Navigation – Plan du site

La communion eucharistique lors des assemblées dominicales de la Parole

Réflexions pour un discernement
François Wernert
p. 283-298

Résumés

Après quelques rappels historiques sur les différents usages pour la communion eucharistique, l’article s’arrête sur deux documents récents : l’Ordo de sacra communione et de cultu eucharisti extra missam (1973) et le Directoire pour les assemblées dominicales en l’absence de prêtre (1988). L’évolution des réalités pastorales dans la France contemporaine conduit alors à définir les points qui requièrent l’attention et le discernement des théologiens et des pasteurs pour éviter toute instrumentalisation de la communion eucharistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut lire à ce sujet : F. Wernert, Le dimanche en déroute – les pratiques dominicales dans le ca (...)
  • 2 Ibid, pp. 312-324. Dès la Didachè, la trilogie eucharistie, assemblée, dimanche va s’affirmer de plu (...)
  • 3 Saint Justin, 1ère Apologie, 67, 3-8.

1Dès l’origine, la dimension cultuelle dominicale est l’un des marqueurs importants de l’identité chrétienne naissante. Les écrits néotestamentaires l’attestent1. A partir du début du second siècle, les pratiques liturgiques dominicales sont de plus en plus explicitement énoncées et déployées autour de la trilogie eucharistie, assemblée, dimanche2. « … Puis a lieu la distribution et le partage des choses eucharistiées à chacun et aux absents on envoie leur part pour les diacres3 ». C’est ainsi que se termine la plus ancienne description de l’eucharistie qui nous soit parvenue, au milieu de second siècle. On pouvait donc déjà communier sans avoir participé à l’assemblée et en même temps, le lien organique avec la célébration de l’eucharistie était clairement manifesté.

  • 4 Wernert, Ibid., pp. 324-336.

2L’eucharistie dominicale, dans son environnement sociétal, connaît bien des évolutions et des changements au cours de l’histoire4. Le moment de la communion eucharistique est aussi marqué par des variantes, parfois trop méconnues, entre l’extra missam et l’intra missam. Cette contribution s’intéresse à la situation pastorale française actuelle concernant les assemblées dominicales de la Parole dont il est question à nouveau aujourd’hui et qui pourront, peut-être, connaître des développements dans un avenir proche. Il est important de réfléchir à la place de la communion eucharistique lors de ces liturgies car, dans l’urgence, le risque est réel de se laisser surprendre par des choix trop subjectifs. Cet article se propose d’apporter des éléments pour aider au discernement.

I. Les leçons de l’histoire de la liturgie

3Lors des discussions pastorales au sujet de l’option à prendre pour la communion lors des célébrations dominicales de la Parole, force est de constater que les aspects historiques sont plutôt méconnus. Même certains théologiens parlant de leur réticence à promouvoir la communion dans les célébrations de la Parole ne se réfèrent pas aux aspects historiques du dossier qui ont marqué la Tradition vivante à ce sujet. Ceux-ci sont pourtant importants et méritent attention.

I.1. Jusqu’au concile Vatican II

I.1.1. La liturgie des « présanctifiés »

  • 5 En dehors du rite byzantin, l’usage des présanctifiés existe chez les Maronites et les Syriens catho (...)
  • 6 Collectif, Eucharistia (sous la dir. M. Brillant), Paris, Librairie Bloud et Gay, 1934, p. 495.
  • 7 Le moyen âge latin a multiplié des ajouts (encensement de l’autel, fraction de l’hostie et immixtio (...)
  • 8 Collectif (sous la dir. A.G. Martimort), L’Église en prière – l’eucharistie, Paris, Desclée, 1983, (...)

4Il s’agit d’un service de communion pour les jours où il n’y a pas d’eucharistie. On y reçoit, dans le cadre d’une assemblée liturgique, une part du pain consacré à la messe précédente. Cet usage, apparu probablement dans les Églises de tradition antiochienne, s’est conservé chez les Byzantins5, qui lui donnent une certaine ampleur pendant le carême où le saint sacrifice n’est célébré que le dimanche et le samedi. En Occident, seul le rite romain semble l’avoir adopté et gardé, à travers des vicissitudes, pour le seul jour aliturgique, c’est-à-dire sans messe, de son calendrier, le vendredi saint. La liturgie des « présanctifiés6 » est prévue de la manière suivante : tout d’abord l’eucharistie où est consacré le pain destiné à cette communion souligne cet acte dans son cérémonial ; le prêtre byzantin présente aux fidèles les offrandes et, après avoir mis l’eau chaude dans le calice fait une croix avec le précieux Sang, afin de les en imbiber, sur les offrandes qu’il n’a pas rompues au moment de la fraction ; il dépose ensuite ces oblats au lieu où ils seront conservés. A la messe romaine, le jeudi saint, des pains sont mis en réserve dans un ciboire, à la communion, et on les porte solennellement au reposoir à la fin de la célébration. La communion aux « présanctifiés » s’insère dans le cadre d’un office : en Occident, c’est celui de la Passion du Seigneur, avec sa liturgie de la Parole et la vénération de la Croix ; chez les Byzantins, ce sont essentiellement les vêpres. La communion elle-même comporte ses rites propres, dont l’essentiel est constitué de l’apport des saintes espèces, de la procession, sans solennité du reposoir à l’autel dans la liturgie romaine, d’une grande procession au contraire dans l’usage byzantin ; puis le pain consacré est déposé sur la table de l’eucharistie, le Notre Père dit et le saint Sacrement est présenté à l’assemblée avec, dans le rite romain, la formule : « Heureux les invités… » et « Voici l’Agneau de Dieu ». L’assemblée reprend la réponse : « Seigneur je ne suis pas digne… » ; la communion elle-même se déroule de la manière habituelle7. L’Ordo hebdomadae sanctae de 1955 puis le nouveau Missel romain ont ramené le service des « présanctifiés » à sa simplicité primitive8.

