Navigation – Plan du site

Jésus et l’idolâtrie du sabbat

Hans Ausloos
p. 27-43

Résumés

Cette contribution se lance de la constatation que le sabbat joue un rôle dans la litératture néotestamentaire dans des contextes très divergents. Une lecture superficielle de ces textes pourrait susciter l’impression que la mention du motif du sabbat n’y est qu’un fait divers. Cependant, cette interprétation fait tort à la manière dont les évangélistes ont rédigé leurs textes en tant que témoignages littéraires et croyants sur Jésus comme le Christ. Un aperçu de la manière dont l’Ancien Testament aborde le thème du sabbat – surtout le commandement du sabbat comme il se manifeste dans les deux versions du décalogue – donnera une clé de lecture pour une compréhension adéquate du parler néotestamentaire concernant le sabbat. Le sabbat vétérotestamentaire se concentre sur la délivrance. Ainsi compris, Jésus réagit contre l’idolâtrie du sabbat et le réduit à son intention originelle et à sa véritable proportion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le mot hébreu sbt figure 111 fois au sein de l’Ancien Testament. Le mot grec sabbaton est attesté 1 (...)
  • 2 On retrouve le terme ‘sabbat’ également dans les autres écrits néotestamentaires. Voir par exemple (...)
  • 3 La signification et la portée de Mt 24,20, un verset qui – dans le contexte de l’établissement de « (...)

1Contrairement à ce qu’on attendrait, le Nouveau Testament comme littérature chrétienne se réfère – par rapport à l’Ancien Testament – fréquemment au sabbat1. De plus, il est à noter que ce sont surtout les évangiles qui évoquent le sabbat2. Au sein des quatre évangiles, le sabbat joue un rôle dans des contextes très divergents3.

  • 4 Contrairement à Marc et à Luc, l’évangile de Mathieu ne situe pas explicitement la guérison de la b (...)
  • 5 Pour cela, voir J.-M. Sevrin, Jésus et le sabbat dans le quatrième évangile, dans C. Focant (réd.), (...)

2Tout d’abord, dans les évangiles synoptiques se trouvent les passages de la cueillette des ares le jour du sabbat (Mt 12,1-8 ; Mc 2,23-28 ; Lc 6,1-5), lesquels se réfèrent au récit vétérotestamentaire de David qui mangeait les pains du temple qui étaient destinés aux prêtres. Dans les évangiles synoptiques, ces péricopes précèdent immédiatement le récit de la guérison de l’homme à la main desséchée (Mt 12,9-14 ; Mc 3,1-6 ; Lc 6,6-11). Ces péricopes nous mènent immédiatement à la deuxième catégorie de textes dans lesquels le sabbat joue un rôle crucial, à savoir les récits de guérison qui se déroulent le jour du sabbat. Outre la péricope de la guérison de l’homme à la main desséchée, mentionnée ci-dessus, ces récits de guérison, situés au sabbat, se trouvent surtout dans l’évangile de Luc, notamment en Lc 4,31-41 (l’exorcisation et la guérison de la belle-mère de Pierre ; par. Mc 1,23-344), en Lc 13,10-17 (la guérison de la femme courbée) et en Lc 14,1-6 (la guérison de l’homme hydropique). De même, Jean situe deux récits de guérison au jour du sabbat, à savoir la guérison du paralytique de Béthesda (Jn 5,1-18) et la guérison de l’aveugle-né en Jn 9,1-185. De plus, Jn 7,19-24 se reporte à l’intervention guérissante de Jésus le jour du sabbat : si, le jour du sabbat, les Juifs pratiquent la circoncision, conformément à la loi de Moïse, Jésus juge qu’il est aussi légitime de « guérir quelqu’un entièrement » ce jour-là. À côté des récits de la cueillette des ares et des guérisons effectuées le sabbat, les évangélistes synoptiques situent à maintes reprises l’enseignement de Jésus dans la synagogue au jour du sabbat (Mc 1,21-22 ; 6,1-6 ; Lc 4,16-21.31-32).

3Les derniers contextes au sein du Nouveau Testament dans lesquels le sabbat est évoqué de façon explicite sont ceux qui traitent des funérailles et de la résurrection de Jésus. Mc 15,42 et Lc 23,54, mais bien également Jn 19,31 localisent les funérailles de Jésus avant le lever du jour du sabbat. En outre, les trois évangélistes synoptiques situent les récits de la tombe vide explicitement à l’issue du sabbat.

4Une lecture superficielle des textes qui relient les actions de Jésus plus ou moins au sabbat pourrait susciter l’impression que la mention du motif du sabbat n’y est qu’un fait divers. En tout cas, il est normal que Jésus, en tant que rabbi, enseigne dans la synagogue le jour du sabbat. Tant le récit de la cueillette des ares que le fait que les évangiles soulignent à plusieurs reprises les guérisons effectuées par Jésus le sabbat, pourraient donner l’impression que les auteurs des textes néotestamentaires ne se servent du motif du sabbat que comme une occasion provocante de confronter Jésus avec les pharisiens. Et la mention fréquente du sabbat dans les textes au sujet des funérailles et de la résurrection de Jésus pourrait être perçue comme une simple indication temporelle au sein du déroulement de l’histoire.

5Cependant, cette interprétation fait tort à la manière dont les évangélistes ont rédigé leurs textes en tant que témoignages littéraires et croyants sur Jésus comme le Christ. Compte tenu de ce contexte, il est possible de présumer une intention plus profonde des auteurs néotestamentaires, aussi en ce qui concerne le motif du sabbat. Un aperçu de la manière dont l’Ancien Testament aborde le thème du sabbat peut éclairer cette question. Quant à cette discussion, c’est surtout le commandement du sabbat comme il se manifeste dans les deux versions du décalogue qui donnera une clé de lecture pour une compréhension adéquate du parler néotestamentaire concernant le sabbat.

Le commandement du sabbat et le décalogue

  • 6 La littérature traitant du sabbat dans l’Ancien Testament et l’ancien Israël est très vaste. Concer (...)

6Bien qu’il soit référé à maintes reprises au sabbat dans les sections narratives de l’Ancien Testament, on découvre le commandement le plus important relatif à l’observance du sabbat dans les deux versions du décalogue (Ex 20,2-17 et Dt 5,6-21)6. Cette présentation de ce ‘commandement du sabbat’ partira du texte du livre de l’Exode. Ensuite je le comparerai à la version du Deutéronome.

7Le commandement en Ex 20,8-11 se distingue sur quelques points des ordonnances précédentes, ce qui n’empêche pas qu’il soit indissolublement lié à son contexte. Contrairement aux premières ordonnances du décalogue, le commandement du sabbat est formulé de façon positive : après l’interdiction d’honorer d’autres dieux à part YHWH, l’interdiction de construire des statues et de les adorer et l’interdiction d’utiliser le nom de Dieu inconsidérément, la consigne du sabbat est conçue avant tout comme un commandement : « Commémore le jour du sabbat » (Ex 20,8). Ensuite, le commandement du sabbat est aussi le commandement le plus étendu des dix consignes, par opposition à la formulation parfois extrêmement concise des autres commandements. Enfin, l’ordonnance concernant le sabbat semble se distinguer des consignes précédentes également sur le plan du contenu. Si les interdictions précédentes veulent déterminer la relation entre l’homme et Dieu, et si l’objet des directives suivantes est la relation interpersonnelle, il semble que le commandement du sabbat recouvre à la fois les deux dimensions. Tant la relation avec Dieu que l’humanité (et même la solidarité avec toutes les créatures) y occupent le devant de la scène.

