Navigation – Plan du site
Recensions

Paul Winninger, Le conseil presbytéral sous l’épiscopat de Mgr Joseph Doré

Le réaménagement pastoral du diocèse de Strasbourg de 1997 à 2007, Publications de l’ERCAL 19, Strasbourg 2010, 122 pages
Marcel Metzger
p. 315-316
Référence(s) :

Paul Winninger, Le conseil presbytéral sous l’épiscopat de Mgr Joseph Doré. Le réaménagement pastoral du diocèse de Strasbourg de 1997 à 2007, Publications de l’ERCAL 19, Strasbourg 2010, 122 pages.

Texte intégral

1En 1998, le professeur Paul Winninger publiait, dans le 13e volume de la collection de l’ERCAL, une étude intitulée Le conseil presbytéral sous les épiscopats Elchinger et Brand. L’évolution de l’Église en Alsace de 1967 à 1997. Il vient de lui donner une suite, en publiant le 19e volume de la même collection, et en adaptant le titre du précédent. L’avant-propos du directeur de la collection, Jean-Luc Hiebel, fait explicitement le lien entre les deux publications.

2Bien que notre époque abonde en informations, il est pourtant des institutions ecclésiastiques qui risquent de ne laisser que peu de traces écrites. C’est le cas des assemblées du conseil presbytéral. Toutes n’ont pas bénéficié du minimum d’information dû à leurs mandataires, par une publication dans les bulletins diocésains. Dans ces conditions, on sait gré à l’A. de s’être appliqué depuis des décennies, et grâce à ses multiples compétences d’historien, de sociologue et de théologien, à recueillir les documents significatifs, non seulement ceux qui ont été diffusés officiellement, mais surtout les rapports et les dossiers préalables ou annexes qui risquaient d’être jetés et oubliés. Il en a repéré les secrétaires et les détenteurs, en particulier Pierre Speich et Robert Strasser ; il leur rend hommage (p. 4, 89).

3Comme dans le volume précédent, l’A. propose un journal détaillé des assemblées du conseil presbytéral, pendant les deux mandatures de 1998-2002 et 2003-2006. Dans une deuxième partie, il présente les activités des différentes commissions. Or, sous l’épiscopat de l’archevêque Joseph Doré, l’activité du conseil presbytéral a été orientée de bout en bout par l’élaboration et la mise en place d’un projet de réorganisation affectant l’ensemble des activités pastorales du diocèse et appelé « Réaménagement pastoral » (p. 57).

4La documentation réunie rend compte de la variété et de la diversité des questions pastorales posées aux prêtres diocésains dans la situation présente. Elle fournit des indications statistiques sur l’état du clergé. Elle permet aussi de suivre l’évolution des pratiques pastorales correspondantes, avec les interventions des autorités centrales et les réactions des pasteurs eux-mêmes, dans leurs cheminements avec leurs communautés, par exemple à propos des pratiques pénitentielles et de la réception, parfois critique, des normes élaborées par les instances supérieures (p. 34, 41). Un parcours à travers les rapports des assemblées successives permet aussi d’observer les évolutions, pas toujours linéaires, des réorganisations hiérarchiques de la pastorale, avec ses fluctuations dans la définition des compétences respectives des vicaires épiscopaux et des doyens (p. 48) ou l’abandon des projets devenus irréalisables au fil du temps (la maison diocésaine, p. 44 et 48).

5L’A. ne manque pas d’insérer dans ses analyses des observations personnelles judicieuses, comme à propos de « la bonne durée d’un ministère dans une paroisse » (p. 66), citant l’exemple d’un de ses amis, de la même année d’ordination que lui. Il analyse, en conclusion, la mise en place et l’évolution de ce qui a été le sujet principal de toutes les assemblées du conseil presbytéral, voulu par les instances dirigeantes, le « réaménagement pastoral », depuis les premiers regroupements rendus nécessaires par la raréfaction des prêtres. Or, c’est bien de là que provient la difficulté principale de la pastorale. De publication en publication, l’A. en rappelle la gravité. Quand sera-t-il entendu ? Ce cri est lancé à nouveau dans les dernières lignes de l’ouvrage : « Ce serait une erreur suicidaire de réduire le nombre des prêtres, car toute communauté de croyants, même peu nombreuse, a droit et besoin essentiels de l’eucharistie et des sacrements » (p. 119).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « Paul Winninger, Le conseil presbytéral sous l’épiscopat de Mgr Joseph Doré », Revue des sciences religieuses, 85/2 | 2011, 315-316.

Référence électronique

Marcel Metzger, « Paul Winninger, Le conseil presbytéral sous l’épiscopat de Mgr Joseph Doré », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/2 | 2011, mis en ligne le 02 septembre 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2050

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page