I.1.2. Le viatique

  • 9 Concile de Nicée, can.13, Denzinger-Schönmetzer (DS) 129.

5Il ne s’agit pas forcément de communion en dehors de la messe, puisque l’eucharistie peut être célébrée auprès des mourants et des malades. La pratique la plus courante est cependant d’apporter de l’église les saintes espèces. La sollicitude de l’Église pour procurer ce réconfort aux fidèles qui vont mourir remonte à la plus haute antiquité. Le Concile de Nicée de 325, en précisant qu’on ne devait pas le refuser aux pénitents, en parle comme d’une pratique coutumière bien établie : « On doit continuer à observer à l’égard des mourants l’ancienne règle de l’Église qui défend de priver du dernier et très nécessaire viatique celui qui est près de la mort9. » La tradition reprend cette insistance sur la nécessité de ce sacrement, devant laquelle s’effacent toutes les lois ecclésiastiques, comme le jeûne eucharistique aux époques où il était rigoureux.

I.1.3. La communion des malades

  • 10 Voir 1.2.2 De sacra communione…, n° 54-78.

6La communion des malades a revêtu au cours de l’histoire diverses formes : le chrétien souffrant était amené à l’Église quand c’était possible, parfois on célébrait la messe à son domicile mais la manière la plus commode, qui a eu la plus grande faveur, consistait à lui apporter l’eucharistie gardée en réserve. Il était d’ailleurs prévu de tremper le pain dans la coupe, ce qui en facilitait l’absorption aux malades ayant des difficultés à avaler la nourriture solide. À partir de l’époque carolingienne, apporter la communion aux mourants et aux malades est une prérogative exclusive des prêtres. Le diacre lui-même sera dès lors, dans les conditions normales, exclu de cette fonction. Le rituel de Paul V (pape de 1605 à 1621) désigne le diacre comme « ministre extraordinaire ». Il n’en était pas de même avant les temps carolingiens. Si l’évêque et le prêtre étaient évidemment seuls à consacrer et s’il leur revenait avec les diacres de donner eux-mêmes le corps et le sang du Christ dans l’assemblée, il n’était pas rare que des laïcs, en dehors de la messe, prennent eux-mêmes la communion ou l’apportent aux malades. C’est ainsi que beaucoup reçurent le viatique, comme en témoignent les écrits hagiographiques. Le nouveau rituel actuel (cf. 1.2.2) prévoit expressément qu’en l’absence de ministres ordonnés et d’acolytes institués, ce ministère puisse être accompli par d’autres fidèles ; il suffit qu’ils aient reçu une délégation, qui peut être générale, à donner la communion. Un rituel a même été constitué exprès10.

I.1.4. Ombres et lumières de la Tradition latine

  • 11 Ceremoniale episcoporum de 1600, cité dans Collectif (sous la dir. A.G. Martimort), L’Église en pri (...)
  • 12 Concile de Trente, 22e session (1562), can. 6, DS 1747.

7L’Ordo missae se constitue progressivement sans aucune mention de la communion des fidèles. Dès le IXe siècle apparaît la tendance à rapporter celle-ci après la célébration ; la raison invoquée est généralement le grand nombre de ceux qui s’approchent de l’eucharistie, surtout aux fêtes. Mais paradoxalement leur raréfaction n’a fait que développer cette fâcheuse coutume ; la possibilité pour les laïcs de communier devenait un rite distinct et indépendant de l’eucharistie. C’est ainsi qu’en 1600, le Caeremoniale episcoporum nous présente une rubrique singulière : si le jour de Pâques, l’évêque doit donner la communion à son peuple à la messe solennelle, il en est tout autrement en son absence. C’est alors un autre prêtre que le célébrant, à un autre autel ou dans une chapelle, qui se tient continuellement à la disposition des communiants avant, après ou pendant que l’on célèbre l’eucharistie11. Le Concile de Trente avait proclamé, contre les Réformés, la légitimé des messes où le prêtre seul communie, mais ce n’était pas sans ajouter : « Le saint concile souhaiterait que les fidèles présents à chaque messe communient, non seulement par le désir spirituel, mais aussi par la réception sacramentelle de l’eucharistie, qui leur ferait accueillir en plus grande abondance le fruit de ce très saint sacrifice12 ». Les ordonnances pastorales des évêques réformateurs contiennent à la fois le souhait répété que la communion soit donnée pendant la messe, et toutes sortes de dérogations, dans des cas plus ou moins exceptionnels. Mais la dévotion populaire eut raison de toutes les réticences et ce n’est pas seulement dans l’entourage de la célébration, avant ou après, mais aussi extra missam que le rituel de Paul V permet aux prêtres de distribuer le corps du Christ. Cette pratique a connu un grand développement à partir du XVIIIe siècle, ne comportant qu’un cérémonial abrégé de celui qui était en usage pour les malades. De nombreux Rituels diocésains continuent cependant à rappeler le principe de l’intra missam et à énumérer les motifs qui peuvent dispenser de s’y soumettre.

I.2. À partir du concile Vatican II

I.2.1. Le Missel de Paul VI

  • 13 Première édition en 1969.
  • 14 Dans la présentation générale du missel romain, n° 56,110-122.