  • 7 Au cours de la tradition, on a établi un rapport entre ce phénomène et la conception selon laquelle (...)

8Bien que le décalogue dans son ensemble soit indubitablement entendu comme une parole directe de YHWH, il ressort immédiatement de la formulation du commandement du sabbat qu’on parle de Dieu à la troisième personne – tout comme dans l’interdiction qui précède (Ex 20,7) – pendant que Dieu a lui-même la parole dans les versets 3-67. Le seul fait que le commandement du sabbat se distingue des autres commandements fait comprendre que les auteurs lui accordent une place particulière.

9Parallèlement aux autres commandements, le commandement du sabbat commence par une formulation apodictique. Le début de la consigne est un commandement général : « Commémore le jour du sabbat et fais-en un jour consacré à l’Éternel » (verset 8). Les versets 9 et 10a précisent ce qu’il faut entendre par l’expression « commémoration consacrante » : « Tu travailleras six jours pour faire tout ce que tu as à faire. Mais le septième jour est le jour du repos consacré à l’Éternel ton Dieu ». Les deux versets sont explicitement liés les uns aux autres par la particule liante ‘w-’ qui s’utilise également pour opposer adversativement deux élocutions (‘mais’). Ainsi, les six jours de travail et le septième jour sont diamétralement opposés. En outre, les auteurs soulignent que l’activité humaine (« tu travailleras pour faire tout ce que tu as à faire ») est opposée au sabbat qui existe à la faveur de YHWH.

  • 8 Voir p. ex. Gn 12,16 : le Pharaon donnait à Abram « des moutons, des bœufs et des ânes, des servite (...)

10Sur la base de ces observations – il semble que les versets Ex 20,9-10a sont composés selon le principe poétique de ce qu’on appelle le parallellismus membrorum –, on pourrait conclure que la manière dont la consigne du sabbat a été divisée en versets dans les manuscrits bibliques médiévaux soit en quelque sorte déplorable. Car après la formulation positive des versets 9-10a, le verset 10b passe à l’usage de la formulation classique de l’interdiction apodictique : « tu ne feras… » (l’ tcśh – sans la particule liante). Cette interdiction est suivie d’une énumération de tous ceux pour qui la consigne du sabbat est en vigueur : « ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi ». Par l’usage de la conjonction liante « et » dans le texte hébreu, l’auteur veut manifestement distinguer deux catégories. En premier lieu, la consigne s’adresse au pater familias ainsi qu’à sa propre famille : « ni toi, ni ton fils, ni ta fille ». En second lieu, elle s’adresse également aux possessions du destinataire : « ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi ». Il n’est pas étonnant que les serviteurs et les servantes soient traités de la même manière que le bétail. En effet, ils sont tous considérés comme faisant partie de la propriété du pater familias8.

11Enfin, Ex 20,11 développe le thème important du verset précédent, à savoir la désignation du septième jour comme un jour de repos en l’honneur de Dieu. Bien que le sabbat soit présenté sans aucun doute comme une institution humaine – c’est le jour où l’homme et l’animal peuvent s’apaiser –, il est bien plus que cela. Ceci ressort du dernier verset, qui pourvoit le commandement d’une motivation théologique solide : « Car en six jours, l’Éternel a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve, mais le septième jour, il s’est reposé. C’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du sabbat et en a fait un jour qui lui est consacré ». C’est surtout cette motivation théologique qui distingue la version de la consigne de l’Exode de la consigne du sabbat dans le décalogue du Deutéronome. Cette différence, ainsi que d’autres point litigieux, seront traités dans la section suivante.

Comparaison du commandement du Sabbat en Ex 20,8-11 et en Dt 5,12-15

12Pour la plupart, le commandement du sabbat dans le livre de l’Exode correspond à la version parallèle en Dt 5,12-15. Néanmoins, il y a quelques différences à ne pas nier. Avant d’entrer dans les détails, je mets les deux versions du commandement du sabbat l’une à côté de l’autre de façon synoptique.

Exode 20,8-11

Deutéronome 5,12-15

8 Commémore (zkr) le jour du sabbat et fais-en un jour consacré à l’Éternel.

12 Observe (smr) le jour du sabbat et fais- en un jour consacré à l’Éternel, comme l’Éternel ton Dieu te l’a commandé (şwh).

9 Tu travailleras six jours pour faire tout ce que tu as à faire.

13 Tu travailleras pendant six jours et tu feras tout ce que tu as à faire.

10 Mais le septième jour est le jour du repos consacré à l’Éternel, ton Dieu ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi ;

14 Mais le septième jour est le jour du repos consacré à l’Éternel ton Dieu ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bœuf, ni ton âne, ni tout ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi, afin que ton serviteur et ta servante puissent se reposer comme toi.

11 car en six jours, l’Éternel a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve, mais le septième jour, il s’est reposé. C’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du sabbat et en a fait un jour qui lui est consacré.

15 Tu commémoreras (zkr) que tu as été es- clave en Égypte et que l’Éternel ton Dieu t’en a fait sortir à main forte et à bras tendu. C’est pourquoi l’Éternel ton Dieu t’a or- donné (şwh) d’observer le jour du sabbat.

  • 9 Voir p. ex. Dt 11,12 ; 27,1. Le langage typique du Deutéronome relatif à l’observance et à la viola (...)
  • 10 Le Pentateuque Samaritain interprète Ex 20,8 également comme ‘observer’ (smr). Voir A. Tal, The Sam (...)
  • 11 Le terme utilisé par l’Exode signifie plus que « se souvenir », ce qui ressort de Lamentations 1,9, (...)
  • 12 Ceci ressort de la traduction, fidèle au texte source, du Psaume 103,18, dans laquelle les deux ver (...)

13(a) Dt 5,12 exhorte le destinataire à observer le jour du repos. Le terme hébreu (smr) est stéréotypé dans le livre du Deutéronome9. Le début du commandement du sabbat en Ex 20,8 emploie un autre verbe, à savoir commémorer (zkr)10. En ce qui concerne la signification, il n’y a en fait pas de différence essentielle entre les termes utilisés en Ex 20,8 et en Dt 5,12, du moins si on interprète le verbe du premier passage comme commémorer et non pas comme penser à ou se souvenir de11. Car les termes hébreux qui rendent le sens de commémorer (zkr) et de observer (smr) s’impliquent les uns les autres12. Malgré le fait que ces termes sont interchangeables, ce n’est pas un hasard que l’auteur de Dt 5,12 ait choisi observer. Car d’une part, on utilise ce terme dans le livre du Deutéronome surtout lorsqu’il s’agit de l’observance des consignes ; d’autre part, le terme commémorer (zkr) implique la notion de ‘refaire’ (dans le contexte du culte). De cette façon, selon Ex 20,8, la commémoration du sabbat est égale à la nouvelle réalisation du sabbat de YHWH : il faut que l’Israélite respecte le repos du septième jour, tout comme YHWH s’est reposé le septième jour. Le parallélisme entre les versets 9-10 d’une part et le verset 11 de l’autre, ainsi que la particule motivante ky dans le verset 11 plaident en faveur de cette conception.

