Navigation – Plan du site

La réforme liturgique du concile Vatican II et les idéologies qui résistent

Marcel Metzger
p. 101-110

Résumés

Dès 1909 Dom Lambert Beauduin avait entrepris d’ouvrir aux fidèles l’accès à la liturgie, en tant qu’elle est « la vraie prière de l’Église ». Pourtant un siècle plus tard, les réformes entreprises tardent à porter les fruits attendus, en raison de résistances latentes. L’obstacle principal vient de ce que la pratique ecclésiastique n’a pas encore pleinement restitué à la liturgie la place que lui reconnaissaient les déclarations conciliaires : elle est sommet est source de toute l’action de l’Église. Dans les faits, c’est toujours la doctrine qui est considérée comme première. Les nombreux courants spirituels reçus dans l’Église catholique tardent à se laisser réformer par la liturgie. Ces courants ont développé un anthropocentrisme religieux et une mentalité activiste trop éloignés de l’esprit de la liturgie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A. Haquin, Dom Lambert Beauduin et le renouveau liturgique, Duculot, Gembloux, 1970, p. VII.
  • 2 Il est accessible dans l’ouvrage de Haquin, p. 238-241.

1Le 23 septembre 1909, Dom Lambert Beauduin, moine de l’abbaye bénédictine du Mont-César à Louvain, intervenait pour une communication au Congrès des œuvres catholiques de Malines. Son propos avait pour titre « La vraie prière de l’Église ». La première phrase de son intervention annonçait d’emblée l’essentiel de ce propos : « La source première et indispensable du véritable esprit chrétien se trouve dans la participation active des fidèles à la liturgie de l’Église ». Et plus loin : « Le peuple chrétien ne puise plus dans la liturgie l’expression authentique de son adoration et de sa prière et l’élément substantiel de sa vie spirituelle ». Cette intervention eut un profond retentissement ; elle a été considérée comme le coup d’envoi du mouvement liturgique1. La Faculté de Théologie catholique de Strasbourg en a rendu compte en organisant le vendredi 23 janvier 2009 un colloque pour célébrer le centième anniversaire de cet événement. La communication de Dom Lambert Beauduin a été l’argument principal des interventions de ce colloque. Le texte est bref, il tient en trois pages, mais il est vigoureux2.

  • 3 L’intervention de M. François Wernert a paru dans une livraison précédente de la Revue des Sciences(...)

2Les intervenants ont présenté les évolutions suscitées et les difficultés qui subsistent, un siècle plus tard3. C’est une explication des résistances au mouvement que j’ai voulu esquisser dans mon intervention.

3Dans sa communication, Dom Lambert Beauduin ne cachait pas les difficultés de la réforme à entreprendre et il en donnait une des principales raisons :

Le travail de rénovation liturgique sera ardu : il est bon de s’en persuader ; les foules ont mis des siècles à désapprendre les traditions liturgiques ; puissent-elles être moins lentes à les réapprendre !

4Un siècle plus tard, le constat peut être relativement optimiste : les catholiques de nos régions ont réappris les traditions liturgiques, au moins partiellement. Pourtant, les pratiques et les habitudes antérieures n’ont pas totalement disparu ; on perçoit même des tendances à les réactiver, et cela jusque dans les milieux ecclésiastiques. Le phénomène est surprenant, dans la mesure où il s’agit pour une part de jeunes clercs, nés après la réforme liturgique. Je n’en dirai pas plus à ce sujet, je m’intéresserai plutôt à l’institution ecclésiastique, dont je constate qu’elle n’a pas encore intégré toutes les conséquences de la réforme liturgique. La cause en est la persistance de certains courants de pensée, qu’une critique indulgente qualifierait de théologiques, mais auxquels le vocabulaire de l’idéologie conviendrait mieux. Parmi ces « idéologies qui résistent », j’en ai pointé 3 :

  1. c’est la doctrine, et non la liturgie, qui est considérée de fait comme sommet et source

  2. la juxtaposition de la spiritualité et de la liturgie

  3. l’anthropocentrisme religieux et sa mentalité activiste.

