Navigation – Plan du site
Recensions

François Wernert, Le Dimanche en déroute. Les pratiques dominicales dans le catholicisme français au début du 3e millénaire

préface de Mgr Albert Rouet, archevêque de Poitiers, éditions Médiaspaul, Paris – Montréal 2010, 487 p.
Marcel Metzger
p. 165-167
Référence(s) :

François Wernert, Le Dimanche en déroute. Les pratiques dominicales dans le catholicisme français au début du 3e millénaire, préface de Mgr Albert Rouet, archevêque de Poitiers, éditions Médiaspaul, Paris – Montréal 2010, 487 p.

Texte intégral

1En 1950, 80% des Français se déclaraient catholiques, et parmi eux 27% participaient à la messe dominicale. En 2006, ces pourcentages n’étaient plus que 65% et 4,5%. Ces chiffres expliquent le titre que notre collègue F. Wernert a choisi pour l’étude minutieuse et systématique qu’il vient de publier et qu’il a menée selon les principes de la théologie pratique. À cet égard, le premier mérite de cette publication est de faire connaître ce qu’est la théologie pratique à un public qui le plus souvent ne connaît de la théologie que les exposés systématiques, voire apologétiques, de la doctrine. Le qualificatif « pratique » est à relier à la notion de praxis, qui considère l’homme dans son agir et dans ses projets et décisions d’action (p. 19). Si la théologie spéculative tend à traiter les réalités chrétiennes comme des notions à analyser, la théologie pratique, quant à elle, porte son attention et sa réflexion sur les communautés et les personnes, sur leur agir et sur leurs pratiques, pour les observer, les analyser et les confronter à l’Évangile et à la Mission.

2L’étude publiée par F. Wernert est un bel exemple de théologie pratique. Au fil des pages, l’auteur en explique la démarche et son organisation en cinq étapes : 1° analyse des pratiques étudiées, 2° exposé des textes de référence, 3° problématisations, 4° corrélations avec la tradition chrétienne mise en place depuis les origines, 5° préconiser des actions pastorales. La dernière étape l’indique clairement : il s’agit d’une théologie engagée. Certes, dans un passé récent et dans le dynamisme suscité par le concile Vatican II, sa préparation et sa mise en œuvre, de nombreux théologiens se sont engagés dans les actions des chrétiens et des Églises, attentifs aux signes des temps. Mais la situation actuelle des Églises catholiques d’Occident sollicite d’une manière inédite l’attention des théologiens qui veulent bien y être sensibles : c’est l’objet de la première étape annoncée ci-dessus, à savoir l’analyse des pratiques pastorales. Celles-ci sont remises en question, jusqu’à se trouver en pleine « déroute », dans leur collision avec les nouvelles cultures et les nouveaux modes de vie.

3Une juste connaissance de l’homme contemporain, destinataire de la Bonne Nouvelle, oblige à un parcours dans les allées des sciences humaines. L’A. s’y est livré longuement. Il y a recueilli les résultats d’enquêtes de terrain et d’études sociologiques portant sur les pratiques et les activités dominicales, non seulement du point de vue des Églises, mais dans la variété des occupations possibles, de leurs incidences commerciales jusqu’aux loisirs les plus divers. Dans la seconde partie de son étude, l’A. a réuni une vaste documentation concernant directement ou de façon connexe la tradition chrétienne du dimanche, jour de convocation des assemblées locales pour l’eucharistie, le mystère de la résurrection et de la vie nouvelle.

4La troisième étape, celle de la problématisation, met en évidence l’écart croissant entre la répétition invariable du discours magistériel sur l’importance du dimanche et de l’eucharistie d’une part, la réduction inexorable des possibilités de célébrer effectivement l’eucharistie, faute de ministres qualifiés, et le désengagement des populations catholiques d’autre part. C’est cela, la « déroute » dont il s’agit. Dans les deux dernières étapes de son cheminement, F. Wernert ouvre des pistes, par un examen élargi de la Tradition et en formulant des propositions d’action, pour une remise en route, bref, c’est l’antidote de la déroute.

5Le P. Albert Rouet, archevêque de Poitiers, a préfacé cette publication. Ce n’est que justice, car F. Wernert rend compte, par une évidente complicité, des initiatives de ce pasteur inventif pour renouveler et affermir le tissu communautaire dans son diocèse, où, de son fait, « la situation concrète des communautés locales n’est pas d’abord considérée en fonction des prêtres, ni même en fonction du lieu, du territoire, la priorité est donnée aux personnes prêtes à faire Église ensemble ». F. Wernert en conclut : « c’est déjà une première révolution, inédite dans l’Église de France ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « François Wernert, Le Dimanche en déroute. Les pratiques dominicales dans le catholicisme français au début du 3emillénaire », Revue des sciences religieuses, 85/1 | 2011, 165-167.

Référence électronique

Marcel Metzger, « François Wernert, Le Dimanche en déroute. Les pratiques dominicales dans le catholicisme français au début du 3emillénaire », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/1 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2025

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page