8Les Praenotanda – Présentation générale du missel romain du missel13 de Paul VI (pape de 1963 à 1978) rappellent d’abord l’article 55 de la Constitution conciliaire Sacrosancum concilium : « On recommande fortement cette parfaite participation à la messe qui consiste en ce que les fidèles, après la communion du prêtre, reçoivent le corps du Seigneur avec des pains consacrés à ce même sacrifice ». La liturgie de l’eucharistie est centrale et la communion a retrouvé sa place au cœur de la célébration14.

I.2.2. L’Ordo de sacra communione et de cultu eucharisti extram missam (1973)

  • 15 Il faudra malheureusement attendre 1983 pour la publication du rituel : L’eucharistie en dehors de (...)
  • 16 De sacra communione, Notes pastorales, n° 14, p. 15.
  • 17 Ibid., n° 15.
  • 18 Collectif (sous la dir. A.G. Martimort), L’Église en prière – l’eucharistie, Paris, Desclée, 1983, (...)

9Cet Ordo, l’eucharistie en dehors de la messe, a été approuvé par les évêques de la commission internationale francophone et confirmé par la Congrégation pour les sacrements et le culte divin le 5 janvier 197815. L’introduction générale (n° 1-12, p. 9-11) rappelle d’entrée de jeu que « la célébration de l’eucharistie est le centre de toute la vie chrétienne tant pour l’Église universelle que pour les communautés locales » (n° 1). Les notes pastorales (n° 13-25) rappellent les relations entre la communion donnée en dehors de la messe et le sacrifice (n° 13-15), le temps (n° 16), le lieu pour administrer la communion (n° 18), le ministre (n° 17) et les dispositions requises pour la réception de la communion (n° 23-25). La possibilité de communier à un autre moment est prévue pour ceux qui n’ont pas pu participer à l’assemblée, afin de s’unir « non seulement au sacrifice du Seigneur, mais aussi à cette assemblée, en se sentant soutenus par la charité fraternelle16 ». Et une catéchèse appropriée rappellera sans cesse aux fidèles qu’il s’agit toujours de participer à la célébration du sacrifice pascal17. Le rituel lui-même, même sous la forme brève qu’il peut revêtir, comporte toujours un rite d’entrée, avec la salutation et la préparation pénitentielle, une liturgie de la Parole, qui peut être tirée du lectionnaire du jour ou de certaines messes votives, le Notre Père, le baiser de paix et la communion elle-même avec ses formules propres. L’acte liturgique se termine par une prière de conclusion, la bénédiction et le renvoi. Il s’agit donc vraiment d’une petite synaxe. « Cet ordo, qui comporte des adaptations pour le cas où la célébration est présidée par un laïc, peut rendre de grands services à une époque où le manque de ministres rend difficile à certains chrétiens la participation à l’eucharistie. Il peut parfois être utilisé dans les assemblées dominicales en l’absence de prêtre et, durant la semaine, dans les monastères de moniales dont l’aumônier ne serait pas disponible. Si l’on entre dans l’esprit que préconise sa présentation générale, il ne peut pas prendre l’allure d’une dévotion privée détournant de l’estime qui est due au rassemblement liturgique culminant dans le sacrifice pascal : le pain que l’on reçoit en communion y est toujours référé à la messe où il a été consacré18 ».

I.2.3. Le Directoire pour les assemblées dominicales en l’absence de prêtre, Christi ecclesia (1988)

  • 19 Congrégation pour le culte divin, Directoire pour les célébrations dominicales en l’absence de prêt (...)
  • 20 p. 10.

10La Congrégation pour le culte divin présente le 2 juin 1988 le Directoire pour les célébrations dominicales en l’absence de prêtre19 (Adap). Ce document romain freine de manière importante la poursuite et le développement des Adap. Les raisons ne sont pas exprimées explicitement ; le besoin de cadrer certains excès, la peur de voir les laïcs prendre une place liturgique de plus en plus importante pourraient être à l’origine de ce texte publié sous la présidence du cardinal Mayer et précédé, pour la version française, d’une présentation de Mgr Feidt, archevêque de Chambéry, président de la commission épiscopale de liturgie et de pastorale sacramentelle. En effet l’application du Directoire dépend de chaque évêque pour son diocèse et, dans le cas de normes plus développées, de la conférence des évêques. Mgr Feidt rappelle que la situation de l’Église en France nous invite à être particulièrement attentifs à ce document. « Depuis une vingtaine d’années, en effet, remarque-t-il, de nombreux diocèses ont vu se mettre en place des assemblées qui, certains dimanches, se réunissent en l’absence de prêtre20 ».

  • 21 p. 26.
  • 22 N° 13, p. 25.

11Le Directoire comporte 50 paragraphes, répartis en trois chapitres : le dimanche et son observance, les conditions pour la mise en œuvre de célébrations dominicales en l’absence de prêtre, la célébration. Le préambule stipule que ce sont surtout les pays de mission et les pays à forte sécularisation qui sont concernés par les Adap. Le document évoque les éléments fondamentaux tant scripturaires que patristiques du dimanche. Insistance est donnée au lien entre l’Église et les chrétiens rassemblés pour l’eucharistie, « en réponse à l’appel de l’Église et non pas simplement par dévotion privée21 ». « Le souci pastoral doit tendre principalement à ce que, chaque dimanche, soit célébré le sacrifice de la messe, qui, seul, peut perpétuer la Pâque du Seigneur et manifester pleinement l’Église22 ».

  • 23 p. 29.
  • 24 N° 21, p. 30.
  • 25 N° 25, p. 31-32.