5La persistance, ou la résistance, de ces idéologies s’explique par le poids des habitudes. Pour reprendre les termes de Dom Lambert Beauduin, je dirai que l’institution ecclésiastique catholique a mis des siècles à désapprendre les traditions liturgiques, à partir de l’époque carolingienne, soit pendant tout le second millénaire, et que pendant tout ce temps elle a recomposé l’ensemble de ses fonctionnements, comme un amputé recompose ses façons de vivre en portant sur les membres restants les fonctions de l’organe perdu. Des habitudes ont été prises pendant tout ce millénaire qui avait écarté le peuple chrétien de la liturgie. Il faudrait à présent un vigoureux réexamen d’ensemble et une redistribution totale des fonctions pour retrouver l’équilibre premier. Pour l’expliquer par une comparaison très matérielle, c’est comme si l’on prétendait fabriquer un nouveau modèle de voiture sur une ancienne chaîne de fabrication !

1. Ce qui est traité comme sommet et source, c’est plutôt la doctrine que la liturgie

6Dans sa communication, Dom Beauduin présentait la liturgie dans des termes annonçant ceux que le concile Vatican II allait faire siens, c’est-à-dire comme sommet et source. Il s’exprimait ainsi :

Vraie prière des fidèles, puissant lien d’union (la relation à Dieu), enseignement religieux complet, la liturgie est tout cela.

7Voici maintenant l’affirmation du concile Vatican II (Constitution sur la liturgie, § 10) :

  • 4 Dans les traductions usuelles : « toute sa vertu ». Dans le Catéchisme de l’Église catholique, n° 1 (...)

La liturgie est le sommet auquel tend l’action de l’Église, et en même temps la source d’où découle tout son dynamisme4. Car les labeurs apostoliques visent à ce que tous, devenus enfants de Dieu par la foi et le baptême, se rassemblent, louent Dieu au milieu de l’Église, participent au sacrifice et mangent la Cène du Seigneur.

8Puisque, après Dom Lambert, les pères conciliaires de Vatican II ont jugé nécessaire un tel rappel, on n’esquivera pas cette question : aux époques précédentes, à quelle(s) autre(s) réalité(s) cette fonction de sommet et de source avait-elle été attribuée ? Question connexe : les rétablissements ont-ils été faits depuis lors ? Mais l’examen des fonctionnements actuels de notre Église catholique romaine conduit à répondre négativement, à commencer en un domaine qui compte parmi les importants, la catéchèse de l’eucharistie. On le constate en étudiant tout simplement l’exposé sur l’eucharistie dans le Catéchisme de l’Église catholique (1992 / 1997).

Examen des références catéchétiques

9Cette catéchèse de l’eucharistie (n° 1322-1419) est inscrite dans la deuxième partie du catéchisme, dans la section intitulée « Les sept sacrements de l’Église », où elle figure en troisième position, après le baptême et la confirmation, selon l’ordre de l’initiation chrétienne. L’exposé est organisé en sept sous-titres, suivis d’un résumé (n° 1406-1419), qui contient aussi quelques propos absents de l’exposé. Dans la comparaison avec les catéchismes romains antérieurs, depuis celui du concile de Trente, à première vue, le traitement du sujet paraît renouvelé.

10En effet, dans l’exposé du Catéchisme de l’Église catholique, il est fait référence au Mystère pascal, que le Mouvement liturgique avait fait redécouvrir, et le recours aux sources patristiques et liturgiques a été élargi (Didachè, Justin, Ambroise, Jean Chrysostome, Augustin, et autres). Dans cette catéchèse d’environ 760 lignes de texte, l’ensemble de ces témoignages patristiques en occupe plus du quart. Mais les extraits de la liturgie romaine actuelle se limitent à 14 lignes. Il s’agit d’une part de deux extraits des prières eucharistiques I et III. L’extrait de la prière I occupe 4 lignes, à l’appui d’une démonstration sur l’unité du sacrifice et de la communion : « que cette offrande soit portée par ton ange en présence de ta gloire sur ton autel céleste, afin qu’en recevant ici par notre communion à l’autel… » (n° 1383). De la prière eucharistique III le Catéchisme cite la variante pour les défunts ; elle occupe 4 lignes (n° 1404). D’autre part, le Catéchisme produit aussi un extrait de l’embolisme du Notre Père, en 1 ligne (n° 1404), une formule du rituel de la communion, à savoir la prière du centurion, qui occupe 1 ligne (n° 1386), une antienne des vêpres du Saint Sacrement, Sacrum convivium, qui tient en 2 lignes (n° 1402), et quelques expressions éparses. L’argumentation est encore illustrée par deux extraits de liturgies orientales, qui occupent 7 lignes (n° 1386 et 1391).

