Navigation – Plan du site
Recensions

Vie de Césaire d’Arles

Texte critique de Dom G. Morin. Introduction, révision du texte critique, traduction, notes et index par M.-J Delage avec la collaboration de M. Heijmans, coll. Sources chrétiennes 536, Paris, Éditions du Cerf, 2010
Isabelle Perée
p. 309-310
Référence(s) :

Vie de Césaire d’Arles. Texte critique de Dom G. Morin. Introduction, révision du texte critique, traduction, notes et index par M.-J Delage avec la collaboration de M. Heijmans, coll. Sources chrétiennes 536, Paris, Éditions du Cerf, 2010.

Texte intégral

  • 1 Bona, E., éd. Vita Sancti Caesarii episcopi Arelatensis, introduzione, testo critico, traduzione e (...)

1On n’a retrouvé que sept manuscrits de la Vita, qui vont du XIe au XIVe siècle, plus quelques fragments isolés et deux copies du XVIIe siècle d’originaux disparus. Dans l’introduction, M.-J. Delage, qui est déjà l’éditrice des Sermons de Césaire, présente les éditions antérieures de l’œuvre, de l’editio princeps par le chartreux Laurent Surius en 1573 jusqu’à celle d’E. Bona en 20021, mais elle conclut en exprimant sa décision de rééditer le texte de Dom G. Morin, car, estime-t-elle, l’édition de Bona n’a pas apporté de changements notables.

2C’est à la demande de l’abbesse Césarie-la-Jeune, sœur de Césaire, que Cyprien, évêque de Toulon, met la vie de Césaire par écrit. Il est aidé de l’évêque Firmin d’Uzès et de l’évêque Viventius que l’on suppose décédé au moment de la publication car le titre de « saint » précède son nom à l’entête de l’ouvrage. Deux clercs, le prêtre Messien et le diacre Étienne, leur viennent en aide pour écrire la seconde partie de la Vita. La rédaction du Livre I, attribué aux trois évêques, relate la vie et le parcours spirituel de Césaire, alors que la rédaction du Livre II, attribué à Messien et Étienne, traite des miracles, de la conduite et des vertus du saint, sans réelle structure ni suite logique. Malgré cette division en deux livres, la Vita forme un tout, observe M.-J. Delage, mais on ne peut affirmer que Messien et Etienne aient eu le premier livre devant les yeux en écrivant le second. On relève toutefois quelques « échos » ou « correspondances » entre les deux, comme par exemple la guérison miraculeuse du jeune homme de Ravenne (I,39) et celle de la jeune fille du diacre arlésien (II,2-3) ou encore ces phrases qui décrivent Césaire : « on l’a vu fréquemment dormir et méditer en même temps (I,46) » et « il psalmodiait en esprit avec les saints (II,5) ». Mais quelques contradictions apparaissent aussi, en particulier l’affirmation de l’apparente neutralité de l’évêque d’Arles sur le plan politico-religieux au livre I,21 et celle de ses sympathies pour les Francs catholiques au livre II,45.

3L’intérêt de la Vita est que cette œuvre hagiographique peut-être mise en parallèle avec les Sermons au peuple de Césaire, signe que les rédacteurs de la Vita connaissaient les sermons du saint ; on y trouve en effet quelques traits communs, par exemple des allusions à la sécheresse, à la fois dans la Vita (I,26) et dans les Sermons au peuple (185,7 et 208,2) ou encore les mêmes citations bibliques dans la Vita (I,54) et dans le sermon 1 (SC 175). De même pour les conditions de l’ordination (Vita I,56) signalées également dans le Sermon 1,14 et qui sont l’écho des décisions du concile d’Agde en 506.

4La Vita est imprégnée de culture biblique. Pour ses biographes, dit M.-J. Delage, Césaire est un héros biblique que l’on ne peut comprendre et à qui l’on ne peut rendre justice qu’en le comparant aux plus grands prophètes (Élie, Élysée, mais aussi Noé) et même au Christ. Les miracles sont bien sûr attribués à Dieu, mais Césaire se montre un intermédiaire de taille, on peut dire de lui qu’il représente l’un des plus beaux exemples de pasteur, alliant la rigueur et la compréhension.

5Césaire garde sa vocation particulière de « moine-évêque » en devenant « évêque-moine », c’est-à-dire que si son rôle premier est d’être pasteur du troupeau, sa façon de jouer ce rôle restera toujours empreinte de l’éducation monastique reçue à Lérins, proposant à ses fidèles la même discipline de vie qu’il s’impose à lui-même, faite d’ascèse et de morale rigoureuses. La Vita décrit cette façon d’être et de faire, que confirme la lecture des écrits de l’évêque d’Arles. M.-J. Delage nourrit sa traduction de commentaires et d’explications en notes, tant sur le contexte historique que sur les références bibliques ou le sens d’un mot. L’apport de M. Heijmans à cette nouvelle édition n’est pas moindre ; les fouilles archéologiques du site d’Arles, qui datent de 2008, ont fourni de nouvelles informations sur le plan topographique, éclairantes par rapport aux descriptions faites dans la Vita des divers bâtiments construits et habités par Césaire et ses communautés au VIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Bona, E., éd. Vita Sancti Caesarii episcopi Arelatensis, introduzione, testo critico, traduzione e commento (BHL 1508-1509), Supplementi di Lexis 16, Amsterdam 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Perée, « Vie de Césaire d’Arles », Revue des sciences religieuses, 85/2 | 2011, 309-310.

Référence électronique

Isabelle Perée, « Vie de Césaire d’Arles », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/2 | 2011, mis en ligne le 02 septembre 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2041

Haut de page

Auteur

Isabelle Perée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page