Navigation – Plan du site
Recensions

Édouard Cothenet, La chaîne des témoins dans l’évangile de Jean. De Jean-Baptiste au disciple bien-aimé, Paris, Éd. du Cerf, Lire la Bible 142, 2005, 147 p.

Jacques Schlosser
p. 565-566
Référence(s) :

Paris, Éd. du Cerf, Lire la Bible 142, 2005, 147 p.

Texte intégral

1Le premier contact avec ce livre surprendra sans doute le lecteur habitué à lire des travaux d’exégèse. Il tombera souvent sur des Ouvertures et des Notes qui reproduisent de nombreux textes de théologiens, de Pères de l’Église, d’Augustin en particulier (des extraits de son commentaire sur Jn surtout), et proposent des réflexions sur des points particuliers. À la lecture il sera reconnaissant à l’auteur pour le gain spirituel et théologique qu’il en retirera.

2L’essentiel de l’ouvrage reste néanmoins l’étude exégétique, portant sur le thème du témoignage dans le quatrième évangile. L’A., un exégète de métier et un spécialiste reconnu des écrits johanniques, se propose (p. 11) d’étudier les « textes où figure explicitement la notion de témoignage » (le verbe « témoigner » et le substantif « témoignage »). À première vue, ce cri­tère n’est pas respecté pour Jn 7,37-39, traité au chapitre 5 du livre, mais comme Jn 8,12 renoue avec 7,45-52 par-dessus l’épisode inséré de la femme adultère, ce choix est tout à fait justifié. Pour la méthode, l’A. mène son étude « au niveau synchronique » (p. 19), et sans recourir, sinon occasionnellement, aux épîtres de Jean. On glanera pourtant ici ou là de précieuses informations sur la genèse des textes et sur des questions historiques, et on ne s’en plaindra pas ; on corrigera juste la petite coquille de la p. 123 : le deuxième fils de Zébédée n’est pas André, le frère de Pierre, mais Jacques.

3Comme le suggère le sous-titre, l’importance du thème du témoignage dans Jn se dégage déjà de sa présence au début et à la fin de l’évangile. Le rôle de Jean-Baptiste est principalement de témoigner en faveur de celui qui est plus grand que lui (Jn 1,7-8.15 ; 1,19.32-34) et ce rôle sera reconnu par Jésus lui-même (5,31-39) et par le narrateur (10,40-41). Le Baptiste ne quittera d’ailleurs pas la scène sans avoir présenté Jésus lui-même comme le témoin (3,31-35), et Jésus se reconnaîtra dans ce rôle (8,13 s.) ; il l’assumera solennellement devant Pilate comme but même de sa venue en ce monde (18,37). À l’autre extrémité de l’évangile, le disciple bien-aimé s’engage à son tour dans le témoignage (19,35 ; 21,24), tout en suggérant discrètement à l’Église de prendre le relais.

4On le sait, le tribunal est un des lieux privilégiés où l’on rencontre des témoins. Dans l’Antiquité, le procès était en quelque sorte un combat (voir p. 13), et pour gagner un procès il était indispensable de recourir à des témoins engagés. Pour une bonne part, l’évangile de Jean, bien avant le récit de la passion, met en scène une sorte de procès de Jésus. Jésus est accusé pour ce qu’il fait et dit, on cherche à le « convaincre » de péché (8,46), et Nicodème déplore qu’on ait omis un interrogatoire digne de ce nom (7,47). Jean fait donc défiler les principaux témoins qui prennent la défense de Jésus dans les grands débats avec les juifs. Jésus reconnaît le témoignage de Jean Baptiste, mais il a mieux à produire. Dans la grande controverse de Jn 5, il se réclame du témoignage que Dieu manifeste dans les œuvres de son Fils (voir aussi 10,25), mais aussi par le biais des Écritures. Contesté parce qu’il se rend témoignage à lui-même, Jésus s’adjoint comme témoin irrécusable le Père qui l’a envoyé (8,16), un témoin dont l’engagement en sa faveur est indéfectible : « celui qui m’a envoyé est avec moi, il ne m’a pas laissé seul » (8,29). Dans les discours d’adieux, Jésus regarde au-delà de sa mort. Après son départ et sa montée vers le Père, sa cause sera prise en charge par le témoin essentiel qu’est l’Esprit de vérité, et par des témoins que leur fréquentation de Jésus durant son ministère, « depuis le début », qualifie parfaitement pour cette fonction : les disciples et amis de Jésus (Jn 15,26-27).

5Les textes brièvement présentés ici font l’objet, dans le livre, d’une analyse soignée, que l’auteur a tenu à présenter de manière simple et claire. L’exégèse porte non seulement sur les passages précis où se trouvent les termes du champ lexical du témoignage, mais aussi sur les contextes respectifs. De ce fait, et parce que l’A. mène son étude en tenant compte du déroulement narratif de l’évangile, la lecture de ce livre ne fera pas seulement connaître à son lecteur l’important thème du témoignage, elle lui fournira aussi, d’une manière pédagogique et accessible, une bonne introduction à l’évangile de Jean et de précieuses indications sur sa réception aujourd’hui, y compris dans la pastorale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Schlosser, « Édouard Cothenet, La chaîne des témoins dans l’évangile de Jean. De Jean-Baptiste au disciple bien-aimé, Paris, Éd. du Cerf, Lire la Bible 142, 2005, 147 p. », Revue des sciences religieuses, 80/4 | 2006, 565-566.

Référence électronique

Jacques Schlosser, « Édouard Cothenet, La chaîne des témoins dans l’évangile de Jean. De Jean-Baptiste au disciple bien-aimé, Paris, Éd. du Cerf, Lire la Bible 142, 2005, 147 p. », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/4 | 2006, mis en ligne le 13 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2064

Haut de page

Auteur

Jacques Schlosser

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page