, Paul réagirait à la suite de l’enseignement de prédicateurs gnostiques affirmant que la résurrection avait déjà été expérimentée : Paulus und die Gnostiker. Untersuchungen zu den kleinen Paulusbriefen (Theologische Forschung 35), Hamburg, 1965, p. 89-157. Pour J. Plevnik, qui s’appuie sur la littérature apocalyptique concernant ceux qui ont été enlevés aux cieux, Paul réagirait au fait que, selon certains Thessaloniciens, les morts ne pourraient avoir part à l’enlèvement avec le Christ, réservé aux seuls chrétiens vivants au moment de la parousie : « The Taking Up of the Faithful and the Resurrection of the Dead in 1 Thessalonians 4, 13-18 », Catholic Biblical Quarterly, 46 (1984), p. 274-283. Selon C. A. Wanamaker, Paul apporterait une réponse à certains chrétiens de Thessalonique qui pensaient que le jour du Seigneur était déjà venu et qui s’inquiétaient au sujet de leurs morts : The Epistles to the Thessalonians. A Commentary on the Greek Text (The New International Greek Testament Commentary), Grand Rapids, 1990, p. 166. L. Morris suppose que des croyants considéraient le décès de certains d’entre eux comme un châtiment de leurs péchés, avant la venue du Seigneur : The First and Second Epistles to the Thessalonians (The New International Commentary on the New Testament), Grand Rapids, 1991, p. 135.

7 C. Masson, Les deux épîtres aux Thessaloniciens (Commentaire du Nouveau Testament Xla), Neuchâtel-Paris, 1957, p. 53-54. Rigaux a noté que le désespoir païen a trouvé des expressions dans la littérature et les inscriptions qui souvent portaient : personne n’est immortel ; et pour toute consolation : on ne peut rien faire là contre (Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 533).

8 On relève en 1 Th 4,14 trois irrégularités. 1) Une conditionnelle (réelle) est suivie du second membre d’une comparaison. Ainsi, au lieu de : « si [...] de même [...] (e/... houtôs kai ...) » on attendrait : « de même que [...] de même [...] (hôs ... houtôs kai ...) ». 2) Il y a un changement de sujet d’une phrase à l’autre : »nous » (dans pisteuomen), « Dieu » (dans ho Theos... axei). Ainsi on passe de l’énoncé d’une croyance subjective à celui d’une vérité objective. 3) Dans la première phrase, Jésus est le sujet du verbe qui exprime sa propre résurrection (anestè) ; dans la seconde, Dieu est l’agent de la résurrection des morts. Pour être équilibrée, la phrase aurait dû être formulée de la façon suivante : « Comme, en effet, Dieu a ressuscité Jésus (des morts), ainsi, il conduira ceux qui se sont endormis par Jésus avec lui. » (Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 248).

9 Le verbe anistèmi est rare dans les lettres pauliniennes. Il se lit en Rm 15,12 (une citation d’Is 11,10), Eph 5, 14 (une citation), 1 Th 4,14.16. En 1 Th 4,14, il constitue un indice de la présence d’un élément prépaulinien. Haufe considère que la proposition pisteuomen hoti Ièsous apethanen kai anestè est une formule de foi (Der erste Brief des Paulus..., p. 78).

10 Legasse a bien résumé la discussion (Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 249-252).

11 F. Bassin, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens (Commentaire évangélique de la Bible), Vaux-sur-Seine, 1991, p. 144.

12 M. Trimaille, « La première épître aux Thessaloniciens », dans C. Reynier, M. Trimaille, Les épîtres de Paul. III, Ephésiens-Philippiens-Colossiens-Thessaloniciens-Thimothée-Tite-Philémon, Paris, 1997, p. 212.

13 Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 255.

14 J. Jeremias, Unbekannte Jesusworte, Gutersloh, 1963 (3e éd.), p. 77-79.

15 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 538.

16 Masson, Les deux épîtres aux Thessaloniciens, p. 63.

17 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 539.

18 Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 256.

19 M. Dibelius, An die Thessaloniker I-II. An die Philipper, (Handbuch zum Neuen Testament 11), Tubingen, 1937 (3e éd.), p. 25.

20 Becker, Paul « L’Apôtre des nations », p. 172.

21 E. von Dobschutz, Die Thessalonicher-Briefe, (Kritisch-exegetischer Kommentar über das Neue Testament 10), réimp. de l’éd. de 1909, Göttingen, 1974, p. 193 ; Masson, Les deux épîtres aux Thessaloniciens, p. 62-63 ; Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 257-259.

22 Bassin, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 143.

23 En 4 Esd 13,14-24, le participe hoi perileipomenoi désigne ceux qui seront en vie à la fin des temps : « Il vaut mieux parvenir au terme à travers les dangers [ne pas mourir] que disparaître du monde comme une nuée et ne pas voir ce qui arrivera à la fin des temps [...] Ceux qui seront laissés [même expression qu’en 1 Th 4] seront plus heureux que ceux qui seront morts. » (Trad. P. Geoltrain).

24 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 539.

25 Le verbe katabainô est encore utilisé pour décrire la descente de Dieu en vue du jugement (Mi 1,3).

26 Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 261.

27 Bruce, 1&2 Thessalonians, p. 100-101 ; Bassin, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 146.

28 Vie grecque d’Adam et d’Ève 37,3 ; Apocalypse d’Esdras 5,7 ; Jubilés 4,23 ; Ap 12, 5.

29 E. Peterson, « Apantèsis », Theologisches Wôrterburch zum Neuen Testament, 1.1, p. 380.

30 Par ex. Jg 4,18 ; 6,35 ; 11,31.34 ; 14,5 ; 15,14, etc.

31 Rigaux, Les épîtres aux Thessaloniciens, p. 548.

32 La catéchèse paulinienne sur la résurrection des morts en 1 Co 15 commence, elle aussi, par une introduction. Celle-ci est suivie d’un fondement théologique qui reproduit une confession de foi (1 Co 1,3-11) plus développée qu’en 1 Th 4,14 et à partir de laquelle Paul construit son exposé. Merklein a bien relevé les accords de structure qu’il y a entre les deux passages épistolaires (« Der Theologe als Prophet... », p. 414-419).

33 Trimaille, « La première épître aux Thessaloniciens », p. 214.

34 J. Dupont, SYN CHRISTÔI. L’union avec le Christ suivant saint Paul, 1ère partie, « Avec le Christ » dans la vie future, Bruges-Louvain, 1952, p. 69 ; Trimaille, « La première épître aux Thessaloniciens », p. 213 ; Legasse, Les épîtres de Paul aux Thessaloniciens, p. 265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Coulot, « À la venue du Seigneur (1 Th 4, 13-18) », Revue des sciences religieuses, 80/4 | 2006, 499-509.

Référence électronique

Claude Coulot, « À la venue du Seigneur (1 Th 4, 13-18) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/4 | 2006, mis en ligne le 29 septembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2074 ; DOI : 10.4000/rsr.2074

Haut de page

Auteur

Claude Coulot

Faculté de Théologie catholique, Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page