12La tonalité d’ensemble du Directoire n’est pas enthousiaste à l’égard des Adap. Ainsi, dès le début du chapitre 2, au numéro 18 il est dit : « Lorsqu’en certains lieux, il n’est pas possible de célébrer la messe le dimanche, il faut examiner si les fidèles peuvent se rendre dans une église voisine pour y participer à la célébration du mystère eucharistique. Cette solution est toujours à recommander en notre temps, et même à retenir autant que possible ; ce qui requiert que les fidèles soient correctement instruits de la signification profonde de l’assemblée dominicale et se conforment de bon cœur à ces conditions nouvelles23 ». Et plus loin : « Il est nécessaire que les fidèles perçoivent clairement le caractère supplétoire de telles célébrations ; elles ne peuvent être considérées comme la meilleure solution aux difficultés actuelles ou comme une solution de facilité24 ». Les Adap sont la dernière des solutions à envisager : « C’est pourquoi, avant de décider d’organiser des assemblées dominicales sans célébration de l’Eucharistie, l’évêque prendra en considération, outre la situation des paroisses, la possibilité de recourir à des prêtres ou à des religieux sans charge pastorale directe, ainsi que la fréquence des messes dans les diverses paroisses et églises. Il faut tenir à la prééminence de la célébration eucharistique sur toutes les autres actions pastorales, surtout le dimanche25 ».

  • 26 N° 28, p. 32.
  • 27 N° 33, p. 34.

13Le Directoire insiste à plusieurs reprises sur la distribution de la communion au cours des Adap. « Lorsque la messe ne peut avoir lieu, le curé aura soin que la communion puisse être distribuée26 » ; ou encore : « On pensera particulièrement à la possibilité de célébrer une partie de la liturgie des Heures, par exemple laudes ou les vêpres, dans lesquelles on peut même insérer les lectures du dimanche. A la fin de cette célébration il est possible de communier27 ».

  • 28 Un autre point d’attention concerne l’homélie : « Puisque l’homélie est réservée au prêtre et au di (...)
  • 29 N° 23, p. 31.

14Les Adap sont ici proposées selon le schéma directeur de l’eucharistie. Il n’y a pas de propositions alternatives. Ceci n’a pas rendu service aux Adap souvent confondues, et pour cause, avec l’eucharistie28. A ce reproche si souvent fait aux assemblées, le texte romain ne devrait pas échapper. Alors que le titre du Directoire porte sur les Adap, le contenu s’attache fortement au lien entre eucharistie et Église, entre dimanche et eucharistie. Il n’y a pas de pistes permettant de réfléchir à la situation des pays, comme la France et bien d’autres encore, où le fossé entre la théologie (place centrale de l’eucharistie) et la pratique (diminution accélérée des célébrations eucharistiques) se creuse de plus en plus. La seule solution envisagée est de favoriser la prière pour les vocations : « Il faut rappeler aux fidèles combien il est nécessaire de prier « pour que se multiplient les intendants des mystères de Dieu et qu’ils persévèrent toujours dans son amour29 ».

15Au terme de ce rapide parcours historique, de l’Église primitive à nos jours, il apparaît clairement que la communion en dehors de l’eucharistie fait vraiment partie intégrante de la Tradition de l’Église catholique et qu’elle a revêtu plusieurs formes. La suppression de la communion au sein même de l’eucharistie est une dérive regrettable ; au XXe siècle, le mouvement de renouveau liturgique qui aboutit le 4 décembre 1963 à la Constitution sur la liturgie de Vatican II a fait un important travail pour remettre la communion au sein de l’eucharistie.

II. De nouvelles réalités pastorales en France

16La présente réflexion doit prendre en compte les nouvelles réalités pastorales. Celles-ci enrichissent et questionnent le sujet.

II.1. Les assemblées dominicales et leur évolution depuis Vatican II

  • 30 Voir Conférence des évêques de France, Guide 2010 de l’Église catholique, Paris, Bayard/Cerf/Fleuru (...)
  • 31 Voir Wernert, Le dimanche en déroute, pp. 61-66 ; Voir aussi : Ph. Barras, « Les assemblées dominic (...)

17En France, dans la seconde moitié du XXe siècle, face à la diminution importante des ordinations presbytérales30, se multiplient de manière importante les assemblées dominicales en l’absence de prêtre (Adap). Les années 1970 à 1990 sont les plus fastes pour ces pratiques 31. A partir de 1990, ces célébrations ne sont plus encouragées. Leur nombre va très fortement diminuer. Pourquoi un changement aussi radical ? Plusieurs raisons concomitantes sont à relever.

II.1.1. Lourdes, novembre 1990, un rendez-vous manqué

  • 32 Assemblée plénière de l’épiscopat français, L’Église communion missionnaire, le dimanche, la parois (...)
  • 33 Assemblée des évêques de France, Lourdes 1976, Mgr Robert Coffy, Église, assemblée, dimanche, Paris (...)
  • 34 Mgr Feidt, président de la commission épiscopale de liturgie, situe l’objectif du dossier : « Il vo (...)

18L’assemblée de Lourdes de 1990 aborde la réalité du dimanche32. Les dernières réflexions fondamentales remontent au rapport Coffy33 de 1976. Entre-temps avait paru le Directoire romain sur les Adap (1988) ; celui-ci est cité plusieurs fois en 1990. Les Adap n’y sont pas entrevues de manière très positive. À Lourdes, plusieurs évêques interviennent au sujet du dimanche34, pour rappeler des généralités au sujet de la théologie du dimanche. La consultation attentive du dossier dans les archives de la Conférence épiscopale me permet d’affirmer que les évêques n’ont pas pris le temps de faire l’évaluation de la situation de la pastorale des Adap (entre 1970 et 1990) pour dégager les côtés positifs, les limites, les difficultés, les enjeux hier et aujourd’hui, les questions théologiques et ecclésiologiques, la prise en compte du Directoire sur les Adap et la latitude possible de la conférence des évêques. La conférence épiscopale ne donne cependant pas de nouvelle impulsion, elle renvoie habilement les paroisses à prendre, au sujet des Adap, des décisions localement : peur de donner des orientations claires, prise en compte du manque d’enthousiasme du Directoire romain sur les Adap ? L’année 1990 symbolise une période transitoire qui, en réalité, commence à sonner le glas pour les rassemblements dominicaux de plus en plus fragilisés. Lourdes 1990 est un rendez-vous manqué avec les assemblées dominicales.