  • 13 Il faut signaler que la traduction de la Septante interprète Dt 5,15 également comme observer (MT : (...)

14Le terme commémorer (zkr) que l’on utilise en Ex 20,8 apparaît aussi en Dt 5,15, le verset qui dans le livre du Deutéronome pourvoit le commandement du sabbat d’une motivation religieuse par la référence aux événements passés : « Tu commémoreras que tu as été esclave en Égypte et que l’Éternel ton Dieu t’en a fait sortir à main forte et à bras tendu ; c’est pourquoi l’Éternel ton Dieu t’a ordonné d’observer le jour du sabbat13 ». Ce verset est intéressant à deux égards. Premièrement, nous y tombons sur le pendant du verbe observer qui se trouve à maintes reprises dans le livre du Deutéronome.

  • 14 Voir entre autres Dt 4,20 ; 6,6 ; 7,11 ; 19,9 ; 28,1 ; 30,2.8.11.16. Cf. Weinfeld, Deuteronomy (n. (...)

15Il s’agit du verbe şwh qui a le sens de ordonner. Ce terme s’utilise aussi fréquemment dans le Deutéronome, également dans le contexte de l’observance des commandements que YHWH a ordonnés14. En encadrant le commandement du sabbat par ce verbe dans les versets 12 et 15, l’auteur souligne explicitement qu’il s’agit d’un commandement divin, ce qui en même temps accentue la dimension législative plus fortement qu’en Ex 20,8-11. Ensuite, le verset 15 mène à la différence la plus fondamentale entre la version du commandement du sabbat dans le livre de l’Exode et celle du Deutéronome, à savoir sa motivation.

  • 15 On est presque d’accord sur la parenté entre le mot ‘sabbat’ et le mot hébreu homophone, écrit de l (...)

16(b) Ex 20,11 légitime l’observance du sabbat sur la base de la représentation de la création, que l’on rencontre dans le poème de la création en Gn 1,1–2,4 : il faut que l’homme et l’animal travaillent pendant six jours et qu’ils se reposent absolument le septième jour, parce que Dieu, lui aussi, travailla six jours et se reposa le septième jour. Quoique Gn 2,1-3 ne mentionne pas explicitement le sabbat, celui-ci résonne dans chaque verset : « Au septième jour (ywm hsbycy), Dieu avait achevé tout ce qu’il avait créé. Alors il se reposa (ysbt) le septième jour (ywm hsbycy) de toutes les œuvres qu’il avait accomplies. Il bénit le septième jour (ywm hsbycy), il en fit un jour qui lui est réservé, car en ce jour-là, il se reposa (sbt) de toute l’œuvre de la création qu’il avait accomplie15 ».

17Par conséquent, dans le poème de la création, le sabbat joue un rôle important. Le texte est entièrement composé en fonction du septième jour. En présentant le septième jour comme un jour où Dieu se repose, l’auteur veut enraciner le sabbat dans l’ordre de la création. Pour les Israélites qui sont expulsés de leur pays – la thèse que le présent texte du poème de la création en Gn 1,1–2,4 n’était réalisé qu’à partir du contexte de la captivité babylonienne (587-537 av. J.-C.) jouit d’un consentement presque général sur le forum scientifique – l’observance du sabbat est égale à l’entretien du culte dans le temple en l’honneur de YHWH. En tant que « créé selon l’image de Dieu », l’homme doit prendre l’engagement agréable de suivre le repos exemplaire de Dieu afin de rendre hommage à son créateur, malgré l’absence du temple ou du culte qui en faisait partie. Mais en même temps, il y a plus. Car en Gn 2,3 il n’est dit que du septième jour que Dieu le ‘bénit’ en raison de l’harmonie et du repos de ce jour. De plus, Dieu bénit le septième jour, ce qu’il n’avait pas fait en faveur des jours précédents.

  • 16 Tout comme Ex 20,11, Ex 31,16-17 se réfère au poème de la création : « Les Israélites observeront l (...)

18En renvoyant au repos divin du septième jour de la création, selon la présentation de l’Exode (Ex 20,11 ; 31,16-17)16, l’observance du sabbat peut être caractérisée comme une imitation ou une sorte de nouvelle représentation du repos divin du septième jour – l’anglais dispose du terme éloquent re-enactment pour indiquer cet acte – : le septième jour est pour Dieu un jour d’achèvement béni et d’harmonie, alors il faut que le septième jour soit caractérisé, aussi pour l’homme, par l’harmonie et la perfection.

19L’auteur du Deutéronome semble prendre du recul face à ce rationale d’Ex 20,11 teinté mythologiquement. Il n’associe pas le sabbat au repos divin du septième jour, mais à un événement ‘historique’ du passé : il faut que les Israélites observent le sabbat afin de commémorer qu’ils ont été esclaves en Égypte et que Dieu les en a fait sortir. Donc, la motivation spécifique de l’auteur deutéronomique se reflète dans un déplacement de l’origine du sabbat vers son but : le peuple d’Israël observera le sabbat, non pas parce que Dieu lui-même se reposa le septième jour, mais afin que « ton serviteur et ta servante puissent se reposer comme toi » (Dt 5,14). Au lieu de l’argumentation mythologique d’ Ex 20,11, le Deutéronome propose une motivation du commandement du sabbat sur la base d’une conception sociale. Ainsi, l’auteur indique clairement que le sabbat existe en faveur de l’homme. Et afin de renforcer le commandement de « commémorer/observer » le jour du repos, l’auteur de Dt 5,12 en donne une légitimation théologique : il faut respecter le repos du sabbat, « comme l’Éternel ton Dieu te l’a ordonné ». Que cette consigne vaille pour l’ensemble du peuple d’Israël, quelle que soit la position de l’homme, ressort après tout du fait que, contrairement au Ex 20,10, toutes les catégories sont liées les unes aux autres par la conjonction « ni » : « ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bœuf, ni ton âne, ni tout ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi » (Dt 5,14).

20En bref on peut dire que le commandement du sabbat a une signification exclusivement positive dans les deux versions du décalogue. Le sabbat est signe d’harmonie et de liberté. Surtout cette dernière notion vaut mutatis mutandis pour chacun des ‘dix commandements’. Car tant dans le livre de l’Exode que dans celui du Deutéronome, le décalogue est introduit par la référence aux actions délivrantes de Dieu : « Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir d’Égypte, du pays où tu étais esclave » (Ex 20,2//Dt 5,6). Alors, ‘la liberté reçue’ semble être le concept central du décalogue – et par la suite aussi du sabbat. Dans son commentaire au décalogue, A. Wénin résume cette conclusion comme suit :

  • 17 A. Wénin, Le Décalogue. Approche contextuelle, théologie et anthropologie, in C. Focant (ed.), La l (...)