  • 5 Propos que j’ai développés dans deux autres études : « La grande leçon de la Tradition : la liturgi (...)

11Le constat est décevant : dans ce catéchisme présenté comme la référence de l’enseignement de la foi catholique, les textes de la liturgie eucharistique ne représentent que 14 lignes sur environ 760. À cet égard, le Catéchisme de l’Église catholique ne manifeste pas de progrès notable par rapport à son prédécesseur issu du concile de Trente. Sa source première n’est pas la liturgie, mais une doctrine devenue classique, formulée à partir des trois thèmes habituels du schéma post-tridentin : sacrifice, sacrement et communion. Ce constat vaut également pour les productions catéchétiques françaises destinées aux enfants. Leur inspiration n’est pas la liturgie, mais la même doctrine classique5.

  • 6 Libreria Editrice Vaticana.

12Il en est autrement dans les pays voisins, dont l’Italie. En effet, l’épiscopat italien avait publié en 1991 deux itinéraires pour l’initiation chrétienne : Io sono con voi (« Je suis avec vous »), pour les 6-8 ans, et Venite con me (« Venez avec moi »), pour les 8-10 ans6. Ces parcours introduisent à la lecture des évangiles et conduisent les enfants à la découverte de la personne de Jésus, dans son parcours avec ses disciples ; l’itinéraire conduit les catéchisés vers Pâques et vers la table où Jésus rompit le pain avec les disciples d’Emmaüs. Les étapes proposées permettent de découvrir chacun des moments de la célébration eucharistique, en les distribuant au fil de l’année de catéchèse, au rythme des temps liturgiques et par la mise en valeur des dimanches : liturgie de la Parole, prière universelle, prière eucharistique, temps de la communion, envoi en mission.

Quelques conclusions à ce propos

13Le concile Vatican II a reconnu la liturgie comme sommet et source, mais les effets de cette reconnaissance tardent, en raison d’une résistance sournoise et non dite. La cause principale en est que pendant des siècles, dans la mentalité de la hiérarchie et des théologiens, d’autres réalités étaient considérées comme sommet et source, en particulier, dans un contexte de lutte séculaire contre des hérésies, une certaine représentation de la vérité. Dans cette façon de penser, la foi était considérée davantage comme l’adhésion à une doctrine, que comme l’adhésion à la personne du Christ. On parlait d’ailleurs davantage de la Divinité que du Christ ! Dans cette structure mentale, la sequela Christi, l’imitation ou la marche à la suite du Christ, qui est la conséquence logique de l’adhésion au Christ, était rangée dans la spiritualité. C’est l’affirmation publique des « vérités chrétiennes » qui était considérée comme l’essentiel, dans un climat de rejet des erreurs attribuée aux hérétiques.

14L’institution ecclésiastique catholique s’était organisée selon cette conception apologétique de la foi. Dans l’organigramme de la Curie romaine, la Congrégation de la foi (son appellation a quand même été modifiée : doctrine de la foi) a été élevée à la place suprême, pour pouvoir assurer le contrôle de tous les autres dicastères, dont les congrégations s’occupant de la liturgie et de la catéchèse. La nomenclature, dans l’organigramme de la Curie, est significative à cet égard, le mot « pastorale » en était absent.

  • 7 Ut legem credendi lex statuat supplicandi : que la loi de la prière (lex supplicandi) détermine la (...)

15Dans la pratique romaine, la célèbre formule Lex orandi, lex credendi, dont les premières expressions7 remontent à Prosper d’Aquitaine, vers 435, est souvent inversée, de fait : la Lex orandi se trouvant soumise aux définitions de la doctrine.

16On opposera à ces pratiques des extraits de la communication de Dom Lambert, présentant la liturgie comme lex credendi. De la prière liturgique il disait qu’elle est, pour l’Église, la « règle sûre de sa foi et le fidèle témoin de sa tradition, la liturgie est pleine de sa doctrine, de son esprit, de sa vie ». À ce titre, elle est une pédagogie pour l’ensemble des chrétiens :

  • 8 Texte de la communication de Dom Lambert dans l’ouvrage de haquin, p. 240.