II.1.2. Les restructurations des diocèses et leur modèle dominant

19À partir de 1985 de plus en plus de diocèses entreprennent la restructuration des paroisses. La paroisse unique regroupe un nombre important de villages. Concernant la liturgie eucharistique dominicale, le modèle dominant consiste à inviter les fidèles à se retrouver dans le bourg central. Les petites entités connaissent, en raison du vieillissement accéléré du presbyterium et de l’abandon des Adap, une désaffection progressive impressionnante. Les résistances au déplacement ont été sous-estimées. Les enfants et les personnes âgées n’ont souvent pas pu suivre. Le diocèse de Poitiers, sous la houlette de Mgr Albert Rouet fait figure d’exception ; ici a été soutenue la proximité ecclésiale, notamment par la proposition systématique, de manière complémentaire à l’eucharistie, des louanges dominicales (liturgie déployée de la Parole). Même si les évêques n’osent pas le dire, la logique du « tout eucharistique ou du rien » n’est pas porteuse d’avenir. L’option presque exclusive du regroupement eucharistique dominicale est la seconde cause majeure de la perte de la proximité. Ceci a des conséquences non seulement pour l’Église mais aussi pour le lien social. Pour l’avoir vécu de près, je peux dire que l’espace rural dénué de tous les services de proximité est aussi en train de perdre la proximité ecclésiale.

II.1.3. Une nouvelle étape en 2010 ?

  • 35 Les évêques m’ont sollicité en avril 2010 comme expert de cette commission.
  • 36 Diocèse de Belfort-Montbéliard, Les célébrations de la Parole, juin 2007.
  • 37 Mgr Grallet, archevêque de Strasbourg depuis 2007, insiste sur la nécessaire proximité de l’Église (...)

20Aujourd’hui, force est de constater que le tissu ecclésial paroissial est largement fragilisé et le dimanche en déroute. Les évêques de France ont voté en avril 2010 la constitution d’une commission épiscopale désignée « assemblée dominicale ». Présidée par Monseigneur Jean-Christophe Lagleize, évêque de Valence, cette instance35 est chargée de reprendre le dossier du dimanche. La conférence épiscopale s’est déjà penchée sur cette réalité lors de sa session de l’automne 2010 ; elle y reviendra dans celle de printemps 2011. L’une des questions cruciales sera celle de savoir si le modèle dominant préconisé progressivement à partir des années 90 de regrouper les fidèles pour célébrer l’eucharistie dans le bourg principal sera maintenu ou si devant les résistances des fidèles au déplacement et la fragilisation accrue des petites entités paroissiales, les évêques souhaitent encourager davantage de proximité ecclésiale concrétisée par la possibilité des célébrations dominicales de la Parole. Certains diocèses ont déjà fait ce choix (par exemple, Belfort-Montbéliard36) d’autres en expriment le désir (par exemple Strasbourg37). Si des célébrations de la Parole peuvent être proposées, se pose alors aussi avec acuité la question de la communion eucharistique. Faut-il prévoir ou non la communion pendant ces célébrations ?

II.2. Le désir de la communion eucharistique

21Il est important d’entendre et de comprendre le désir de communion. Cette demande est cependant formulée par une minorité de chrétiens. La question de pouvoir communier ou non lors de célébrations de la Parole apparaît souvent lors des formations liturgiques. Mais elle émane systématiquement de personnes de plus de cinquante ans. Celles-ci ont grandi dans des communautés chrétiennes où communier était une démarche importante et régulière, remise en valeur par le renouveau liturgique de Vatican II. Il est nécessaire d’écouter les arguments en faveur de la communion. Ceux-ci se déploient autour de trois axes : l’un spirituel, l’autre institutionnel, le troisième ecclésial. « Spirituellement la communion est importante ; c’est un lien privilégié au Seigneur ; nous avons été éduqués à communier régulièrement ». Par ailleurs on entend parfois dire que « la communion nous situe institutionnellement dans le catholicisme ; la foi catholique ce n’est pas uniquement écouter la Parole de Dieu et chanter ». Ces arguments sont aussi fréquemment ceux de prêtres, diacres, religieux, religieuses. Enfin, ecclésialement, certaines personnes aiment rappeler combien communier est une occasion d’être relié à une assemblée voisine qui célèbre l’eucharistie ; le partage du Pain de vie est aussi le lien à l’eucharistie célébrée dans le lieu le jour même ou peu avant.

22Les arguments prononcés par des personnes qui ont le courage d’exprimer des sentiments personnels sont respectables. Ils se situent plus dans le domaine de l’expérience spirituelle et du « ressenti ». Ne serait-il pas inconvenant de dire que ces approches sont trop subjectives et qu’elles n’ont pas de fondements théologiques ou ecclésiaux ? Par contre ne serait-il pas nécessaire de mettre les arguments reçus en face d’un questionnement plus théologique ?

  • 38 En France, selon mes sources, 2/3 des enfants ne seraient plus catéchisés.
  • 39 Décret Sacra Tridentina Synodus (20 décembre 1905) sur la communion fréquente. Décret Post editum ( (...)