Le sabbat est signe de la liberté d’Israël, le mémorial de l’exode. Mais on peut être plus précis. Car le rappel de l’exode mentionne explicitement la force déployée par YHWH pour la liberté et la vie du peuple, ‘avec une main forte et un bras tendu’ (v. 15a) (…) En fait, ce que cette clausule souligne, c’est que la puissance de Dieu se fait service de la liberté et de la vie d’un peuple esclave et voué à la mort17.

Le Sabbat dans le judaïsme

  • 18 En outre, après la destruction du second temple en 70 apr. J.-C., le judaïsme se voyait confronté d (...)

21Bien que les Juifs puissent vénérer Dieu de nouveau dans le temple reconstruit après la chute de l’empire babylonien depuis la fin du 6ème siècle av. J.-C., ils n’ont pas refusé de respecter le repos du sabbat comme un culte en l’honneur de Dieu, peut-être dans l’intérêt de la situation spécifique de la diaspora18. En premier lieu, ceci ressort de Ne 13,15-22, une péricope qui raconte comment Néhémie ordonne de fermer les portes de la ville reconstruite pendant le sabbat afin d’empêcher qu’on puisse faire du commerce le jour de sabbat. Ce texte prescrit également que le sabbat commence au coucher du soleil.

22L’ancienne traduction grecque du poème de la création, mentionné ci-dessus, vaut comme un des textes les plus anciens qui montrent l’importance du sabbat quant au judaïsme intertestamentaire. Car en mentionnant que Dieu « achève » son œuvre le septième jour, le texte hébreu de Gn 2,2 pourrait donner l’impression que Dieu aurait travaillé le jour du repos. C’est la raison pour laquelle le rédacteur de la version des Septante de l’Exode, laquelle était d’origine juive et doit être située au cours du 3ème siècle av. J.-C., avait modifié le texte comme suit : « Et le sixième jour, Dieu termina les œuvres qu’il avait faites ».

23De plus, on retrouve également plusieurs renvois au sabbat au sein de ce qu’on appelle la littérature vétérotestamentaire deutérocanonique. Je me limite à quelques exemples. Afin de présenter Judith comme une femme fidèle tant à la loi qu’à Dieu, l’auteur du livre du même nom, à la fin du 2ème siècle av. J.-C., souligne le fait que Judith observe le sabbat en ne quittant pas sa maison (Jdt 10,2), conformément aux ordonnances d’Ex 16,29. De même, les livres des Maccabées, qui datent également du 2ème siècle av. J.-C., témoignent d’un grand respect envers le sabbat, malgré le fait que les envahisseurs grecs s’en moquaient et déshonoraient le sabbat (1 M 1,39.43). 1 M 2,29-47 pousse à outrance cette obéissance au commandement du sabbat en racontant comment les Juifs fidèles à la loi se laissent massacrer sans résistance le jour du sabbat. Selon Mattathias, le commandant de la résistance grecque, cette attitude avait manifestement dû dépasser les bornes. Lorsqu’il apprend la mort d’un des membres de son peuple, il ordonne : « Qui que ce soit qui vienne contre nous pour le combat le jour du sabbat, combattons contre lui ; et nous ne mourrons pas tous, comme nos frères sont morts » (1 M 2,41). Le récit de 2 M 5,25-26 dit que le commandant grec Apollonius attend « jusqu’au saint jour du sabbat ; puis tandis que les Juifs le célébraient, il commanda à ses gens de prendre les armes ».

  • 19 Cf. L. Doering, Schabbat : Schabbathalacha und -praxis im antiken Judentum und Urchristentum (Texte (...)
  • 20 L’écrit, dont on a conservé huit pages recto verso, date du 10ème s. apr. J.-C. La littérature scie (...)
  • 21 Cf. L. Doering, « New Aspects of Qumran Sabbath Law from Cave 4 Fragments », dans M. Bernstein, F. (...)
  • 22 Pour une traduction française, voir A. Dupont-Sommer & M. Philonenko, La Bible. Écrits intertestame (...)

24Le fait que, dans les versions du décalogue de l’Exode et du Deutéronome, le commandement du sabbat ne donne pas de définition précise de ce qu’on entend par la notion de ‘travail’ a entraîné l’émergence de différentes interprétations de ce commandement par les différents mouvements juifs au cours de la période du second temple19. Les manuscrits de la mer Morte surtout témoignent du rôle important que jouait le sabbat dans le judaïsme des derniers siècles avant le début de l’ère chrétienne. Sous ce rapport, c’est plus particulièrement le texte de Damas qui est digne de mention. Ce document, dont on a trouvé une copie à la fin du 19ème siècle dans les guenizah de la synagogue d’Ibn Ezra, située dans la partie ancienne du Caire, était une œuvre inconnue jusqu’à ce moment-là20. La découverte de plusieurs copies (transmises fragmentairement) du même document dans la quatrième, la cinquième et la sixième grotte de Qumran au cours de la deuxième moitié du 20ème siècle, a révélé que le texte de Damas constitue un des documents les plus importants de la communauté sectaire de Qumran21. Tous ces fragments datent de la période du 1er siècle av. J.-C. jusqu’au 1er siècle apr. J.-C. Dans le contexte des études relatives au sabbat, ce sont surtout la dixième et la onzième colonne (X,14-XI,18) qui importent. Ces écrits comportent l’énumération d’une vingtaine d’actions qui sont interdites le jour du sabbat22. Je ferai une sélection : le jour du sabbat, « personne ne parlera un mot fou ou irréfléchi » (X,18) et on « ne parlera pas d’occasions relatives au travail ou d’occupations qui seront effectuées le jour suivant » (x,19). Le jour du sabbat, on « ne traquera pas son bétail afin de le mener hors de la ville » (XI,6) et « personne n’empoisonnera la vie de son esclave ou de son journalier » (XI,12).

25Bien que quelques-unes de ces ordonnances tiennent sans aucun doute compte de la sincérité de l’intention avec laquelle les auteurs de l’Exode et du Deutéronome infligent le repos du sabbat, il y a d’autres consignes qui font preuve d’une fermeté exceptionnelle : « Personne n’aidera un animal dans la mise bas le jour du sabbat. Si un animal tombe dans un puits ou une cavité, il ne le délivrera pas le sabbat » (XI, 13-14 – comparez à Mt 12,11). À l’égard de l’homme en danger, le texte est encore plus impitoyable : « On ne retirera pas un homme vivant, tombé dans une mare ou une source, que ce soit avec une échelle, une corde ou un autre moyen » (XI,16-17). Néanmoins, il est à noter que la suite du document ordonne : « Chacun qui s’est dévoyé (spirituellement), de sorte qu’il transgresse le sabbat et les fêtes, ne sera pas mis à mort » (XII,3-4). En avançant cette ordonnance, le document semble réagir contre la sanction radicale d’ Ex 31,14-15 et 35,2 :

  • 23 Nb 15,32-36 prescrit la peine de mort en cas de transgression du sabbat. En outre, le manuscrit de (...)
  • 24 Une traduction éthiopienne a été conservée entièrement, bien qu’on en ait découvert également des f (...)
  • 25 Au 3ème s., le rabbi Simeon ben Laqish ordonne même que les païens observant le sabbat soient mis à (...)

