Navigation – Plan du site
Recensions

Marie-Thérèse Camus, Élisabeth Carpentier, historiennes, et Jean-François Amelot, photographe, Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs-d’œuvre

préface de Jacques Le Goff, Paris, éd. A. et J. Picard, 2009, 518 p. 
François Bœspflug
p. 157-159
Référence(s) :

Marie-Thérèse Camus, Élisabeth CARPENTIER, historiennes, et Jean-François AMELOT, photographe, Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs-d’œuvre, préface de Jacques Le Goff, Paris, éd. A. et J. Picard, 2009, 518 p. 

Texte intégral

1Une parfaite réussite, d’autant plus méritoire qu’elle se produit en temps de crise de l’édition. Elle tient bien sûr à la science des auteures, respectivement historienne de l’art (Mme Camus) et historienne (Mme Carpentier), l’une et l’autre professeures honoraires à l’université de Poitiers. Elle est sans doute redevable aussi à de généreuses subventions. Mais encore voire surtout au fait que les auteures et le talentueux photographe, à qui l’on doit environ 550 clichés impeccables, aient si bien su faire équipe et passer entre eux et avec l’éditeur un pacte équilibré jugulant les appétits. Résultat : un magnifique volume, joliment mis en page, bien relié et bien imprimé (seule réserve : les appels de note sont minuscules et le grisé des légendes n’est pas très lisible), avec une abondante illustration, qu’on se le dise, pas moins de 572 reproductions en couleurs ! Ce Poitou roman fait figure d’ouvrage exemplaire, voire pionnier à plusieurs titres, et d’abord par son mode de production. L’avenir des livres de synthèse en histoire de l’art, de ceux au moins qui sont ambitieux et aspirent à fournir une dose d’images généreuse sans atteindre des prix de vente dissuasifs, serait à chercher dans cette direction.

2La période de référence va de la fin du XIe siècle au milieu du XIIe siècle (1080-1160), période connue comme très créative et coïncidant précisément avec la généralisation des églises à couverture de pierre et surtout avec l’âge d’or de la statuaire qui a suivi de peu la réconciliation durable du christianisme occidental et de la sculpture autour du changement de millénaire. Géographiquement, le livre sillonne de manière assez systématique le territoire de l’ancien diocèse de Poitiers (une très bonne carte, p. 10-11). On ne s’étonne pas du privilège accordé aux églises de cette ville et en particulier à Notre-Dame-la-Grande, qui a droit à plusieurs mises au point partielles (ainsi p. 98-99 pour le Christ eschatologique de la façade) puis à une exploration approfondie, à deux reprises, à la fois pour son programme d’ensemble (p. 146-149) et pour le détail de ses parties, la fameuse façade étant l’occasion d’un brillant exposé (p.  370-401) – un bonheur ne va jamais seul : son cycle de l’incarnation qui court en frise, tout a fait exceptionnel, a droit à un dépliant. Merci à l’éditeur.