23Les plus jeunes générations sont loin d’être entièrement catéchisées38 et il n’est pas rare que des prêtres entendent dire de la part de personnes ayant un contact ecclésial épisodique, par exemple après un baptême : « Merci, Monsieur le curé, pour cette belle messe ». La messe et son caractère obligatoire ont beaucoup marqué des générations de chrétiens. Tout le temps liturgique, y compris les jours de semaine, était ponctué par la célébration de l’eucharistie. Celle-ci est en quelque sorte la signature majeure du catholicisme. Longtemps négligée, la communion fréquente fut souhaitée par le pape Pie X (pape de 1903 à 1914)39.

  • 40 En 1952 : 27 % de pratiquants dominicaux ; en 1978 : 14 % ; en 2006 : 2 % tous les dimanches ; 4,5  (...)

24Mais ailleurs à partir de 1950 les pratiques dominicales sont en baisse régulière et importante40. Aujourd’hui, les chrétiens qui communient régulièrement tous les dimanches sont une petite minorité. Entre le rappel récurrent de l’obligation dominicale et les réalités pastorales des paroisses privées d’eucharistie et depuis 1990 aussi partiellement d’assemblées liturgiques, il y a un hiatus grandissant. L’institution demande aux personnes d’honorer l’obligation dominicale, rappelle l’importance de la communion eucharistique et par ailleurs ne donne plus régulièrement aux personnes les moyens ecclésiaux concrets de mettre cet ordre en pratique. La volonté de participation pleine à la communion ecclésiale et à la communion eucharistique n’est-elle pas largement relativisée par la situation fragilisée des assemblées dominicales ? S’ajoutent à cela les directives normatives à l’encontre des personnes divorcées remariées pour lesquelles la communion pendant l’eucharistie n’est plus possible. Enfin, autre paradoxe : avant le Concile Vatican II, une génération privée de la communion pendant la messe et qui tient à la communion aujourd’hui, n’a pas été sensibilisée par les prêtres à d’autres formes de prière liturgique communautaire. La forme majeure de la liturgie était l’eucharistie. Ceci peut expliquer les réticences de certaines personnes d’un âge certain aux célébrations de la Parole, surtout si la communion n’est pas prévue.

25La communion eucharistique dominicale n’est plus vécue que par une petite minorité de chrétiens. Cette réalité est un révélateur important du fossé entre les textes magistériels et les réalités pastorales. Le corps eucharistique est amoindri. La conférence des évêques va-t-elle insister sur l’importance de recevoir le corps du Christ ? Si oui, il sera intéressant d’observer quels liens seront soulignés, favorisés : le lien au corps ecclésial (l’Église en en lieu, selon Mt 18,20 ; l’assemblée des chrétiens), le lien à l’eucharistie (locale ou dans une entité voisine) ? Ne serait-il pas dommageable de traiter la pertinence de la communion eucharistique lors des célébrations de la Parole sans prendre en compte l’ensemble des données de la situation du dimanche aujourd’hui ?

III. QUELQUES QUESTIONS

III.1. Aspects théologiques

  • 41 Je m’appuie ici sur : Comité mixte catholique, Luthero-Réformé en France, Discerner le corps du Chr (...)

26Dans la théologie catholique, le prêtre représente l’évêque et manifeste la communion avec toute l’Église. Les fonctions sont généralement pensées en lien avec la Parole, en tant que celle-ci précède et dépasse les tâches concrètes, exercées à titre de dons ou « charismes » fort divers. Ainsi, en 1 Co 12, 28-31, Paul mentionne les miracles, les dons de guérison, d’assistance, de gouvernement, ainsi que la tâche des interprètes, chargés de parler et de traduire la diversité des langues alors pratiquées. De même en Ep 4,11 figurent aux côtés des apôtres, prophètes et docteurs, les ministères d’évangélistes et de pasteurs ou « bergers ». La diversité est bien de règle dans le Nouveau Testament41.

27Qu’en est-il alors du rapport entre le repas du Seigneur et l’unité ecclésiale selon 1 Co 11 ? La première lettre aux Corinthiens comporte les deux plus anciennes références au repas du Seigneur, qui sera appelé plus tard « eucharistie ». Leurs contextes sont différents : en 10, 14-22, la question débattue est celle de la participation des chrétiens aux repas sacrés des païens ; en 11, 17-34, il s’agit du fonctionnement même du repas du Seigneur, qui se trouve perturbé par l’existence de divisions et de clans (v. 18), avec comme conséquence une inégale répartition des aliments et le maintien de clivages sociaux, inacceptables dans un tel contexte. Pour Paul, les dysfonctionnements ainsi constatés atteignent l’essence même du repas qui n’est plus le repas du Seigneur mais un repas privé qu’il vaudrait mieux prendre chacun chez soi. Pour l’apôtre des Nations il y a un lien fondamental entre la pratique du repas du Seigneur et l’unité du corps ecclésial. La non-reconnaissance du corps ecclésial c’est-à-dire la communauté concrète réunie à Corinthe, porte atteinte à l’authenticité de la communion eucharistique, au corps et au sang du Seigneur (v. 27-29) et non l’inverse. En effet l’accent ne porte pas sur la plus ou moins grande qualité de la foi eucharistique à l’égard du pain et du vin offerts en mémorial (v. 23-25), mais sur le discernement du corps ecclésial, c’est-à-dire la capacité à reconnaître dans les frères rassemblés le corps même du Christ et à se comporter en conséquence. C’est en raison de la continuité entre la dernière cène et le repas communautaire en mémorial que Paul peut exiger un comportement d’attention mutuelle, sans quoi la communauté serait gravement coupable. C’est bien le non-discernement du corps ecclésial qui rend invalide (indigne) la communion eucharistique au corps et au sang du Christ.

