Navigation – Plan du site
Recensions

Grégoire de Nysse, Contre Eunome, I,1-146 et 147-691

Texte grec de W. Jaeger et traduction, notes et index de R. Winling, Éditions du Cerf, coll. Sources chrétiennes 521 et 524, Paris 2008 et 2010
Françoise Vinel
p. 307-309
Référence(s) :

Grégoire de Nysse, Contre Eunome, I,1-146 et 147-691. Texte grec de W. Jaeger et traduction, notes et index de R. Winling, Éditions du Cerf, coll. Sources chrétiennes 521 et 524, Paris 2008 et 2010.

Texte intégral

1Dans les années 1950, W. Jaeger avait inauguré la collection des Gregorii Nysseni Opera (toujours en cours de parution) avec l’édition en deux volumes du Contre Eunome. C’est le texte qui est repris dans la collection Sources chrétiennes pour la première partie du Contre Eunome (CE). Les colloques internationaux consacrés à Grégoire de Nysse, réunis tous les 4 ans, proposent la traduction anglaise de l’œuvre qui fait l’objet du colloque. Trois colloques ont ainsi eu lieu pour les trois parties du CE de Grégoire de Nysse, la traduction du texte même étant assurée par le Pr. Stuart G. Hall – à Pamplona en 1988 pour le CE I, à Olomouc en 2004 pour le CE II et à Leuven en septembre 2010 pour le CE III. Les contributions substantielles de ces volumes (souvent indiqués en note) mais aussi bien des études mentionnées par R. Winling ne seront pas inutiles pour compléter l’introduction, précise mais brève de SC à une œuvre aussi touffue et complexe. Outre la traduction anglaise, R. Winling signale également une traduction allemande et une traduction italienne du CE I (Intr. p. 13), ce qui n’est pas pour diminuer l’intérêt de sa traduction en français ! Les choix opérés pour la traduction de quelques concepts qui sont au cœur de la controverse avec Eunome montrent bien en effet la difficulté de la tâche (Intr., p. 107). Mais, même en tenant compte de cette difficulté, on peut s’interroger sur la décision de traduire ou plutôt de transcrire ousia par « ousie » et agennèsia par « agennésie »… et c’est d’autant plus regrettable que ces deux concepts sont au cœur du débat, comme en témoigne le nombre d’occurrences signalées dans l’index du deuxième volume ! Quant au lien entre « agennésie » et les mots de la même famille signifiant l’ « engendrement », gennèsis (à distinguer de genesis), gennaô, gennètos et son contraire agennètos, il se perd, alors que la discussion sur l’engendrement du Fils occupe la moitié de la partie dogmatique. Si la traduction s’avère le plus souvent précise et très lisible, de tels choix sont problématiques. Il faut signaler aussi une dissonance, peut-être simple erreur de relecture, dans l’organisation des deux parties du texte. La présentation de la structure d’ensemble du CE I (p. 60-67) indique le § 150 comme fin de la première partie (partie historique), mais le vol. 1 s’achève avec le § 146 et au début du vol. 2, les § 147-150 servent d’introduction à la partie dogmatique. Mais le lecteur est par là même renvoyé aux difficultés de découpage du texte telles qu’elles apparaissent aussi dans la tradition manuscrite (M. Cassin en suggère la complexité dans un tableau, p. 359-364).

2La première partie qui présente Eunome et ses maîtres est dominée par un ton violemment polémique ; s’y manifeste aussi de la part de Grégoire la volonté de défendre la mémoire de Basile de Césarée, auteur d’un Contre Eunome en réponse à l’Apologie de ce dernier. Le travail sur les autres sources, en particulier l’Histoire ecclésiastique laissée par l’arien Philostorge permet à R.Winling, dans son introduction, de brosser une présentation précise et nuancée du personnage. La partie dogmatique fait relativement peu de place aux développements bibliques (contrairement à la suite du CE) et Grégoire de Nysse cherche bien davantage à définir, contre les positions d’Eunome, les concepts qui seuls assurent la fidélité à la foi de Nicée : d’une part la consubstantialité du Père, du Fils et de l’Esprit, l’ « ousia », l’essence commune aux trois hypostases, et, dans la deuxième partie, le Père inengendré et l’engendrement éternel du Fils. Telles sont les affirmations de la confession de foi mais pour répondre aux affirmations d’Eunome, qu’il cite, Grégoire est amené à préciser d’autres notions et leurs rapports entre elles : ainsi du rapport entre ousia, energeia et erga (les « œuvres », dans lesquelles Eunome semble inclure le Fils et l’Esprit). La difficulté de la notion d’ « énergie », mise en avant par Eunome et au fond assez peu explicitée par Grégoire (telle qu’elle est analysée par ailleurs par J.-Cl. Larchet, voir infra p. 310) est en quelque sorte résolue par un déplacement de la réflexion : le refus des positions d’Eunome passe par la distinction radicale entre le créé et l’incréé. La polémique cède (presque !) totalement la place aux questions, à la volonté de comprendre la pensée d’Eunome ou, plus encore, de cerner les limites de ce qu’on peut connaître de la Triade divine. Plus encore que pour les pages traitant de l’engendrement, on peut regretter que les notes n’éclairent pas toujours suffisamment ces paragraphes 223-438.

3Mais la critique est aisée … et je m’en voudrais de ne pas saluer cette entreprise de traduction française du Contre Eunome, et R. Winling, maître d’œuvre de cette première partie !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Grégoire de Nysse, Contre Eunome, I,1-146 et 147-691 », Revue des sciences religieuses, 85/2 | 2011, 307-309.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Grégoire de Nysse, Contre Eunome, I,1-146 et 147-691 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/2 | 2011, mis en ligne le 02 septembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/2039

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page