26« Celui qui transgresse le sabbat sera impitoyablement mis à mort23 ». Dans le prolongement de la punition sévère que préconise la tradition biblique – il est pourtant essentiel de savoir que les textes vétérotestamentaires ne fournissent aucune interprétation du concept ‘repos du sabbat’ –, le livre des Jubilés veut lui aussi condamner à mort ceux qui transgressent le sabbat (Jub 2,25.27 ; 50,8.13)24. Jub 50,6-13 comprend une liste, contenant des règles relatives au sabbat, qui ressemble beaucoup à celle que l’on retrouve dans le document de Damas. En outre, Jub 2,17-33 définit le sabbat comme un jour Saint que seul les Juifs doivent observer. Plus tard, l’observance du sabbat est même devenue le signe par excellence de l’identité juive25.

27Cet aperçu sommaire de la réception du commandement du sabbat vétérotestamentaire montre indéniablement qu’on est loin de son intention originelle, qui se manifeste le plus nettement dans les deux versions du décalogue : le but du sabbat n’est pas seulement d’être un ‘re-enactment’ du repos divin et de l’harmonie de la création (l’Exode), mais également un signe du salut et de la guérison de l’homme, tout comme Dieu l’avait voulu en délivrant d’Égypte le peuple d’Israël.

Le retour à l’intention originelle du commandement du sabbat par Jésus

  • 26 Pour une énumération claire des différences entre les versions synoptiques, voir J. Fitzmyer, The G (...)
  • 27 Voir p. ex. R. Pesch, Das Markusevangelium. 1. Teil (Herders Theologischer Kommentar zum Neuen Test (...)
  • 28 Cf. J. Gnilka, Das Matthäusevangelium. 1. Teil (Herders Theologischer Kommentar zum Neuen Testament (...)
  • 29 Cf. J. jeremias, Neutestamentliche Theologie. 1. Die Verkündigung Jesu, Gütersloh, Mohn, 1973, p. 2 (...)

28Jadis, on a tenté de démontrer – souvent dans l’intention de présenter l’Ancien Testament comme l’antithèse radicale du Nouveau Testament – que Jésus aurait voulu abolir le sabbat ou, au moins, le limiter. Cette conception se base sur les textes néotestamentaires qui relient Jésus au sabbat et qui déclament que « le Fils de l’homme est maître du sabbat » (Mt 12,8 ; Mc 2,28 ; Lc 6,5) – un jugement qui cadre le sabbat dans les passages parallèles de la cueillette des épis (Mt 12,1-8 ; Mc 2,23-38 ; Lc 6,1-5)26. Il ne paraît pas très plausible que ce jugement ait eu l’intention de considérer le sabbat comme une institution inférieure ou accessoire. Ce passage ne veut pas non plus dispenser l’imitation du Christ de l’observance du sabbat27. En attribuant à Jésus des titres christologiques comme ‘Fils de l’homme’, ces passages reprennent sans ambiguïté Da 7,13, dans lequel est accordée la souveraineté éternelle au Fils de l’homme. En tant que tel, le Fils de l’homme jouit du mandat divin. Et par conséquent, il est maître du sabbat, tout comme Dieu28. Il ne s’agit donc pas de prendre du recul par rapport au sabbat comme le jour du repos, mais bien par rapport à l’interprétation humaine du sabbat que l’on retrouve dans les halachah juifs. Comme mandataire divin, Jésus est présenté comme celui qui veut remettre en honneur le sabbat – celui qui veut le ramener à son intention divine – en ôtant les halachah juifs qui ont réduit le sabbat à une imitation formaliste de consignes tout sauf délivrantes29. En laissant de côté l’histoire rédactionnelle, ainsi que l’interdépendance des textes évangéliques évoquant le sabbat, on peut affirmer qu’ils présentent tous Jésus comme celui qui recourt à l’intention originelle du commandement du sabbat vétérotestamentaire, dont la bénédiction et la guérison sont les caractéristiques centrales.

29Parallèlement, le jugement de Marc, selon lequel « le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat » (Mc 2,27) reprend l’idée ancienne du septième jour, laquelle visait une période de repos hebdomadaire tant pour l’homme que pour l’animal. Contrairement à la légitimation de cette consigne dans le décalogue en l’associant au sabbat comme jour le de repos (Ex 20,10 et Dt 5,14), le verset Ex 23,12 par exemple justifie le sabbat d’un point de vue explicitement social. Traduit littéralement, ce verset dit : « Six jours tu feras ton travail, mais le septième jour, tu te reposeras pour que ton bœuf et ton âne puissent se reposer, pour que le fils de ta servante et l’étranger aient du relâche ». Bien que ce jour de repos ne soit pas explicitement identifié au sabbat, on y renvoie sans aucun doute en employant le verbe ‘se reposer’ (sbt sjabbat). Se basant sur la constatation que le verset Ex 23,12 ne donne aucune motivation théologique du sabbat – celui-ci semble être plutôt une simple coutume rurale – on estime avoir découvert dans ce texte une des références bibliques les plus anciennes au sabbat.

  • 30 Voir H. Ausloos & b. Lemmelijn, The Book of Life. Biblical Answers to Existential Questions (Louvai (...)
  • 31 En outre, il est à noter que Gn 1,1–2,4 souligne le caractère universaliste de l’acte de création d (...)

30Pourtant, ce n’est qu’en situant les récits de guérison au jour du sabbat que les auteurs néotestamentaires ont voulu souligner l’origine délivrante et guérissante du sabbat. En localisant les guérisons précisément au jour du sabbat, les évangélistes proclament que le sabbat contribue au salut et à la guérison de l’homme, et que ce n’est par conséquent pas une entrave. Ainsi, ils reprennent l’intention vétérotestamentaire du commandement du sabbat, comme celui-ci se manifeste tant dans la version du décalogue de l’Exode que dans celle du Deutéronome. L’aspect délivrant est un fait incontestable dans la version du Deutéronome. De la référence à l’intervention divine, par laquelle les Israélites opprimés ont été délivrés de l’esclavage égyptien, il ressort clairement que le sabbat hebdomadaire est lié à la thématique de la délivrance. Pourtant, le commandement du sabbat en Ex 20,11 accorde lui aussi une place centrale à la délivrance. Comme avancé ci-dessus, selon ce verset le sabbat hebdomadaire se veut un re-enactment du sabbat originel, le jour où Dieu bénit et acheva les œuvres qu’il avait faites. C’est aussi le jour que Dieu bénit et sanctifia. La composition du poème de la création en Gn 1,1–2,4 révèle que l’auteur conçoit l’acte de création comme une transformation de chaos (Gn 1,2) en ordre (Gn 2,1-4)30. La création y est le synonyme du passage du chaos à l’harmonie, laquelle atteint son apogée le septième jour qui est un jour d’achèvement et de bénédiction31. De cette façon, le fait que les évangélistes situent les activités guérissantes de Jésus explicitement au jour du sabbat est considéré comme un re-enactment du sabbat originel : chaos redevient harmonie.