  • 42 Voir dans Le dimanche en déroute, l’exemple de l’encyclique Ecclesia de eucharistia de Jean-Paul II (...)

28Il est donc important de ne jamais penser la communion eucharistique pour elle-même. Si l’équilibre de la trilogie « eucharistie, assemblée, dimanche » est ballotté par la situation pastorale concrète, il est essentiel de veiller particulièrement au maintien de l’assemblée à convoquer et à envoyer. C’est à partir de cette communion ecclésiale que peut être proposée la communion eucharistique. Celle-ci a été parfois trop appréhendée pour elle-même42.

III.2. La structure des célébrations dominicales de la Parole

  • 43 Ibid., pp. 422-425 ; deux schémas alternatifs sont proposés.
  • 44 M. Metzger, F.Wernert, Célébrations dominicales de la Parole, Eckbolsheim, Éditions du Signe, 2010.
  • 45 Ibid., p. 15.

29La structure des célébrations de la Parole, copie conforme de l’eucharistie (sans la consécration) est préjudiciable car elle crée la confusion. Nous aurions intérêt à développer davantage la théologie du mémorial au sens large43. Situer le rassemblement dominical au cœur du mémorial du Dieu de l’Alliance, dans sa déclinaison plurielle : faire mémoire de l’œuvre du Dieu créateur, du Dieu libérateur, du Dieu de Jésus-Christ mort et ressuscité. Célébrations dominicales de la Parole publié récemment44 organise la succession des moments de la manière suivante45 : 1. L’assemblée commence par se constituer pour se rendre disponible à l’écoute (chant, salutation, prière d’ouverture) ; 2. Temps de proclamation des lectures et de leur commentaire (ou partage de la Parole) ; 3. La Parole reçue suscite la louange, l’action de grâce et les invocations ; 4. L’assemblée manifeste les fruits de l’Esprit reçu par la Parole en des gestes de communion : le baiser de paix, le Notre Père et le cas échéant, participation au repas du Seigneur, dans le prolongement d’une eucharistie célébrée un des dimanches précédents, ou dans une autre église (communion au pain eucharistié conservé au tabernacle ou apporté pour la célébration) ; 5. L’envoi (prière finale et chant).

III.3. Soigner les liens essentiels

30Il serait important de très bien mettre en relief les moments suivants : lors d’une eucharistie dominicale il y aurait lieu d’intégrer l’envoi d’une personne (par exemple après la communion) avec les oblats eucharistiés vers l’assemblée qui va vivre une célébration dominicale de la Parole. Si cela est possible, l’assemblée de la célébration dominicale de la Parole pourrait accueillir la personne avec le Pain de Vie à partager. Ce lien est nécessaire pour ne pas séparer la communion eucharistique ni d’une action liturgique, ni d’une communauté ecclésiale.

*   *
*

31Le parcours historique, pastoral et théologique invite à donner un avis favorable à l’option de la communion eucharistique au sein des célébrations de la Parole. Cette réflexion montre combien il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble des données de la question. Ceci n’exclut nullement la vigilance pour éviter les confusions et des mises en œuvre qui pourraient instrumentaliser la communion eucharistique.

Haut de page

Notes

1 On peut lire à ce sujet : F. Wernert, Le dimanche en déroute – les pratiques dominicales dans le catholicisme français au début du 3è millénaire, Paris, Mediaspaul, 2010, pp. 298-312.

2 Ibid, pp. 312-324. Dès la Didachè, la trilogie eucharistie, assemblée, dimanche va s’affirmer de plus en plus. Elle exprime ce désir des chrétiens de bien marquer, par rapport au judaïsme, le développement original du christianisme.

3 Saint Justin, 1ère Apologie, 67, 3-8.

4 Wernert, Ibid., pp. 324-336.

5 En dehors du rite byzantin, l’usage des présanctifiés existe chez les Maronites et les Syriens catholiques.

6 Collectif, Eucharistia (sous la dir. M. Brillant), Paris, Librairie Bloud et Gay, 1934, p. 495.

7 Le moyen âge latin a multiplié des ajouts (encensement de l’autel, fraction de l’hostie et immixtion).

8 Collectif (sous la dir. A.G. Martimort), L’Église en prière – l’eucharistie, Paris, Desclée, 1983, p. 257.

9 Concile de Nicée, can.13, Denzinger-Schönmetzer (DS) 129.

10 Voir 1.2.2 De sacra communione…, n° 54-78.

11 Ceremoniale episcoporum de 1600, cité dans Collectif (sous la dir. A.G. Martimort), L’Église en prière – l’eucharistie, Paris, Desclée, 1983 p. 258.

12 Concile de Trente, 22e session (1562), can. 6, DS 1747.

13 Première édition en 1969.

14 Dans la présentation générale du missel romain, n° 56,110-122.

15 Il faudra malheureusement attendre 1983 pour la publication du rituel : L’eucharistie en dehors de la messe, Chambray-lès-Tours, C.L.D., 1983.

16 De sacra communione, Notes pastorales, n° 14, p. 15.

17 Ibid., n° 15.

18 Collectif (sous la dir. A.G. Martimort), L’Église en prière – l’eucharistie, Paris, Desclée, 1983, p. 260.

19 Congrégation pour le culte divin, Directoire pour les célébrations dominicales en l’absence de prêtre, Paris, Cerf, 1988.

20 p. 10.

21 p. 26.

22 N° 13, p. 25.

23 p. 29.