Comme les disciples fidèles à suivre Jésus au cours de sa vie terrestre recueillaient chaque jour son enseignement et se pénétraient insensiblement de son esprit, de même les chrétiens, attachés aux pas de l’Église dans le cours toujours renouvelé de l’année liturgique, s’enrichissent de tous les trésors de sa vérité et de sa vie, et lui disent, comme les disciples à Jésus : « À qui irions-nous ? Vous avez les paroles de la vie éternelle ». Le concile de Trente a affirmé solennellement cette richesse doctrinale de la prière liturgique par des paroles significatives : « Puisque les prières de la messe, dit-il, contiennent un grand enseignement, de peur que les fidèles ne viennent à manquer de nourriture, et soient semblables aux enfants de Sion qui demandaient du pain, alors que personne ne pouvait le leur rompre, nous obligeons les prêtres à expliquer souvent toutes les prières qui accompagnent le saint sacrifice » (Session 22, chap. 8, éd. Alberigo p. 1495). Il ne s’agit donc pas d’une nourriture supplémentaire, d’un régime plus abondant ; non, si le peuple ne comprend pas nos prières, c’est la disette de pain qui le menace et, dès lors, sa vie même est compromise8.

17L’appel du concile de Trente, adressé aux pasteurs, n’a guère eu d’effet. Les explications de la liturgie n’ont pas fait l’objet d’un investissement habituel dans la prédication paroissiale avant la naissance du Mouvement liturgique.

2. La juxtaposition de la spiritualité et de la liturgie

18La première phrase de la communication de Dom Lambert annonçait d’emblée l’essentiel de son propos : « La source première et indispensable du véritable esprit chrétien se trouve dans la participation active des fidèles à la liturgie de l’Église ». Et plus loin, ce constat : « Le peuple chrétien ne puise plus dans la liturgie l’expression authentique de son adoration et de sa prière et l’élément substantiel de sa vie spirituelle ». Dans sa conclusion Dom Lambert Beauduin formulait ces deux propositions d’action : populariser le texte intégral de la messe et des vêpres de chaque dimanche, avec des commentaires, et rendre la piété plus liturgique, par la participation à la liturgie des Heures.

19Une partie du programme de réforme proposé par Dom Lambert peut être considérée comme réalisée, à savoir la participation active. Cette expression a un sens précis. En effet, ici le qualificatif « actif » n’est pas seulement le contraire de « passif », qui pourrait signifier qu’on assiste à la messe de façon inerte ou non intéressée, comme ce pourrait être le cas, par exemple, d’un vigile chargé de la sécurité pendant un office, à cause de la présence de personnalités officielles. Avec l’interdiction des langues courantes dans la liturgie et, plus grave encore, l’interdiction de traduire les textes liturgiques, le plus haut degré de la participation qu’on pouvait proposer était de suivre le sens de la messe, de loin, dans un « livre de messe », mais sans que les fidèles ne répondent jamais aux paroles du prêtre. C’est ainsi que cela se passait, surtout dans les messes basses. La participation active, au contraire, consiste en ce que l’assemblée comprend toutes les paroles et que chacun joue le rôle qui lui revient, chante, quand c’est le cas, et dise à haute voix les réponses prévues. Cette participation active est maintenant si bien assurée que des fidèles interviennent sans hésiter pour assurer les lectures et d’autres fonctions, dont ils étaient jadis exclus, devant rester sagement dans la nef, retenus qu’ils étaient de pénétrer dans le chœur par le banc de communion et les interdits du sacré. La participation active est le principal acquis de la réforme liturgique du concile Vatican II, pour lequel Dom Lambert avait intensément milité.

20Par contre, une des principales propositions de Dom Lambert n’a pas été reçue, à ce jour, du moins dans ce que je perçois de la pastorale en France, à savoir que la liturgie soit reconnue comme la prière fondamentale de chaque croyant. En effet, quarante ans après le concile, et cent ans après l’appel de Dom Lambert, on ne peut pas dire que les catholiques de France considèrent la liturgie comme leur prière. On peut faire le test dans les publications les plus répandues. Dans des mensuels français spécialisés, comme Panorama, avec sa rubrique « L’Aventure intérieure », et Prier, ou dans le cahier central de l’hebdomadaire La Vie, « Les essentiels », dans des livres même très récents sur la prière ou l’art de prier, c’est le silence presque complet sur la liturgie comme prière. On en reste à présenter les lectures du dimanche, ce qui est déjà un énorme progrès, comme élément d’initiation biblique. Les illustrations proposées sont significatives à cet égard. Dans des articles sur la prière elles ne présentent le plus souvent qu’une personne seule, en état de méditation. Je n’ai pas souvenir de photos montrant l’assemblée eucharistique en prière dans ces publications.

