Navigation – Plan du site
Recensions

Paul H. Dembinski (dir.), Pratiques financières, regards chrétiens

Paris, DDB, 2009, 342 p.
Marc Feix
p. 312-314
Référence(s) :

Paul H. Dembinski (dir.), Pratiques financières, regards chrétiens, Paris, DDB, 2009, 342 p.

Texte intégral

1Paul Dembinski, directeur de l’Observatoire de la Finance à Genève et Professeur à l’Université de Fribourg, réunit sous sa direction dix-sept auteurs pour aborder en vingt-et-une contributions la question des pratiques financières selon une perspective chrétienne. Le pluriel est important tant la pluralité des options et l’interdisciplinarité traversent l’ouvrage. Celui-ci est structuré en trois grandes parties. La première aborde la question de la finance au travers des principaux documents ecclésiaux. La deuxième envisage les enjeux éthiques des pratiques financières. La troisième, intitulée « vers le grand large », est une sorte de conclusion ouvrant sur les nouvelles questions posées par la finance mondiale et les enjeux civilisationnels de la financiarisation de l’économie.

2La première partie privilégie l’approche doctrinale quant à la place de l’économie et de la finance dans la réflexion des Églises. Les auteurs abordent cela du point de vue catholique. Après une introduction générale sur le statut de la Doctrine sociale de l’Église, A. Talbot s’intéresse à l’encyclique de Léon XIII Rerum novarum. P. de Laubier établit un dialogue à un siècle de distance entre l’ouvrage de Karl Marx Das Kapital (1867) et l’encyclique de Paul VI Populorum progressio (1967). Il montre ainsi les apports réflexifs de la pensée marxienne dans la pensée sociale de l’Église, cette dernière se démarquant quant à la mise en œuvre révolutionnaire. J. Bichot s’intéresse à l’encyclique de Jean-Paul II Sollicitudo rei socialis et spécialement aux structures de péché. Dembinski aborde pour sa part la question de l’économie dans l’encyclique de Benoît XVI Caritas in veritate. R. Williams complète le tableau ecclésial en abordant la question du point de vue anglican, alors que de Laubier et Dembinski présentent les positions de l’Église orthodoxe russe. Jean-Yves Calvez clôt cette partie par une triple approche thématique : le concile Vatican II, l’extension de la réflexion aux aspects structurels et la question internationale désormais centrale et par conséquent incontournable.

3On remarquera dans cette première partie l’absence d’une réflexion systématique sur les pensées issues des Réformes. Cela s’explique en partie par les trois contributions spécifiques concernant les discussions théologiques autour du prêt à intérêt qui inaugurent la deuxième partie consacrée aux enjeux éthiques des pratiques financières. Il s’agit bien de la finance comme pratiques et non-pas des doctrines ou théories, ni même des représentations comme interprétations du monde. L’éthique financière est envisagée à partir des pratiques : c’est un point de départ méthodologique. J.-C. Lavigne propose une synthèse de la position catholique. E. Dommen et M. Faessler montrent comment Calvin, contrairement aux autres réformateurs comme Luther, Melanchthon ou Zwingli, en arrive à autoriser – avec des clauses restrictives – le prêt à intérêt chez les protestants et infléchit ainsi la position dominante issue de la réflexion des scolastiques. H. Puel, pour sa part, aborde la question de la « vision de l’économie dans l’enseignement social chrétien », se demandant si l’économie « naturelle » comme référentiel de la Doctrine sociale de l’Église garde toujours sa pertinence dans l’économie moderne. Cela posé, cette deuxième partie présente la finance dans sa complexité théorique : la détention des liquidités (A. Delaunoy), le marché financier (F.-M. Monnet), le décideur (P. de Lauzun), l’investisseur (A. de Salins), l’entreprise (D. Melé), l’investissement responsable (J. Welby) et la finance solidaire (J.-P. Vigier).

4Une fois cette complexité exposée, la troisième partie permet de poser la question de la mise en place de nouvelles régulations au plan mondial, c’est-à-dire de la gouvernance financière mondiale. M. Camdessus, ancien directeur du trésor en France et du Fonds Monétaire International (FMI), évoque l’urgence et les axes d’une telle réforme. Elle doit conduire à accentuer la surveillance des marchés financiers au niveau mondial. Les seules décisions nationales ou régionales ne sont plus suffisantes. P. Dembinski en fait même un enjeu de civilisation : on serait passé de l’homo œconomicus à l’homo financiarus. « La promesse de la finance est séduisante à la fois par sa démarche qui se situe aux limites de l’efficacité mécanique et rationaliste et l’avenir de rentier qu’elle offre. […] elle est aussi angoissante […] reposant en dernière analyse sur un pari ou acte de foi actuariel » (p.328). Est radicalement posée ainsi la question de l’homme, de sa responsabilité et de son rapport à ses semblables. C’est un enjeu majeur de la pensée sociale chrétienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Paul H. Dembinski (dir.), Pratiques financières, regards chrétiens », Revue des sciences religieuses, 85/2 | 2011, 312-314.

Référence électronique

Marc Feix, « Paul H. Dembinski (dir.), Pratiques financières, regards chrétiens », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/2 | 2011, mis en ligne le 02 septembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2046

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page