  • 32 Voir R. Kampling, « ‘Und er ging nach seiner Gewohnheit am Sabbat in die Synagoge’. Jesuanisches zu (...)
  • 33 Cf. R. Albertz, « Die “Antrittspredigt” Jesu im Lukasevangelium auf ihrem alttestamentlichen Hinter (...)

31La connotation délivrante du sabbat ressort aussi du contenu particulier de l’enseignement de Jésus le jour du sabbat32. La mention du fait que Jésus parle publiquement le sabbat est bien plus que l’indication du fait divers d’un rabbi qui s’adresse au peuple dans la synagogue. Contrairement à Mc 1,21-22 ; 6,1-6 et Lc 4,31-32, qui ne mentionnent pas le contenu des prédications – bien qu’ils relient toujours la prédication de Jésus à ses activités guérissantes (cf. Mc 1,23-31 ; 6,5 ; Lc 4,33-37) – c’est surtout le texte de Lc 4,16-21 qui associe explicitement la prédication de Jésus le jour du sabbat à sa façon d’agir délivrante : « L’esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la Bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vie, renvoyer les opprimés en liberté, proclamer une année d’accueil par le Seigneur ». Selon l’évangéliste, cette promesse d’Is 61,1-3 se réalise dans les activités de Jésus. Pourtant, dès le début de son évangile, Luc présente Jésus non seulement comme celui qui réalise définitivement la promesse d’Isaïe interprétée eschatologiquement. Car il n’adopte pas tout simplement la péricope d’Is 61,1-3. Il y ajoute entre autres une partie du verset Is 58,6 (« renvoyer les opprimés en liberté »). Par là, Luc reprend un texte qui prend franchement parti pour les pauvres et qui s’oppose aux riches, desquels la piété religieuse va à l’encontre de leur comportement social. À la lumière de la combinaison d’Is 61,1-3 et d’Is 58,6, c’est précisément Jésus qui prend la défense des pauvres et des opprimés et qui leur donne la délivrance. Cette option est claire dans le comportement de Jésus à travers la délivrance décidée des malades mendiants. Ainsi, selon Lc 4,16-21, la façon d’agir de Jésus est non seulement complètement dans le droit fil des soucis de l’année jubilaire vétérotestamentaire. En situant la proclamation de ce texte isaïen au jour du sabbat, Luc souligne l’essence délivrante du sabbat dès le début de son évangile. De cette façon, Jésus dépasse explicitement le particularisme vétérotestamentaire d’Is 61,1-3, où est annoncé le salut aux « affligés de Sion ». Le comportement délivrant de Jésus n’est pourtant pas uniquement pour eux. Jésus délivre l’homme tout court33.

  • 34 D. Boyarin, « After the Sabbath (Matt. 28 :1). Once More into the Crux », dans The Journal of Theol (...)

32Outre le fait que les évangélistes soulignent l’importance de la prédication et de la guérison délivrantes de Jésus, par lesquelles celui-ci, en tant que mandataire divin, remet en honneur le sabbat, il est à noter que les quatre évangélistes situent la résurrection de Jésus – la délivrance ultime – précisément au jour du sabbat. En fait, tant Mc 15,42 que Lc 23,45, mais aussi Jn 19,31 situent l’ensevelissement de Jésus explicitement avant le lever du jour du sabbat. De plus, les trois évangiles synoptiques (Mt 28,1 ; Mc 16,1 ; Lc 23,56) insistent sur le fait que, le premier jour de la semaine après le sabbat, les femmes découvrent que la pierre tombale de Jésus a été enlevée34.

*

* *

  • 35 A. Wénin, Le Décalogue. Approche contextuelle, théologie et anthropologie, dans C. Focant (ed.), La (...)
  • 36 Pour cette interprétation du terme ‘accomplissement’, voir E. Zenger, Das Erste Testament. Die jüdi (...)

33En guise de conclusion, on peut poser que la consigne du sabbat – légitimée soit comme un re-enactment du repos accomplissant de Dieu pendant le septième jour de la création, soit en recourant aux activités délivrantes de Dieu à l’égard du peuple d’Israël qui résidait en Égypte –, permettait à l’Israélite de mettre un frein à son travail et de se délivrer de « l’idolâtrie du travail35 ». En revanche, les auteurs néotestamentaires présentent Jésus qui joint le geste à la parole en réagissant contre « l’idolâtrie du sabbat ». De cette manière, Jésus ‘accomplit’ la consigne du sabbat en la renforçant et en la confirmant36 : le sabbat se concentre sur la délivrance. Ainsi compris, Jésus réduit le sabbat à son intention originelle et à sa véritable proportion. L’observance du sabbat signifie avant tout que l’homme puisse jouir en liberté du repos ‘divin’. Par conséquent, le sabbat symbolise la délivrance de tout ce qui pourrait empêcher l’homme qui veut atteindre cette liberté – l’oppression, la maladie ou même la mort. Quel jour de la semaine, autre que le sabbat, les auteurs néotestamentaires ont-ils pu choisir afin de caractériser le comportement de Jésus comme un comportement délivrant – ou comme le dit Jn 7,23 : « la guérison de l’homme tout entier » ?

Haut de page

Notes

1 Le mot hébreu sbt figure 111 fois au sein de l’Ancien Testament. Le mot grec sabbaton est attesté 130 fois dans la version des Septante et on le rencontre 67 fois dans le Nouveau Testament. Voir G.F. Hasel, Sabbath, dans Anchor Bible Dictionary 5 (1992) 849-856, esp. 849-850 et J. Lust, E. Eynikel & K. Hauspie, Greek-English Lexicon of the Septuagint. Revised Edition, Stuttgart, Deutsche Bibelgesellschaft, 2003, p. 546.

2 On retrouve le terme ‘sabbat’ également dans les autres écrits néotestamentaires. Voir par exemple Ac. 13,14.27.42.44 ; 15,21 ; 16,13 ; 18,4 ; Col 2,16. Pour un commentaire à la thématique du sabbat dans les écrits de Paul, voir H. Weiss, « The Sabbath in the Pauline Corpus », dans The Studia Philonica Annual : Studies in Hellenistic Judaism 9 (1997) 287-315.

3 La signification et la portée de Mt 24,20, un verset qui – dans le contexte de l’établissement de « l’atrocité destructrice » – incite à prier que la fuite « n’aura pas lieu en hiver ou le jour du sabbat », sont irrésolues. Cf. Gnilka, Das Mattäusevangelium. 2. Teil (Herders theologischer Kommentar zum Neuen Testament), Freiburg im Breisgau, Herder, 1988, pp. 323-324. D. Boyarin, « After the Sabbath (Matt. 28,8). Once More into the Crux », dans The Journal of Theological Studies 52 (2001) 678-688.