21C’est bien la preuve qu’on n’a pas encore compris et mis en œuvre ce propos de Dom Lambert sur la liturgie, comme prière pour chaque fidèle : « Toute notre piété doit s’inspirer de la liturgie de l’Église et puiser sa vertu dans son union avec elle ». Les textes proposés dans ces revues et livres sont des prières privées, personnelles ou de dévotion. Certes, ce sont de beaux textes, mais jamais on ne propose d’entrer dans la prière de la liturgie, en présentant les textes de prière de la messe, auxquels la participation active consiste à dire « Et avec votre esprit », « Nous les tenons vers le Seigneur », « Nous proclamons ta résurrection », « Amen », etc. La prière eucharistique, dans ses dix formulations du missel est pourtant la base de la prière chrétienne. Certes, je le concède, le texte français des oraisons du missel est insatisfaisant. Mais il y a aussi le psaume des lectures, et les autres psaumes prévus dans le missel pour l’entrée, la préparation des dons et la communion. Dans les publications actuelles, seules les revues de liturgie initient à la prière liturgique. Or la participation active de tous les fidèles exige qu’ils comprennent eux aussi la prière liturgique.

22Ces blocages s’expliquent, à mon sens, par le poids des habitudes, la tentation du retour en arrière, comme on l’a encore vérifié à propos d’un retour au Missel d’avant le concile, et surtout un manque de réflexion théologique et pastorale, dans le sens où la liturgie n’est toujours pas reconnue comme sommet et source pour la théologie, du moins en France. En Italie, les courants de réflexion théologique à partir de la liturgie sont plus vigoureux, les instituts de liturgie, les écrits de leurs enseignants, dont E. Mazza et C. Giraudo, initient largement aux expressions de la prière liturgique.

23Dom Lambert pressentait ces difficultés, lui qui annonçait, il y a cent ans : « Le travail de rénovation liturgique sera ardu : il est bon de s’en persuader ; les foules ont mis des siècles à désapprendre les traditions liturgiques ». Il ajoutait ce souhait : « puissent-elles être moins lentes à les réapprendre ». Or, ce souhait vaut aussi pour les responsables ecclésiastiques. On le vérifie à propos des offres de récollections : ce qui est proposé le plus souvent, ce sont les spiritualités particulières, représentées surtout par les familles religieuses, avec les dévotions d’avant la réforme liturgique. Mais rien sur la spiritualité de base, celle de la prière liturgique, que Dom Lambert décrivait en ces termes : « vraie prière des fidèles, puissant lien d’union, enseignement religieux complet, la liturgie est tout cela ».

3. L’anthropocentrisme religieux catholique et sa mentalité activiste

24Des catholiques de son temps, soucieux de progresser dans la relation à Dieu, Dom Lambert disait, dans sa communication : « (Ces âmes) s’efforcent péniblement d’aller à Dieu par des voies isolées et des méthodes privées ». De fait, le clergé a proposé pendant des siècles quantité de dévotions et d’exercices de piété, avec recours à la comptabilisation des mérites ; il poussait les fidèles à faire des bonnes œuvres et des sacrifices, et à gagner des indulgences ; même l’apostolat en était imprégné : « Nous referons chrétiens nos frères ! ». Tout cela a contribué à faire du catholicisme une religion activiste. Or l’Église catholique continue à se présenter comme une Église militante et conquérante, demandant constamment à ses fidèles de s’engager, alors que le mystère chrétien est avant tout un don, dans la ligne de la tradition biblique.

25Un exemple choisi dans l’Ancien Testament suffit à le faire percevoir. Il est pris dans l’histoire du roi David. Celui-ci voulait construire à Dieu une maison digne de lui, alors qu’il se rendait présent dans une modeste armoire, l’arche d’alliance. David pensait : « Vois donc ! J’habite une maison de cèdre et l’arche de Dieu habite sous une tente de toile ! » (2 S 7, 2). Or Dieu avait eu une pensée semblable pour l’humanité. Il se disait : « Vais-je rester seul dans ma grande maison du ciel ? Non, j’irai demeurer parmi les hommes ! Et je les comblerai de tous les dons de ma présence ». Dans les cultes anciens et dans le temple de Jérusalem, on pensait plaire à Dieu à la manière de David, en lui offrant des quantités de sacrifices et en lui construisant des temples grandioses (Mc 13,1). Mais dans la liturgie chrétienne, le mouvement est inversé : c’est Dieu qui prend l’initiative, il est venu s’établir dans l’humanité et c’est lui qui offre le repas : « Prenez et mangez, prenez et buvez » (Mt 26,26-28).

