Navigation – Plan du site
Recensions

Hugues Puel, Une éthique pour l’économie

Ethos, crises, choix. Paris, Éd. du Cerf, Coll. « Recherches morales », 2010, 310 p.
Marc Feix
p. 314-315
Référence(s) :

Hugues Puel, Une éthique pour l’économie. Ethos, crises, choix. Paris, Éd. du Cerf, Coll. « Recherches morales », 2010, 310 p.

Texte intégral

1Alors qu’il était maître de conférences en économie à l’Université Lumière (Lyon II) et secrétaire général d’Economie et Humanisme fondée par le Père Lebret, le dominicain Hugues Puel publiait en 1989 un essai d’éthique économique aux éditions Cujas/Cerf L’économie au défi de l’éthique. Cet ouvrage apparaissait alors aux yeux des enseignants en sciences sociales dans l’enseignement catholique comme une référence essentielle à toute bibliographie de travaux d’étudiants, mais ouvrait surtout de nouvelles pistes de dialogue au christianisme et les milieux économiques. La question la plus importante de l’époque, surtout dans la réflexion sociale chrétienne, était sans nul doute de savoir s’il était possible de choisir entre les systèmes économiques.

2Le monde économique et financier a bien changé depuis. L’auteur le montre par une première partie où les exemples constituent autant d’expériences sur lesquelles appuyer une réflexion renouvelée sur l’économie. Ces expériences permettent surtout de reconnaître des ethos, de décrire les crises qui secouent le monde et de discerner des choix, comme le suggère d’entrée le sous-titre de l’ouvrage.

3Pour H. Puel, les transformations du monde affectent les représentations que l’humain a de ce monde et la manière d’envisager son action dans la société. Les coutumes s’en trouvent modifiées et les systèmes qu’elles constituent aussi, tant du point de vue des religions, de l’exercice du pouvoir ou des représentations de soi. Ces passages constituent autant de crises, comme phases d’évolution des choses et des mentalités, qu’il est possible d’observer dans l’histoire et l’évolution économique récente. Les acteurs eux-mêmes l’illustrent : de l’entrepreneur au financier, du travailleur prolétaire au salarié, du consommateur de l’opulence à celui de la décroissance. Les évolutions techniques et la révolution de l’information y concourent. Le passage d’une économie naturelle à la monétarisation et la financiarisation (y compris par ses crises récentes) de l’économie en est un autre signe.

4Cette analyse permet à l’auteur de poser les critères des choix éthiques à opérer : une économie au service de l’homme, l’entreprise comme lieu de production de biens et de services, l’ancrage territorial de l’économie (fidélité à Économie et Humanisme oblige !), l’État entre violence et fraternité, les interdépendances mondiales, l’articulation nécessaire entre l’humanisme séculier et le personnalisme chrétien. La différence entre ces deux derniers est la qualité du tiers dans la relation : l’humanité comme fondement et fin de toute chose ou la reconnaissance de l’unique médiateur, le Christ, à l’interstice de toute relation. L’auteur cite alors Christian Ponson au sujet de la Chronique sociale des catholiques lyonnais : « Les membres… voient dans le Christ la figure du pauvre maltraité. Ils en viennent à penser que la nécessaire charité n’empêche pas de faire progresser la justice et qu’il peut y avoir dans une législation sociale (même votée par une majorité anticléricale) des développements de l’exigence évangélique selon laquelle ce que l’on fait au plus petit des frères est un hommage et une reconnaissance au Christ lui-même » (p. 292).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Hugues Puel, Une éthique pour l’économie », Revue des sciences religieuses, 85/2 | 2011, 314-315.

Référence électronique

Marc Feix, « Hugues Puel, Une éthique pour l’économie », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/2 | 2011, mis en ligne le 02 septembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2048

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page