24 N° 21, p. 30.

25 N° 25, p. 31-32.

26 N° 28, p. 32.

27 N° 33, p. 34.

28 Un autre point d’attention concerne l’homélie : « Puisque l’homélie est réservée au prêtre et au diacre, il est souhaitable que le curé transmettra son homélie à la personne qui dirige l’assemblée et qui la lira. On observera toutefois ce qui a été déterminé à ce sujet par la Conférence des évêques. En note est fait rappel de l’application du canon 766 par la Conférence de France établissant qu’un laïc pouvait être admis à prêcher en ayant eu la préparation voulue et après avoir été désigné par l’Ordinaire, pour une durée maximum de trois ans renouvelables ».

29 N° 23, p. 31.

30 Voir Conférence des évêques de France, Guide 2010 de l’Église catholique, Paris, Bayard/Cerf/Fleurus-Mame, 2010, pp. 260-261.

31 Voir Wernert, Le dimanche en déroute, pp. 61-66 ; Voir aussi : Ph. Barras, « Les assemblées dominicales en l’absence de prêtres », La Maison-Dieu, n° 206, 1996, pp. 85-99. L’auteur s’appuie sur les travaux de Monique Brulin et donne aux pages 87-88 les informations suivantes : « En 1967, les premières assemblées dominicales en l’absence de prêtres sont en nombre très limité. De 1967-1973, on assiste à un léger développement, surtout dans les régions du sud-ouest et la partie intérieure de l’Ouest. C’est une période de recherches et d’échanges d’informations. De 1973 à 1984, il y a une croissance exponentielle, avec une concentration plus importante dans la moitié nord-est de la France et les diocèses de Carcassonne et de Perpignan. C’est une période de développement d’une mise en œuvre commune et réfléchie. De 1984 à 1994, on assiste à un relatif tassement de l’augmentation du nombre d’Adap. Dans les diocèses où elles s’étaient déjà développées, le nombre de lieux augmente, mais la fréquence en un même lieu stagne ou diminue ».

32 Assemblée plénière de l’épiscopat français, L’Église communion missionnaire, le dimanche, la paroisse, Paris, Centurion, 1991. A la suite de l’Assemblée plénière de 1988, la commission épiscopale de Liturgie a élaboré un dossier de réflexion sur le dimanche, pour permettre à l’ensemble des personnes ou des groupes qui le souhaitaient de réfléchir aux enjeux du Jour du Seigneur et de faire des propositions pastorales. Plus de 30 000 personnes ont participé à cette recherche au cours de l’année pastorale 1989-90.

33 Assemblée des évêques de France, Lourdes 1976, Mgr Robert Coffy, Église, assemblée, dimanche, Paris, Centurion, 1976, pp. 101-142. Mgr Coffy avait déjà rapporté sur deux dossiers en 1971 et 1973.

34 Mgr Feidt, président de la commission épiscopale de liturgie, situe l’objectif du dossier : « Il voudrait encourager une action pastorale en faveur du dimanche, en aidant à redécouvrir son importance dans la vie des chrétiens et sa place dans la société ». L’insistance est mise sur le fondement, en Christ, du dimanche : « Il ne suffit pas de relier l’assemblée dominicale à l’Église. Il est urgent aussi d’en indiquer la source : le mystère pascal du Seigneur se trouve en concurrence avec les sollicitations multiples du week-end ». Mgr Moutel, évêque de Nevers, membre de la commission épiscopale de liturgie et de pastorale sacramentelle revient, à l’image de la précédente intervention, aux fondements classiques de la théologie du dimanche.

35 Les évêques m’ont sollicité en avril 2010 comme expert de cette commission.

36 Diocèse de Belfort-Montbéliard, Les célébrations de la Parole, juin 2007.

37 Mgr Grallet, archevêque de Strasbourg depuis 2007, insiste sur la nécessaire proximité de l’Église avec les personnes notamment par la liturgie en assemblée de prière dominicale : Église en Alsace, Janvier 2008, p. 9 ; Église en Alsace, février 2009, pp. 32-35.

38 En France, selon mes sources, 2/3 des enfants ne seraient plus catéchisés.

39 Décret Sacra Tridentina Synodus (20 décembre 1905) sur la communion fréquente. Décret Post editum (décembre 1905) facilitant la communion des malades en les dispensant partiellement des rigueurs du jeûne eucharistique. Décret Quam singulari (8 août 1910) admettant les enfants à la communion.

40 En 1952 : 27 % de pratiquants dominicaux ; en 1978 : 14 % ; en 2006 : 2 % tous les dimanches ; 4,5 % tous les mois, d’après l’IFOP pour le journal La Croix, juillet 2006.

41 Je m’appuie ici sur : Comité mixte catholique, Luthero-Réformé en France, Discerner le corps du Christ ; communion eucharistique et communion ecclésiale, Paris, Bayard/Cerf/Fleurus-Mame, 2010.

42 Voir dans Le dimanche en déroute, l’exemple de l’encyclique Ecclesia de eucharistia de Jean-Paul II (17 avril 2003), pp. 142-146.

43 Ibid., pp. 422-425 ; deux schémas alternatifs sont proposés.

44 M. Metzger, F.Wernert, Célébrations dominicales de la Parole, Eckbolsheim, Éditions du Signe, 2010.

45 Ibid., p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Wernert, « La communion eucharistique lors des assemblées dominicales de la Parole », Revue des sciences religieuses, 85/2 | 2011, 283-298.

Référence électronique

François Wernert, « La communion eucharistique lors des assemblées dominicales de la Parole », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/2 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/2030 ; DOI : 10.4000/rsr.2030

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page