La priorité à l’accueil du don de Dieu

26Dans la mise en œuvre de la liturgie, la tension est permanente entre, d’une part, la volonté humaine d’offrir à Dieu le meilleur et, d’autre part, l’accueil de ses dons. Dans la mise en œuvre du culte, clercs et fidèles pensent : « Rien n’est trop beau pour Dieu ! » ; de là les grands édifices, richement décorés, les prouesses vocales, les calices d’or, etc. Pourtant, saint Jean Chrysostome (vers 400) avertissait déjà ses contemporains, pour qu’ils ne détournent pas dans le luxe des églises la part des pauvres et de la solidarité. Or, le judaïsme et le christianisme sont, avant tout, des religions du « recevoir » : il s’agit d’abord d’accueillir la venue de Dieu, son règne, ses appels, son mystère et ses dons, qui sont si généreux et grandioses, puisqu’il va jusqu’à se donner lui-même, en comblant son peuple de son Esprit.

« Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur » (Ps 33,9)

27C’est dans la liturgie que le don atteint son sommet : Dieu s’y communique dans un repas, qui place l’assemblée à l’écoute de Dieu et lui partage le pain et le vin sanctifiés par l’Esprit Saint, corps et sang du Christ, c’est-à-dire sa Vie. La pastorale liturgique consiste donc à initier les communautés et leurs membres à avoir faim et soif, puis à goûter, à savourer et à apprécier le Repas du Seigneur : trouver ses délices à écouter sa Voix (Jn 10,16) et à s’asseoir à sa table. Que chaque participant devienne un fin connaisseur ! La créativité liturgique doit se déployer dans ce sens : créer l’ambiance qui favorise l’accueil des dons de Dieu, par le chant, la décoration, etc., et familiariser l’assemblée avec le langage de la liturgie.

*

* *

28Dom Lambert Beauduin a milité pour le retour à la tradition chrétienne authentique dans l’Église catholique romaine, mais le poids des habitudes, adoptées au nom d’une « tradition recomposée », y a creusé des ornières si profondes, pendant un long millénaire, que le retour à l’équilibre est sans cesse menacé. Les appels de Dom Lambert Beauduin restent donc actuels, comme un programme à poursuivre.

Haut de page

Notes

1 A. Haquin, Dom Lambert Beauduin et le renouveau liturgique, Duculot, Gembloux, 1970, p. VII.

2 Il est accessible dans l’ouvrage de Haquin, p. 238-241.

3 L’intervention de M. François Wernert a paru dans une livraison précédente de la Revue des Sciences Religieuses 84/1, janvier 2010, p. 73-84 : « La pédagogie de Dom Lambert. Jalons pour aujourd’hui ».

4 Dans les traductions usuelles : « toute sa vertu ». Dans le Catéchisme de l’Église catholique, n° 1074 : « toute sa vigueur ».

5 Propos que j’ai développés dans deux autres études : « La grande leçon de la Tradition : la liturgie comme sommet et source », dans La Liturgie après Vatican II (1963-2003), Cahiers de la Revue des Sciences Religieuses 1, Strasbourg 2005, p. 19-35, et « La liturgie, source de la catéchèse », dans J. Getcha et M. Stavrou, éd., Le Feu sur la terre. Mélanges offerts au Père Boris Bobrinskoy, Paris Presses Saint-Serge 2005, Analecta Sergiana 3, p. 69-80.

6 Libreria Editrice Vaticana.

7 Ut legem credendi lex statuat supplicandi : que la loi de la prière (lex supplicandi) détermine la loi de la foi.

8 Texte de la communication de Dom Lambert dans l’ouvrage de haquin, p. 240.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Metzger, « La réforme liturgique du concile Vatican II et les idéologies qui résistent », Revue des sciences religieuses, 85/1 | 2011, 101-110.

Référence électronique

Marcel Metzger, « La réforme liturgique du concile Vatican II et les idéologies qui résistent », Revue des sciences religieuses [En ligne], 85/1 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rsr.revues.org/1974 ; DOI : 10.4000/rsr.1974

Haut de page

Auteur

Marcel Metzger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page