4 Contrairement à Marc et à Luc, l’évangile de Mathieu ne situe pas explicitement la guérison de la belle-mère de Pierre (Mt 8,14-15) au jour du sabbat, de même que Mt 8,16-17 (les guérisons et exorcismes), dont on retrouve des versions parallèles dans les évangiles de Luc et de Marc.

5 Pour cela, voir J.-M. Sevrin, Jésus et le sabbat dans le quatrième évangile, dans C. Focant (réd.), La loi dans l’un et l’autre testament (Lection Divina, 168), Paris, Cerf, 1997, p. 226-242.

6 La littérature traitant du sabbat dans l’Ancien Testament et l’ancien Israël est très vaste. Concernant les dernières décennies, voir par exemple les études de N.- E. Andreasen, The Old Testament Sabbath (Society of Biblical Literature. Dissertation Series, 7), Missoula, MT, Society of Biblical Literature, 1972 ; J. Briend, Sabbat, dans Dictionnaire de la Bible. Supplément 10 (1984) 1132-1170 ; E. Bons, « “Sans dimanche, il n’y a plus que des jours ouvrables”. Quelques réflexions concernant le troisième commandement », dans Revue des sciences religieuses 82 (2008) 319-330 ; HASEL, Sabbath (n. 1), pp. 849-856 ; G. Robinson, The Origin and Development of the Old Testament Sabbath. A Comprehensive Exegetical Approach (Beiträge zur biblischen Exegese und Theologie, 21), Francfort-sur-le-Main, Lang, 1988 ; A.J. Mayer-Haas, “Geschenk aus Gottes Schatzkammer” (bSchab 10b). Jesus und der Sabbat im Spiegel der neutestamentlichen Schriften (Neutestamentliche Abhandlungen. Neue Folge, 43), Münster, Aschendorff Verlag, 2003, spéc. pp. 33-80 ; W.-H. Schmidt, Die Zehn Gebote im Rahmen alttstamentlicher Ethik, (Erträge der Forschung, 281), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1993, pp. 86-96 ; A. Wénin, Le Sabbat dans la Bible (Connaître la bible, 38), Bruxelles, Lumen Vitae, 2005 ; voir aussi ma contribution H. Ausloos, Over een rustende God en goddelijke rust. Het sabbatgebod op het kruispunt van de Tien Geboden, dans B. Doyle &R. Ceulemans (eds.), Ik ben de Heer Uw God. De Tien Geboden in traditie, beeld en Bijbel (Documenta Libraria, 34), Louvain, Peeters, 2007, pp. 25-40.

7 Au cours de la tradition, on a établi un rapport entre ce phénomène et la conception selon laquelle Dieu aurait fait appel à des anges pour proclamer certaines consignes – entre autres le commandement du sabbat –, ce qui expliquerait le fait qu’on parle de Dieu à la troisième personne. Cette vision se trouve dans la conception néotestamentaire (Act 7,53 ; Ga 3,19 ; Hb 2,2). Néanmoins, il faut noter qu’on parle également de Dieu à la troisième personne dans d’autres discours de Yhwh (par ex. Ex 19,11).

8 Voir p. ex. Gn 12,16 : le Pharaon donnait à Abram « des moutons, des bœufs et des ânes, des serviteurs et des servantes, des ânesses et des chameaux ».

9 Voir p. ex. Dt 11,12 ; 27,1. Le langage typique du Deutéronome relatif à l’observance et à la violation de la loi est commenté dans M. Weinfeld, Deuteronomy and the Deuteronomic School, Oxford, Clarendon, 1972, pp. 332-341.

10 Le Pentateuque Samaritain interprète Ex 20,8 également comme ‘observer’ (smr). Voir A. Tal, The Samaritan Pentateuch. Edited According to MS 6 (C) of the Shekhem Synagogue, Tel Aviv, Tel Aviv University, 1994.

11 Le terme utilisé par l’Exode signifie plus que « se souvenir », ce qui ressort de Lamentations 1,9, que l’on ne peut pas traduire par « elle se souvient de son futur. En revanche, « commémorer » le futur, interprété comme « garder à l’esprit », ne pose aucun problème. Comparez-le à l’expression : « Commémore que tu mourras ».

12 Ceci ressort de la traduction, fidèle au texte source, du Psaume 103,18, dans laquelle les deux verbes sont mis en parallèle : « Ceux qui observent son alliance, et commémorent ses consignes ».

13 Il faut signaler que la traduction de la Septante interprète Dt 5,15 également comme observer (MT : lcśwt t ywm hsbt, LXX : hôste phulassesthai tèn hèmèran tôn sabbatôn), probablement afin de s’harmoniser avec le verset 12.

14 Voir entre autres Dt 4,20 ; 6,6 ; 7,11 ; 19,9 ; 28,1 ; 30,2.8.11.16. Cf. Weinfeld, Deuteronomy (n. 9), pp. 356-357.

15 On est presque d’accord sur la parenté entre le mot ‘sabbat’ et le mot hébreu homophone, écrit de la même façon (sbt sjabbat) qui signifie ‘(s’)arrêter’. Par contre, la relation de dépendance entre le substantif et le verbe est contestée. Selon certains scientifiques, le verbe est dérivé du nom, pendant que d’autres savants argumentent le contraire. La relation entre le nom et le numéral ‘sept’ sbc sjeva), homonyme en hébreu, est également discutée. Que la racine du verbe hébreu sbt soit liée étymologiquement au numéral sbc ou non, il est absolument incontestable que l’auteur du poème de la création s’est servi magistralement du jeu de mots que constituent les trois termes.

16 Tout comme Ex 20,11, Ex 31,16-17 se réfère au poème de la création : « Les Israélites observeront le sabbat de génération en génération comme une alliance éternelle. Ce sera un signe perpétuel entre Moi et eux ; car en six jours Yhwh créa le ciel et la terre, mais le septième jour Il se reposa et Il reprit haleine ».

17 A. Wénin, Le Décalogue. Approche contextuelle, théologie et anthropologie, in C. Focant (ed.), La loi dans l’un et l’autre testament (Lectio Divina, 168), Paris, Cerf, 1997, pp. 9-43, esp. p. 36.

18 En outre, après la destruction du second temple en 70 apr. J.-C., le judaïsme se voyait confronté de nouveau au défi qu’avait entraîné la chute de Jérusalem en 587 av. J-.C.

19 Cf. L. Doering, Schabbat : Schabbathalacha und -praxis im antiken Judentum und Urchristentum (Texte und Studien zum antiken Judentum, 78), Tübingen, Mohr Siebeck, 1999.

20 L’écrit, dont on a conservé huit pages recto verso, date du 10ème s. apr. J.-C. La littérature scientifique lui a donné le nom de Cairo Damascus Document. Le toponyme ‘Damascus’ a été ajouté à ‘Caire’, l’endroit de découverte, parce que le texte mentionne à maintes reprises cette ville-là.

