Navigation – Plan du site
Recensions

Benoît Beyer de Ryke, Maître Eckhart

Paris, Éd. Entrelacs, « Sagesses éternelles », 2004, 302 p.
Gaby Anstett
p. 2-3
Référence(s) :

Benoît Beyer de Ryke, Maître Eckhart, Paris, Éd. Entrelacs, « Sagesses éternelles », 2004, 302 p.

Texte intégral

1Signe parmi d’autres de la fascination qu’exerce aujourd’hui Maître Eckhart, B. Beyer de Ryke, après une première publication intitulée Maître Eckhart, une mystique de détachement (Bruxelles-Paris, éd. Ousia), nous donne un second livre sur cet auteur. La richesse de l’information n’y cède en rien à la finesse et à la précision des analyses.

2Mais d’abord, qui est Eckhart ? Philosophe, théologien, pasteur, bouddhiste, chrétien… le dernier mot n’est pas dit !

3L’ouvrage comporte deux parties : la première, « histoire, doctrine et postérité », est suivie d’une anthologie de textes judicieusement choisis. Dans la première partie, l’A. cerne avec brio la personnalité du Maître en démêlant avec une clarté étonnante l’écheveau toujours complexe des hypothèses et des faits dûment attestés pour laisser émerger la stature du génial dominicain, sur fond d’analyses historiques bien documentées. Après avoir évoqué son brillant parcours universitaire, il souligne les remarquables qualités de l’administrateur, auquel son Ordre a confié des charges de plus en plus importantes (ce qui accentue le caractère scandaleux du procès qui lui fut intenté). On découvre ensuite l’audacieux prédicateur qui prêche au peuple en langue vernaculaire, en offrant à un public composé de laïcs – sans doute surtout de femmes, principalement des moniales dominicaines et des béguines – les réalités d’une métaphysique et d’une théologie rigoureuses, dans un contexte conflictuel ; cela suscitera quelque suspicion à son égard puis la condamnation de quelques-unes de ses propositions.

4C’est par une confrontation avec saint Augustin que l’A. pénètre dans les arcanes de la doctrine eckhartienne ; il la centre autour de deux lignes de force : la théologie négative et la déification, ce deuxième point étant pour ainsi dire la résultante du premier. L’A. remonte aux origines de la mystique chez les Grecs pour souligner l’influence néoplatonicienne et s’arrête longuement au Pseudo-Denys, qui a indéniablement imprégné l’école dominicaine allemande. Le chemin de détachement, qu’enseigne Eckhart, n’est autre que la déification, où l’homme rejoint son état d’être incréé, qui le fait être Dieu en Dieu. La grâce n’est pas exclue de cette voie, l’A. le souligne avec force : c’est elle qui creuse dans l’âme le lieu de l’onction entre le créé et l’incréé.

5Le chapitre « Postérité », très bien documenté, nous fait assister au défilé de tous ceux qui se sont nourris de la pensée d’Eckhart : ses épigones Tauler et Suso, ses ardents défenseurs, puis les Flamands qui ont pris quelque distance. L’A. ne craint pas de traverser les siècles pour relever les traces de l’héritage du Maître chez Nicolas de Cues, chez les Réformateurs (Luther surtout), dans l’Espagne du siècle d’or, puis dans l’École française, jusqu’à l’idéalisme allemand et aux philosophes contemporains.

6La deuxième partie propose un choix de textes ; l’A. y présente l’œuvre latine et des extraits importants de l’œuvre allemande : « L’homme noble », « Du détachement », ainsi que les sermons 9, 52 et 71.

7L’ensemble de l’ouvrage s’accompagne de notes comportant de nombreuses indications bibliographiques, ce qui contribue encore à faire de ce livre un excellent ouvrage de travail. Dans ses pages de conclusion, l’A. souligne que les écrits du Thuringien n’ont pas fini de livrer leurs trésors et de susciter passion et contestation. Ils amènent surtout à prendre conscience du caractère paradoxal de la quête mystique : ce qui au plan historique apparaissait comme une affirmation de l’individu contre le conformisme institutionnel devient au plan mystique un anéantissement des limites individuelles. La vision béatifique n’est ainsi pas reléguée au-delà de ce monde et du temps, mais elle est donnée pour ici et maintenant. Telle est la puissance des enseignements de Maître Eckhart.

8Signalons en outre que l’A. a édité avec Alain Dierkens un ouvrage collectif regroupant des articles sur les mystiques allemands et flamands ; des membres de l’Équipe de recherche sur la Mystique Rhénane et de l’Université Libre de Bruxelles y présentent le fruit de leurs recherches les plus récentes : Maître Eckhart et Jan van Ruusbroec. Études sur la mystique rhéno-flamande. XIIIe-XIVe s. (Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles. « Problèmes de l’histoire des religions », t. XIV, 2004, 242 p. ). Ce livre, plus spécialisé, constitue un riche complément au livre de Beyer de Ryke.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaby Anstett, « Benoît Beyer de Ryke, Maître Eckhart », Revue des sciences religieuses, 80/3 | 2006, 2-3.

Référence électronique

Gaby Anstett, « Benoît Beyer de Ryke, Maître Eckhart », Revue des sciences religieuses [En ligne], 80/3 | 2006, mis en ligne le 13 août 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/1964

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page