3Très solidement bâti et clairement écrit (le public visé n’est pas celui des spécialistes), l’ouvrage se défend d’être un répertoire exhaustif de la statuaire poitevine, décidément trop nombreuse, ou un recueil analytique promettant des indications très techniques qui eussent été fatalement rébarbatives. L’objectif déclaré, qui n’est pas synonyme de moindre rigueur scientifique, est plutôt d’offrir une « visite virtuelle » sous la forme d’un triple panorama synthétique faisant découvrir tour à tour (voir l’annonce du plan p. 28) le « message » de la sculpture, qui s’accorde évidemment avec celui de la prédication chrétienne (« Un message chrétien dans la pierre », p. 29-180), puis la perception (« positive », christianisée) du monde qu’elle révèle (« Un monde à découvrir », p. 181-325) et pour finir du milieu des artistes qui l’ont produite (« Les sculpteurs à l’œuvre », p. 327-491). Le tout est muni d’une conclusion, d’une bibliographie et de deux index (des lieux et des personnes cités ; un index des citations de la Bible n’eût pas été de trop ; j’irais jusqu’à dire qu’il s’imposait). Faute de place, le signataire de cette recension renonce, car il n’en finirait pas de si tôt, à énumérer les pages qui lui ont paru excellentes, ou originales, ou qui, de manière plus aléatoire, ont piqué son attention et croisé de manière stimulante ses propres intérêts, tel le chapitre sur « Les images du Christ » (p.   42-102), passionnant aussi bien en plein (pour la sélection des « aspects » et « titres » du Christ qui ont été privilégiés par le roman poitevin) qu’en creux (pour ceux qui sont passés sous silence, notamment sa relation au Père, à l’époque de l’émergence de l’iconographie trinitaire) ; ou encore, des aspects comme le bestiaire roman (p. 286-300). Les auteurs soulignent la faible part du ministère public dans ce patrimoine. Ils soutiennent néanmoins l’interprétation comme Transfiguration de la voussure du portail de Notre-Dame de Génouillé (Vienne) (p. 75). Faut-il les suivre sur ce point ? J’ai un doute. Des personnages sont absents, qui devraient être figurés, tels les trois apôtres choisis comme témoins par le Christ ; à l’inverse, d’autres sont présents qui n’ont pas coutume de l’être dans cette scène, tel Aaron et deux anges.

4Comme on le voit, et on s’en serait douté, un livre aussi ample et longuement mûri donne à apprendre et à admirer, mais surtout à penser. En voici un autre exemple. On n’attendait pas de lui qu’il traitât des fonctions de l’image d’art chrétien, ce n’était pas son propos. Mais il est permis de faire observer qu’il adopte parfois chemin faisant, nolens volens, des positions discutables sur des questions théoriques très débattues. La notion admise mais un peu controuvée, quand il s’agit des beaux-arts, de « message » convenait-elle pour aborder le contenu intellectuel des œuvres d’époque romane ? Il paraît recommandé d’en user avec réserve. Or, il se retrouve parfois dans des titres qui surprennent (« À chaque église son message », p. 135), car l’on ne peut manquer de s’objecter que c’est foncièrement le même message, si message il y a, que toutes les églises de cette époque délivrent. Certes, on pourrait admettre que les commanditaires auront voulu encourager telle ou telle« présentation particulière » de ce message chrétien commun, en fonction de leurs ambitions ou de leur spiritualité ou encore des circonstances. Mais qu’en sait-on au juste et que peut-on en dire ? À peu près rien ! Qu’ils soient clercs ou laïcs, leurs rôles respectifs dans la détermination du programme décoratif des églises poitevines, on peut le postuler, a sans doute été décisif au plan de l’action et du financement – la rédaction commence « logiquement » par eux (p. 33) – il n’empêche qu’il reste le plus souvent enveloppé de mystère, de l’aveu même des auteures (p. 36). Comme quoi la bonne méthode pour l’étude de ce patrimoine iconographique, on le savait mais ce livre le confirme à sa manière, passe moins par l’élucidation d’hypothétiques intentions de commanditaires ou d’artistes que par le regroupement de ces sculptures en un « monde cohérent et signifiant », et par la cartographie tant soit peu systématique de cet univers symbolique.

5C’est d’ailleurs ce qui se dégage en définitive de ce très beau livre, au-delà des catégories employées : une vision puissante, organique et symphonique de cette apogée de l’art de la sculpture de la période romane, dans une région où elle a atteint à une plénitude que peu d’autres régions d’Europe ont égalée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Marie-Thérèse Camus, Élisabeth Carpentier, historiennes, et Jean-François Amelot, photographe, Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs-d’œuvre », Revue des sciences religieuses, 85/1 | 2011, 157-159.

Référence électronique

François Bœspflug, « Marie-Thérèse Camus, Élisabeth Carpentier, historiennes, et Jean-François Amelot, photographe, Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs-d’œuvre », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/1 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/1991

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page