21 Cf. L. Doering, « New Aspects of Qumran Sabbath Law from Cave 4 Fragments », dans M. Bernstein, F. García-Martínez & J. Kampen (eds.), Legal Texts and Legal Issues. Proceedings of the Second Meeting of the International Organization for Qumran Studies Cambridge 1995. FS J.M. Baumgarten (Studies on the Texts of the Desert of Judah, 23), Leyde, Brill, 1997, p. 251-274 ; L. Doering, « Purity Regulations concerning the Sabbath in the Dead Sea Scrolls and Related Literature », dans L.H. Schiffmann, E. Tov & J. Vanderkam (eds.), The Dead Sea Scrolls – Fifty Years After Their Discovery. Proceedings of the Jerusalem Congress, July 20-25, 1997, Jérusalem, Israel Exploration Society, 2000, p. 600-609 ; D. Falk, Daily, Sabbath, and Festival Prayers in the Dead Sea Scrolls (Studies on the Texts of the Desert of Judah, 27), Leyde, Brill, 1998 ; W. Kahl, « Ist es erlaubt, am Sabbat Leben zu retten oder zu töten (Marc. 3,4) ? Lebensbewahrung am Sabbat im Kontext der Schriften vom Toten Meer und der Mischna », dans Novum Testamentum 40 (1998) 313-335 ; E.J. Tigchelaar, « Sabbath Halakha and Worship in 4QWays of Righteousness 4Q421 11 and 13+2+8 par. 4Q264a 1-2 », dans Revue de Qumran 18 (1998) 359-372.

22 Pour une traduction française, voir A. Dupont-Sommer & M. Philonenko, La Bible. Écrits intertestamentaires (Bibliothèque de la Pléiade, 337), Paris, Gallimard, 1987.

23 Nb 15,32-36 prescrit la peine de mort en cas de transgression du sabbat. En outre, le manuscrit de Qumran 4Q504 nous informe que le sabbat était lié à la récitation d’hymnes. D’ailleurs, le rouleau qui est connu comme Les chansons du sacrifice sabbatique ou La liturgie des anges, et dont les copies datent de la période du 1er siècle av. J.-C. jusqu’à la première moitié du 1er s. ap.C., comporte quelques chansons, destinées à être récitées le sabbat.

24 Une traduction éthiopienne a été conservée entièrement, bien qu’on en ait découvert également des fragments à Qumran.

25 Au 3ème s., le rabbi Simeon ben Laqish ordonne même que les païens observant le sabbat soient mis à mort.

26 Pour une énumération claire des différences entre les versions synoptiques, voir J. Fitzmyer, The Gospel According to Luke I-XI (Anchor Bible, 28), New York, Doubleday, 1970, pp. 604-606.

27 Voir p. ex. R. Pesch, Das Markusevangelium. 1. Teil (Herders Theologischer Kommentar zum Neuen Testament), Fribourg – Bâle – Vienne, Herder, 1976, p. 185 : « die Christen leiten ihre Freiheit von der Sabbatobservanz christologisch ab ».

28 Cf. J. Gnilka, Das Matthäusevangelium. 1. Teil (Herders Theologischer Kommentar zum Neuen Testament), Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1986, p. 446 : “Wenn der Menschensohn diese Vollmacht übernimmt, so offenbart sich diese als das Erbarmen Gottes”. Pour ce qui est de l’emploi du titre ‘Fils de l’homme’, voir J. Marcus, Mark 1-8. A New Translation with Introduction and Commentary (Anchor Bible, 27), New-York, Doubleday, 2000, pp. 245-247. Voir aussi F. Neyrinck, « Jesus and the Sabbath. Some observations on Mark 2,27 », dans J. Dupont (éd.), Jésus aux origines de la christologie (Bibliotheca Ephemeridum Theologicarum Lovaniensium, 40), Louvain, University Press, 1975, pp. 227-270, spéc. pp. 237-238. Concernant le titre même de ‘Fils de l’homme’, voir E. Lipinski, « Fils de l’homme », dans P.- M. Bogaert et al., Dictionnaire encyclopédique de la Bible. Troisième édition revue et augmentée, Turnhout, Brepols, 2002, pp. 492-494.

29 Cf. J. jeremias, Neutestamentliche Theologie. 1. Die Verkündigung Jesu, Gütersloh, Mohn, 1973, p. 201.

30 Voir H. Ausloos & b. Lemmelijn, The Book of Life. Biblical Answers to Existential Questions (Louvain Theological and Pastoral Monographs, 41), Louvain – Paris – Walpole, MA, Peeters ; Grand Rapids, MI – Cambridge, William B. Eerdmans, 2010, pp. 121-143.

31 En outre, il est à noter que Gn 1,1–2,4 souligne le caractère universaliste de l’acte de création de Dieu. Le septième jour comme jour de repos hebdomadaire ne vaut pas uniquement pour les Juifs, mais pour l’humanité entière. Car le poème de la création proclame que Dieu est le maître de toute la création : à côté des astres et les mers, les plantes et les animaux, l’homme a été créé selon l’image de Dieu et on lui a confié la charge de faire tout ce qui pourrait contribuer à un monde vivable.

32 Voir R. Kampling, « ‘Und er ging nach seiner Gewohnheit am Sabbat in die Synagoge’. Jesuanisches zur Frage nach dem Ursprung des christlichen Antijudaismus », dans ID. (ed.), Nun steht aber diese Sache im Evangelium… Zur Frage nach den Anfängen des christlichen Antijudaismus, Paderborn, Schöningh, 1999, p. 53-72.

33 Cf. R. Albertz, « Die “Antrittspredigt” Jesu im Lukasevangelium auf ihrem alttestamentlichen Hintergrund », dans Zeitschrift für die neutestamentische Wissenschaft 74 (1983), p. 182-206, spéc. p. 191-198.

34 D. Boyarin, « After the Sabbath (Matt. 28 :1). Once More into the Crux », dans The Journal of Theological Studies 52 (2001), p. 678-688.

35 A. Wénin, Le Décalogue. Approche contextuelle, théologie et anthropologie, dans C. Focant (ed.), La loi dans l’un et l’autre Testament (Lectio Divina, 168), Paris, Cerf, 1997, pp. 9-43, spéc. p. 35.

36 Pour cette interprétation du terme ‘accomplissement’, voir E. Zenger, Das Erste Testament. Die jüdische Bibel und die Christen, Düsseldorf, Patmos, 1992, pp. 126-127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hans Ausloos, « Jésus et l’idolâtrie du sabbat », Revue des sciences religieuses, 85/1 | 2011, 27-43.

Référence électronique

Hans Ausloos, « Jésus et l’idolâtrie du sabbat », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/1 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1977 ; DOI : 10.4000/rsr.1977

Haut de page

Auteur

Hans Ausloos

Chercheur Qualifié du F.R.S.-FNRS, Faculté de Théologie de l’Université Catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve) (Belgique.
Research Associate du département ‘Ancien Testament’, University of the Free State, Bloemfontein (Afrique du Sud).

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page