Navigation – Plan du site
Recensions

Henry Dumery, Imagination et Religion. Éléments de judaïsme, éléments de christianisme

Paris, Les Belles Lettres, 2006, 469 pages
Yves Labbé
p. 162-163
Référence(s) :

Henry Duméry, Imagination et Religion. Éléments de judaïsme, éléments de christianisme, Paris, Les Belles Lettres, 2006, 469 pages.

Texte intégral

1Né en 1920, décédé depuis le présent livre, H. Duméry n’avait publié aucun ouvrage propre après 1963. C’était une étude de controverse sur Blondel. Auparavant, après un premier livre sur L’Action (1948), il avait multiplié les titres, jusqu’à ses deux thèses doctorales (1957), immédiatement et durement frappées par le Saint-Office. Au cours de la décennie suivante, les Revues théologiques accueillirent nombre d’articles sur le programme de philosophie de la religion de Duméry en même temps que sur ses premières applications aux catégories chrétiennes (la grâce, la foi, Dieu). Il avait toutefois répondu aux objections dès 1959 dans Foi et Institution, une suite apportée à La foi n’est pas un cri (1957) : la visée de l’Absolu inconnaissable s’inscrit nécessairement dans l’institution d’un imaginaire religieux à travers rites et croyances.

2Imagination et Religion comble donc une absence éditoriale d’un demi-siècle dans la philosophie de la religion. La condamnation romaine avait interrompu le projet. Cédant à des sollicitations amicales, le nouvel et ultime ouvrage ajuste et enchaîne huit études antérieures mais inédites, sans notes ni références. Les auteurs nommés sont rares, les sujets traités inégalement développés, le propos manifestement apaisé. Trois parties se laissent distinguer. La première s’attache à l’institution de la religion (chap. 1-3), la deuxième à la religion biblique (chap. 4-5), la troisième au christianisme (chap. 6-8), avec deux chapitres, inattendus et conséquents, sur la seule maternité virginale de Marie.

3S’il demeure philosophe de la religion chrétienne, Duméry commence par montrer comment une religion s’institue par elle-même collectivement grâce à la créativité de l’imagination. Aussi loin qu’il se découvre, le fait religieux se donne déjà pour un fait interprété. Cependant, l’imagination n’est pas captive. Inséparable de la liberté, elle s’affirme capable de critiquer ses productions aussi bien que de les poser. C’est par sa puissance de réduction qu’elle oriente ses projections en direction de l’infini. « Toute image est finie, écrit l’A., mais l’imagination a la ressource de multiplier les images à l’infini, comme si le moyen de combler l’intervalle du fini à l’infini consistait pour nous à redoubler indéfiniment dans le fini des images qui aspirent à tenir lieu de l’image impossible, absente, pourtant provocante, celle de l’absolu » (p. 138).

4Analysé précédemment, le passage du mythe à l’histoire atteint sa plus haute confirmation dans la religion biblique. S’il offre un développement important à la faute adamique, soit l’illusion d’une emprise sur l’infini, et s’il semble d’abord se limiter à la Bible hébraïque, Duméry rend finalement un double hommage au judaïsme : il a lié le temps à l’écriture et à la volonté. En se prêtant à une réécriture infinie, à partir de l’initiative deutéronomiste, il atteste que le temps de la religion ne cesse jamais d’être un temps de fondation (p. 163-167). En se tenant pour religion de sainteté, « il réserve à des hommes le soin de dire Dieu, de le révéler comme témoins ou prophètes, s’ils invitent à faire l’histoire pour qu’adviennent en notre monde la paix, la justice et l’amour » (p. 255).

5Pour le christianisme, Duméry insiste sur sa continuité première avec le judaïsme en même temps qu’il y vérifie une solidarité entre la croyance en Jésus Seigneur et la pratique de son Mémorial : « la promotion du Christ a été eucharistique, non théologique, ou bien a été théologique, même chez Paul, même chez Jean, par le biais de l’Eucharistie » (p. 292). Pour finir, pas moins de 130 pages se trouvent consacrées aux évangiles de l’enfance et à la maternité virginale afin d’en souligner l’originalité et la cohérence dans l’imaginaire chrétien. Les sources en sont assurément bibliques. La signification en est clairement déterminée : « Dieu, et non l’homme, fait l’enfant-dieu » (p. 327). L’économie symbolique de la religion y est rigoureusement respectée. « On ne peut empêcher une dogmatique religieuse, écrit l’A., d’utiliser un pouvoir de symbolisation qui va au-delà des représentations de l’expérience commune » (p. 345). S’ajoute une longue étude sur la radicalité anthropologique d’une indépendance de l’être-mère à l’égard du père : « la figure de la mère restée vierge étonne encore, mais ne détonne plus » (p. 409).

6La seconde et dernière philosophie de la religion de Duméry confirme-t-elle la première ? On ne perçoit plus les appuis husserliens et blondéliens qui furent en leur temps discutés. On rencontre un intérêt nouveau pour le comparatisme, plus largement pour les sciences de l’homme. En retour, même s’il n’est explicité qu’une seule fois (p. 74-83), le recours au néoplatonisme continue à s’imposer. « Seule l’hénotique des écoles néoplatoniciennes, la philosophie de l’Un, relève l’A., a résolu d’assumer ce que les positivités religieuses ne peuvent prendre en charge : la critique du langage » (p. 74). Le principe en demeure l’incognoscibilité absolue de l’Absolu : « un absolu qui donne la parole pour qu’on l’approche est le même absolu qui la retire pour qu’on découvre qu’il est imprenable, indéfinissable » (p. 141). Ce retrait du principe, la symbolique chrétienne l’annonce dans l’innascibilité de Dieu-Père (p. 291) comme dans le discours de la Croix (p. 304).

7Définie comme critique, la philosophie de la religion proteste toujours ne pas se substituer à la foi vivante (p. 259). Elle continue aussi de se vouloir discriminatoire, pas seulement descriptive : en faveur de formes religieuses qui se sont singularisées en épousant l’histoire, de consciences religieuses qui se soumettent à l’impératif apophatique, enfin de sociétés qui restent ouvertes à une visée de transcendance (p. 461). Sans avoir à renier des réserves émises voici 40 ans, comment ne pas se reconnaître ému par ce qui reste désormais comme un testament ? On y pardonne des longueurs et répétitions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Labbé, « Henry Dumery, Imagination et Religion. Éléments de judaïsme, éléments de christianisme », Revue des sciences religieuses, 85/1 | 2011, 162-163.

Référence électronique

Yves Labbé, « Henry Dumery, Imagination et Religion. Éléments de judaïsme, éléments de christianisme », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/1 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2000

Haut de page

Auteur

Yves Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page